GINA LOLLOBRIGIDA                          1927 

        Actrice, Photographe Italienne

   aagina96sdp       

  aaginacinetom1   

   aagina59

 

Gina Lollobrigida est née le 4 juillet 1927 à Subiaco en Italie. Venue à Rome en 1945, poursuivant ses études secondaires dans un lycée spécialisé dans la préparation aux carrières artistiques, tout en prenant des leçons de chant et en recherchant des petits rôles dans diverses productions cinématographiques. Sous le nom de Diana Loris, elle fut même l'interprète d'un roman-photo intitulé "Au fond du coeur".

En 1947, participant au concours Miss Italia, elle prit la troisième place derrière Lucia Bosé et Gianna Maria Canale. Un peu plus tard, elle devait d'ailleurs jouer dans un film de Duilio Coletti précisément intitulé "Miss Italia" (1951). Mais à cette époque, on lui confiait déjà des premiers rôles, dans les films de second plan il est vrai, mais qui ne lui avaient pas moins valu une certaine popularité. C'est du reste afin d'échapper à son image de belle fille aux charmes plantureux mais peu expressive, que Gina Lollobrigida voulut tenter une expérience avec des cinéastes aux ambitions personnelles plus importantes et participer au mouvement du néoréalisme : ce fut "Achtung banditi !" (1951) de Carlo Lizzani. C'est le cinéaste Riccardo Freda qui lui confie un tout petit rôle dans "L'aigle noir" (L'Aquila Nera,1946), Marcel Cravenne, fait d'elle l'une des interprètes de "La danse de la mort" (1947).

Entre-temps, elle avait séjourné à Hollywood où Howard Hughes, qui voulait l'épouser, la tint plus ou moins prisonnière en lui faisant signer un contrat de sept ans, qui n'eut cependant pas de suite. Gina Lollobrigida, en effet, était déjà mariée avec un médecin, Milko Shofic, qui restera longtemps son manager et son conseiller.

Trois films allaient permettre à Gina Lollobrigida de conquérir le public européen, trois comédies brillantes bien faites pour permettre sa sculpturale plastique en valeur : "Fanfan la Tulipe" (1951) de Christian-Jaque, "Les Belles de nuit" (1952) de René Clair, et l'épisode "Phryné" d''Heureuse époque" (Altri Tempi,1952) d'Alessandro Blasetti, où elle jouait une séduisante et rustique criminelle dont la poitrine s'étalait généreusement sous les yeux de ses juges. Elle s'attaqua ensuite à deux personnages, tirés de l'oeuvre de Moravia, qui réclamaient de sa part une maturité dramatique qu'on ne lui soupçonnait guère, et qui fut évidente dans "La marchande d'amour" (La provinciale,1953) de Mario Soldati, et dans "La Belle romaine" (La romana,1954) de Luigi Zampa.

La célébrité internationale lui vint toutefois avec ses très pittoresques créations dans "Pain, amour et fantaisie" (Pane, amore e fantasia,1953) et "Pain, amour et jalousie" (Pane, amore e gelosia,1954) de Luigi Comencini. Son succès lui ouvrit aussitôt les portes de la production internationale. Elle fut ainsi l'actrice principale de "Plus fort que le diable" (Beat The Devil,1954) de John Huston aux côtés de Humphrey Bogart, Jennifer Jones et Peter Lorre. Elle enchaîna avec "La belle des belles" (La donna piu bella del mondo,1955) de Robert Z. Leonard, puis "Trapèze" (1956) de Carol Reed avec Burt Lancaster et Tony Curtis.

En 1956, Gina Lollobrigida campe une inoubliable Esmeralda dans "Notre-Dame de Paris" (1957) de Jean Delannoy avec Anthony Quinn et Alain Cuny. Dès lors les portes des studios américains s'ouvrent toutes grandes devant elle. Elle est désormais une vedette internationale qui va pouvoir rivaliser avec les actrices américaines. King Vidor fait d'elle une superbe reine de Saba dans "Salomon et la reine de Saba" (Salomon and Sheba,1959), le film débute avec Tyrone Power, qui décède pendant le tournage laissant la place à Yul Brynner. Ces productions coûteuses et spectaculaires, ainsi que les films qu'elle put tourner à Hollywood après l'expiration de son contrat avec Howard Hughes, contribèrent à répandre son mythe de "super star" mais n'ajoutèrent rien à sa réputation artistique. Elle fut toutefois plus heureuse dans certains films italiens tels que "La beauté d'Hyppolyte" (La bellezza d'Ippolita,1962) de Giancarlo Zagni, ou l'épisode "Monseigneur Cupidon" dans "Les Poupées" (Le Bambole,1965) de Mauro Bolognini. Le cinéaste Robert Mulligan lui permet de faire une excellente composition dans "Le rendez-vous de septembre" (Come september,1961)

Gina Lollobrigida vit cependant sa popularité décliner au fil des ans. D'autres mythes féminins étaient venus remplacer le sien, et, en outre, la vérité oblige à dire qu'elle n'avait pas su approfondir son talent, choissisant souvent la facilité au détriment d'un certain sérieux professionnel. Elle n'a assurément pas eu la carrière qui aurait pu être la sienne si, en dépit de ses limites, elle avait choisi une voie plus rigoureuse et, somme toute, plus modeste. Peu convaincante dans "La mort a pondu un oeuf" (La morte ha fatto l'uovo,1968), film assez prétentieux de Giulio Questi, et dans "Ce merveilleux automne" (Un belissimo novembre,1969) de Mauro Bolognini.

Gina Lollobrigida s'est manifestement désintéressée, alors, du cinéma, pour se consacrer à la photographie, art dans lequel elle fit preuve de beaucoup d'application professionnelle et de talent. En 1971, Luigi Comencini, qui l'avait dirigée avec tant de réussite dans "Pain, amour et fantaisie" et "Pain, amour et jalousie", ses deux meilleurs films en définitive, allait lui offrir le rôle de la fée dans "Les Aventures de Pinocchio" (Le Avventure di Pinocchio). Mais le coeur, visiblement n'y était plus. Gina Lollobrigida fit montre, pendant le tournage, d'une mauvaise humeur dont le cinéaste sut tirer d'ailleurs le meilleur parti possible, faisant de la fée un personnage plutôt antipathique, acharné à brider les instincs libertaiçres du malheureux Pinoçchio.

Gina Lollobrigida n'en aura pas moins été l'un des plus beaux "monstres" érotiques du cinéma de l'après-guerre. Elle demeure aux yeux des spectateurs un "Sex-Symbol" et bien qu'elle n'ai tourné dans aucun film depuis 1972, elle est restée dans les consciences populaires une star, principalement en Italie.    

 

 

                                                                  1952      

411254742          

                                          Pain, amour et fantaisie -1953

        

       aapain239f

 

        

       AAWAY36FG

                              Le Maître de Don Juan -1953                   

      39498385

       

       AA96JH482C

 

                                      Pain, amour et jalousie - 1954

         

        aapain65rt

       

        aagdj459   

         

3916632

    

         39437986

                     

                                Plus fort que le diable - 1954

       AA96G23RX  

        AAVBG96F 

 

                                                           1956  

     AA69G2      

 

                                               1957  

         AA8974GJC3 

                     

        aGINALL

                                                             La Loi -1959          

aaloi 

 

 

     aap525hoie      

     aapr95ie32

 

AAVB96CD 

 

                                              Volupté  - 1964     

            aafr96DF 

    

           aaren56dfe

 aafemme89gh

                                          Les Poupées - 1965   

            aabambol

                         Etranges compagnons de lit -1964                 

           AAETR12JK9YU       

aa32floe

 

                        Paradiso, Hôtel du libre échange -1966                

           aahotem69rtu

           

   AACER36GH 

 

                             Bonsoir Mme Campbell -1968

             

           aabueno569

 

                                  

                                 Un merveilleux automne -1968

aaren89ert

 

*Affiches-cine *Cinemafrançais * Cinetom

 

     ____  Francis Blanche      "40 ème Anniversaire" ________