MICHAEL LONSDALE              1931 

       Comédien Français 

 

   

AA01ML55 (2)

  AA01ML11 (2)

 

Michaël Lonsdale est né le 24 mai 1931 à Paris, d'une mère Française et d'un père Anglais, officier de l'Armée des Indes. Michel Lonsdale pour l'état-civil, Michaël Lonsdale pour la scène et éventuellement Alfred de Turris lors de sa première apparition au cinéma. Jusqu'à l'âge de sept ans, il vit à Londres puis son père rejoint Casablanca et Rabat. La famille Lonsdale reste bloquée au Maroc pendant la guerre.

En 1947, il rejoint Paris, un monde nouveau s'offre à lui, qui le pousse à se réfugier dans la peinture. Malgré cela, pour convaincre ses appréhensions. Il s'inscrit au cours de Tania Balachova (1952/1955) qui l'amène à exprimer sa violence intérieure. Et en 1955, il débute sur les planches sous la direction de Raymond Rouleau, dans "Pour le meilleur et  pour le pire" de Clifford Odets.

C'est en 1956 que Michael Lonsdale débute au cinéma dans un film de Michel Boisrond "C'est arrivé à Eden". On le remarque aux côtés de Francis Blanche, Jean Tissier, Jacques Dufilho, Noël Roquevert et Pierre Dac dans le sublîme film tourné par Jean-Pierre Mocky en 1962 "Snobs". Lonsdale enchaîna plusieurs films pendant les années 60, on peut citer "La Dénonciation" (1961) de Jacques Doniol-Valcroze, "Adorable menteuse" (1961) de Michel Deville, "Le Procès" (1962) de Orson Welles, "Et vint le jour de la vengeance" (1963) de Fred Zinnemann (avec Gregory Peck, Omar Sharif et Anthony Quinn, sur fond de guerre civile espagnole, dans les Pyrénées...

Yves Robert complète sa prestigieuse affiche d'acteurs dans "Les Copains" (1964), il donna également la réplique à Fernandel dans "La Bourse ou la vie" (1965) échec cuisant pour le cinéaste Mocky. Cela ne l'empêcha pas de demander à Michael Lonsdale de bien vouloir compléter la distribution du film "Les Compagnons de la Marguerite" (1966). Un petit rôle dans "Paris brûle-t'il?" (1966) de René Clément, des retrouvailles avec Fernandel dans "L'Homme à la Buick" (1967) de Gilles Grangier avec Danielle Darrieux.

Outre une fidélité à toute épreuve à quelques cinéastes amis : Jean-Pierre Mocky, Marcel Hanoun, Marguerite Duras ou Joseph Losey, certaines constantes relatives se dégagent aussi dans le choix de ses rôles. L'habit, l'uniforme, voire la robe, siéent à Michael Lonsdale, homme de belle prestance qui a fréquemment incarné les notables de tout poil : député "La Mariée était en noir" (1967) de Truffaut, vice-consul "India Song" (1974) de Marguerite Duras, Président de la République "Les Oeufs brouillés" (1975) de Joël Santoni; et les hommes d'église : abbé "Le Souffle au coeur" (1970) de Louis Malle, moine "Le Nom de la Rose" (1986) de Jean-Jacques Annaud et même Saint "Le Bon roi Dabogert" (1984) de Dino Risi, sans oublier "Des Hommes et des Dieux" (2010) de Xavier Beauvois.

Et lorsqu'il interprète l'homme de la rue, celui-ci, sous une apparence bonhomme, est également politique ou mystique. Voir le chausseur bizarre de "Baisers volés" ou le chapelier masochiste de "Le Fantôme de la liberté". Artiste protéiforme, il a également réalisé un moyen métrage, "La Voix humaine", avec Polia Janska, d'après Jean Cocteau, ou été le narrateur de nombreux courts métrages animaliers, dont ceux de Jean-Marie Baufle et Gérard Calderon, son propre frère. De plus, il a interprété pour la télévision ou la radio plusieurs dizaines de dramatiques. En ce qui concerne les premières, relevons "Ping-Pong" (1958) de Jean Prat, "La conversation" (1965) de Michel Mitrani ou "Le bunker" (1981) de Georges Schaefer, sur les derniers jours d'Hitler.

Enfin, interprète privilégié au théâtre de Marguerite Duras ("L'amante anglaise", "Le navire night", "L'Eden Cinéma", Samuel Beckett ou Peter Händke, il s'y est illustré aussi sous la direction de Jean-Louis Barrault, Peter Brook et Claude Régy. Ceci, sans oublier ses propres mises en scène théâtrales, d'après Marcel Proust ou Marguerite Duras : d'opéras ("Erzsebet" (1983) de Charles Chaynes, au Palais Garnier) ou de spectacles musicaux depuis "Sa Négresse Jésus" (1973) de Michel Puig à la MJC de Nanterre. Encore Michaël Lonsdale trouve-t'il le temps de peindre et d'exposer, activité de ressourcement pour son métier ainsi qu'il a confié à "Libération" : "J'ai appris de la peinture à ne pas calculter, à ne pas décider. Peu à peu en peignant, je me suis rendu compte qu'il fallait laisser aller la main sans comprendre très bien ce qu'on faisait, et répondre à des impulsions très bizarres, à des besoins impérieux. J'ai appris à vivre dans l'instant sans savoir ce qui allait se passer. Dans le métier de comédien, on peut faire la même chose".

Citons certains films où la prestation de Michaël Lonsdale ne laisse pas indifférent parfois, épisodique quelque fois mémorable: "Et vint le jour de la vengeance" (Behold a Pale Horse,1963) de Fred Zinnemann avec Gregory Peck, Omar Sharif et Anthony Quinn, "Les Copains" (1964) de Yves Robert, "Les Compagnons de la Marguerite" (1966), "La Grande Lessive" (1968), "L'étalon" (1969), "Chut !" (1971), "Un Linceul n'a pas de poches" (1973) tous tournés par Jean-Pierre Mocky. Michaël Lonsdale donna la réplique à quelques monstres sacrés du cinéma français, comme Fernandel dans un autre film de Mocky, qui fut un échec commercial "La Bourse et la vie" (1965) puis dans un film de Gilles Grangier : "L'homme à la Buick" (1967) avec Danielle Darrieux, puis au côté de Louis de Funès dans "Hibernatus" (1969) de Edouard Molinaro.

En août 2010, le magazine "Télérama" introduisait ainsi un entretien avec Michael Lonsdale : "S'il n'avait pas été acteur, il aura aimé être archéologue ou ambassadeur. Il en a le physique . Avec sa barbe drue, on l'imagine bien découvreur, vieux savant. Vice-consul, il l'a éte maintes fois, aidé par sa prestance de lord Anglais. Michael Lonsdale a de fait couvert pas mal de métier, dans la police, l'Eglise ou les ministères. Le public le connaissait jusque-là, au moins de tête, pour l'avoir aperçu ici et là en bon Samaritain ou en bourgeois crapuleux. Grâce à "Des Hommes et des Dieux" Grand Prix du jury à Cannes, dans lequel il fait montre d'une sérénité puissante, il accède à une forme de consécration. De fait, son personnage du frère Luc dans le film de Xavier Beauvois donne l'occasion de redécouvrir un acteur irremplaçable du cinéma français, que les années 2000 ont ramené en pleine lumière grâce à de nombreux seconds rôles marquants. Il en faut un peu à l'acteur pour faire exister un personnage, que ce soit un improbable et hilarant Ange Gabriel dans "Ma vie est un enfer" (1991) de Josiane Balasko ou un iconoclaste visiteur dans "Nelly & Monsieur Arnaud" (1995) de Claude Sautet, sans oublier ses créations "historiques" telles que Louis XVI dans "Jefferson à Paris" (1995) de James Ivory ou "Balzac dans "Mauvais genre" (1997) de Laurent Bénégui.

Sa faste carrière en a fait peu à peu une personnalité emblématique prisée par les jeunes auteurs - Arnaud des Pallières, Sophie Fillières, Bruno Podalydès, Thierry Jousse, etc. - ou par des cinéastes plus chevronnés. On le voit ainsi dans le film de Jean-Daniel Pollet, "Ceux d'en face" (2001), comme, à l'autre bout du spectre cinématographique, dans de grosses productions internationales telles que "Munich"(2005) du cinéaste Steven Spielberg ou "Agora" (2009) de Alejandro Amenabar. Souple et disponible, l'acteur n'hésite jamais à apparaître également dans des courts métrages, parmi lesquels "La Table d'émeraude" (1992) de Pierre Bourgeade, "Deux amis, prélude" (1992) de Pierre Schoeller, "L'Empreinte" (2003) de David Mahieu-Mathias, "Les Mains d'Andréa" (2006) de Sébastien Betbeder ou encore "Bien joué" (2009) de Sandrine Veysset.

A la télévision, on aura notamment vu Michael Lonsdale dans "La Place de l'autre" (2003) de Roberto Garzelli, "La Séparation" de François Hanss (où il incarne le président Paul Doumer et "Le Fauteuil hanté" (2010) de Claude Chabrol. Au théâtre, il joue entre autres "La Mouette" de Tchekhov en 1993 et "La Divine Comédie" de Dante au Festival d'Avignon 2008. Il prête aussi son inimitable timbre à de nombreuses lectures (par exemple des extraits de Proust au théâtre La Bruyère en 2009, ainsi qu'à des films d'animation et des "livres-audio".

 

(Images&Loisirs)

 

AA01ML12 AA01ML13

AA01ML14 AA01ML15

AA01ML16  AA01ML17

AA01ML18 AA01ML19

AA01ML20 AA01ML21

AA01ML22 AA01ML23

AA01ML24 AA01ML25

AA01ML26 AA01ML27

AA01ML28 AA01ML29

AA01ML30 AA01ML31

AA01ML33 AA01ML34

AA01ML35 AA01ML36

AA01ML37 AA01ML38

AA01ML39 AA01ML41

AA01ML42 AA01ML43

AA01ML44 AA01ML45

           AA01ML01

 

                                      cinemathequedegrenoble  

AA01ML47 AA01ML48

AA01ML49 AA01ML50

AA01ML51 AA01ML52

AA01ML53 AA01ML54

 

 * Affiches : Cinémafrançais - Cinetom -   cinemathequedegrenoble

 

 

 

____________________________A suivre prochainement