DÉCÈS DE L'ACTEUR BRITANNIQUE    

            ROGER MOORE                    1927  -  2017 

            

AA01RM1

Pour les étrangers, il était l'archétype du gentleman anglais : l'acteur britannique Roger Moore, immortalisé par la série télévisée "Le Saint" et par sept James Bond 007, s'est éteint mardi en Suisse à l'âge de 89 ans des suites d'un cancer.

"C'est le coeur lourd que nous devons annoncer le décès de notre père aimant, Sir Roger Moore, aujourd'hui en Suisse après un court mais courageux combat contre le cancer", ont écrit sa fille Deborah et ses fils Geoffrey et Christian dans un communiqué.

Ils ont précisé que, conformément à son souhait, "des funérailles privées" auront lieu à "Monaco".

Roger Moore a longtemps habité à Gstaad (canton de Berne), où vivent de nombreuses célébrités fortunées, avant de déménager dans le canton du Valais, à Crans Montana, une autre station de sports d'hiver fréquentée par la jet-set.

En 2003, l'acteur avait échappé de peu à la mort après s'être écroulé sur une scène new-yorkaise, victime d'un arrêt cardiaque. "Il me semble que je me suis évanoui", avait-il confié en revenant à la vie, usant d'un euphémisme typiquement anglais. L'accident lui avait valu d'être appareillé d'un stimulateur cardiaque, un gadget que n'aurait pas renié 007.

Roger Moore est l'acteur qui a le plus longtemps incarné James Bond. Il avait pourtant été jugé "trop beau" et donc rejeté pour le premier 007, "Dr No" (1962). Il lui aura fallu attendre que Sean Connery soit fatigué du rôle pour prendre le relais.

Le succès fut soudain. Moore apportait avec lui non seulement charme et élégance mais également légèreté et humour. Et ce fameux sourcil redressé qui devait devenir sa marque de fabrique.

- 007 à sept reprises -

Il a incarné "Bond, James Bond" dans sept films, de "Live and Let Die" ("Vivre et laisser mourir") en 1973 jusqu'à "A view to a kill" ("Dangereusement vôtre") en 1985.

Son personnage de "Perfect Gentleman", il l'avait auparavant rodé dans la série télévisée "Le Saint" (The Saint) de 1962 à 1969. Le rôle de Simon Templar lui a offert le succès mondial, confirmé par une autre série, "Amicalement vôtre" (The Persuaders!, 1971-1972).Lord Brett Sinclair, le gentleman playboy incarné par Roger Moore et ironiquement baptisé "Sa Majesté" par son complice irrévérencieux Tony Curtis, est ancré dans les mémoires de toute une génération.

Playboy à l'écran, Roger Moore cumulait également les conquêtes dans la vie. Il s'est marié quatre fois. "Une bonne épouse est la meilleure recette pour rester en forme", avait-il expliqué en 2004. L'Italienne Luisa Mattioli, sa troisième femme, lui a laissé trois enfants. Né le 14 octobre 1927 dans le sud de Londres d'un père policier et d'une mère au foyer, le jeune Moore est ballotté d'école en école au hasard des évacuations dues à la Deuxième Guerre mondiale. Après avoir servi en tant qu'officier, il cumule les petits boulots avant de prendre un rôle de figurant en 1944 dans "César et Cléopâtre", avec Vivien Leigh. Un des coréalisateurs le remarque et le guide vers la prestigieuse école dramatique londonienne Royal Academy of Dramatic Art (RADA).

Après-guerre, il tente en vain une carrière à Hollywood avant de retourner en Angleterre dans les années 50 où il a le rôle titre dans la série "Ivanhoé". Ce personnage allait lui ouvrir les portes du petit écran, menant à sa sélection pour "Le Saint" et la gloire internationale.Il estimait cependant que son plus grand rôle, il l'avait joué pour le compte de l'Unicef : nommé en 1991 ambassadeur itinérant du Fonds pour l'enfance des Nations unies, il avait depuis parcouru le monde.

"Dresser le sourcil pour Bond était une chose mais sensibiliser l'opinion pour la cause des enfants est beaucoup plus important", avait-il déclaré à la BBC le 15 juin 2003. C'est d'ailleurs pour cette mission, et non pour sa carrière d'acteur, que Roger Moore avait été anobli par la reine Elizabeth II en 2003.

Les hommages ont commencé à affluer peu après l'annonce de sa mort, notamment de la part des acteurs Mia Farrow, Russell Crowe et Bryan Cranston. L'Unicef a loué son action auprès des enfants, tandis que le président français Emmanuel Macron a regretté la perte d'un "immense acteur". A Cannes, sur les marches du palais des Festivals, l'actrice britannique Kristine Scott Thomas a déploré la mort d'un "homme formidable".

_______________________________________

AA01RM2

Roger George Moore est né le 14 octobre 1927 à Stockwell, ^petite ville du sud de l'Angleterre, fils unique de George A. Moore, officier de police, et de sa femme Lily. Une double pneumonie lui fit manquer les cours pendant près d'une année et pertuba sa scolarité à l'école Hackford Road. Dès la fin  de la bataille d'Angleterre, il revint à Londres et reprit ses études, interrompues par les bombardements allemands sur la capitale anglaise. Il les abandonna néanmoins assez vite et quitta l'école au cours de l'année 1943, décrochant son premier emploi dans une agence de publicité. Sa fonction de stagiaire dans le service d'animation de cette société lui permit d'obtenir la carte professionnelle attribuée à tous les techniciens de l'industrie cinématographique anglaise. Licencié pour faute professionnelle, il se retrouva sans emploi et se présenta à un casting sur les conseils d'un ami.

Il décrocha une place de figurant dans deux films réalisés au cours de l'année 1946, "César et Cléopâtre" (Caesar and Cleopatra) où Vivien Leigh, Claude Rains et Stewart Granger sont les principaux interprètes et "Le Verdict de l'amour" (Perfect Strangers) de Alexander Korda puis l'année suivante "Piccadilly Incident" de Herbert Wilcox. Roger Moore réussit l'examen d'entrée de l'Académie royale d'art dramatique, en septembre 1944 puis il effectua son service national, quelques mois après la fin de la guerre. Le 9 décembre 1946, peu avant son départ, il épousa Doorn Van Steyn, qu'il avait connue à l'Academie royale d'art dramatique. A son retour, Roger Moore fit à nouveau de la figuration dans le film "Ma Gaie Lady" puis sous la direction du cinéaste Fred Zinnemann "Acte de violence" (Act of violence,1948) avec Van Heflin, Janet Leigh et Robert Ryan dans les principaux rôles.

Néanmoins, le travail étant plutôt rare en Angleterre, à cette époque, dans l'industrie du cinéma et Roger Moore parvint à s'introduire dans le milieu de la mode grâce à sa femme, particpant à quelques défilés qui lui permirent de gagner un peu d'argent. Il se sépara néanmoins de son épouse en 1950, mais leur divorce ne fut prononcer qu'en 1953. Entre-temps, il avait fait la connaissance, au cours d'une soirée, de Dorothy Squires, une chanteuse populaire. Ils se marièrent le 6 juillet 1953, quatre mois après l'officialisation de son divorce.

C'est aux Etats-Unis que l'acteur fit ses véritables débuts en tant qu'acteur. Après un court passage à Broadway en 1953, il rejoignit Hollywood l'année suivante, où il décrocha très vite quelques engagements particulièrement intéressants dans d'excellents films qui lui permirent de côtoyer de grands acteurs comme Elizabeth Taylor  avec "La dernière fois que j'ai vu Paris" (The Last Time I Saw Paris,1954) un mélodrame signé par Richard Brooks, Lana Turner dans "Diane de Poitiers" (1956) de David Miller; Roger Moore incarnait le prince Henry, époux de Catherine de Médicis et fils de François 1er, auquel il succéda sur le trône.

Il fut ensuite engagé pour tenir le rôle principal de la série "Ivanhoé" d'après le roman de Walter Scott. Malgré un évident manque de moyens et un traitement visuel fortement daté, cette série permit à Roger Moore d'acquérir un début de notoriété grâce à son excellente interprétation. Après trente-neuf épisodes,l'acteur abandonné ce rôle et signa un contrat avec les studios Warner Bros. Son premier engagement fut une autre série télévisée, "The Alaskans". Dans cette production inédite en France, dont le récit était situé en Alaska au 19ème siècle, lors de la ruée vers l'or, il tenait le rôle d'un aventurier.

En 1959, il incarna un jeune homme riche et romantique cherchant à séduire une jeune femme sans avoir recours à sa fortune, dans un épisode de la série "Maverick". L'année suivante, il accepta de remplacer l'acteur principal James Garner, alors en conflit avec les studios Warner Bros. Il incarna un nouveau personnage, Beauregard "Beau" Maverick cousin de Brett (James Garner) dans une quinzaine d'épisodes de la quatrième saison. Il tourna ensuite dans les westerns "Au péril de sa vie" (The Sins of Rachel Cade,1961) avec Angie Dickinson, et "Le Trésor des sept collines" (Gold of the Seven Saints,1961), deux films réalisés par Gordon Douglas. Après ces tournages, Roger Moore et son épouse retournèrent vivre en Angleterre. Son premier contrat d'importance sur le vieux continent fut le premier rôle du film "L'enlèvement des Sabines"  (Il ratto delle sabine,1961) de Richard Pottier avec Jean Marais et Mylène Demangeot (il jouait le rôle de Romulus, fondataire légendaire de Rome). Durant le tournage, il s'éprit d'une jeune femme; Luisa Mattioli et décida peu après de demander le divorce. Sa femme refusa pendant sept ans d'officialiser leur séparation et le divorce fut prononcé qu'en 1968. Le 11 avril 1969, il épousa Luisa Mattioli à Londres, avec laquelle il eut trois enfants, Deborah, Geoffrey et Christian. 

Entre-temps, l'acteur était devenu immensément populaire en Grande-Bretagne et en Europe avec le rôle de Simon Templar dans l'adaptation télévisée du personnage littéraire de Leslie Charteris, "Le Saint". Paradoxalement, ce rôle l'empêcha d'incarner un autre personnage littéraire, l'agent secret britannique, "James Bond contre Dr No". On le vit ensuite dans "Double jeu" (Crossplot,1969) et  dans "La seconde mort d'Harold Pelham" (The Man who Haunted Himself,1970) de Basil Dearden, il incarnait un homme victime de sérieux troubles psychologiques après un accident de voiture. Bien qu'il ait annoncé son intention de ne plus tenir un rôle régulier dans une autre série télévisée après  "Le Saint", Roger Moore accepta ensuite de tourner dans "Amicalement Vôtre". Cependant, à la fin de la première saison, il décida d'abandonner son rôle, épuisé par le rythme très éprouvant du tournage et le désir, bien légitime, de se consacrer au grand écran. Il prit le relais de Sean Connery et de George Lazenby dans le rôle de l'agent britannique James Bond, dans sa neuvième adaptation intitulée "Vivre et laisser mourir" (Live and Let Die) de Guy Hamilton.

AA01RM16

 

Entre-deux James Bond, Roger Moore tint le rôle d'un ingénieur, intendant d'une mine d'or en Afrique du Sud, dans "Gold" (1974) de Peter Hunt puis celui d'un marchand d'armes amoureux d'une journaliste dans "Le Veinard" (That Lucky Touch,1975), deux films avec Susannah York. L'année suivante, il incarna un avocat, neveu d'un chef de la mafia, dans "L'executeur" (The Excecutor,1976) avec Stacy Keach.

Après avoir interprété le célèbre détective anglais Sherlock Holmes, aux côtés de Patrick Macnee, dans le téléfilm "Sherlock Holmes à New York" (1976), il tourna dans "Parole d'homme" (Shout at the Devil), avec Lee Marvin, et "Les Oies sauvages" (The wild geese,1976) d'Andrew V. McLaglen avec Richard Burton; deux films d'aventures où il tenait l'un des rôles principaux. Il figura ensuite dans "Bons baisers d'Athènes" (Escape to Athena,1979) de George Pan Cosmatos, un film de guerre dans lequel  jouait également son ami David Niven, puis fut le chef d'une équipe de plongeurs confronté à des terroristes sur une plate-forme pétrolière située en mer du Nord, dans "Les loups de haute mer" (North Sea Hijack,1979) d'Andrew V. McLaglen avec James Mason et Anthony Perkins. Il participa au film de guerre "Le commando de sa majesté" (The Sea Wolwes,1980) toujours réalisé par Andrew V. McLaglen avec Gregory Peck, et en 1984 "La Machination" (The Naked Face) avec Anne Archer, tenant le rôle d'un psychiatre soupçonné du meurtre de l'un de ses patients. 

Fortement marquée par ses interprétations de James Bond : "L'Homme au pistolet d'or" (The Man with the Golden Gun,1974) de Guy Hamilton avec Christopher Lee, puis "L'Espion qui m'aimait" (The Spy who Loved me,1977) de Lewis Gilbert avec Curd Jürgens, il enchaîna en 1979 avec "Moonraker" de Lewis Gilbert avec Michael Lonsdale puis "Rien que pour vos yeux" (For Your Eyes Only,1981) de John Glen avec Carole Bouquet. En 1983 ce fut "Octopussy" (1983) de John Glen avec Louis Jourdan et Maud Adams. Roger Moore met un terme au rôle de James Bond avec "Dangereusement Vôtre" (A View to a Kill,1985) de John Glen avec Christopher Walken.

En 1980, il fit une amusante apparition dans "L'équipée du Cannonball" (The Cannonball Run) avec Burt Reynolds. Plus récemment, il a tourné dans "Feu, glace et dynamite" (Feuer, Eis & Dynamit,1990) avec son fils Geoffrey, "Le grand tournoi" (The Quest,1996) avec Janet Gunn, où il jouait un homme d'affaire peu scrupuleux, et "Spice World, le film" (1997).

En août 1991, Roger Moore succéda à son amie Audrey Hepburn en tant qu'ambassadeur de l'UNICEF, partageant ses activités entre la visite de camps de réfugiés à travers le monde et la collecte de fonds. Deux ans plus tard, ses médecins diagnostiquèrent un cancer de la prostate et l'acteur subit avec succès une intervention chirurgicale.

En 1998, il participa à une série de documentaires pour la télévision, "The KGB files", puis il incarna un auteur de romans policiers confronté à l'un de ses personnages littéraires dans le téléfilm "L'homme qui refusait de mourir" (1995). Il tourna aussi dans la série "Dream Team", courte production indépendante diffusée en 1999, dans laquelle il jouait un ancien espion chargé de diriger un groupe d'agents enquêtant sur des affaires criminelles internationales, et dans une épisode de la série "Alias". Roger Moore est revenur sur les planches d'un théâtre anglais pour jouer une pièce comique.

Roger Moore a été fait Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique, le 31 décembre 1998, par la reine Elizabeth II, à Buckingham Palace. Après trente-trois ans de vie commune et vingt-six ans de mariage, il a divorcé de Luisa Mattioli en 1996 et partage aujourd'hui la vie de Christina Tholstrup qu'il avait rencontrée à Saint-Paul de Vence.

Invité d'honneur du 40 ème Festival international de télévision de Monte-Carlo, il s'est vu décerné la Nymphe d'Or du meilleur acteur pour l'ensemble de sa carrière. Fortement marquée par ses interprétations de James Bond, Simon Templar et Lord Brett Sinclair (pour laquelle il reçut un trophée à la cérémonie des Sept d'Or, à Paris en 1999), il demeure aujourd'hui, et à juste titre, l'un des acteur les plus appréciés du grand public.

           AA01RM17

  

                                                  1954

 

         AA01RM13 

                                               1955

          AA01RM20

                                              1956

         AA01RM42

 

                         Quand la terre brûle - 1959 d'Irving Rapper  

         AA01RM19

 

                  Le Trésor des sept collines - 1960 de Gordon Douglas

         AA01RM40 

                                           1961

 

           AA01RM43

 

                                                    1976

 

                                                                  1977 

            AA01RM32 

 

                      Les Oies sauvages - 1978 de Andrew V. McLaglen

 

            AA01RM21

                                                      1979 

            AA01RM30

              AA01RM26 

 

                                                                  1981

AA01RM22 

                                                          1983 

AA01RM5

 

          AA01RM6

________________________________