Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
CINETOM
11 novembre 2016

JANE MARKEN, COMÉDIENNE AU CŒUR VIF ET LE VERBE HAUT....

        JANE MARKEN        1895 - 1976

        Comédienne Française

    AA01JM1

Avant tout c'est un rire : frais, perlé, cascadeur, un rire où passe le roucoulement de la tourterelle et qui invite à la gaiété. En a-t'elle vraiment gaspillé les éclats en compagnie de Jules Berry, pour lui laisser, en le quittant ce billet laconique où perce cependant la mélancolie "J'ai assez ri ?" Au temps de l'Odéon, elle a du le faire monter en fusée en jouant les servantes futées et irrésistibles du répertoire.

Jane Marken est née le 13 janvier 1895 à Paris. Après  le Conservatoire, elle parcourt l'Odéon et sur les Boulevards une carrière heureuse et abondante. Dès 1917, elle voit le cinéma s'intéresser à elle grâce à Germaine Dulac et Abel Gance. Ce dernier ne l'oublie pas et fait appel à son talent à plusieurs reprises dont son premier film "Fioritures" (1917), l'appréciait, ne l'oubliait plus, utilisait à nouveau sa blondeur, sa fraîcheur, la nacre de sa peau dans la version sonore de "Napoléon Bonaporte" (1935), dans "La Dame aux Camélias" (1934) où elle joue Prudence aux côtés d'Yvonne de Printemps, dans "Un grand amour de Beethoven" (1936) où elle s'afflige de la surdité d'Harry Baur, dans "Paradis Perdu" (1939) où elle compatit pleinenement aux malheurs des uns et des autres. 

A cette belle créature, appétissante, joliment dodue, point effarouchée, peuvent s'appliquer des comparaisons florales : rose arrivée par le matin ou culinaires : crème dont l'onctuosité baigne la langue et parfume le gosier. Marken, dont la carrière cinématographique commence vraiment à s'épanouir vers 1936, n'en est plus alors à son aurore et d'elle pourtant émane une sensualité singulière, la rose de septembre. L'ingénue émancipée qui animait en 1919 les films de Monca est oubliée, comme sont oubliées "Chouquette et son as" et "Madame et son filleul". Une petite bourgeoise avenante au corsage rebondi, heureuse de vivre et de bien manger, la remplace. Honnête à coup sûr, mais ne refusant pas la gabatelle pour peu que l'occasion s'en présente : l'herbe tendre et les souffles de l'orage dans "Partie de campagne" (1936) de Jean Renoir, l'obscurité complice et les propos galants dans "Les Enfants du paradis" (1943-1945). Madame Dufour et madame Hermine sont parentes; leurs rires énervés et consentants, leurs soupirs enamourés célèbrent le plaisir de l'instant. Les années vont passer qui abîment et qui détruisent, les partenaires oublieront vite. Elles protégeront le souvenir et garderont au creux de l'oreille l'écho de leur émoi.

La patronne de "L'Hôtel du Nord" (1938) de Marcel Carné ne s'abandonne pas si facilement. Derrière son comptoir, ou au hasard des chambres, elle a vu beaucoup de choses, s'est détournée discrète, mais a su consoler l'infortune et apaiser les chagrins. Elle est bonne et efficace, tandis que la mère Duponchet est vénale. Pour pousser sa fille Louisette dans les bras du Bien-Aimé dans "Remontons les Champs-Elysées" (1938) de Sacha Guitry, elle multiplie les courbettes, mime l'extase et souffle la chandelle, ivre de complicité. Le jeu robuste et coloré de Jane Marken rend sympathique cette joyeuse maquerelle comme est sympathique aussi la camériste d'Yvonne Printemps dans "Trois Valses" (1939) de Ludvig Berger, qui aime tant les défilés militaires.

Aux détours d'une carrière bien employée, elle va retrouver de temps en temps ces braves femmes au coeur vif et au verbe haut. En particulier dans "Copie conforme" (1946) de Jean Dréville lorsque, concierge accorte, elle se laisse lutiner par Jouvet; dans "Clochemerle" (1947) de Pierre Chenal où elle devient la belliqueuse baronne de Courtebiche qui manie le face-à-main et profère des invectives; dans "Lady Paname" (1949) de Henri Jeanson où elle mène bon train son excellente ménagère qui ne s'en laisse jamais conter.

Cependant, on s'est aperçu assez vite que la rose à des épines et que, si l'on y dépose quelques gouttes de citrons, la crème risque de tourner. Déjà la veule pensionnaire de "Lumière d'été" (1942) de Jean Grémillon, que le bal masqué restitue au petit matin, hagarde et fatiguée, sentait venir le vent. Anne, dans "L'Eternel Retour" (1943) de Jean Dealnnoy, s'oriente de nouveau vers le dévouement et les soins attentits, mais insensiblement Marken va devenir redoutable. Sèche tenancière d'un restaurant de marché noir dans "Les Portes de la nuit" (1946) de Marcel Carné ou bourgeoise du XVIè indifférente au malheur qui passe dans "Falbalas" (1944) de Jacques Becker. C'est encore moindre mal. Sa rencontre avec le cinéaste Yves Allégret la précipite dans les enfers. Elle se prostitue en compagnie de "Dédée d'Anvers" (1947), fait peser un hôtel battu par la pluie, sa présence sournoise, malveillante et cruelle à coup sûr dans "Une si jolie petite plage" (1948). Dans "Manèges" (1949) enfin, vieille cantin, elle s'acharne avec sa fille (Simone Signoret) à ridiculiser, blesser, dépouiller celui qui les nourrit et les abrite (Bernard Blier). Le visage bouffi de Marken pendant la confession finale, lorsque les larmes délayent le rimmel en rigoles noirâtres est de ceux que l'on oublie pas, comme on n'oublie pas non plus dans "Maxime" (1958) de Henri Verneuil la demi-mondaine plus que mûre, qui hoquette en buvant son champagne assaisonné de venin.

La mère de "Chéri" (1950) de Pierre Billon, bornée, avare et méchante est du même acabit : le personnage de "Deux sous de violettes" (1951) de Jean Anouilh du même style et que dire de la nourrice de "Caroline chérie" (1950) de Richard Pottier trop heureuse de se venger des avanies du temps-passé. Devant de semblables mégères, la mère Josserand de "Pot-Bouille" (1957) de Duvivier qui, pour caser ses filles tuerait presque son mari, semble déborder de tendresse. Tout en restant fidèle à son image de marque dans des films tels que "Ces dames aux chapeaux verts" (1948) de Fernand Rivers, " Chiens perdus sans collier" (1955) de Jean Delannoy avec Gabin ou "Les Trois font la paire" (1957) de Clément Duhour et Sacha Guitry, Jane Marken démontre avec sa virtuosité coutumière qu'un sourire bonasse et une voix mielleuse constituent les auxiliaires de la fourberie et de la scélératesse. Ses rôles dans "Retour à la vie" (1948), film à sketches, "Le Miroir à deux faces" (1958) de Cayatte ne le cèdent en rien sous le rapport de la tartufferie et de la méchanceté. On se souviendra également de son rôle au côté de Brigitte Bardot dans "Et Dieu créa la femme" (1956) de Roger Vadim.

La disparition de Jane Marken qui tint une belle place dans le cinéma d'une époque est passée inaperçue. Depuis quelque temps l'actrice avait fermé à clé le placard aux monstres : elle préférait évidemment se souvenir des Bords de la Marne par un beau jour d'été ou de la chambre de Mimi Pinson accrochée au flanc de la Butte. Jane Marken décède d'une crise cardiaque, le 1er décembre 1976 à Paris. Cette actrice qui était une artiste populaire de surcroît, disparut sans bruit avec la plus grande discrétion pendant le début des fêtes de Noël. Sa dépouille a été selon ses voeux, incinérée au Cimetière du Père-Lachaine, faute d'avoir renouveller la concession son urne a été relevé....

 Olivier Barrot - Raymond Chirat - Noir&Blanc - Editions Flammarion

                                                      1932 - 1934

 

AA01JM4AA01JM5

 

 

AA01JM6 AA01JM10 

             AA01JM8

 

 

AA01JM7 AA01JM9

 

                                                      1935 - 1936

 

AA01JM11 AA01JM12

                                                                 1936 - 1939

AA01JM13 AA01JM14

 

AA01JM15 AA01JM16

 

         AA01JM38

 

         AA01JM19 

         

          AA01JM18

 

                        AA01JM20 

                         AA01JM21

            AA01JM22

 

AA01JM23 AA01JM24

 

                                                                   1940 -1944

AA01JM25 AA01JM26

 

 

AA01JM27 AA01JM29

 

                           AA01JM28 

                           

                            AA01JM30 

                           

             AA01JM31

 

             AA01JM32 

          

AA01JM33 AA01JM34 

                                                      1945 - 1946

AA01JM42 AA01JM43 

AA01JM44 AA01JM45 

AA01JM46 AA01JM47 

AA01JM48 AA01JM49

 

                          AA01JM50 

                                                             1947

            AA01JM40

 

AA01JM52 AA01JM53

 

 

 

              AA01JM39

                                                                     1948

AA01JM54AA01JM55

 

AA01JM56 AA01JM57

 

                     AA01JM58 

           AA01JM59 

Une si jolie petite plage - 1949 - Bande-annonce HD

                                                  1949

 

                        AA01JM60 

                        AA01JM61

 

"Manèges" - Blier/Signoret

 

AA01JM62 AA01JM63

 

AA01JM64 AA01JM65

 


           AA01JM37

 

           AA01JM66

 

                          AA01JM67

 

                                                    1951

           AA01JM35

 

AA01JM68 AA01JM69

 

AA01JM70 AA01JM71

 

AA01JM72 AA01JM73

 

AA01JM74 AA01JM75

 

AA01JM76 AA01JM77

 

AA01JM78 AA01JM79

 

AA01JM80 AA01JM81

 

AA01JM82 AA01JM83

 

AA01JM84 AA01JM86

 

           AA01JM36

 

AA01JM87 AA01JM88

 Affichescine -Cinéma français - Cinetom

 

_________________________George Cukor

 

 

 

Publicité
Publicité
Commentaires
CINETOM
Publicité
Visiteurs
Ce mois ci 1 549
Depuis la création 1 706 610
Pages
Newsletter
8 abonnés
CINETOM
Derniers commentaires
Publicité