Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
CINETOM
1 mars 2011

ANNIE GIRARDOT, MORT D'UNE GRANDE ACTRICE POPULAIRE (II)

              ANNIE GIRARDOT                    1931 - 2011        

                     Actrice Française   

         

  AA45RT32AG84

   

             

           

          2ème Partie

Retour à la bonne grosse rigolade avec un impérissable chef d'oeuvre d'Audiard "Elle boit pas, elle fume pas, mais elle drague" (1970). C’est le troisième des neuf films réalisés par Michel Audiard, qui a toujours avoué préférer un roman pour bâtir un script : « J’aime partir d’un livre parce que c’est un bon moteur au départ, même si on le fout en l’air après. » (in “Audiard par Audiard”, René Chateau, 1995). Une pléiade de vedettes se succèdent :Annie Girardot, Bernard Blier, Sim, Jean-Pierre Darras, Jean Carmet, et Jean le Poulain.

On me parle souvent des longs titres de mes films, expliquait-il Audiard. J’aime bien ça, les titres-phrases. Parce que par goût, par vice, j’ai toujours été plus tenté d’acheter un roman dont le titre est une phrase. Je trouve cela chouette. Si je vois sur une couverture “Marie” ou “Joseph”, il faut vraiment que je sois sûr de l’auteur, sinon cela ne me tente pas. Je suis certain que si “À la recherche du temps perdu” s’appelait simplement “Albertine”, ce serait moins bon. » (ibid.). En 1972, Audiard tourna, toujours avec Annie Girardot,Elle cause plus… Elle flingue" qui n’est pas une suite de ce film.

Gaff1185611617  0000144_aff_001_med

 

               05_0222_p01

               ELLE_BOIT_PAS_ELLE_FUME_PAS_ELLE_DRAGUE_PAS_MAIS_ELLE_CAUSE__1969_reference

                      1219__1219_18450141

                             Avec Michel Audiard

               elle_boit_pas_elle_ii_tou_01_g

Annie Girardot se retrouve au début de l'été 1970 aux côtés de Brigitte Bardot pour le tournage du film "Les Novices" de Guy Casaril. Annie énonca : "J'ai l'impression d'être la mère de Brigitte. Je prends plaisir à être aux petits soins avec elle. Je l'oblige à dormir au moins dix heures par jour. Je lui prépare ses menus... (Annie Girardot press-book du film) -Avec Annietoutestmerveilleux. J'aime autant la comédienne que la femme. Je suis sûre qu'ensemble nous allons faire un film étonnant". (Brigitte Bardot,idem)

Annie a beaucoup tourné avec une moyenne de quatre films par an, en 1971, André Cayatte réalise "Mourir d'aimer" qui s'inspire sans détours de l'histoire authentique de Gabrielle Russier; professeur dans un lycée du sud-ouest de la France, divorcée, mère de deux enfants, qui se donna la mort à la suite des accusations portées contre elle. Annie Girardot atteint une côte de popularité record avec "Mourir d'aimer". Elle s'est beaucoup investit....

Hormis ses "Lettres de Prison", présentées par Raymond Jean, deux ouvrages furent consacrés à l'affaire : "Les Écrous de la haine" par Michel Del Castillo et "Plaidoyer pour une âme" de Geneviève Lefèvre-Toussaint. Maître Palanque, juge d'instruction chargé de l'affaire en 1969, rendit publique une lettre (publiée dans "Le Provençal") dans laquelle il reprochait au metteur en scène son manque d'objectivité à l'égard de la justice et des parents. Aux côtés d'Annie Girardot, le regretté Bruno Pradal (l'élève) et François Simon.

Robert Chazal ecrivait le 23 janvier 1971 sur France-Soir "Annie Girardot domine tout le film de son autorité, de sa sensibilité. Quand elle est au milieu des élèves, c'est elle dans le comportement est le plus jeune et la plus dynamique. Dans le drame et dans le desespoir elle est bouleversante au-delà de toute expression. C'est la plus grande des artistes dans le plus généreux des films.

 "La Vieille Fille" (1971) est le premier long métrage de Jean-Pierre Blanc, réalisé grâce à l'appui de Philippe Noiret et Annie Girardot, enthousiasmés à la lecture du scénario. C'est l'histoire de la rencontre de Muriel Bouchon, "vieille fille" et de Gabriel Marcassus quadragénaire solitaire incarné par Philippe Noiret qui semblait bien s'amuser avec sa partenaire....Le film connut un succès public honorable : 370.000 entrées à Paris en neuf semaines d'exclusivité. Le cinéaste retrouva même Annie Girardot en vedette de son troisième film, "D'amour et d'eau fraîche" (1975) avec Miou-Miou et Julien Clerc.

Annie Girardot enchaîne avec "Les Feux de la Chandeleur" (1972) de Serge Korber, qui avait précédemment dirigé Louis De Funès dans "Sur un arbre perché" et dans "L'homme orchestre", revient à un cinéma, intimiste et poétique, celui de ses courts métrages et de son premier long métrage "Le 17e Ciel".

Si le film reste fidèle à l'esprit du roman, la construction en est malgré tout différente. Le roman comprend de nombreux retours en arrière alors que le film se déroule chronologiquement de 1962 à 1972, car, avoue Serge Korber "je ne crois pas au "flash back" au cinéma". Le film fut tourné à Besançon, Pontarlier et Mouthiers en janvier et février 1972 mais cette année-là l'hiver fut si doux qu'il fallut faire appel aux spécialistes en neige artificielle.
                

   

Novices_20_les_   Novices_20_les__20_C_

               novices_02_g

              novices_04_g

                          _B_VMCt__Wk___KGrHgoH_CIEjlLl0nU1BKbwrQ4sKQ___12 

 517173 Mourir_20d_aimer

                  mourir34

              mourir3

               mourir

               10_505547

                      mourir2

               mourir4568

Gaff422484078 la_vieille_fille01

              1484____cm___girardot___1____la_vieille_fille__

               la_vieille_fille2

              la_vieille_fille

               1484____cm___noiret___girardot___4___la_vieille___

              2201139065_1a8b3933c1

                    fb82_12

 

 

                          21dd_12

                         _BRjjEiQCGk___KGrHgoH_DIEjlLlul7eBJ_l7f_yDQ___12

               35279959_p

              11539__feux_de_la_chandevlcsnap_4255621

              feux_de_la

              feux_de_la2

               feux_de_la3

              les_feux_de_la_chandeleur_1972_reference              

               les_feux_de_la

                       elle_flingue

              elle_cause_plus

                         Il_20n_y_20a_20pas_20de_20fumee_20sans_20feu

              42_18806208

L'un des meilleurs films de l'année 1972 reste sans conteste "Traitement de Choc" avec Alain Delon, Robert Hirsch et Michel Duchaussoy. Alain Jessua eut l'idée de ce film grâce à une expérience personnelle : "Je me suis trouvé dans la situation d'Annie Girardot. J'ai pris quelques vacances dans une maison de repos en Bretagne. Au bout de quatre jours, j'en avais assez. J'ai laissé aller mon imagination et je me suis dit que ce serait marrant de tourner un film dans un institut de ce genre."

Le cinéaste juge "Traitement de choc"comme "un film d'angoisse, de suspense, où l'humour trouve sa place de temps en temps, alors que tout devient de plus en plus angoissant". Pourtant, Alain Jessua n'a pas voulu faire un film délibérément noir : "C'est un film optimiste, grâce à l'action du personnage joué par Annie Girardot.".

Alain Jessua rend hommage à la comédienne : "Elle n'a cessé de prendre à cœur son travail activement." La scène du crime final a été pour nous tous un grand moment de cinéma. Je voulais très précisément revenir à une certaine vérité de ce type de situation. Je voulais un crime auquel on puisse croire, pas un crime "de cinéma".

Le film est resté célèbre pour les scènes dans lesquelles les deux acteurs principaux apparaissent entièrement nus. Les extérieurs ont été tournés à Belle-Ile-en-Mer. 

 

                              Traitement_20de_20choc

 

                      traitement_de_choc_affiche_235042_5649

 

                       traitement_de_choc_affiche_235043_5649

 

              traitement_de_choc_73_09_g

 

               Traitementdechoc3Grd

              traitement_de_choc_73_11_g

 

              traitement_de_choc_73_10_g

 

              traitement2

 

              traitement

 

 On retrouve Annie Girardot dans une comédie qui n'arrive point à s'affirmer, "Juliette et Juliette" (1973) de Rémo Forlani avec Marlène Jobert et Pierre Richard.Apparaissent également au cours du film : Philippe Léotard en catcheur séducteur, Patrick Préjean en client de taxi irascible et Daniel Prévost qui personnifie l'ami du photographe, joué par Rémo Forlani lui-même.

 

L'année 73 se termine avec le tournage du film "Ursule et Grelu" du cinéaste Serge Korber. Le film n'eut pas un grand intérêt, mise à part l'interprétation d'Annie Girardot, elle y est membre de l'armée du salut, aux côtés d'un Bernard Fresson en accordéoniste. A cette époque là, Annie tourne trop, on a l'impression qu'elle ne prends pas le temps de lire suffisamment les scénarios qui lui sont proposés.

 

                        juliette_et_juliette_affiche_180040_19156

 

               19156__juliette_et_juliette__06

               19156__juliette_et_juliette__04

 

               19156__juliette_et_juliette__03

   

            ursule_et_grelu      le_soupcon

 C'est en 1974, qu'Annie Girardot va remporter son plus grand succès avec "La Gifle" de Claude Pinoteauaux côtés de Lino Ventura, Isabelle Adjani et Francis Perrin. Le film est resté à l'affiche des cinémas parisiens en exclusivité pendant plus de 27 semaines. Ce sucès elle le partage avec Lino Ventura qui déclara :"Le sujet m'a plu, déclare Lino Ventura, car Dabadie, Pinoteau et moi-même avons des filles, nous avons voulu faire une comédie intergénération en faisant appel à nos propres expériences de père". Cette "comédie passionnelle" comme aime l'appeler Claude Pinoteau, est le second film du réalisateur qui a en effet signé avec la même équipe un film policier très apprécié "Le silencieux".

Annie Girardot s'engage dans trois autres films,  l'un sur l'évocation de la tragédie chilienne "Il pleut sur Santiago" (1975) d'Helvio Soto aux cotés de André Dussolier, Bernard Fresson, Jean-Louis Trintignant, Maurice Garrel, Serge Marquand, Laurent Terzieff, Bibi Andersson et Ricardo Cucciolla. Le suivant avec Alain Delon dans "Le Gitan" (1975) adapté du roman "Histoire de fou", paru, dans la série noire, José Giovanni la nettement transformé : le héros, Pierre Loutrel, alias Pierrot le fini, disparaît et se mue en Gitan, devenu truand par révolte hors de toute mythologie gangstériste. Alain Delon, ici également coproducteur.

Et enfin "Il faut vivre dangereusement" (1975) dont ce fut l'unique réalisation de Claude Makowski. Elle y est l'amie de Claude Brasseur, petit detective privé qui rêve de partir construire un hôtel sur une île et manger des écrevisses tous les jours.

 

                             18867104_w434_h_q80

 

                  i_12594_gifle__la___1974___03

                   i_12594_gifle__la___1974___08 

               18817428               

              42_18983734 

               la_gifle_1974_reference  

                    _Bcgb9egB2k___KGrHqMOKjUEq49luDIeBK0ypjtmY____12 

                    _Bcgb_GgBGk___KGrHqUOKjsEq5TokYCvBK0ypqLuRw___12 

                   _Bcgc_nw_2k___KGrHqUOKiUEq5eCr_Q_BK0yp_i_Hg___12 

                                   il_pleut_sur_santiago 

               09_0084_p02 

 

                       Gitan_20_le_ 

                      Gitan_20_le__20_B_ 

              07_0237_p01 

               le_gitan_1975_reference 

               le_gitan_19

  

           833502397_L 

                IL_FAUT_VIVRE_DANGEREUSEMENT_1975_reference

 

Un autre triomphe d' Annie Girardot, "Docteur Françoise Gailland" (1976), inspiré d'un roman de Noelle Loriot "Un cri" ". C'est Annie Girardot, passionnée par le roman, qui choisit d'en confier l'adaptation à Jean-Louis Bertucelli, dont elle avait beaucoup admiré "Remparts d'argile" (1970) et "On s'est trompé d'histoire d'amour" (1974). Il semble qu'ensuite les affinités entre le cinéaste et son interprète aient fait place à de l'incompréhension - " Quand j'ai eu connaissance de cette adaptation, j'ai été catastrophée. C'était insipide, crétinisant... " (A. Girardot, entretien dans " L'Unité ").
" Annie Girardot est une grande comédienne, mais le film que je voulais faire n'était pas celui qu'elle voulait faire. Cette histoire ne m'intéressait pas. " (J.-L. Bertucelli, Le Film Français, 8 avril 1977).
En dépit de ces " divergences " et d'un accueil critique plutôt mitigé, le film connut un très grand succès commercial puisqu'il rassembla, en quinze semaines d'exclusivité parisienne, 527 204 spectateurs.

Avec le film de Jean-Pierre Blanc, Annie donne la réplique à Julien Clerc et Miou-Miou avec "D'amour et d'eau fraîche" (1975) et retrouve par le suite le cinéaste de "Mourir d'aimer" et "Il n'y a pas de fumée sans feu", André Cayatte qui s'interroge sur l'enfance kidnappée dans "A chacun son enfer" (1976), quelques temps auparavant, l'affaire Patrick Henry et celle du "Pull-over rouge" ont été un choc émotionnel auprès du peuple français. Annie Girardot a de nouveau pour partenaire Bernard Fresson. Il s'agit d'un des derniers films avec Fernand Ledoux.

 "Le Point de Mire" (1977) de Jean-Claude Tramont s'inscrit dans la lignée de ces films répondant à la paranoïa engendrée par l'assassinat du président Kennedy. C'est à dessein que le scénario reste flou sur certains points, accréditant la thèse que le meurtre de John W. Maxwell a été décidé au plus haut niveau et que, comme LeeHarveyOswald, il fallait trouver un homme (ou une femme) « de paille » : « L'important, c'est de savoir choisir, dit l'un des artisans du complot. Choisir sa victime, c'est facile. Il faut savoir choisir le coupable. ». Aux côtés d'Annie Girardot, Jacques Dutroncet Jean Bouise.

 

En 1977, Annie Girardot et Philippe Noiret forment un tandem dans "Tendre Poulet" d'après le roman "Le Frelon" – dont la construction en trois points de vue différents a ici disparue Jean-Paul Roulandet Claude Olivier, fut suivi de "La Fouine" et de "Poulet à l'italienne". La voix du mainate d'Antoine Lemercier est en fait celle de Michel Audiard. En 1980, Philippede Broca réalisa une suite de "Tendre poulet", "On a volé la cuisse de Jupiter", avec la même équipe :Annie Girardot, Philippe Noiret, Catherine Alric, Francis Perrin et Roger Carel.

 

 

docteur_francoise_gailland_0 docteur_francoise_gailland 

                   doc_francoise_gailland_04_g 

                  i_1460_docteur_francoise_gailland__03 

                   i_1460_docteur_francoise_gailland__04 

                  docteur 

                  i_1460_docteur_francoise_gailland__08

 

d_amour_et_d_eau_fraiche    a_chacun_son_enfer

                        cours_apres_moi_que_t_attrape

                        le_dernier_baiser

    2ecb_12 le_point_de_mire 

              le_point_de_mire

              le_point_de_mire2

 

 

                                tendre_poulet 

 

                  ades2

 

                  tendre_poulet_1978_3139_224773933 

                  33761407_p 

                  tendre_poulet_1978_3139_831372004  

                  20_0163_p01 

                  tendre_poulet_1978_3139_1208982921 

                  tendre_poulet_1978_3139_1751328303 

                  tendre_poulet_1978_3139_1883533427

 

                                   

              15_0057_p03 

               ON_A_VOLE_LA_CUISSE_DE_JUPITER_1979_reference 

               2438_on_a_vole_la_cuisse_de_jupiter_on_a_vole_la_cuisse_de_jupiter__18834271 

              on_a_vole_la_cuisse_de_jupiter_1980_01_g

                 Dans "L'Amour en question" (1977) d' André Cayatte, Annie Girardot incarne un juge d'instruction, avec "Vas-y Maman" (1978) elle est un écrivain aux côtés de Pierre Mondy, Nicole Calfan et Claude Piéplu. Annie  donna également la réplique à Patrick Dewaere dans "La Clé sur la porte" (1978) d'Yves Boisset. 

Annie Girardot affirme une certaine indépendance dans le choix de ses films, et celà depuis "Vivre pour vivre" de Claude Lelouch. "La Zizanie" (1978) réalisé par Claude Zidi fut l’unique occasion pour Annie Girardot et Louis de Funès de partager la vedette d’un film, ils furent tous deux assez émouvant.

 

On peut également ajouté dans la filmographie d'Annie Girardot sa participation dans le film de Luigi Comencini "Le Grand Embouteillage" (1978) ou l'on pouvait reconnaître un ombre mportant d'acteurs de toutes nationalités confondues : Miou-Miou, Patrick Dewaere, Gérard Depardieu, Fernando Rey, Ugo Tognazzi, Marcello Mastroianni, Alberto Sordi et Stefania Sandrelli... 

 

Il y eut aussi "Le Cavaleur" (1979) de Philippede Broca avec Jean Rochefort,Danielle Darrieux et Nicole Garcia, et "Causes toujours tu m'interesses" (1978) du cinéaste Edouard Molinaro, elle y retrouvait son partenaire Jean-Pierre Marielle. l’aube des années quatre-vingts, Annie Girardot demeure toujours l’actrice française la plus populaire. Selon son habitude, elle alterne les genres, passant d’une comédie à un film policier puis à un drame sentimental, en interprétant des personnages souvent profondément ancrés dans la réalité sociale tels que médecin, professeur, chauffeur de taxi, avocat ou tout simplement femme au foyer. «Je crois que je suis la seule en France à avoir joué des rôles qui pouvaient aider les femmes. J’ai joué des rôles plus forts, des rôles d’homme» (in «La Revue du Cinéma» n° 472, Juin 1991).   

                     vas_y_maman

                     l_amour_en_question 

                      vas_y_maman 

             42_18247568

                       la_cle_sur_la_porte 

                     la_cle_sur_la_porte_19 

              la_cle_sur_la_porte_3 

              la_cle_sur_la_porte_1 

               CRO 

              la_cle_sur_la_porte_5 

              la_cle_sur_la_porte_1978_reference 

 

                 18478152dw4 

                 la_zizanie2

 

              LA_ZIZANIE_1978_reference 

               LA_ZIZANIE_1 

               26_0006_p02

                                       le_grand_embouteillage 

                                le_grand_embouteillage_affiche_49700_14493 

                 i_14493_grand_embouteillage__le___02 

                  i_14493_grand_embouteillage__le___04 

                  i_14493_grand_embouteillage__le___05 

                  i_14493_grand_embouteillage__le___03 

                         le_cavaleur 

                  03_0223_p01 

                                cause_toujours_tu_m_interesse 

             42_17691866

                        _BYN_Wm_BWk___KGrHgoOKjsEjlLmVqugBKgYK3Euvg___12 

                     e930_12 

              _Bd6D_g_Bmk___KGrHqEH_DsEreR0u9tuBK7Eet489g___12 

              _Bd6Ez3gCGk___KGrHqQOKiYEq5FvmbtNBK7EiVV_l____12

 Jamais négatifs ou résignés, les personnages qu’elle incarne sont en perpétuel combat contre les injustices et les préjugés, comme l’avocate d’"Une Robe noire pour un tueur" (1980) de José Givanni et son attaque virulente contre la peine de mort. Mais à la suite de quelques échecs publics consécutifs, dont le méconnu "La Vie continue" (1981) mise en scène par Moshé Mizrahi aux côtés de Jean-Pierre Cassel et Pierre Dux, où elle donne la réplique à sa propre fille Giulia Salvatori, les producteurs se détournent subitement d’elle et les projets, comme «Ticket d’acier» écrit par Bertrand Blier pour Patrick Dewaere, Gérard Depardieu et elle, n’aboutissent pas. De surcroît, son spectacle au Casino de Paris «Revue et corrigée», en 1982, s’avère un échec cuisant, laissant la comédienne moralement meurtrie. Mais Annie Girardot représente une figure familière dont le cinéma français semble ne pouvoir se passer et, en 1984, les propositions affluent de nouveau.  

Une nouvelle Girardot, plus sereine et libérée des fluctuations du box-office, entame une nouvelle carrière dominée par les rôles de mères : vengeresse "Liste Noire" (1984) d' Alain Bonnot, jalousement possessive de son fils unique "Partir Revenir" (1984) de Claude Lelouch, "Cinq jours en juin" (1988) de Michel Legrand ou simplement attendrie et bienveillante face à une progéniture turbulente et envahissante "Merci la vie" (1991) du cinéaste Bertrand Blier.  

Les cinéastes n’hésitent plus à lui confier des personnages peu sympathiques, comme la taularde féroce et délatrice de "Prisonnières" (1988) de Charlotte Silvera et «Le Fléau», insupportable mégère et compagne grossière de Paul Léautaud dans "Comédie d'Amour" aux côtés de Michel Serrault. Claude Lelouch, qui lui voue une fidélité à toute épreuve, l’engage avec régularité. L’Italie, sa seconde patrie, la sollicite également tant au cinéma qu’à la télévision, mais les films qu’elle y tourne demeurent à ce jour inédits en France. Sa popularité l’amène tout naturellement à travailler pour la télévision et les populaires séries estivales «Le vent des moissons» et «Orages d’été» la confrontent aux réalités rurales et aux déboires sentimentaux dont le grand public raffole.

 

Elle tourne également pour le petit écran dans «Un métier de seigneur», «Le front dans les nuages», aux côtés de Danielle Darrieux, «Les merisiers» et «Un pull par-dessus l’autre». Toujours présente au théâtre, elle joue «Marguerite et les autres» (1983), spectacle composé de textes de Jean Cocteau, Jean-Loup Dabadie, Pierre Étaix, Michel Audiard et Félix Leclerc, «L’avare» de Molière, dans une mise en scène de Roger Planchon (1986), avec Michel Serrault, «Première jeunesse» de Christian Giudicelli (1987), avec Odette Joyeux, «Le roi se meurt» d’Eugène Ionesco (1988), «Heldenplatz» de Thomas Bernhard (1991), «La famille écarlate» de Jean-Loup Dabadie (1992) et «Les chutes du Zambèze» de Daniel Soulier (1995), etc… En complément de ces multiples activités, Annie Girardot est l’auteur de deux recueils de souvenirs «Vivre d’aimer» et «Ma vie contre la tienne», dédié à sa mère.

De 1990 à 2000, la carrière de la comédienne se décline essentiellement à la télévision, en Italie ou en France. Elle joue beaucoup moins au cinéma mais décroche malgré tout un César du meilleur second rôle féminin pour sa prestation dans "LES MISERABLES" (1994) de Claude Lelouch. Sur scène, l’actrice livre un bouleversant discours qui restera dans les annales de la cérémonie, lâchant en larmes « je ne sais pas si j’ai manqué au cinéma, mais lui m’a manqué infiniment, follement, éperduement… ».

 

 

                           une_robe_noire_pour_un_tueur

              18_0037_p01 

              une_robe 

              une_robe2 

la_vie_continueba88_1

 

              la_vie_continue 

                annie_20girardot_20la_20vie_20continue 

                        la_revanche                                            

    

                                 liste_noire  

                                  

                            adieu_blaireau 

              ADIEU_BLAIREAU_1984_reference 

                          prisonnieres 

               prisonnieres1 

               prisonnieres2   

cinq_jours_en_juin   480726366_L 

              03_1307_p01 

              03_1307_p02 

               03_1307_p04 

                          comedie_d_amour 

               comedie_d_amour

 

                              3700173215238 

                             

             MERCI_LA_VIE_1990_reference

    

                              02_1550_aff01 

             02_1550_p01 

             02_1550_p03 

                        les_miserables 

             10944__photo_les_miserables_1 

                      les_bidochon_0

              BIDONCHON4 

              bidochon 

              BIDOCHON2 

              BIDONCHON

  On la retrouve ensuite dans "Les Bidochons" (1996), "Ceci est mon corps" de Rodolphe Marconi (2001) et surtout "La Pianiste" de Michael Haneke où une fois de plus son remarquable charisme crève l’écran, ce qui lui permet de remporter un nouveau César. Récemment, Annie Girardot a prêté sa voix au film d’animation de Jacques Rémy Gireird "La Prophétie des Grenouilles" (2003) avant de faire des apparitions dans "Le Temps des Porte-Plumes" (2006) de Daniel Duval, "C’est beau une ville la nuit" (2006) de Richard Bohringer, "Boxes" (2007) de Jane Birkin ou "Christian" (2007) de Elisabeth Löchen. En septembre 2006, le grand public apprend par l’intermédiaire de son avocat, puis de la presse, qu’Annie Girardot est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Le livre « La Mémoire de ma mère » paru en avril 2007 et écrit par sa fille Giulia Salvatori, raconte le combat quotidien de l’actrice contre la maladie. L'immense actrice qu'était Annie Girardot vient de nous quitter à l'âge de 79 ans le 28 février 2011.

 

                       69215068_af_w434_h_q80 

              pianiste_2001_04_g 

       ceci_est_mon_corps             l_age_de_braise_0 

  t_aime                preference

 

                  boxes 

                      la_prophetie_des_grenouilles       

 

                         cache_2 

              paysage_0M 

je_prefere_quon_reste_amis    le_temps_des_porte_plumes 

              image0 

                     c_est_beau_une_ville_la_nuit_0 

                            christian 

            christian_2007_reference

 Annie Girardot reçoit des mains de Charles Vanel, le César de la Meilleure actrice pour "Docteur Françoise Gailland". 1976 

              b_jal7_cesar1977anniegirardo

 Contrairement à d'autres, on peut percevoir la tendresse de l'immense comédien qu'était Michel Serrault à l'égard d'Annie Girardot... 

              0000314913_011 

              b_jal7__090226phowww00266anniegirardot4856 

              0000314913_033 

              0000346067_005 

Présidente des César l'année suivante, il faut reconnaitre que nous avont tous été émus par son discours émouvant...lors des César. 

              b_jal7_anniegirardot45654cesar

Reportage sur TF1 : "Ainsi va la vie", rediffusé après le décès de la comédienne. Des moments très éprouvants, des images difficiles. Certains préfèreront conserver une autre image de l'actrice, d'autres seront tristes, comme je le fus. 

                   arton12322              

Extrait 2 Annie Girardot - "Ainsi va la vie"
         
 

 

L'émotion est au rendez-vous avec Annie Girardot qui reçoit le César du meilleur second rôle pour

 

_______________________________

 

 

 

                    annie

 

                  8281____cm___annie_girardot___ip___la_bonne_soupe___1402

 

                          Son bien-aimée Renato Salvatori 

                    der 

                             Claude Lelouch

                   42_18911101

                    42_16601014

 

 

 

    _BcDnLZQ_mk___KGrHqYOKi4Eq5gv_n_qBKy2OFOLQQ___12             _BZw9qEwBWk___KGrHgoH_CIEjlLl0nU1BKoStYY__g___12

 

                                     6992985 

                                               Philippe Noiret 

                             42_16036977

 

                0000198_gal_006_med 

              2570400_image

                               Claude Brasseur 

              0000374665_005 

               42_17258251 

 

 

- 1955
TREIZE A TABLE (André Hunebelle).
- 1956
REPRODUCTION INTERDITE (Gilles Grangier)
L'HOMME AUX CLÉS D'OR (Léo Joannon).
- 1957
LE ROUGE EST MIS (Gilles Grangier)
L'AMOUR EST EN JEU ou MA FEMME MON GOSSE ET MOI (Marc Allégret)
LE DÉSERT DE PIGALLE (Léo Joannon)
MAIGRET TEND UN PIÈGE (Jean Delannoy).
- 1959
LA CORDE RAIDE (Jean-Charles Dudrumet)
RECOURS EN GRACE (Laszlo Benedek).
- 1960
LA FRANÇAISE ET L'AMOUR ("Le Divorce" Christian-Jaque)
LA PROIE POUR L'OMBRE (Alexandre Astruc)
ROCCO ET SES FRÈRES (Luchino Visconti).
- 1961
LE RENDEZ-VOUS (Jean Delannoy)
LE CRIME NE PAIE PAS ("L'Affaire Fenayrou", Gérard Oury)
LE BATEAU D'ÉMILE (Denys de la Patellière)
LES AMOURS CÉLÈBRES ("Les Comédiennes", Michel Boisrond).
- 1962
SMOG (Franco Rossi)
LE VICE ET LA VERTU (Roger Vadim).
- 1963
I FUORILEGGE DEL MATRIMONIO (Valentino Orsini, Vittorio et Paolo Taviani)
LE MARI DE LA FEMME A BARBE (Marco Ferreri)
L'AUTRE FEMME (François Villiers).
- 1964
UN MONSIEUR DE COMPAGNIE (Philippede Broca)
LA BONNE SOUPE (Robert Thomas)
LES CAMARADES (I Compagni Mario, Monicelli)
LE BELLE FAMIGLIE (Ugo Gregoretti)
IL GIORNO PIU CORTO (Sergio Corbucci)
POURQUOI PARIS ? (Denys de la Patellière).
- 1965
GUERRE SECRÈTE (Christian-Jaque)
L'OR DU DUC (Jacques Baratier)
DÉCLIC ET DES CLAQUES (Philippe Clair)
TROIS CHAMBRES A MANHATTAN (Marcel Carné)
UNA VOGLIA DA MORIRE (Duccio Tessari)
LA RAGAZZA INPRESTITO (Alfredo Giannetti).
- 1967
VIVRE POUR VIVRE (Claude Lelouch)
LES SORCIÈRES (Le Streghe, sketch : "La Sorcière brûlée vive", Luchino Visconti).
- 1968
LES GAULOISES BLEUES (Michel Cournot)
LES ANARCHISTES ou LA BANDE A BONNOT (Philippe Fourastié)
DISONS, UN SOIR À DÎNER (Metti, una Sera a Cena, Ciuseppe Patroni Griff)
DILLINGER EST MORT (Dillinger e morto, Marco Ferreri).
- 1969
EROTISSIMO (Gérard Pirès)
UN HOMME QUI ME PLAÎT (Claude Lelouch)
LE VOLEUR DE CRIMES (Nadine Trintignant)
IL SEME DEL L'UOMO (Marco Ferreri)
IL PLEUT SUR MON VILLAGE (Bice Skoro propast sveta, Aleksandar Petrovic).
- 1970
ELLE BOIT PAS, ELLE FUME PAS, ELLE DRAGUE PAS... MAIS ELLE CAUSE (Michel Audiard)

3607483158821
LES NOVICES (Guy Casaril)
STORY OF A WOMAN (Leonardo Bercovici)
CLAIR DE TERRE (Guy Gilles).
- 1971
MOURIR D'AIMER (André Cayatte)
- 1972
LA MANDARINE (Édouard Molinaro)
LES FEUX DE LA CHANDELEUR (Serge Korber)

3475001010803
LA VIEILLE FILLE (Jean-Pierre Blanc)
ELLE CAUSE PLUS... ELLE FLINGUE (Michel Audiard).
- 1973
TRAITEMENT DE CHOC (Alain Jessua)
IL N' Y A PAS DE FUMÉE SANS FEU (André Cayatte).
- 1974
JULIETTE ET JULIETTE (Remo Forlani)
URSULE ET GRELU (Serge Korber)
LA GIFLE (Claude Pinoteau)

1038773_1308174
LE SOUPÇON (Il Sospetto, Francesco Maselli).
- 1975
IL FAUT VIVRE DANGEREUSEMENT (Claude Makowski)
LE GITAN (José Giovanni)
IL PLEUT SUR SANTIAGO (Helvio Soto).
- 1976
DR FRANÇOISE GAILLAND (Jean-Louis Bertucelli)
D'AMOUR ET D'EAU FRAÎCHE (Jean-Pierre Blanc)
COURS APRÈS MOIS QUE JE T'ATTRAPE (Robert Pouret).

cours_apres_moi_que_t_attrape
- 1977
À CHACUN SON ENFER (André Cayatte)
JAMBON D'ARDENNE (Benoît Lamy)
LE DERNIER BAISER (Dolorès Grassian)
LE POINT DE MIRE (Jean-Claude Tramont).
- 1978
TENDRE POULET (Philippede Broca)
LA ZIZANIE (Claude Zidi)
VAS-Y MAMAN (Nicole de Buron)
L'AMOUR EN QUESTION (André Cayatte)
LA CLÉ SUR LA PORTE (Yves Boisset).
- 1979
LE CAVALEUR (Philippede Broca)
CAUSE TOUJOURS, TU M'INTÉRESSES (Édouard Molinaro)

cause_toujours_tu_m_interesse

BOBO, JACCO (Walter Bal)
LE GRAND EMBOUTEILLAGE (Luigi Comencini).
- 1980
ON A VOLÉ LA CUISSE DE JUPITER (Philippede Broca) 
LE CŒUR À L’ENVERS (Frank Apprederis).
- 1981
UNE ROBE NOIRE POUR UN TUEUR (José Giovanni)
LA VIE EN MAUVE (All Night Long, Jean-Claude Tramont)
LA VIE CONTINUE (Moshe Mizrahi)
LA REVANCHE (Pierre Lary).
- 1984
SOUVENIRS, SOUVENIRS (Ariel Zeitoun)
LISTE NOIRE (Alain Bonnot).
- 1985
ADIEU BLAIREAU (Bob Decout)
PARTIR REVENIR (Claude Lelouch)
- 1988
PRISONNIÈRES (Charlotte Silvera). 
- 1989
CINQ JOURS EN JUIN (Michel Legrand)
COMÉDIE D’AMOUR (Jean-Pierre Rawson). 
- 1990
IL Y A DES JOURS ET DES LUNES (Claude Lelouch). 
- 1991
TOUJOURS SEULS (Gérard Mordillat)
MERCI LA VIE (Bertrand Blier).
- 1992
FACCIA DI LEPRE (Liliana Ginanneschi).
- 1993
ALIBI PERFETTO (Aldo Lado)
PORTAGLI I MIEI SALUTI (Gianna Maria Garbelli et Alessandro Bader).
- 1994
LES BRAQUEUSES (Jean-Paul Salomé).
- 1995
LES MISÉRABLES (Claude Lelouch)
LES BIDOCHON (Serge Korber)
- 1998
PREFERENCE (Grégoire Delacourt)
L'AGE DE BRAISE (Jacques Leduc).
- 2000
T'AIME (Patrick Sébastien).
- 2001
CECI EST MON CORPS (Rodolphe Marconi)
LA PIANISTE (Michael Haneke)
EPSTEINS NACHT (Urs Egger).
- 2003
LA PROPHETIE DES GRENOUILLES (Jacques-Rémy Girerd, voix).
- 2004
JE PREFERE QU'ON RESTE AMIS (Eric Toledano, Olivier Nakache).
- 2005
CACHÉ (Michael Haneke)
- 2006
LE TEMPS DES PORTE-PLUMES (Daniel Duval)
C'EST BEAU UNE VILLE LA NUIT (Richard Bohringer)
BOXES (Jane Birkin)

 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicité
Publicité
Commentaires
CINETOM
Publicité
Visiteurs
Ce mois ci 1 549
Depuis la création 1 706 610
Pages
Newsletter
8 abonnés
CINETOM
Derniers commentaires
Publicité