AA01TM25 (2)

 

           TOM MIX           1895 - 1939

                  Acteur Américain 

AA01TM26 (2) 

Non content d'être le plus pittoresque de tous les cow-boys, Tom Mix embellit son image extravagante à l'écran d'un récit largement inventé sur une jeunesse pleine d'aventures : "Rough Rider", maréchal américain, combattant de la liberté dans la guerre des Boers et la guerre civile mexicaine de 1910. La légende est si convaincante que de nombreux ouvrages de référence citent encore ces exploits imaginaires comme réels.

Au cours des années 20, le western évolua sensiblement pour devenir spectacle de pur divertissement : le respect de la légende de l'Ouest abdiquait devant les tours de force et l'action à tout prix. Cinq acteurs prirent alors le devant de la scène : Tom Mix, Buck Jones, Ken Maynard, Tim McCoy et Hoot Gibson.

AA01TM13

Séduisant et plein de fougue, Tom Mix modifia considérablement l'image du cow-boy. Ses vêtements et ses chapeaux, s'ils n'avaient pas le réalisme de ceux qu'arboraient Bronco Billy ou William S. Hart, lui valurent en tout cas les faveurs du public. Contrairement à William S. Hart, qui a cherché à donner à ses films des assises psychologiques, Tom Mix s'est contenté de faire du western un "spectacle" et dans ce domaine il a parfaitement réussi. Le nom de Tom Mix, sacré le "roi des cow-boys", est resté synonyme de preux chevalier de la frontière, de Don Quichotte du Far West, de justicier de la Prairie. Titres et sujets n'avaient pas d'importance : on allait voir "un Tom Mix".

La sympathie que provoquait sa personne, son sens de l'humour et un goût parfois trop prononcé pour des exhibitions fracassantes ont fait de Tom Mix une vedette universellement appréciée du grand public et sa popularité a été de longue durée. Thomas Edwin Mix était né le 6 janvier 1880 dans le ranch familial de Mix Run en Pennsylvanie. Il fut élevé dans la propriété paternelle où il acquit la pratique de plusieurs sports et fut par la suite cow-boy dans plusieurs états (Texas, Kansas, Oklahoma) et participa à de nombreux rodéos. Devenu shérif à Otage-City, il eut l'occasion de rendre service à des cinéastes envoyés par le producteur William N. Selig, ce qui lui permettra de débuter en 1909 comme acteur spécialisé dans les westerns.

AA01TM11

Promu vedette; il tournera de 1913 à 1917 plus de 90 films en une ou deux bobines, qu'il mettra en scène  la majorité d'entre-eux et dans lesquels il allait incarner un homme solitaire de l'Ouest qui s'emploie à résoudre les problèmes des autres. Souvent, ces westerns étaient humoristiques et même satiriques. La compagnie cinématographique Selig lui donne l'occasion de jouer un dresseur de chevaux sauvages dans un film semi-documentaire, "Ranch Life In the Great South West" (1910). Lorsque le contrat de Tom Mix avec le colonel Selig arrive à expiration, le comédien cow-boy a déjà atteint une telle popularité qu'il peut dicter ses conditions. Il accepta les propositions avantageuses du producteur William Fox qui lui promet une entière liberté d'action, un terrain baptisé Mixville pour le tournage des extérieurs et une publicité à l'échelle désirée.

On le considère alors comme le rival de William S. Hart. Ses films à la Fox sont tout le contraire de ces drames de la vengeance, implacablement ourdis de William Hart. Efficacement dirigés par des réalisateurs tels que Lambert Hillyer et Lynn Reynolds, ce sont des films d'action bien construits. Riches en combats et poursuites (mais totalement dépourvus de tirs), ils posent les bases de tous les westerns de série B produit dans les années 30 et 40.

Tom Mix arpente la sympathique vision de l'Ouest sauvage en exhibant une garde-robe de plus en plus étonnante; d'immenses sombreros blancs, des chemises brodées, des pantalons blancs collants ornés de diamants et un Colt 45 à crosse de perles le transforment en un véritable dandy du genre. Au sommet de sa popularité, il gagne 20 000 dollars par semaine et les bénéfices de ses films maintiennent en réalité la Fox à flot. Au bout du parcours, long d'un kilomètre et demi, menant à sa magnifique demeure, un immense signal lumineux fait clignoter ses célèbres initiales dans la nuit.

Entouré d'une équipe technique de premier ordre, Tom Mix s'est toujours préoccupé de tous les détails de sa production et le style particulier de ses films était bien son style. Les westerns qu'il a tourné chez William Fox ont conquis un large public international et la plus sympathique attention d'un public composé aussi bien d'intellectuels que de cinéphiles plus modestes. Avec son cheval Tony - presque aussi connu que lui ! il a interprété d'innombrables westerns "classiques", son public n'ayant pas apprécié ses rares tentatives pour aborder un genre moins conventionnel. Il dirige lui-même "Risque-tout" (1919), il faisait le plus souvent confiance à de bons réalisateurs : John G. Blystone, Edward Sedgwick, sans oublier John Ford, Jack Conway, George Marshall, nombreux d'entre-eux débuter.

De la production Fox, on peut détacher "Cupidon Veille", "Diable-Ermite", "Le Téméraire", "Le Dandy", "Centaure" ou "Le Dernier de sa race", tous admirablement photographiés par son opérateur attitré, Dan B. Clark. Trois modestes collaborateurs du "roi des cow-boys", Buck Jones (doublure), George O'Brien (assistant-opérateur) et John Wayne (accessoiriste), feront grâce à lui une belle carrière de vedette.

AA01TM5

En 1927, Tom Mix passe aux studios FBO où il connait un échec rapide. L'avènement du parlant marque le début du déclin de Tom Mix en tant qu'acteur de premier plan. Les westerns sont assimilés au passé et on commence à le négliger. Tom Mix tournera des bandes médiocres pour la société FBO. Après une courte tournée dans un cirque, il signe un contrat avec la Universal où il joue son premier film parlant, "Destry Rides Again" (1932), il enchaîne avec "Le Retour de Tom". Il tient son dernier rôle dans "Le Cavalier miracle" (The Miracle Rider,1935), un feuilleton mascotte que l'on nomme "serial" à épisodes multiples; véritable coup d'éclat qui rapporta 1 million de dollars; après quoi, vieillissant, il se produit dans des cirques ambulants. Cinq ans plus tard, Tom Mix meurt dans un spectaculaire accident de voiture digne de ses meilleurs films, le 12 octobre 1940, près de Florence (Arizona), ayant manqué un virage. De l'épave, on l'extraira, intact, impeccablement habillé, les poches pleines d'argent liquide et de chèques, la nuque brisée par le choc d'une valise métallique, donc tué sur le coup. La légende veut que la valise fût pleine de pièces de 20 dollars en or. Ses funérailles, au cours desquelles Rudy Vallee chanta "Empty Saddles" devant un parterre de stars, furent à l'image de sa vie : un grand spectacle. Grâce à ses exploits sportifs et au renouvellement continuel de ses prouesses, il était entré dans la légende cinématographique. Tom Mix fait maintenant partie de l'histoire du western et de l'histoire du cinéma.

                                         

 

 

 

                                                1913

         AA01TM23

                                                    1918

          AA01TM13

                                                   1922

         

                                                   1924

         AA01TM7

 

          AA01TM19

                                                    1926

          AA01TM4

 

          AA01TM21

 

         

           AA01TM10

                                                1927

          AA01TM11

 

          AA01TM14

                                                1928

          AA01TM3

 

           AA01TM17

                                                    1932

           AA01TM6

          AA01TM16

                         

              Le Cavalier miracle - 1935 - B. Reeves Eason & Armand Schaefer       

           AA01TM1