AA01MVS4 (2)

  DÉCÈS D'UN IMMENSE COMÉDIEN FRANCO-SUÉDOIS

               MAX VON SYDOW           1929 - 2020

AA01MVS1 (2)

L'acteur franco-suédois Max von Sydow, qui a tourné dans une dizaine de films de son compatriote Ingmar Bergman avant d'entamer une carrière riche en seconds rôles à Hollywood, est décédé le 8 mars 2020 à l'âge de 90 ans, a indiqué lundi son épouse dans un communiqué transmis par son agent.  "C'est le cœur brisé et avec une infinie tristesse que nous avons l'extrême douleur de vous annoncer le départ de Max von Sydow, a annoncé la productrice Catherine von Sydow, confirmant une information de Paris Match.

Né à Lund, petite ville située dans le sud de la Suède 10 avril 1929, fils d'un professeur de littérature comparée et d'une mère institutrice. Très jeune, il s'intéresse au théâtre et sitôt achevé son service militaire, entre à l'Ecole d'Art Dramatique de Stockholm, puis débute sur scène à l'occasion de tournées provinciales. Remarqué dans "Peer Gynt", il est alors engagé par le Théâtre d'Hasingbord et obtient à vingt-cinq ans le Prix de la Fondation Culturelle de Suède.

AA01MVS62

 

 

Max Von Sydow entre en 1955 au Théâtre de Malmö que dirige le célèbre metteur en scène Ingmar Bergman et devient son acteur de prédilection. Bien qu'ayant travaillé épisodiquement pour le cinéma depuis 1949, c'est également avec Bergman qu'il connaît son premier grand succès personnel, en 1957, dans "Le Septième sceau" (Det Spunde Inseglet" dont il s'agit déjà du dix-septième film du cinéaste. Le thème est fort simple : l'homme, sa recherche éternelle de Dieu, avec la Mort pour certitude. Cette méditation sur la Mort, ni chrétienne, ni athée, en fait agnostique comme l'auteur lui-même, aboutit à une réponse, en vain cherchée par le chevalier : le bonheur n'est que terrestre et l'important, pour l'homme, est d'exister. 

Max Von Sydow de près de deux mètres aux yeux bleus perçants s'est d'abord fait connaître en collaborant avec Ingmar Bergman. Ensemble, ils tourneront onze films.  Après lui avoir fait jouer une partie d'échecs contre la Mort dans "Le septième sceau", sorti en 1957. Suivront d'autres films parmi lesquels "Les Fraises sauvages" (1957), "Le Visage" (Ansiktet,1958) (Le film a obtenu le Prix Spécial du Jury au Festival de Venise 1959), "La Source" (Junfrukällan,1959), "A travers le miroir" (Sason I En Spegel,1961) "Les Communiants" (Nattvardsgasterna,1962), "L'Heure du loup" (Vargtimmen,1968) ou "Le lien" (The Touch,1971) aux côtés de Bibi Andersson et Eliott Gould.

De cette longue affinité professionnelle, Bergman dit : "Je dois reconnaître que les rapports qui nous lient, Max et moi, sont très difficiles à expliquer. Il a eu une importance énorme pour moi...Max est un acteur sain, robuste, il a une technique sûre. Si j'avais fait appel à un psychopathe pour interpréter ces rôles difficiles de psychopathes, le résultat eût été insupportable. Il s'agit de refléter une forme de faiblesse, et non pas de l'être. Et là, je crois que cette sorte d'exhibitionnisme qui est à la mode aujourd'hui, va peu à peu disparaître, et qu'on aura un peu plus de respect pour cette distance que Max Von Sydow observe vis-à-vis de mes dingues!" (in Le Cinéma selon Bergman/Cinéma 2000/Editions Seghers).  

Dès la fin des années 60, il sort des frontières de la Suède et tourne aux quatre coins du monde. Il incarne Jésus dans "La plus grande histoire jamais contée" (The Greatest Story Ever Told,1965) de George Stevens aux côtés notamment de Charlton Heston, et joue dans "Hawaï" (1966) de George Roy Hill avec Julie Andrews. Sa carrière hollywoodienne est marquée par son rôle de prêtre dans "L'Exorciste" (The Exorcist,1973) de William Friedkin, immense succès au box office. En 1975, il donna la réplique à Robert Redford, en le traquant dans "Les Trois jours du Condor" (Three Days of the Condor,1975)de Sydney Pollak, accepte de participer au tournage de "Cadavres exquis" (1976) réalisé par Francesco Rosi avec Lino Ventura. Max Von Sydow a également entamé une carrière en Italie, On le retrouve dans le magnifique film de Zurlini "Le Désert des Tartares" (1976) qui se poursuit avec "Coeur de chien" (Cuore di cane,1976) d'Alberto Lattuada et "Gran Bollito" (1977) de Mauro Bolognini, tous deux inédits en France. Il avait commencé une carriè-re américaine tels ses illustres prédécesseurs, Garbo et Bergman, car dit-il : "La Suède est un petit pays. Aussi les comédiens suédois sont obligés de s'expatrier pour connaître de nouvelles expériences; sinon, ils sont condamnés à l'ennui. Il ne reniait pas pour autant son pays d'origine puisqu'en 1973, il tourna sous la direction de Jan Troell, deux films "Les Emigrants" (Utvandrarna,1971) et "Le Nouveau Monde" (Nybyggarna,1972) qui compteront parmi ses plus grands succès, "Le nouveau monde" étant la suite des "Émigrants", en fait la seconde partie du film, au côté d'une autre actrice de prédilection de Bergman, Liv Ullmann.

AA01MVS60

    

Puis, on aura tendance à voir son nom davantage aux génériques de super-productions américaines "Flash Gordon" (1979) de Mike Hodges, "Conan le barbare" (Conan, the Barbarian,1982) de John Milius mais incarnera également de nombreux méchants à l'écran, tournant sous la direction de David Lynch "Dune", Steven Spielberg "Minority report", Martin Scorsese "Shutter Island".Infatigable, il intègre la saga "Star Wars" en 2014, avec le rôle de Lor San Tekka, proche de la famille Solo, pour le septième épisode "Le réveil de la force" avant d'incarner la Corneille à Trois Yeux dans la série au succès planétaire "Game of Thrones". A noter l'une de ses plus belles prestations : "Pelle le conquérant" (Pelle Erobreren,1988) de Bille August

Max von Sydow avait pris la nationalité française en 2002, il était marié depuis 1997 avec la réalisatrice française de documentaires Catherine Brelet. Pour l'ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob, "c'était l'un des plus grands acteurs du monde. Il pouvait jouer des rôles spectraux ou inquiétants, mais Max était d'une délicatesse et d'une humanité bien émouvantes." Max Von Sydow a été marié à Christine Olin et père de deux garçons. En 2009, il donna la réplique à Jean-Paul Belmondo dans "Un Homme et son chien" de Francis Huster.

 

                         Le Septième Sceau -1956 - Ingmar Bergman

 

          AA01MVS10

          AA01MVS11

 

Le Septieme Sceau Ingmar Bergman

 

          AA01MVS26

 

                La Plus grande histoire jamais contée - 1965 - George Stevens          

         AA01MVS29

 

AA01MVS30

 

          AA01MVS24

 

          AA01MVS23

 

AA01MVS25

 

AA01MVS37

          AA01MVS38

 

          AA01MVS40

 

          AA01MVS32

 

                       L'Heure du loup - 1967 - Ingmar Bergman           

          AA01MVS18

 

          AA01MVS64

                          Les Emigrants - 1971 - Jan Troell          

          AA01MVS34 

                     Le Nouveau Monde - 1971 - Jan Troell           

           AA01MVS45

 

          AA01MVS60

              New York ne répond plus - 1975 - Robert Clouse         

          AA01MVS58

          AA01MVS5

 

            AA01MVS6

 

AA01MVS9

 

                Le Voyage des damnés - 1976 - Stuart Rosenberg          

          AA01MVS41

                Cadavres exquis - 1976 - Francesco Rosi 

           AA01MVS39

 

              L'Exorciste 2 : L'Hérétique - 1977 - John Boorman

          AA01MVS57

AA01MVS16 AA01MVS13

 

                               La Cible étoilée - 1979 - John Hough 

           AA01MVS42 

          AA01MVS63

          AA01MVS51

 

         

          AA01MVS52

 

                           Jamais plus jamais - 1983 - Irving Kershner

 

          AA01MVS53

 

         

          AA01MVS55

 

                            Hannah et ses soeurs - 1986 - Woody Allen      

          AA01MVS20

 

                  Pelle le conquérant - 1987 - Bille August

 

          AA01MVS61

 

             AA01MVS43

                 La Neige tombait sur les cèdres - 1999 - Scott Hicks               

          AA01MVS59

 

________________________________