DÉCÈS D'UNE COMÉDIENNE EXCEPTIONNELLE  

                   ADIEU JEANNE

   

               JEANNE MOREAU             1928  -  2017 

 

   

AA01JM01 (2)

AA01JM02 (2)

 

L'une de nos plus grands comédiennes françaises si ce n'est la plus grande !, Jeanne Moreau est morte ce lundi 31 juillet 2017  à Paris à l'âge de 89 ans. Avec sa disparition, le cinéma français perd l'une de ses plus grandes ambassadrices, une icône du 7e art qui a fasciné les plus grands réalisateurs en plus de 60 ans de carrière. 

Michelangelo Antonioni, François Truffaut, Louis Malle, Luis Bunuel, Joseph Losey, Orson Welles, Amos Gitaï, Tony Richardson, André Téchiné, Rainer Werner Fassbinder,Wim Wenders, Theo Angelopoulos, Manoël de Oliveira, Michel Deville, Jean-Pierre Mocky, Elia Kazan, Marguerite Duras, Bertrand Blier, Jean Renoir etc, la liste est longue. Une carrière cinématographique tout à fait exceptionnelle. Elle débuta aux côtés de Fernandel dans "Meurtres", puis Pierre Fresnay, sans oublier Jean Gabin et Lino Ventura dans "Touchez pas au grisbi" où parait-il, elle avait reçu plus de vingt-cinq gifles de la part de Gabin. Elle fit la connaissance de Louis de Funès dans "Les intrigantes" de Decoin puis dans "La Reine Margot" (version de Jean Dréville).

Elle cotoie les plus acteurs : Jean Marais, Paul Meurisse, Serge Reggiani, Gérard Philipe, Pierre Brasseur, Jean-Louis Barrault, Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Jean-Louis Trintignant, Marcello Mastroianni, Anthony Perkins, Orson Welles, Michel Serrault, Albert Finney, Burt Lancaster, Michel Piccoli, Rex Harrison, Patrick Dewaere, Jean Yanne, Jean-Claude Brialy,  Jean-Pierre Cassel et tant d'autres, de même, de nombreuses comédiennes lui ont donné la réplique comme Brigitte Bardot dans "Viva Maria" de Louis Malle, mais aussi Isabelle Huppert dans "La Truite" de Losey, Micheline Presle, Claudia Cardinale, Lucia Bosé.... 

La grande comédienne à la beauté sensuelle et à l'inimitable voix grave 
a été retrouvée morte lundi matin dans son appartement parisien, a indiqué son agent, confirmant une information du magazine Closer.

Elle restera associée à plusieurs scènes mythiques
du 7e Art, celles de "Jules et Jim" mais aussi ce "French cancan" aux côtés de Brigitte Bardot dans "Viva Maria" ou la fin tragique d'une ex-détenue dans "Les Valseuses". 

Jeanne Moreau, qui a fait ses classes à la Comédie française
à 19 ans, laisse l'empreinte d'une actrice éclectique
. Femme de plusieurs amours
- Louis Malle, Pierre Cardin - et de deux mariages éphémères, elle renvoyait l'image d'une grande séductrice. 

"Un visage d'une beauté tellement forte, tellement... expressive. Dès ses premiers (petits) rôles" a réagi sur Twitter Pierre Lescure, président du Festival de Cannes. Lauréate du prix d'interprétation féminine 1960 à Cannes (pour Moderato Cantabile), Jeanne Moreau fut aussi la seule comédienne à avoir présidé deux fois le jury sur la Croisette, en 1975, puis en 1995 où on la vit chanter aux côtés de Vanessa Paradis.

"Jeanne Moreau, c'est l'art, la culture, la beauté, le chic, l'esprit français (...) Mademoiselle Jeanne, comme aimait proclamer (le comédien Jean-Claude) Brialy, a été merveilleuse au théâtre, comme elle a été sublime au cinéma", souligne Gilles Jacob, un ex-président du Festival submergé par "une absolue tristesse", dans une tribune au Huffington Post.

Née le 23 janvier 1928 à Paris, d'un père restaurateur et d'une mère anglaise, danseuse, l'inoubliable interprète de la chanson "Le Tourbillon de la vie" dans "Jules et Jim" (1962) a tourné dans plus de 130 films.

L'actrice qui a fasciné Welles ("Une histoire immortelle"), Bunuel ("Journal d'une femme de chambre"), Antonioni ("La notte") ou Losey ("Eva"), avait reçu en 1992 le César de la meilleure actrice pour "La vieille qui marchait dans la mer".

- Une artiste exigeante -

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a fait part de son "émotion, à la hauteur du talent et héritage de Jeanne Moreau : immense". "Elle s'éteint, mais la voix, le génie, la vision de l'artiste demeurent", a-t-elle écrit sur Twitter. 

"Il est des personnalités qui à elles seules semblent résumer leur art. Jeanne Moreau fut de celles-ci. Avec elle disparaît une artiste qui incarnait le cinéma dans sa complexité, sa mémoire, son exigence", a souligné le président Emmanuel Macron dans un communiqué. 

Jérôme Clément, fondateur d'Arte et écrivain, a exprimé sa "grande tristesse" après la disparition d'une "amie fidèle", une "grande dame". La comédienne avait joué le rôle de sa mère dans "Plus tard tu comprendras", adaptation au cinéma de son autobiographie, par Amos Gitaï.  

"Elle incarnait une certaine idée du cinéma, de la star à l'exigence artistique impérative. Elle était généreuse. Immense artiste. Nous la pleurons...", a indiqué à l'AFP Arielle Dombasle qui a joué à ses côtés dans "L'Absence" de Peter Handke et dans "Les Cent et une nuits" d'Agnès Varda. 

"Il y a tout juste 70 ans, elle se préparait pour le tout premier Festival d'Avignon", où elle a joué de petits rôles dans les trois pièces montées par Jean Vilar, a rappelé pour sa part sa famille dans un communiqué.

Au théâtre, la comédienne a donné vie aux textes de Jean Cocteau, Frank Wedekind ou encore Heiner Müller, sous la direction des plus grands metteurs en scène (Brook, Vitez, Régy, Grüber).Le chanteur Etienne Daho, qui a travaillé en 2011 avec la comédienne pour sa dernière apparition à Avignon, dans "Le condamné à mort" de Genet, lui a rendu un hommage sobre sur sa page Facebook : un simple "Jeanne" accompagnant une photo d'elle en noir et blanc. 

Ses obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité, mais "une cérémonie d'hommage sera organisée ultérieurement", a précisé la famille. 

      JEANNE MOREAU     1928 - 2017     

                      Comédienne, Chanteuse, Cinéaste Française

        moreau1

                         moreau2

           moreau10

Sûrement la plus grande actrice de sa génération, plus de soixante ans de carrière.

Chanteuse à petite voix et grande sensibilité dans "Jules et Jim", Jeanne Moreau a su aborder des sujets difficiles dans certains de ses films "Querelle", "Les Amants" ou "Les Valseuses". Elle a tourné avec les plus grands cinéastes du XXème siècle Louis Malle, François Truffaut,Michelangelo Antonioni,luis Bunuel,Peter Brook,Gilles Grangier,Henri Decoin,Roger Vadim,Jacques Demy,Bertrand Blier, André Téchiné,Joseph Losey,Orson Welles, Martin Ritt, la liste est longue...Orson Welles disait de Jeanne Moreau : "C'est la meilleure actrice du monde"

Actrice française, née le 23 janvier 1928, à Paris. Sa mère, d'origine anglaise, était danseuse et son père, qui était dans l'hôtellerie, la destinait à l'enseignement. Mais, très jeune, elle se passionne pour le théâtre et suit les cours de Denis d'Inès. En 1947, elle participe au premier Festival d'Avignon sous la direction de Jean Vilar.

En 1948, Jeanne Moreau épouse le comédien et metteur en scène, Jean-Louis Richard dont elle a un fils, Jérôme, né en 1949. Pendant quatre années, de 1948 à 1952, elle joue une vingtaine de pièces, tragédies ou comédies, à la Comédie-Française; elle y crée "Les Caves du Vatican", d'André Gide. Elle démissionnera pour entrer au TNP. où elle a Gérard Philipe pour partenaire dans "Le Cid", de Corneille ou "Le Prince de Hambourg", de Kleist.

 

Elle débute sur le Boulevard, dans "l'Heure Éblouissante", de Charles Morgan, adapté par Henri Jeanson, aux côtés de Pierre Blanchar et de Suzanne Flon. Cette dernière étant tombée malade et comme les deux personnages féminins n'apparaissaient jamais ensemble sur la scène, elle apprit les deux rôles : celui de l'épouse et celui de la maîtresse... Cette performance rend Jeanne Moreau célèbre.

 

En 1948, elle débute au cinéma  à vingt ans dans "DERNIER AMOUR", de Jean Stelli aux côtés d'Annabella en fin de carrière et de Georges Marchal.

Plusieurs films suivirent mais de moindre qualité.Elle enchaîne avec un film de Richard Pottier avec Fernandel et Raymond Souplex dans "MEURTRES" (1950)un film qui n'eu pas le succès escompté, le sujet était tabou: l'euthanasie, de plus Fernandel jouait un rôle inhabituel.

C'est ensuite une longue série de rôles secondaires "L'homme de ma vie" (1952) de Guy Lefranc avec Madeleine Robinson, "IL EST MINUIT DR SCHWEITZER"  d'André Haguet avec Pierre Fresnay, "DORTOIR DES GRANDES" (1953) d'Henri Decoin avec Jean Marais avec qui, elle tournera aussitôt "JULIETTA" de Marc Allégret, film intéressant, ou elle se montrait décidée à disputer la vedette à Dany Robin.

On commença à la remarquer dès le film suivant "TOUCHEZ PAS AU GRISBI" de Jacques Becker avec Jean Gabin (ce film fut très important dans la carrière de Gabin Il était éclipsé depuis son départ à Hollywood lors de la 2ème guerre mondiale),Paul Frankeur et un débutant, ancien catcheur Lino Ventura.

Un film à sketches avec une distribution cosmopolite Vittorio de Sica, Dawn Addams, Martine Carol, Bernadr Blier, Richard Todd...réalisé par Henri Decoin, Jean Delannoy entre autres. "SECRETS D'ALCOVE" (1954). Jeanne Moreau poursuit avec "Les Intrigantes" d'Henri Decoin avec Raymond Rouleau

En 1954, sa nudité dévoilée dans "LA REINE MARGOT" contribua au succès de ce film de Jean Dréville (on parla beaucoup de cette audace).Elle fut remarquée, imprégnant d'un bel érotisme. Le film couta assez cher pour l'époque...

Suivront plusieurs films "d'oeuvres commerciales" tel que "Les Hommes en blanc" (1955) avec Raymond Pellegrin, "M'sieur La Caille" avec Philippe Lemaire, "Le Salaire du péché (1956) de Denys de la Patellière avec Danielle Darrieux et Jean-Claude Pascal et "JUSQU'AU DERNIER" de Pierre Billon avec Paul Meurisse.

Deux films intéressants dans la carrière de Jeanne Moreau des ces années là, "GAS OIL" (1955) avec Jean Gabin et Edwige Feuillère et "TROIS JOURS A VIVRE"  (1957) avec Daniel Gélin et Lino Ventura, il s'agit de  deux films de Gilles Grangier .

Gilles Grangier retrouva Jeanne Moreau pour la troisième fois, Paul Meurisse et Serge Regggiani étaient aussi de la distribution, dans "ECHEC AU PORTEUR" (1957). le film bénéficia de beaucoup d'extérieurs, des terrains vagues à Enghien les Bains pour ce polar.

Il faudra attendre 1957  et la rencontre de Louis Malle qui lui fait tourner, en vedette, ASCENSEUR POUR L'ÉCHAFAUD, dans lequel elle fait une création remarquée. Louis Malle reçut le Prix Louis Delluc. Miles Davis fut récompensé par le Grand Prix du disque 1958 de l'Académie Charles Cros.

"LE DOS AU MUR" (1958) était le premier d'Edouard Molinaro, avec Claude Sautet assitant. La sortie du film coincida avec celui de Louis Malle "Ascenseur pour l'echafaud" et connut un moindre succès. Gérard Oury et Philippe Nicaud donnèrent la réplique à Jeanne Moreau.

L'année suivante elle trouvera la consécration avec "LES AMANTS", film très controversé à l'époque, qui eut un retentissement international, un parfum de scandale mais de scandale de bon aloi."Les Liaisons dangereuses 1960" sortit le 9 septembre 1959 . Le film était discutable avec des qualités (un bon dialogu de Roger Vailland notamment) mais l'admirable composition de Jeanne Moreau en marquise de Merteuil ne souffrait pas la discussion.Le 25 novembre de la même année Gérard Philippe disparaissait, ce fut son dernier film, Jeanne Moreau, Annette Vadim, Jean-Louis Trintignant ou Boris Vian furent les derniers acteurs a tourné avec lui.

Après une apparition dans le sublime film de François Truffaut "LES 400 COUPS" , elle interprète Mère Marie de l'incarnation dans "LE DIALOGUE DES CARMELITES"  de Philippe Agostini et R. L. Bruckberger, aux côtés de Jeanne Moreau, Alida Valli, Pascale Audret, Madeleine Renaud, Pierre Brasseur et Jean-Louis Barrault, le film remporta le Grand Prix 1960 de l'Office Catholique International du Cinéma.Martin Ritt, le célèbre cinéaste de "Hombre" ou "Norma Rae" fit appel à Jeanne Moreau pour compléter la distribution prestigieuse de "CINQ FEMMES MARQUEES" avec Silvana Mangano, Van Heflin entre autres.Avec "MODERATO CANTABILE", de Peter Brook, d'après un roman et scénario de Marguerite Duras,  il fut interprété par Jean-Paul Belmondo et Jeanne Moreau qui remporta le Prix de la Meilleure Interprétation Féminine au Festival de Cannes 1960

En 1960-1962, coup sur coup ce sont ses trois plus beaux rôles sans doute de sa carrière : "LA NUIT" (1961) de Michelangelo Antonioni, "JULES ET JIM" (1962) est le troisième long métrage de François Truffaut et sans aucun doutele plus populaire, c'est une oeuvre qui laisse d'emblée un souvenir indélébile.On ne peut oublier le thème musical  de Georges Delerue et aux chansons de Bassiak, dans le rôle de Catherine, Jeanne Moreau donne une interprétation enchanteresse, subtile vulnérable et d'une féminité versatile....elle  est au sommet de son art et de sa beauté et "EVA", chef d'oeuvre méconnu et mutilé de Joseph Losey mais qui restera surement son film le plus personnel.

Pour la première fois,Orson Welles dirige Jeanne Moreau dans le film  "LE PROCES" (1962) aux côtés d'Anthony Perkins et Romy Schneider, tourné aux studios de Boulogne, dans la gare d'Orsay et à Zagreb... Jeanne Moreau sera à nouveau diriger par le génie qu'était Orson Welles, dans "FALSTAFF" (1966), "UNE HISTOIRE IMMORTELLE" (1968) et dans "The Deep", tourné en 1970 et qui serait normalement inachevé.

touchez_pas_au_grisbi_affichetouchezpas_au2touchezpas_aumoreau_et_ventura

 

SECRET_D_ALafficheSECRET_D_ALSECRET_D_AL2

les_intrigantesles_intrigantes_01

 

 

la_reine_margotAFFICHELA_REINE_MARGOT_affichLA_REINE_MARGOTLA_REINE_MARGOT_3LA_REINE_MARGOT_4

 

les_hommes_en_blancmonsieur_la_caille

M'SIEUR LA CAILLE (1955) Philippe Lemaire-Jeanne Moreau

monsieur_la_caille

Roger Pierre et Jeanne Moreau

monsieur_la_caille2

le_salaire_du_pechejusqu_au_dernierles_louves

 

 

GAS-OIL (1955) de Gilles Grangier avec Jean Gabin

gas_oilgas_oil_grangiermoreau_gabin

TROIS JOURS A VIVRE (1957)

de Gilles Grangier avec Daniel Gélin

3_jours_a_vivre3_jours_a_vivre_grangier

l_etrange_monsieur_steveechec_au_porteur01

 

ASCENSEUR POUR L'ECHAFAUD(1957)de Louis Malle

  ascenseur_pour_l_echafaud01ascenseur_pour01ascenseur_pourascenseur_pourascenseur_pour2807

LE DOS AU MUR (1957) de Edouard Molinaro

le_dos_au_murle_dos__au_murle_dos__au_mur2

 

LES AMANTS(1958)de Louis Malle avec Alain Cuny

les_amantsles_amales_amants_malleles_amant4les_amant3

 

LES LIAISONS DANGEREUSES 1960 de Roger Vadim

les_liasons_dangereuses02les_liaisons_dangereusesles_liaisons_dangereuses3les_liaisons_dangereuses2

 

LE DIALOGUE DES CARMELITES(1960)avec Alida Valli

LE_dialogue_des_carmelitesLE_dialogue_des_carmelitesLE_dialogue_des_carmelitesLE_dialogue_des_carmelites

 

5_femmes_marquees

 

MODERATO CANTABILE (1960) de Peter Brook

moderato_camtabile_affichemoderato_camtabile_affichemoderato_camtabileMDERATOmoderato_camtabilemoderato_camtabilemoderato_camtabile

Présentation du film à Cannes

moderato_apresle_film

 

LA NUIT (1961) de Michelangelo Antonioni

 

la_nuit_affiche01la_nuit_affichela_nuitla_nuit2la_nuit3

JULES ET JIM (1962) de François Truffaut

Jules_et_Jim_affichejules_et_jim_45t

 

jules_et_jim2jules_et_jim4JulesJimJulesetJim5440855_64b184fafc144043_Jules_and_Jim_PostersBigJulesJimBelgianjuleshug

EVA (1962) de Joseph Losey avec Stanley Baker evaeva001eva3eva2

 

LE PROCES (1962) d'Orson Welles

le_procesLE_PROCES5le_proces2le_proces3LE_PROCES4

FALSTAFF(1966) d'Orson Welles

falstaff01

UNE HISTOIRE IMMORTELLE (1968) d'Orson Welles

une_histoire

 

 

 

Jeanne Moreau tourne sous la direction des plus grands metteurs en scène; chacune de ses créations prend figure d'évènement et marque le film de sa personnalité. Elle tourne à Hollywood, en Yougoslavie, au Brésil.

"LA BAIE DES ANGES" (1963) de Jacques Demy refllète les caractères de deux êtres envoûtés par le jeu, passion autodestructrice rempli d'amertumes, de tristesse...le film fut mal accueillit.

la_baie_des_angesla_baie_des_angesla_baie_des_anges2la_baiela_baie2la_baie_des_anges01

LES VAINQUEURS (1963) de Carl Foreman-Romy Schneider

les_vainqueurs_affichles_vainqueurs

L'actrice retrouve l'instant d'un tournage, Louis Malle dans "LE FEU FOLLET" , d'après le roman de Drieu la Rochelle. Il s'agit d'une oeuvre digne,  Louis Malle dresse le portrait d’un homme (Maurice Ronet) , ayant décidé de mettre fin à ses jours, erre dans Paris le temps d’une journée, au gré de paroles échangées, de regards croisés, d’objets effleurés ; errance d’un homme parmi les êtres et les choses, qui se conjugue sur le mode de l’impuissance, et aboutit à un échec.

LE FEU FOLLET (1963) de Louis Malle avec Maurice Ronet

le_feu_follet01le_feufollet

1964, c'est la rencontre de Luis Bunuel et Jeanne Moreau ainsi que le début d'une longue collaboration du cinéaste avec le scénariste Jean-Claude Carrière , avec "LE JOURNAL D'UNE FEMME DE CHAMBRE" . Adaptation satirique et mordante du roman d'Octave Mirbeau. (Tournage à Paris et Milly la Fôret).

LE JOURNAL D'UNE FEMME DE CHAMBRE (1964) de Luis Bunuel

le_journal_d_une_femme_de_chambre01le_journal_d_une_femme_de_chambre04le_journal_d_une_femme_de_chambre02le_journal_d_une_femme_de_chambre03

Après quelques excursions dans divers registres tel que "LE TRAIN" (1964) de John Frankenheimer, avec Burt Lancaster. "PEAU DE BANANE" (1964) de Marcel Ophuls avec Jean-Paul Belmondo, pour la deuxième fois. Jeanne Moreau acheta les droits du roman de Charles Williams.

LE_TRAINLE_TRAIN

PEAU DE BANANE (1964) de Marcel Ophuls avec J. P. Belmondo

 

peau_de_bananepeau_de_bananepeau_de_banane

De 1965 à 1970, Jeanne Moreau sera à l'affiche dans plus de quinze films, certains d'entre eux garderont une certaine légèreté, mais on peut citer quelques films intéressants comme "MATA-HARI, AGENT H21" (1965) , "LE CORPS DE DIANE" (1969)  deux films réalisés par Jean-Louis Richard.

mata_hari01mata_hari_agent_h_21_1964_reference

le_corps_de_diane

Jeanne Moreau tourna coup sur coup deux films sous la direction de Tony Richardson "LE MARIN DE GILBRATAR" (1967) d'après Marguerite Duras et "MADEMOISELLE" (1966) sur un scénario de Jean Genêt, l'auteur des "Bonnes" et du "Balcon" entre autres oeuvres bien connues.

le_marin_de_gibraltar

MADEMOISELLE(1966)de Tony Richardson 

mademoisellemademoisellemademoisellemademoiselle

Louis Malle  décida d'engager Brigitte Bardot et à nouveau Jeanne Moreau dans un film d'action avec des decors exotiques pour oublier l'echec du film "Le feu follet" dans "VIVA MARIA" (1965)

viva_maria_afficheviva_mariamoreau_et_bardotmoreau_bardotviva_maria_01viva_maria_02

1968, ce sont les retrouvailles entre Truffaut et Jeanne Moreau pour son célèbre film "LA MARIEE ETAIT EN NOIR" avec Claude Rich, Jean-Claude Brialy, Michel Bouquet,Charles Denner, Michael (Michel) Lonsdale entre autres.

la_mariee__tait_en_noir_affiche

Avec François Truffaut

la_mariee01la_mariee_etait_en_noirla_mariee_etaitla_mariee_etait2

Les années soixante-dix voient un élargissement de ses activités - en particulier dans le domaine de la chanson - et, surtout en 1976, dans celui de la mise en scène avec "LUMIÈRE", un film qui reflétait certaines de ses expériences de comédienne. les deux films réalisés par Jeanne Moreau seront à demi-réussi mais pas inintéressant...

Elle n'abandonne pas non plus le théâtre ("Lulu", de Frank Wedekind, dans une mise en scène de Claude Regy, à l'"Athénée", en 1976). Divorcée de Jean-Louis Richard, Jeanne Moreau a Epousai le metteur en scène américain William Friedkin (L'EXORCISTE). Elle déclare : " Si je voulais réfuter quelque chose, ce serait l'idée de la femme fatale que l'on associe à moi: c'est de la misogynie. Dès qu'une femme vit sans hypocrisie, elle est ´ fatale, possessive, dévastatrice. J'ai peut-être rendu ce personnage crédible, mais je l'ai fait sans l'attirail des actrices qui m'avaient précèdée... Ma séduction - si séduction il y a - vient de mon absence de coquetterie, de ma franchise, de ma volonté opiniâtre d'obtenir ce dont j'ai envie... Je pense souvent à une phrase de Malraux: " L'homme n'est pas ce qu'il dit, mais ce qu'il fait". Orson Welles a dit de Jeanne Moreau : "C'est la meilleure actrice du monde".

Entretemps, on peut observer que Jeanne Moreau se diversifie avec des films différents les uns des autres tels que "COMPTES A REBOURS"  (1971) de Roger Pigaut, "CHERE LOUISE"  (1972) de Philippe de Broca,le film y fut sifflé" au Festival de Cannes), "NATHALIE GRANGER" (1973) de Marguerite Duras, "LA RACE DES SEIGNEURS" (1974) de Pierre Granier-Deferre avec Alain Delon.

comptes_a_reboursnathalie_granger

"CHERE LOUISE" (1972) de Philippe de Broca avec Julian Negulesco

chere_louisechere_louise2chere_louise3

"LA RACE DES SEIGNEURS" (1974) de Pierre Granier-Deferre

la_race_desla_race_des_2la_race_des_3

Elle participe aussi au premier film d'André Téchiné "SOUVENIRS D'EN FRANCE" (1975), le film fut présenté dans le cadre de la quinzaine des réalisateurs" ce film est une analyse de l'évolution des valeurs de la petite bourgeoisie confrontée à l'histoire cahotique de la société française du front populaire aux années 1970.

"SOUVENIRS D'EN FRANCE" (1975) d'André Techiné

souvenirs_d_en_francesouvenirs_d_ensouvenirs_d_en2

Deux films seront très importants dans la carrière de Jeanne Moreau pour l'année 1976, "MONSIEUR KLEIN" de Joseph Losey (il s'agissait de son 25 ème film) avec Alain Delon et "LE DERNIER NABAD" d'Elia Kazan avec Robert De Niro entre autres...

mr_kleinmonsieur_klein

"LE DERNIER NABAD" (1976) d'Elia Kazan

le_dernier_affiche

le_dernier_nabable_dernier_nabab

Elle a résidé à Beverly Hills, depuis son mariage avec William Friedkin. Jeanne Moreau écrit avec la romancière Henriette Jelinek le scénario et les dialogues de son second film," L'ADOLESCENTE", qu'elle réalisera au cours de l'été 1978 dans le Rouergue, avec Simone Signoret et la jeune Laetitia Chauveau.

l_adolescente

Après un petit rôle - de tenancière de maison close - dans un film canadien "AU DELÀ DE CETTE LIMITE, VOTRE TICKET N'EST PLUS VALABLE" tourné en 1979, la comédienne revient en France (son divorce sera prononcé début 1981) pour remonter sur les planches et jouer dans "L'Intoxe" de Françoise Dorin au Théâtre des Variétés (1980). Puis elle fait quelques apparitions, très remarquées dans "PLEIN SUD", en intrigante, dans "MILLE MILLIARDS DE DOLLARS", en alcoolique, dans "LA TRUITE", avant de se consacrer activement à la Télévision. C'est ainsi qu'elle interprète, dans les années 80, plusieurs téléfilms en France et en Grande-Bretagne et participe, comme présentatrice et animatrice à des séries sur la peinture : "L'impressionnisme : les peintres de la lumière de la l'ombre" (1981), "Le plus grand musée du monde, le Louvre" (1983), "Renoir, portrait de la beauté" (1986), "Cézanne et Gauguin : deux âmes, la quiétude et la fougue" (1987).

au_dela_de_cetteplein_sudmille_millards_de_dollards

En 1982, Rainer Werner Fassbinder réalise "QUERELLE" d'après le roman de Jean Genet, le montage fut terminé quelques jours avant la mort du réalisateur le 10 juin 1982. Aux côtés de Jeanne Moreau, Brad Davis, Laurent Malet et Franco Nero.

Jeanne Moreau est une épouse délaissée, dans "QUERELLE" où Fassbinder en fait, en patronne de bar, le symbole de la Femme -

(Voir film "Querelle" sur le blog-Avril 2008)

"QUERELLE" (1982) de Rainer Werner Fassbinder avec Brad Davis

querelle4jpgQuerelle_202querelle6querelle_1

Durant toute la décade, Jeanne Moreau voyage beaucoup, préside le jury de nombreux festivals, donne des cours d'Art Dramatique (Florence, 1985) et trouve encore le temps de réaliser, pour la Télévision allemande, un film sur Lillian Gish, d'enregistrer des disques (dont "Jeanne Moreau chante Norge", musique de Philippe Gérard, 1981) et d'apparaître sur le petit écran, en France ("Les ateliers du rêve", 1985), en Suisse ("François Simon, la présence", 1986) ou au Canada ("Calling the Shots", 1988). Mais c'est au théâtre qu'elle connaît son plus grand succès, dans "Le récit de la servante Zerline", créé le 5 décembre 1986 aux Bouffes du Nord et qu'elle joue plus de 300 fois en France et dans onze pays étrangers, dont l'Allemagne, l'U.R.S.S. et le Japon. Au début des années 90, des cinéastes prestigieux - Angelopoulos ou Wenders - et débutants - Attal ou Martiny - ont dirigé Jeanne Moreau, inspirés les uns et les autres par une comédienne dont Maurice Bessy écrivit, en 1977, avec justesse : "Elle est un merveilleux labyrinthe, dont elle ne connaît pas elle-même les véritables limites, auquel elle accède avec une noblesse, une sincérité qui forcent l'admiration". Enfin en 1992, le César de la Meilleure Actrice lui a été décerné pour sa composition dans "LA VIEILLE QUI MARCHAIT DANS LA MER". (1991) d'après le roman de Fréderic Dard "San Antonio".

"LA VIEILLE QUI MARCHAIT DANS LA MER". (1991) de Laurent Heynemann

la_vieille_qui_marchait_dans_la_merla_vieille_qui_marchaitla_vieille_qui_marchaitla_vieille_qui_marchaitla_vieille_qui_marchait

A noter sa précence dans deux films de deux grands réalisateurs Théo Angelopoulos dans "LE PAS SUSPENDU DE LA CIGOGNE" (1991), et Wim Wenders  dans "JUSQU'AU BOUT DU MONDE" (1991)

"JE M'APPELLE VICTOR" (1993) est le premier film de Guy Jacques, idée géniale de réaliser avec ce trio d'acteurs que sont Jeanne Moreau, Micheline Presle et Julien Guiomar.

je_mapJE_M_APPELLE_VICTORJE_M_APPELLE_VICTOR2

En 1996 c'est le réalisateur Ismail Merchant qui réalise le film "LA PROPRIETAIRE". celui-ci voulait "énoncer une nouvelle vérité sur cette société pluri-culturelle à laquelle chacun de nous contribue a sa façon" et répondre à la question "comment préserver la profondeur des traditions et vivre ensemble en harmonie dans la vérité?"

LA PROPRIETAIRE (1996) d'Ismail Merchant

LA_PROPRIETAIRELA_PROPRIETAIRE2LA_PROPRIETAIRE3

Personnel/ Une voix particulière, femme moderne, la plus grande actrice de sa génération, quelques uns desplus grands films de l'histoire du cinéma, "Jules et Jim", "Les Amants" ou "La Nuit", c'est d'une beauté excessive. Certains clichés restent gravés à jamais, la rencontre avec certains cinéastes dont certains ont contribué à la "nouvelle vague" Truffaut, Demy, Malle....

Ce que j'aime, chez cette femme, c'est sa liberté d'expression, sa libérté tout court, sa marginalité parfois. Bonne continuation Madame...

18889436_w434_h_q8028411405040143_1la_baie_des_anges02truffmoreau_duras

François Truffaut-             Marguerite Duras