JEAN-PAUL BELMONDO                 1933 

                Acteur,producteur français

18900379_w434_h_q80 18900394 

       0000306031_001

l_ain__a1 4f69_1 

François Truffaut déclara : "Il est capable de jouer avec autant de naturel un aristocrate ou un garçon du peuple, un intellectuel ou un gangster, un prêtre ou un clown.  C'est la "nouvelle vague", qui l'impose d'emblée avec ce nouveau physique, mais aussi un nouveau jeu d'acteur,  une franche désinvolture, qui font aujourd'hui de lui la figure la plus marquante du cinéma français, depuis les années 60. Il est devenu, en quelques années, le champion du Box-Office français avec Louis de Funès et l'acteur le plus adulé du grand public. 

Le cinéaste René Clair déclara : Belmondo a des qualités mais un physique difficile pour le cinéma. Comme quoi , on peut se tromper... Ses plus grans films : "Classe tout risques" de Claude Sautet,"A bout de souffle" de Godard, "La Viaccia" de Mauro Bolognini, "La Ciociara" de Vittorio de Sica, "Léon Morin prêtre" de Jean-Pierre Melville, "Un Singe en hiver" d'Henri Verneuil, "Le Doulos" de Melville, "L'homme de Rio" de Philippe de Broca, "100 000 dollars au soleil" de Verneuil, "Pierrot le fou" de Jean-Luc Godard, "Le voleur" de Louis Malle, "La sirène du Mississipi" de François Truffaut, "Borsalino" de Jacques Deray, "Les Marié de l'An II" de Jean-Paul Rappeneau, "Le Casse" à nouveau de Verneuil, "Stavisky" d'Alain Resnais, "Peur sur la ville" (Verneuil), "L'alpagueur" de Philippe Labro et "Le Professionnel" de Georges Lautner.

Bien sûr on peut citer "Le Magnifique" ou "Le corps de mon ennemi" avec Blier, de même avec "Week end à Zuydcoote" . Cette selection est mienne, je laisse chacun d'entre nous, son propre arbitre pour selectionner ces films qui nous ont marqué...

0000318467_006 42_17022852

port_02 248006_Jean_Paul_Belmondo_Posters 

Acteur français, né à Neuilly-sur-Seine, le 3 avril 1933, son père, Paul Belmondo, d'origine sicilienne, est un sculpteur réputé et sa mère est artiste-peintre. Indiscipliné, chahuteur et peu enclin aux études, le jeune Belmondo s'adonne plus volontiers au football, à la boxe, ou aux bagarres dans la cour du lycée, bagarres qui marqueront à jamais le futur héros de l'écran. Il raconte que c'est au cours d'une altercation avec des élèves d'une classe de philo qu'il a eu "le nez écrasé comme une pomme de terre à l'anglaise" : un handicap qui deviendra bientôt un atout. Il fréquente l'école de la rue Henri Barbusse, l'École Alsacienne - d'où il est renvoyé ... - puis divers autres établissements : Louis-le-Grand, Henri IV, etc.  Jean-Paul fréquente, en cachette de ses parents, l'"Avia-Club", un gymnase où il rencontre le boxeur Maurice Auzel - qui deviendra champion de France.  Belmondo dispute, en amteur, neuf combats de boxe : quatre victoires, autant de défaites, un match nul. "Il avait une belle allonge, une méchante droite et possédait ce dont rare qu'est l'intelligence du ring", dira son entraîneur Son frère, Alain, fut directeur de production; sa sœur, Muriel, danseuse À seize ans.

Mais la maladie va avoir raison de cette belle vitalité : à l'âge de seize ans, Belmondo est atteint d'une primo-infection, ses parents l'expédient alors en Auvergne; c'est à cette époque, dans le calme et l'air vivifiant, que le jeune homme décide de devenir comédien.

A son retour d'Auvergne, son père contribue à lui faire rencontrer Raymond Girard ancien directeur des études classiques à l'Odéon) qui l'accepte dans son cour. Pendant six mois, Girard va l'aider à préparer le concours du Conservatoire d'art dramatique, ou, reçu en 1951, Jean-Paul Belmondo devient l'élève de Pierre Dux. Il y restera quatre ans durant lesquels son jeu énergique est loin de faire l'unanimité des professeurs.Le 3 juillet 1950, il débute sur scène avec une tournée dans les hôpitaux de Paris, dans le rôle du Prince de "La Belle au Bois Dormant".

En 1955, espérant couronner toutes ces années de travail par une juste récompense, il présente devant le jury de l'école "L'ardent artilleur" de Tristan Bernard. Mais le prix tant espéré se solde par un accessit. Il réitère l'année suivante avec "Amour et piano" de Feydeau. Le jury, présidé par Marcel Achard est courroucé par l'insolence de l'élève Belmondo qui, sous couvert de Feydeau, les nargue. Et une fois de plus le premier prix lui échappe. Mais la salle en délire fait un triomphe au jeune comédien. Scandale ! la photo de Belmondo fait la une de tous les quotidiens du soir. Ce soir de juillet 1956 marque ainsi ses fracassants débuts.

Belmondo échappe à la Comédie Française. Il débute néanmoins sur les planches l'année suivante dans "La Mégère apprivoisée" montée par Vitaly, donnant la réplique, dans un rôle de bouffon, à Pierre Brasseur et Suzanne Flon. La presse apprécie la truculence et "la drôlerie bondissante" du jeune comédien. Louanges encore en 1959 avec "Trésor-Party" : les critiques soulignent sa désinvolture et sa gouaille. Belmondo gagne ainsi ses galons de comédien en imposant un jeu moins théâtral, plus naturel, ce qui lui vaut un public aussi enthousiaste que ses anciens condisciples du Conservatoire. Il fait la connaissance de ses condisciples qui deviendront ses amis fidèles : Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort, Michel Beaune, Françoise Fabian et Pierre Vernier. Le 4 décembre 1953, il épouse Elodie - la meilleure danseuse de Saint-Germain-des-Prés - dont il aura trois enfants : Patricia, Florence et Paul. 

En 1957, il débute à l'écran dans de petits rôles : "Sois belle et tais-toi" de Marc Allégret, il sert de faire-valoir à Mylène Demangeot la vedette du film, l'autre second rôle est tenu par Alain Delon. La même année Marc Allégret fait à nouveau appel à lui pour " Un drôle de dimanche", en lui confiant encore un petit rôle aux côtés de Bourvil, Arletty et Danielle Darrieux. Belmondo végète quelque peu malgrè son indéniable talent. Son jeu, son physique,, sa gouaille, sa virilité ne touchent guèrent d'éventuels employeurs. Mais à l'approche des années 60, les jeunes-Turc des "Cahiers du cinéma" vont bouleverser la routine de la production commerciale et faire appel à des jeunes inconnus : l'heure de Jean-Paul Belmondo va bientôt sonner......

  sois_belle_et_tais_toi02 sois_belle_tais_toi

                       Les débuts d'Alain Delon et Jean-Paul Belmondo

                 18890017

         18890016

 

un_drole_de_dimanche02 18835811

                un_drole_de_dimanche

          un_drole_004

             Arletty et Danielle Darrieux

           18854156

a_pied_a_cheval_et_en_voiture01  a_pied_a_cheval_et_en_voiture

              A Pied, à cheval et en voiture (1957) de Maurice Delbez          

       a_pied_a_cheval 

Cette même année 57, Belmondo tourne "Les Copains du dimanche" d'Henri Aisner aux côtés de Paul Frankeur, Julien Bertheau, Yves Deniaud, Marcel Pérès et Michel Piccoli.Le film, tourné sous le titre “Dimanche nous volerons”, fut financé par une Coopérative de Production proche de la C.G.T. Le film ne sortit jamais en salles, à l’exception d’une projection au Marché du film du Festival de Cannes 1957. Le grand public le découvrit le 2 juillet 1967, lors de sa diffusion sur la deuxième chaîne de l’O.R.T.F. les_copains_du_dimancheles_copains

À l'origine des "Tricheurs" (1958) un scénario écrit par Charles Spaak et Marcel Carné qui fut le réalisateur. "Les Mains Vides", une sorte de Roméo et Juliette à Saint-Germain-des-Prés. Le scénario fut revu et réécrit de nombreuses fois par Carné et Jacques Sigurd. Restait le choix des acteurs. " Mes acteurs, déclare Carné, se sont imposés à moi pour les trois principaux tout au moins. Terzieff, je l'ai vu à la Télévision et je l'ai engagé de préférence à Jean-Paul Belmondo (on me le reproche) parce qu'il avait plus de mystère.

"Les Tricheurs" obtint un très vif succès auprès du public. Lors de la première, le 10 octobre 1958 les jeunes spectateurs portèrent en triomphe Marcel Carné. Le film entièrement accompagné de musique de jazz, obtint les Victoires du meilleur film, de la meilleure actrice (Pascale Petit), du meilleur acteur (Jacques Charrier); il reçut le Grand Prix du Cinéma français et fut le champion des recettes pour la saison 1958/1959.
les_tricheurs02tricheurs

 

A nouveau cinéma, nouveau héros. mais c'est le hasard semble t-il qui décide de la carrière de Belmondo. il rencontre pour la première fois Claude Chabrol qui fait appel à lui pour remplacer Jean-Claude Brialy, malade, pour le rôle de Lazlo Kovacks, l'anarchiste désabusé d'"A double tour" (1959). Cette même année Claude Sautet réalisa son premier film "Classe tout risques" (1959). Celui-ci avait remarqué Lino Ventura quelques années auparavant dans "Touchez pas au grisbi" de Jacques Becker, où il avait un petit rôle. Il fit sa connaissance en écrivant pour lui, ensuite, le scénario du "Fauve est lâché" et c'est Ventura qui lui donna à lire le roman de José Giovanni et lui proposa de le tourner. Quant à Jean-Paul Belmondo, il n'était pas encore une vedette, Ventura insista pour l'avoir comme partenaire...

Sautet eut des difficultés à terminer son film. Les producteurs, à cause de la censure, ne voulaient pas de la fin du livre, que Sautet aimait beaucoup. Il ne voulait pas non plus que son personnage se rende à la police. Le tournage ne fut pas terminé. Deux mois après, il eut l'idée du dernier plan : Abel marche dans la foule, pendant qu'une voix off conclut : "Quelques jours plus tard, Abel Davos fut arrêté, condamné et exécuté."

                35f4a8d465e6e1edc05f3d8ab658c551

       a_double02

       a_double_tour01

                     classe_tous_risques01

               classe

          classe_tous_risques_01_g

         a_tous_risque_A

                  18889337_w434_h_q80

                  18889338

           classe3

             classe_tous_risques_1960_10_g

         classe_tous_risques_60_04_g

"La Française et l'amour" Réalisé en 1960 par des cinéastes de renommer : René Clair,Jean Delannoy, Christian Jaque,Henri Decoin, Henri Verneuil, Michel Boisrond et Jean-Paul le Chanois .Ce film est un véritable document sociologique et chacun des sketches permet de mesurer l'évolution des mœurs et de constater la disparition de cette femme objet qui nous est montrée, naïve, mal informée, soumise au mari ou à l'amant, en tout cas victime assurée, même si les aventures sont peintes en rose et relevées par un dialogue alerte. C'était aussi l'époque où des ouvrages comme le rapport Kinsey étaient à la mode et où l'on entrevoyait assez confusément l'aube d'une libération de la femme. Tout ce que le film peut avoir de démodé est donc compensé par la valeur, insoupçonnée alors, que comporte un tel témoignage.

Si l'on examine le générique de "La française et l'amour", on constate tout de suite que les producteurs n'ont fait appel qu'à des valeurs commerciales sûres, aussi bien au niveau de la réalisation qu'à ceux du scénario ou de la musique. La permanence du chef opérateur choisi une fois pour toutes adoucissant en quelque sorte les contrastes que la présence de tel ou tel metteur en scène pouvait mettre en relief. L'interprétation marque, en revanche, une tentative de renouvellement. À côté de comédiens chevronnés du Boulevard qui ont fait leur preuve dans des rôles bien définis  (Paul Meurisse, Jean-Paul Belmondo, Annie Girardot, Martine Carol, François Périer, Dany Robin, Claude Rich, Marie-José Nat et tant d'autres) et qu'ils animent avec une verve infaillible, une série de silhouettes marquantes a été confiée dans la plupart des sketches à des artistes venus du cabaret: Pierre-Jean Vaillard et Darry Cowl, Roger Pierre et Jacques Fabbri, Yves Robert et Robert Lamoureux, Francis Blanche, Jean Poiret et Michel Serrault. Sacha Guitry, qui aimait et savait choisir ses interprètes, avait été l'un des premiers à mettre en pleine lumière les qualités de ces transfuges en leur faisant jouer la comédie au lieu de les utiliser en filmant simplement l'un ou l'autre de leurs numéros éprouvés

          la_francaise_et_l_amour02

          la_fran_aise002

          la_fran_aise_et_l_amour

           la_frn_aise003

            Michel Serrault-François Périer -Annie Girardot- Jean Poiret

 

 

 

            la_fran_aise003

 

844567476_L

 

En 1959, c'est enfin le succès critique et public ainsi que la révélation de "À bout de souffle", dont il est la vedette, aux côtés de Jean Seberg, dans une mise en scène de JeanLuc Godard. Ce film phare de la "Nouvelle Vague", grâce auquel Belmondo, en Michel Poiccard, petit truand instinctif et désinvolte, accède du jour au lendemain à la notoriété. Jean-Paul Belmondo devient célèbre. François Truffaut déclara : "Pour moi, cela ne fait aucun doute, Jean-Paul Belmondo, est le meilleur "jeune premier" actuel, le meilleur et le plus complet. Belmondo peut jouer avec autant de vraisemblance et de naturel un aristocrate ou un garçon du peuple, un intellectuel ou un gangster, un prêtre ou un clown. Cette disponibilité est telle que Jean-Paul pourrait même jouer un homme aimé des femmes, un séducteur, ou au contraire un homme rejeté par elles et ces deux rôles contradictoires il serait capable de les conduire vers le drame ou vers la comédie, "à la demande".

 

A_20bout_20de_20souffle_20_B_  a_bout_de_souffle

           34650651_p

           834094928_L

      18385580

         18829355

            01_0430_p01

             photo_A_bout_de_souffle_1959_5

             18385579

              18829357

             breathless

             a_bout_de01

              01_0430_p02

               18385577

                BoutPatriciaMichel2

                 18829354

                 760824065_08c3925577 

A cours de la décennie 60, il tournera plus de trente films, faisant preuve d'une aisance égale sur tous les registres, de la comédie au drame. Jean-Paul Belmondo, Bébel pour le grand public, se taille une popularité qu'entretiennent ses rôles de héros sans peur ni reproche, bondissant d'un film d'aventures ou policier, exécutant lui-même les cascades les plus périlleuses...mais avant cela, il poursuit sa carrière cinématographique en étant complémentaire dans trois films italiens intéressants : "La Novice" (1960) d'Alberto Lattuada, "La Vaccia" (1960) film dramatique de Mauro Bolognini avec Claudia Cardinale et Pietro Germi. Pour incarner Amerigo, le choix se porta immédiatement sur Belmondo qui tournait "La Ciociara". Mais, celui-ci ayant déjà des engagements, Bini contacta Sami Frey (qui tomba malade) et Delon (coincé par le retard de "Plein soleil. Finalement, Belmondo ayant "un trou" de vingt jours, put tourner la moitié du film et une doublure le remplaça le reste du temps. Enfin celui pour lequel, Sophia Loren remporta l'Oscar de la meilleure actrice "La Ciociara" (1960) du cinéaste Vittorio de Sica. 

                      la_noviceY

         0000318467_004

les_mauvais_chemins___la_20viaccia la_vaccia004

                 la_vaccia2

         LA_VACCIA_02

          42_19331436

           la_vaccia003

            la_vaccia006

                        la_viaccia01

           la_vaccia

 

296070077_L

            6cfc_1

            03_0111p01

            03_0111p02

Peter Brook réalisa son deuxième film "Moderato Cantabile" (1960). De belles images poétiques et de beaux jeux de lumière pour nous présenter symboliquement la destinée morose de Me  Desbaresdes. Si le choix du livre de Marguerite Duras et celui de Jeanne Moreau pour interpréter Anne se sont imposés à Brook, celui de Jean-Paul Belmondo, par contre, incombe à la comédienne. Il semble que le jeune acteur ait accepté cette proposition plus par courtoisie que par enthousiasme. Sur le tournage, en Charente, il paraît en effet agacé par les méthodes de travail de P. Brook. Chaque fois qu'il le peut, il rentre à Paris en voiture. Au retour dune de ses nombreuses escapades, il prend à son bord Jérôme. le jeune fils de dix ans de Jeanne Moreau Un terrible accident survient dont Belmondo sort indemne; mais Jérôme semble très gravement blessé. L'enfant tiré d'affaire, le comédien dut néanmoins faire face à une violente campagne d'une certaine presse qui l'accusait d'imprudence et d'immaturité. Présenté au Festival de Cannes 1960, le film valut à Jeanne Moreau le prix d'interprétation féminine ex-aequo avec Mélina Mercouri pour son rôle dans "Jamais le dimanche".

Moderato_20cantabile  13_0343_aff01

          moderato14

          moderato2

              moderato

            moderato3

En 1961, Jean-Pierre Melville adapte à l'écran,le roman de Béatrix Beck qui avait obtenu le prix Goncourt en 1952. Dès sa parution, Melville pensa l'adapter à l'écran, mais il ne vit pas alors quels acteurs pourraient interpréter les deux principaux rôles du film "LEON MORIN PRETRE". Melville avait certes croisé Jean-Paul Belmondo dans un plan dun film "A bout de souffle", mais c'est la prestation du jeune acteur dans "Classe tous risques"qui convainquit le cinéaste que son prêtre idéal était bien ce mauvais garçon, sympathique et cynique.

La version initiale du film durait 193 minutes et comportait de nombreuses séquences décrivant les conditions de vie sous l'Occupation italienne et allemande dans une ville de province (le film a été tourné, en extérieurs, à Grenoble). C'est Melville lui-même qui tint à recentré le film sur le personnage de Léon Lorin en le faisant apparaître au bout de quinze minutes, alors qu'il n'intervenait, dans la version longue, qu'après une heure et quart d'action et en "gommant" presque tout ce qui concernait l'Occupation, le maquis et la Libération.

668276765_L

          18385996

           18385995

"UNE FEMME EST UNE FEMME" fut le second film, que Jean-Paul Belmondo tourna sous la direction de Jean-Luc Godard. Son personnage s'appelle Alfred Lubitsch en hommage au célèbre cinéaste Ernst Lubitsch dont le film "Sérénade à trois" (Design for living, 1933). Malgré un accueil critique assez favorable. ce film, dans lequel Godard utilisait pour la première fois de sa carrière la couleur et le scope, ne rencontra pas le publie escompté. Alors que son précèdent film avait dépassé les 250 000 spectateurs en exclusivité parisienne, "UNE FEMME EST UNE FEMME", sorti le 6 septembre 1961, ne réalisa qu'un peu plus (le 50 000 entrées et disparut rapidement des écrans.

Après une brève escapade dans le film à sketches "Les Amours célèbres" (1961) (Lauzun) de Michel Boisrond, l'acteur poursuit sa carrière en jouant dans un film de Jean Becker, "UN NOMME LA ROCCA" (1961) aux côtés de nombreux comédiens dont Pierre Vaneck, Henri Virlojeux, Mario David, Jean-Pierre Darras, Claude Piéplu...Ce film fut adapté d'un roman de José Giovanni, "L'Excommunié", ce dernier fut très mécontent du résultat et en réalisa lui-même, une nouvelle version en 1972 : "LA SCOUMOUNE".

                    06_0293_aff01

           une_femme02

            une_femme001

             une_femme06

          une_femme_est_une

          une_femme_est01

317310878_L

                        Un_20nomme_20La_20Rocca

         un_nomme_la_rocca01

           un_nomme02

            un_nomme_01

            un_nomme_02

                      la_rocca

Connu pour des comédies intimistes, Philippe de Broca abordait ici pour la première fois le film d'aventures à grande mise en scène avec "CARTOUCHE" (1962), genre qu'il allait tout particulièrement cultiver, avec son acteur fétiche Jean-Paul Belmondo. Ce film est une sorte de "Robin des Bois", mais en plus cabossé, plus sarcastique et plus truculent. Une pléiade d'acteurs ont participés à ce film dont Claudia Cardinale, Odile Versois, Marcel Dalio, Noel Roquevert, Jess Hahn, Jean Rochefort, Philippe Lemaire et Jacques Charon.

1962, l'année de la première collaboration entre Bebel et Henri Verneuil dans "UN SINGE EN HIVER" avec cette rencontre unique de ces deux grands acteurs Gabin-Belmondo.  Lors de la sortie du film "A bout de souffle", la critique avait comparé Jean-Paul Belmondo à Jean Gabin. Mais cette confrontation faillit ne pas avoir lieu car le ministre de la Santé craignait que le film ne soit qu'une apologie de l'alcool.

cartouche01  cartouche

            18839822

              18839832 

       03_0361_p01

         cartouche_1961_reference

          18839827

 

               18429292

Singe_20en_20hiver_20_un_  2157491997_small_1

 

       858687420_L

                  

         18890053

          un_singe_en_hiver_1962_reference

          864990643_L

          un_singe_en_hiver_1962_01_g

          864989652_L

          864989377_L

          un_singe_en_hiver_1

            un_singe

         un_singe002

          864989022_L

          SZ001142

          18890051

          18890050

          18963593

                   un_singe_en_hiver_12e

Avec "LE DOULOS" (1963), le film de Jean-Pierre Melville s'ouvre sur trois inserts fixes... "En argot, "doulos" veut dire "chapeau". Mais dans le langage secret des policiers et des hors-la-loi "doulos " est le nom que l'on donne à "celui qui en porte un" : l'indicateur de police. Le "doulos" est le seul mot d'argot employé dans le film : en effet, Melville, qui parlait pourtant très bien la langue verte, ne la supportait pas au cinéma.

Une autre clé du film est donnée par une citation qui apparaît au début de celui-ci : "Il faut choisir, mourir... ou mentir". Cette phrase tronquée est de Louis-Ferdinand Céline, elle se termine par "moi, je vis". Aux côtés de Belmondo, Serge Reggiani, Jean Desailly, Michel Piccoli et René Lefévre.

Cette même année 63, Belmondo retrouva le cinéaste Jean-Pierre Melville pour le tournage de "L'AINE DES FERCHAUX" , à l'origine, c'est Alain Delon qui devait interpréter le rôle de Michel, ayant signé un contrat avec le producteur Fernand Lumbroso. A la suite d'un désaccord sur le nom du metteur en scène, il y eut une rupture de contrat. C'est alors que l'impresario de Jean-Paul Belmondo contacta Melville car l'acteur, après leurs deux premières collaboration "Léon Morin prêtre" et "Le Doulos" souhaitait une nouvelle collaboration. Il se trouva que Jean-Pierre Melville avait déjà écrit une adaptation qui s'éloignait singulièrement de l'œuvre originale. Et Lumbroso (le producteur) avait payé seize millions les droits d'adaptation du livre le pria de revenir à une histoire intermédiaire. Toutes les séquences américaines nécessitant la présence de Belmondo et Vanel furent tournées en France, y compris celle de l'autoroute. Il s'agissait de l'autoroute de l'Esterel garni de voitures américaines.

276064230_L780941399_L

              le_doulos_19

              18847607

       le_doulos_1962_reference

                  18385478_w434_h_q80

        18385480

         SZ001145

         18847613

                    l_aine_des_ferchaux

                      l_ain_002

       l_ain__a3

l_aine3

18892530

          l_aine2

          l_ain_003

          aine_des_ferchaux_1_g

          l_ain_006

        l_aine

         l_aine_a2

Il y eut trois autres films en 1963 : "La mer à boire" de Renato Castellani, "Peau de Banane" de Marcel Ophuls avec Jeanne Moreau et enfin "Dragées au poivre" de Jacques Baratier avec une affiche impréssionnante : Guy Bedos, Sophie Daumier, Jean-Pierre Marielle, Jacques Dufilho, Sophie Desmarets, Simone Signoret, J-P Belmondo, Claude Brasseur, Anna Karina, Marina Vlady, Francis Blanche, Jean Richard, François Périer, Jean-Marc Bory, Monica Vitti, Georges Wilson, Roger Vadim...

La collaboration de Belmondo avec le cinéaste Philippe de Broca furent au nombre de cinq films, après "Cartouche" ce fut "L'HOMME DE RIO" (1964) avec Françoise Dorléac, ce film fut un grand succès populaire avec Bébél en grande forme. Ce film aux allures décontractées et désinvoltes, qui l'apparentent à la Nouvelle Vague, est surtout un hommage à Hitchcock de "La mort aux trousses", dont il retrouve le rythme frénétique, le goût pour les situations insolites et l'hyperréalisme spatial. "Les Tribulations d'un chinois en Chine" (1965), un scénario inspiré du roman de Jules Verne avec Ursula Andress, Jean Rochefort et Darry Cowl. Puis "L'Incorrigible" (1975), et enfin "LE MAGNIFIQUE" (1975) avec Jacqueline Bisset.

329001030_L

       la_mer_a_boire

         la_mer_a_boire2

          la_mer_a_boire3

441397030_L

        peau_de002

       peau_de001

        peau_de004

 

            4456_1

 

AA01JP6

        dragees45

               dragees_au_poivre

l_homme_de_rio l_homme_de_rio01

               l_homme_de_rio02

            L_homme_de_Rio

              l_homme_de_r

        l_homme_de_rio_01

          l_homme_de_r2

                     les_tribulations_d_un_chinois_en_chine

            les_tri01

         18845980

         20_0268_p01

          18882862

           les_tribulations2

               Pendant le tournage

        les_tribulations001

                Echappement_20libre

 

 

 

Après avoir tourné son deuxième film "Echappement libre" (1964) avec le cinéaste Jean Becker, Belmondo participa au tournage du film d'Edouard Molinaro "La Chasse à l'homme" (1964). Quant à "CENT MILLE DOLLARS AU SOLEIL" ; le film fut choisit pour représenter officiellement la France au Festival de Cannes 1964, ce qui provoqua un tollé général de la part de la critique non seulement française mais également étrangère. En Italie, le journal «Paesa Sera» le qualifia de «sorte de sous-Clouzot qui s'adresse aux plus bas instincts», à Londres, le "Guardian" déplora «Si c'est là un exemple du goût populaire français, que Dieu sauve la France». Et en France, Pierre Billard s'étonna. «Comment supporter, en 1964, cette image purement colonialiste de l'Afrique où un petit groupe de Tarzans européens vient faire la loi parmi les peuplades de dégénérés tout juste hons à recevoir des coups de pieds au derrière et des paires de claques '» in « Cinéma 64» n° 86). Toutefois, le public fut loin de partager cette opinion puisque le film totalisa la meilleure recette de l'année avec 447 000 entrées à Paris en 18 semaines d'exclusivité. Huit mois plus tard, "Week-end à Zuydcoote", toujours de Henri Verneuil et avec Jean-Paul Belmondo, atteignit 478 000 ennées et ce beau diptyque confirma l'association Verneuil-Belmondo qui devait se reformer par la suite pour "Le Casse" (1971), "Peur sur la ville" (1974) "Le Corps de mon ennemi" (1976) et "Les Morfalous"  (1984).

               cent_mille_dollars_au_soleil

               cent_mille_dollard_au_soleil01

             cent_mille_dollars_au_soleil_1

     1602_p_20020425_00QZ49_0JPURBNX

       254832192_small

        100000_dollars

         cent_mille_dollars_au_soleil_2

             100000_dollars2

                   cent_mille_dollars_au_soleil_3

 

        18908324

         18908326

             18900414

 

18429441_w434_h_q80 CHASSE

         la_chasse_a_l_homme_22_09_1964_4_g

          18909001

          la_chasse_a_l_homme_22_09_1964_3_g

               Aux côtés de Bébel, Jean-Claude Brialy et Claude Rich

           la_chasse_a_l_homme_22_09_1964_2_g

 

             weekendazuydcooteaf

                 WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_1

       18834389

       18834390

       18834400

          Georges Géret

      WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_7

         Jean-Pierre Marielle

       WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_3

             6c7f_1

                18834408

       18834410

       18834391

        WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_1964_reference

        18834412

        23_0011_p01

        Henri Verneuil -Albert Rémy

       WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_WEEK_END_A_ZUYDCOOTE_1964_reference

 

          AA01JP11

             

           par_un_beau_matin_d_ete

           42_19331614

De "Pierrot le fou" (1965) , déclara Godard, je voulais faire un petit film avec Michel Piccoli et Sylvie Vartan; elle n'a pas pu. Alors Belmondo m'a permis de faire un film avec plus de moyens : ça compte l'argent qu'une vedette amène". Le film, présenté au Festival de Venise, suscite de vives polémiques. Aragon, dans les Lettres Françaises (9-15 septembre 1965), prend la défense du film : "j'aime le langage et c'est pour ça que j'aime Godard qui est tout langage " et précise plus loin : "ce qu'on reproche surtout à Godard ce sont les collages parlés " On peut reconnaître en effet au début du film un extrait de "L'Histoire de l'art" d'Elie Faure (lu par Pierrot), des citations de "Guignol's band" de Céline... Et aussi de nombreuses références au monde de la publicité, de la B.D. ou de la peinture (Renoir, Picasso...). Le réalisateur américain Samuel Fuller joue son propre rôle.

292763040_L

Pierrot_20le_20fou_20_B_258633730_L2797858205_bebff3f5c2

       pierrot_le_fou_1965_07_g    

        6a00d83451b77e69e200e55045386f8834_800wi

        2797858061_36f448de6a

        2965696548_1acc3c5f36

        pierrot

        18385559

         2965701088_16216581e7

        18385556

           Avec Raymond Devos

         pierrot_le_fou001

 

Un troisième film complète le tandem Belmondo-Becker avec "Tendre voyou"  (1966), puis Bébél participe à l'une des plus brillantes distributions du cinéma français  dans "Paris brûle t'il? ", avec pour cinéaste René Clément (Jeux Interdits).  Film tourné selon le principe américain du grand spectacle : une foule de comédiens célèbres jouent de petits rôles et des acteurs de nationalité correspondant à leur personnage s'expriment dans leur langue originelle. La production bénéficia du soutien actif du gouvernement français qui permit ainsi de filmer Paris désert (le tournage avait lieu tous les matins à partir de cinq heures).

Le film a pour base le best-seller international de Dominique Lapierre et Larry Collins, deux journalistes (l'un français, l'autre américain) qui unirent leurs efforts pour écrire ensemble l'histoire de la libération de Paris après avoir retrouvé tous les témoins célèbres et encore vivants de l'événement. Il faut remarquer que le scénario fut écrit avec la collaboration de Francis Ford Coppola, le futur réalisateur du "Parrain".Le film nécessita cent quatre-vingts lieux de tournage.

Aux côtés de Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Simone Signoret, Kirk Douglas, Orson Welles, Jean-Louis Trintignant, Michel Piccoli, Anthony Perkins, Charles Boyer, Leslie Caron, Jean-Pierre Cassel, Claude Dauphin, Yves Montand, Claude Rich, Robert Stack, Glenn Ford, Daniel Gélin, Gert Froebe, Bruno Cremer, Pierre Dux, et tant d'autres...

             tendre_voyou

            tendre001

       tendre002

       tendre_voyou2

       tendre_voyou

 

                  paris_brule_t_il01

       paris001

       paris2

       paris_brule_t_il_is_paris_burning_1966_reference

      paris_brule

       paris_brule_t_il_is_paris_burning_1966_reference

       paris

       paris3

                 paris_brule2

En 1967, Louis Malle réalisa "Le Voleur", adapté d'un roman de Georges Darien; plus qu'un film policier est un film psychologique qui donne l'occasion à Louis Malle d'exercer une nouvelle fois ses griffes contre une bourgeoisie traditionnelle. " LE VOLEUR c'est l'histoire d'un échec, dit Louis Malle. Dès 1968, François Truffaut disait du célèbre acteur - "Un film à tourner, c'est une route à ouvrir et, avec Belmondo, un bout de chemin est tracé d'avance"

Avec le film "Ho ! ", Jean-Paul Belmondo qui n'avait rien tourné depuis dix-huit mois, effectuait une rentrée attendue. Robert Enrico, souhaitait renouveler le succès de son film "Les Aventuriers", avec Delon, en faisant de Bébel la vedette de cette autre adaptation d'un roman de José Giovanni. Il lui adjoignit la jeune et jolie Joanna Shimkus.

                          18068

               le_voleur001

         le_voleur01

             

 

        AA01JP12

       ho

       ho001

Une rencontre cinématographique inédite : Gérard Oury et Jean-Paul Belmondo,  Bourvil et David Niven complètent l'affiche du film "Le Cerveau" (1969). Le cinéaste a travaillé deux ans sur ce film. Il voulait, en effet, qu'à aucun moment il ne rappelle ses deux plus grands succès : "Le Corniaud" et "La Grande Vadrouille",La Compagnie Générale Transatlanlique a accepté que Gérard Oury attache entre les cheminées du "France" une gigantesque reproduction de la statue de la Liberté.

Jean-Paul Belmondo dit de lui : "Je ne vis que pour jouer et continue à jouer quand je vis. Ce que j'apprécie le plus dans ma gloire, c'est la possibilité de pouvoir jouer ce que je veux. Je suis fier d'être une vedette populaire, comme l'étaient avant-guerre Aimos, Carette et... Gabin. Si dans dix ans, j'ai disparu du podium, j'espère que certains de mes films passeront dans les cinémathèques et que l'on dira de moi : il a fait une belle carrière". "(...) L'idéal serait de pouvoir taper dans le mille à chaque fois (...). L'idéal serait de pouvoir se dire à chaque film : "Il est formidable". Mais je crois que le type qui pourrait faire ça, on le mettrait dans un musée, parce que ça n'existe pas. (...) Souvent, j'entends des jeunes dire : "Je ne ferai pas ci, je ne ferai pas ça". C'est bien d'avoir de la rigueur, mais ça n'est pas possible tout le temps; en tout cas, je n'ai pas fait de choses que je juge, moi, déshonorantes... " .

            

        P1010023

               le_cerveau_1

       LE_CERVEAU_1968_reference

         18840695

       18840671

       cerveau_1969_03_g

       03_0197_p02

        18998312

       cerveau_1969_02_g

       18998311

       Num_riser0086

       Num_riser0085

       Num_riser0084

       03_0197_p01

       03_0197_p03

      18840683

       42_19331620

       cerveau_1969_01_g

 

        Avec Gérard Oury

      le_cerveau_1968_reference

      42_19331448

François Truffaut a pris pour sujet du scénario de son film "LA SIRENE DU MISSISSIPI" (1969) un roman de William Irish, l'un des maîtres du "roman noir" américain. Jean-Paul Belmondo et Catherine Deneuve réussissent à tenir en haleine les spectateurs par un film totalement réussit.

Avec "UN HOMME QUI ME PLAIT" (1969) c'est une nouvelle rencontre importe pour Bébel, Claude Lelouch, sa partenaire féminine n'est autre qu'Annie Girardot. Il enchaîne l'année suivante aux côtés d'Alain Delon dans "BORSALINO" (1970), Delon producteur fournit 700 millions sur les 2 milliards que coûta le film. La rencontre entre Delon et Belmondo était bien sûr l'évènement majeur d'un film dont les aventures étaient inspirées de celles de deux gangsters marseillais: Carbone et Spirito, rois de la pègre des années 30.

Avec "LES MARIES DE L'AN II" (1971) de Jean-Paul Rappeneau, Jean-Paul Belmondo, qui refusait de se faire doubler dans les cascades, n'a jamais laissé travailler sa doublure qui lui ressemblait de façon étonnante. Il a tourné lui-même les chutes de cheval, il est tombé d'un toit, a plongé dans un fleuve glacé, a sauté dans les flammes d'un incendie.

Comme les distractions manquaient, Belmondo, dont le rôle est très prenant, ne pouvant s'offrir de détente à Paris, était arrivé avec son équipement sportif complet et avait tout de suite créé son équipe de foot avec les techniciens. Parallèlement au tournage, il organisait des rencontres franco-roumaines... et c'est en costume d'époque qu'il gardait les buts. Les autres interprétes du films sont Marlène Jobert, Michel Auclair, Laura Antonelli, Sami Frey, Pierre Brasseur, Julien Guiomar, Charles Denner, Mario David, Patrick Dewaere et Jean-Pierre Marielle.

               Sirene_20du_20Mississipi_20_la_

             LA_SIRENE_DU_MISSISSIPI_LA_SIRENE_DU_MISSISSIPPI_01

       18982672

      18982673

       LA_SIRENE_DU_MISSISSIPI_LA_SIRENE_DU_MISSISSIPPI_6

       LA_SIRENE_DU_MISSISSIPI_LA_SIRENE_DU_MISSISSIPPI_3

      18982675

       LA_SIRENE_DU_MISSISSIPI_LA_SIRENE_DU_MISSISSIPPI_8

       18982676

      LA_SIRENE_DU_MISSISSIPI_LA_SIRENE_DU_MISSISSIPPI_1

      la_sirene

       la_sirene2

       18982679

       LA_SIRENE_DU_MISSISSIPI_LA_SIRENE_DU_MISSISSIPPI_1968_reference

            08_0081_aFF01

      18862364

       18955936

       18955932

       18955935

                18955933_w434_h_q80

       un_homme001

borsalino borsalino02

                   borsalino01

       borsalino

       864860308_L

           224a_1

                   borsalino_1970_17_g

        18907427

        borsalino_1

       864858829_L

       borsalino_3

       18829688

       borsa3

       borsalino_1970_05_g

                   borsa

303253579_L258819530_L

 

       13_0105_p01

      les_maries

             les_maries2

                les_maries3

Dans tous les cinéma, on pouvait voir l'affiche du film "LE CASSE" en 1971. – Ce fut deux ans de travail et un budget d'un milliard et demi d'anciens francs – est le cinquième film qu'Henri Verneuil tourna avec Jean-Paul Belmondo. Comme à l'accoutumée, Belmondo ne se fit pas doubler au cours des séquences acrobatiques du film, que ce soit pendant la course-poursuite tournée à travers les rues d'Athènes, ou lors de la scène de la décharge qui, tournée en plan fixe, excluait tout truquage.

En revanche, dans la fameuse scène du silo, Renaud, cascadeur de l'équipe d'Yvan Chiffre qui doubla Omar Sharif, expliqua ainsi son "action" : "Sautant dans un silo, treize tonnes de grains me tombaient sur le dos. Un masque et une bouteille d'oxygène dissimulés me permettaient de respirer. Pour plus de sécurité, Verneuil avait exigé que je porte dans la poche un fil électrique actionnant un signal vert ou rouge, selon le danger. "Fossilisé" dans le grain, Je ne pus remuer un seul doigt pour appuyer sur le bouton du signal. " (in "Télérama" n° 1199).

 

748917002_L

        174295930_L

       le_casse_1

       le_casse2

       le_casse

                   42_19530794

       le_casse_3

      le_casse

       le_casse_1971_reference

      18840484

       18840483

              le_casse2

"Docteur Popaul" (1972) constitue donc la deuxième rencontre avec Claude Chabrol. " Immobilisé et soigné dans sa propre clinique à la suite d'un accident, le Docteur Paul Simay revit sa carrière et son ascension. Mia Farrow et Laura Antonelli sont de la distribution, le film est tiré du roman "Meurtre à loisir" d'Hubert Monteilhet. Deux romans de José Giovanni eurent pour particularité d'être à l'origine à la fois du demier film de Jacques Becker - Le Trou (1959) - et du premier film de Jean Becker; fils du précédent : Un Nommé la Rocca (1961). Mécontent de la réalisation de ce dernier, avec qui il avait pourtant écrit l'adaptation, Giovanni décide onze ans plus tard d'en réaliser lui-même un remake; c'est son sixième film. "La Scoumoune" (1972)

Michel Constantin apparaissait déjà dans "Uun nommé la Rocca"". Il reprend ici le personnage qu'incarnait Pierre Vaneck : Adé devient Saratov, et Geneviève devient Georgia, Claudia Cardinale succédant à Christine Kaufmann. La Rocca devient Borgo et donne à Jean-Paul Belmondo (partenaire de l'actrice italienne pour la troisième fois après "Cartouche"et "La Viaccia" l'occasion d'être un des très rares acteurs à tenir le même rôle dans deux versions espacées du même film.

                04_0038_a01

      docteur_popaul_7_1_g      

      docteur_popaul_29_09_1972_3_g

      docteur2

       docteur_popaul_29_09_1972_6_g

       docteur_popaul_29_09_1972_5_g

La_Scoumoune la_scoumoune02

       la_scoumoune06

      18982264

      la_scoumone02

      la_scoumoun

       la_scoumoune01

      la_scoumoune04

       la_scoumoune05

       Bébél -Claudia Cardinale-José Giovanni et Michel Constantin

             RFS

           aze4

"L'HÉRITIER" (1972) est la troisième réalisation cinématographique de Philippe Labro, ce film s' apparente à un véritable portrait romantique d'un magnat à "la Kennedy", ou comment poursuivre le mythe de Citizen Kane" . Aux côtés de Belmondo, on retrouve très souvent des amis fidèles Charles Denner, Carla Gravina, Jean Rochefort, son ami disparu Michel Beaune, Maurice Garrel ou François Chaumette.

"LE MAGNIFIQUE" (1973) de Philippe de Broca avec Jacqueline Bisset devait en premier lieu s'intitulé "Comment détruire la réputation du plus célèbre agent secret du monde", ce film, au générique duquel ne figure aucun nom de scénariste (Francis Veber exigea la suppression de son nom), fut le premier produit par Cerito-Films, la maison de production de Jean-Paul Belmondo. Grâce aux bénéfices réalisés par le film, qui enregistra 726 665 entrées durant son exclusivité sur Paris et la périphérie, Cerito-Films put financer à 80 % "STAVISKY" (1974) le film d'Alain Resnais dont Belmondo incarna le rôle titre.

                         l_heritier

         l_heritier

          l_heritier003

          l_heritier02

          l_heritier2

          l_heritier3

                          __________Voir 2ème partie________