DÉCÈS DU COMÉDIEN AMÉRICAIN

           WILLIAM HURT         1950 - 2022

AA01WH1 (2)

L'acteur américain William Hurt, connu pour ses rôles dans des films aussi populaires que "The Big Chill" ("Les copains d'abord") et oscarisé pour "Le Baiser de la femme araignée", est mort dimanche à l'âge de 71 ans, ont rapporté les médias américains.

"C'est avec une grande tristesse que la famille Hurt pleure le décès de William Hurt, père bien-aimé et acteur oscarisé, le 13 mars 2022, une semaine avant son 72e anniversaire", selon un communiqué de son fils Will publié par plusieurs médias. "Il est décédé paisiblement, en famille, de causes naturelles", poursuit ce communiqué.

M. Hurt a bâti sa réputation sur sa volonté d'incarner des personnages excentriques et inhabituels, à l'instar d'un policier russe dans "Gorky Park" (1983), un mari riche et distant dans "Alice" de Woody Allen (1990), et un homme avec pour projet de construire une machine qui profiterait aux aveugles dans "Until the End of the World" (1991).

Son premier rôle au cinéma avait été celui d'un scientifique obsédé dans le film "Altered States" de Ken Russell en 1980. Son apparition aux côtés de Kathleen Turner dans "Body Heat" en 1981 avait fait de lui un sex-symbol, et il a remporté l'Oscar du meilleur acteur en 1985 pour avoir joué un prisonnier gay dans "Kiss of the Spider Woman".

AA01WH15

______________________

Né à Washington le 20 mars 1950, il parcourt le monde pendant son enfance, accompagnant son père diplomate. William Hurt passe sa jeunesse dans le Pacifique Sud. Après des études de théologie à Boston, il s'oriente vers l'art dramatique, d'abord à Londres avant d'intégrer la prestigieuse école d'art Juilliard School à New York. Il ne tarde pas à se faire remarquer sur scène, notamment dans "Le long voyage dans la nuit", "Henry V", (aux côtés de Meryl Streep) et le rôle-titre de "Richard III".

En 1977, il remporte l'Obie pour "My Life" de Corinne Jacker et en 1978 le Theatre World Award pour trois créations, dont "Lulu" de Wedekind. Cet intérêt pour le théâtre continuera même après le début de sa carrière cinématographique, puisqu'il sera cité au Tony Award du meilleur second rôle pour la pièce de David Rabe "Jurly-burly", crée à Broadway en 1984.

William Hurt débute au cinéma à l'âge de trente ans dans ce qui deviendra un film culte des amateurs de cinéma fantastique, "Au-delà du réel" (Altered States,1980) de Ken Russell, où il incarne un savant victime de ses propres expériences. On le voit ensuite en veilleur de nuit dans le thriller de Peter Yates "L'Oeil du témoin" (Eyewitness,1981), puis en détective privé manipulé par une machiavélique femme fatale incarnée par Kathleen Turner dans "La Fièvre au corps" (Body Heat,1981) de Lawrence Kasdan. Ce film est inspiré du film de Billy Wilder "Assurance sur la mort", ainsi débute une fructueuse collaboration avec le réalisateur Lawrence Kasdan qui se poursuivra dans le registre de la comédie grinçante avec "Les Copains d'abord" dont le sujet est les retrouvailles de copains de collège confrontant leurs rêves de jeunesse à la réalité. Il enchaîne avec "Voyageur malgré lui" (The Accident Tourist,1988), l'idylle entre un auteur de guides touristiques et une excentrique mère célibataire et "Je t'aime à te tuer" (I Love You To Death,1990), sardonique satire criminelle imprégnée d'humour noir.

Entre-temps, il obtient l'Oscar du Meilleur Acteur et le Prix d'interprétation à Cannes pour son personnage de prisonnier homosexuel dans "Le Baiser de la femme-araignée" (Kiss of the Spider Woman,1984) de Hector Babenco. L'année suivante, il est de nouveau cité à l'Oscar pour son rôle d'éducateur amoureux d'une sourde-muette dans le premier film de Randa Haines "Les Enfants du silence" (Children of a Lesser God,1985). Déjà divorcée deux fois, il entame avec sa partenaire Marlee Matlin (une authentique sourde-muette), une liaison qui durera plusieurs années.

Dans un registre plus léger, il compose avec brio, le savoureux trio (Albert Brooks et Holly Hunter) de "Broadway News" (1987) de James L. Brooks, sur les rivalités amoureuses et professionnelles dans les milieux de la télévision. Il décroche une nouvelle citation à l'Oscar et éveille l'attention de Woody Allen, qui en fera l'épouxde Mia Farrow dans "Alice" (1990). Il retrouve un ton plus dramatique dans la parabole futuriste de Wim Wenders "Jusqu'au bout du monde" (Bis ans Ende der Welt,1991), ainsi qu'en chirurgien atteint d'un cancer dans "Le Docteur" (The Doctor,1991) de Randa Haines et en héros camusien dans "La Peste" de Luis Puenzo, film de sa rencontre avec l'actrice Sandrine Bonnaire, dont il aura une fille, Jeanne.

Au rythme de deux à trois films par an, il continue d'alterner entre les personnages intimistes empreints de délicatesse comme le vieux garçon timide de "Second Best" (1994) de Chris Menges, l'écrivain en crise de "Smoke" (1995) de Wayne Wang, le psychanalyste désabusé de "Un Divan à New York" (1996) de Chantal Akerman et les emplois plus grand public, comme l'homme de main de "Trial By Jury" (1994) de Heywood Gould, le journaliste de "Michael" (1996) de Nora Ephron. Il aborde même, pour la première fois, le domaine du cinéma historique et romanesque avec "Jane Eyre" (1996) de Zeffirelli avec Charlotte Gainsbourg dans le rôle-titre. 

A la fin des années 90 et le courant des années 2000, William Hurt apparaît dans des petites oeuvres dramatiques, "Contre-jour" (One True Thing,1998) de Carl Franklin, qui évoque le combat contre le cancer avec Meryl Streep, "Au plus près du paradis" (2002) de Tonie Marshall aux côtés de Catherine Deneuve, "Le Village" (The Village,2004) de M. Night Shyamalan ainsi que "The King" (2005) de James Marsh. Une dernière nomination aux Oscars pour William Hurt avec le film de David Cronenberg en 2006 avec "A History of Violence". Entre 2008 à 2021, le comédien américain sera également dans l'univers cinématographique de Marvel.

"Je ne suis pas à l'aise avec tout ça. Je ne suis pas à l'aise à l'idée de marcher sur le tapis rouge en smoking, et de voir toutes les femmes avec leurs seins remontés et tous les hommes habillés en pingouins", avait-il expliqué dans une interview. Sa vie privée était cependant très hollywoodienne. Il avait épousé l'actrice alors débutante Mary Beth Supinger et l'avait suivie à Londres, mais avait divorcé à leur retour à New York. Il a eu un enfant avec la danseuse de ballet Sandra Jennings, deux autres lors d'un autre mariage, et une fille, Jeanne, avec l'actrice française Sandrine Bonnaire. En mai 2018, l'acteur s'était vu diagnostiquer un cancer de la prostate à un stade incurable. William Hurt décède le 13 mars 2022 à l'âge de 71 ans.

          AA01WH19                                                      1983

          AA01WH3

 

          AA01WH21

 

          AA01WH14

 

                                                  1991

 

          AA01WH4

 

          AA01WH20

 

          AA01WH11

 

          AA01WH22

 

AA01WH23

 

          AA01WH13

 

          AA01WH25

 

          AA01WH18

 

AA01WH6 AA01WH5

          AA01WH7

 

AA01WH8 AA01WH9

 

AA01WH10 AA01WH12

 

          AA01WH16

 

            AA01WH17

 

          AA01WH24

 

*Affiches-cine * Cinetom

___________________________