DÉCÈS DE L'ACTEUR AMÉRICAIN

       SIDNEY POITIER     1927 - 2021

AA01SP3

Sidney Poitier, acteur de légende et première star noire d'Hollywood, est mort le jeudi 6 janvier 2022 à l'âge de 94 ans, a annoncé vendredi le vice-Premier ministre des Bahamas, où l'acteur a grandi. "Nous avons perdu une icône, un héros, un mentor, un combattant, et un trésor national", a écrit le vice-Premier ministre Chester Cooper sur sa page Facebook à propos de l'acteur de "La Chaîne" ou encore de "Dans la chaleur de la nuit", sans mentionner la cause de son décès.

Né prématuré à Miami, en Floride, le 20 février 1927, à l'occasion d'un déplacement de ses parents venus des Bahamas voisines, Sidney Poitier obtient ainsi la double nationalité américaine et bahaméenne. En 1964, il est le premier Afro-Américain à remporter l'Oscar du meilleur acteur pour "Le Lys des champs". "Le voyage a été long pour en arriver là", lançait-il très ému, en recevant la statuette dorée. 

Grâce à ses rôles, le public a pu concevoir que des Afro-Américains pouvaient être médecin ("La porte s'ouvre" - 1950) , ingénieur, professeur ("Les anges aux poings serrés" - 1967), ou encore policier ("Dans la chaleur de la nuit" - 1967). Mais à 37 ans, lorsque l'acteur au sourire incandescent reçoit son Oscar, il est la seule star de couleur à Hollywood. "L'industrie cinématographique n'était pas encore prête à élever plus d'une personnalité issue des minorités au rang de vedette", décryptait-il dans son autobiographie "This Life".  

"A l'époque,(...) j'endossais les espoirs de tout un peuple. Je n'avais aucun contrôle sur les contenus des films (...) mais je pouvais refuser un rôle, ce que je fis de nombreuses fois".

Dans "Devine qui vient dîner ?" en 1967, il campe le fiancé d'une jeune bourgeoise blanche le présentant à ses parents, un couple d'intellectuels qui se croient ouverts d'esprit. La rencontre est un choc, et donne un film majeur sur le racisme de l'époque. Les militants de la cause noire critiquent cependant âprement Sidney Poitier pour avoir accepté ce rôle de médecin de renommée internationale, aux antipodes des discriminations dont souffrent ses pairs. Il est désigné comme le "Nègre de service", "fantasme de blanc". Ses qualités irréelles de gendre idéal masquent sa négritude et les problèmes racistes, estiment-ils. En 2002 Sidney Poitier recevait un Oscar d'honneur pour "ses performances extraordinaires, sa dignité, son style et son intelligence". 

AA01SP4

Sidney Poitier est né le 20 février 1927 à Nassau dans les Antilles Britanniques. Né dans une famille de cultivateurs des Caraïbes, il quitte l'école à treize ans. Après avoir effectué de brèves études à New York, il exerce différents petits métiers avant de débuter dans l'American Negro Theatre de Harlem en 1945, dans une pièce produite et réalisée par des noirs : "Lysistrata" et se produit l'année suivante à Broadway.

Le cinéaste américain le fait débuter en 1950 au cinéma dans "La Porte s'ouvre" (No Way Out). On le remarquera ensuite dans un film à caractère "social" : "Pleure ô pays bien aimé" (Cry the Beloved Country,1951) de Zoltan Korda, qui lui apporte son premier rôle d'envergure. Puis ce fut "Graine de violence" (The Blackboard Jungle,1955) de Richard Brooks au côté de Glenn Ford, ce fillm révéla au public français une chanson qui allait connaître un succès foudroyant "Rock Around the Clock", qui fit beaucoup pour le succès du film et qui introduisit une danse nouvelle, le Rock and Roll.

AA01SP7

 

Sidney Poitier donna la réplique au cinéaste-acteur John Cassavates dans "L'Homme qui tua la peur" (Edge of The City,1957) de Martin Ritt, son film ayant des points communs avec celui d'Elia Kazan "Sur les quais"...Il y eut aussi le film de Richard Brooks "Le Carnaval des Dieux" (Something of Value,1957) avec Rock Hudson. Sidney Poitier reçut une nomination à l'Academy Award pour le film de Stanley Kramer : "La Chaîne" (The Defiant Ones,1958) avec Tony Curtis. Quand le cinéaste voulut tourner le film, il proposa le rôle à Robert Mitchum qui déclara : "Je ne veux pas jouer avec un noir". Enfin Kramer le proposa à Marlon Brando qui déclara :"D'accord si on me laisse jouer le noir". Enfin, Kramer le montra à Kirk Douglas qui donna son accord à condition de jouer les deux rôles...rapporté par Kirk Douglas lui-même dans son entretien paru dans "Positif" no112-janvier 1970.

Après avoir incarné Porgy dans "Porgy and Bess" (1959) d'Otto Preminger, prétentieuse version cinématographique de l'opéra de Gershwin. Harry Belafonte refusa le rôle de Porgy qui échut contre son gré à Sidney Poitier. Un incendie  détruisit le décor et les costumes la veille du tournage et le film qui fut un échec aux Etats-Unis, ne sortit en France que quelques semaines en 1966, au studio Marigny. Sidney Poitier gagna un Oscar pour son rôle d'homme à tout faire dans "Le Lys des champs" (Lilies od the Field,1963). Entretemps, il avait enchaîné différents tournages, l'un avec Martin Ritt où le jazz régnait dans "Paris Blues" aux côtés de Paul Newman et Serge Reggiani. Sans oublier sa présence au côté de Clark Gable dans "L'esclave libre" (Band of Angels,1957) de Raoul Walsh.

Le producteur-réalisateur Stanley Kramer devait tourner lui-même "Pressure Point" (1962) mais occupé par les préparatifs d'un autre projet fit appel à Hubert Cornfield pour le mener à bien. Kramer imposa le début et la fin dont les scènes entre Sidney Poitier et un débutant nommé Peter Falk. Il remporte un succès sans précèdent avec "Dans la chaleur de la nuit" (In the Heat of the Night,1967) où il incarne un inspecteur de police aux prises avec un shérif raciste (Rod Steiger). Par le biai d'une enquête policière, le cinéaste Norman Jewison abordait le problème racial, sujet brûlant pour Hollywood et les Etats-Unis. Pour une fois, l'inspecteur perspicace était un Noir, et le flic demeuré un Blanc !; mais Sidney Poitier s'était fait le champion de la cause noire depuis longtemps, dans des films comme "Graine de violence","L'homme qui tua la peur", "La chaîne", "Le lys des champs", "Devine qui vient dîner?".... Poitier s'oppose à Rod Steiger, vieux routier du cinéma...les deux hommes apprennent à se découvrir et à s'estimer. La parabole est évidente et le film eut un énorme retentissement à l'époque. Le film obtint cinq Oscars...Dans la comédie de Stanley Kramer sur le mariage mixte, "Devine qui vient diner?" (Guess who's Coming To Dinner?,1967) l'humour l'emporte sur le social, au côté de Sidney Poitier, Spencer Tracy et Katharine Hepburn.

En 1968, en même temps qu'il écrivit le scénario original de "Mon homme" (For Love of Ivy), il fonde sa propre firme de production, et s'associe l'année suivante avec Barbra Streisand, Steve McQueen et Paul Newman pour créer la First Artists Production Col Ltd. Puis il aborde la réalisation en 1971 avec "Buck et son complice" (Buck and the Preacher) au côté de Harry Belafonte. Après deux décennies de travail d'acteur, Sidney Poitier décida de se lancer dans la réalisation. En collaboration avec son vieil ami Harry Belafonte (co-producteur du film), il voulut prendre le contre-pied du cinéma afro-américain urbain et hyper-violent (du style Shaft) qui, au début des années soixante-dix, avait pris d'assaut les écrans. Le succès honorable du film encouragea Poitier, tout en restant comédien, à poursuivre son expérience dans la mise en scène : "A Warm december" (1972), "Lets do it Again" (1975), "A Piece of the Action" (1977), "La folie aux trousses" (Hanky Panky,1982)....

A noter ses différentes prestations dans "Les anges aux poigs serrés" (To Sir, With Love,1966) de James Clavell, "Appelez-moi Mister Tibbs" (They Call Me Mister Tibbs!,1970) de Gordon Douglas, "L'organisation" (The Organization,1971) de Don Medford (il s'agit de la troisème et dernière enquête du lieutenant Virgil Tibbs, inspiré du personnage crée par John Ball et incarné par Sidney Poitier.  l'acteur noir le plus populaire du cinéma américain a été marié à l'actrice Johanna Shimkus

        Les Conducteurs du diable - 1952 - Budd Boetticher

    AA01SP14

 

          AA01SP15

AA01SP16

          AA01SP9

          AA01SP17

           AA01SP18

                     La Chaîne - 1958 - Stanley Kramer

          AA01SP19

AA01SP20

          AA01SP22

          AA01SP5 

                   Un Raison au soleil - 1961 - Daniel Petrie            

           AA01SP23

 

          AA01SP13

           AA01SP24

 

                        Les Drakkars -1963 - Jack Cardiff 

          AA01SP25

              La plus grande histoire contée - 1965 - George Stevens  

          AA01SP26

          AA01SP27

          AA01SP6

             Les Anges aux poings serrés -  1966 - James Clavell 

          AA01SP28

           AA01SP7

          AA01SP8

AA01SP29

 

          AA01SP30

 

 

 *Affiches-ciné * Cinetom

________________________