Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
CINETOM
7 juillet 2019

TOSHIRO MIFUNE, LE DERNIER SAMOURAÏ

              TOSHIRO MIFUNE                       1927  - 2011 

                  Acteur, Producteur Japonais 

 

AA01TM12 (2)

Toshiro Mifune fut la star numéro un du Japon grâce aux onze films qu'aura réalisé le cinéaste Akira Kurosawa. Il s'internationalise en incarnant des grands personnages militaires  ou historiques, la plupart du temps, dans ses superproductions américaines ou japonaises.

Né le 1er avril 1920 à Jingdao en Chine, de parents japonais; il devient l'assistant de son père photographe dans un magasin de photographies à Shanghaï, pendant son adolescence et soldat dans l'armée impériale chinoise. Il fut le seul acteur de stature internationale à avoir passé cinq ans dans l'armée impériale chinoise. Au total, Mifune aura passé les  dix-neuf premières années de sa vie en Chine et parla le Mandarin couramment. Il travailla comme photographe aérien durant la Seconde Guerre mondiale, en tant citoyen japonais.

Après cet enrôlement dans la Force aérienne impériale japonaise, il retourne au Japon en 1946. En 1947, une relation lui trouve un travail comme assistant -photographe chez Töhö. La société photographique est liée au parti communiste, ce qui n'est pas pour plaire à Mifune qui est plutôt religieux et conservateur.

AA01TM34

 

Il remporte un concours de comédiens et entre aux studios de la Toho. Kajiro Yamamoto l'engage pour "L'Age de la nouvelle folie" (1946) où Akira Kurosawa le découvre et en fait le gangster de "L'Ange ivre" (Yoidore tenshi,1948); tous deux tourneront onze films ensemble. Avec son nez rond, son autorité bondissante et son apparente cruauté, Mifune se transforme en combattant, en leader, en seigneur ou en paysan. Il est le bandit de "Rashomon" (1950) de Kurosawa, ce film obtint un Lion d'or à Venise en 1951 ainsi que l'Oscar du Meilleur Film Étranger aux Etats-Unis, en 1951 également et révéla aux Occidentaux le cinéma japonais en même temps qu'il imposa son réalisateur, Akira Kurosawa et son acteur fétiche Toshiro Mifune.

Mifune passe des rôles historiques aux prestations contemporaines. Le "rônin" des "Sept Samouraïs" (Schichinin no Samurai,1954), le seigneur du "Château de l'araignée" (Kumonosu jō,1957), le voleur des "Bas-fonds" (Donzonko,1957). Mifune voyage en Occident, est reconnu comme la star des stars. Dans les films populaires de son pays, il incarne des personnages en costume traditionnel, humour ou hara-kiri. A noter que dans "Le Château de l'araignée", Mifune acteur favori de Kurosawa avec Takashi Shimura, aussi présent, domine le film de son autorité et sa prestation physique.

Ayant crée sa propre compagnie "Mifune Prod" en 1962, il réalise lui-même "L'Héritage des 500 000" (Leg des 500 000,1963) qui s'avère être un échec. "Barberousse"(Akahige,1965), la fresque humanitaire de Kurosawa, marque la rupture entre l'acteur et le réalisateur, jugé trop exigeant et perfectionniste. On retiendra les quelques autres films tournés tous les deux comme "Chien enragé" (Nora Inu,1949), l'un des premiers films de Kurosawa, distribués en France après "Rashomon" et "Les Sept Samouraïs". Puis "L'Idiot" (Hakuchi,1951) d'après Dostoïevski, un modèle d'adaptation littéraire par le cinéaste et enfin "Vivre dans la peur" (Ikimono no kiroku,1955) ainsi que "Les Salauds dorment en paix" (Warui yatsu hodo yoku nemuru,1960). Quant à "Yojimbo" (1961), connu aussi sous le titre "Le Garde du corps", est en fait une parodie de western à la japonaise, déguisée sous les costumes d'un drame historique. Comme d'habitude, Toshiro Mifune est l'acteur principal du film, et il reprendra d'ailleurs le rôle du même "Sanjuro" (1962) dans la suite que tournera Kurosawa en 1962. Il incarnera un justicier solitaire, blasé et dominant la situation, dans ce film symbolique, où Kurosawa semble avoir voulu donner sa vision désabusée d'un monde que se partagent deux "blocs".

AA01TM9

  

On commence à voir Mifune dans des productions internationales, comme "Grand Prix" (1966) de John Frankenheimer dans lequel il a Yves Montand, James Garner et Eva Marie-Saint pour partenaires, ou surtout "Duel dans le Pacifique" (Hell in the Pacific,1968) de John Boorman, où il est le seul face à Lee Marvin sur une île déserte. A propos de ce film et de Mifune, John Boorman avait déclaré (...) "Mifune voulait refaire la guerre et faire triompher le Japon. Il refusait tout acte inélégant. Il voulait être honorable. D'une certaine façon il avait raison car dans ce genre de situation les Japonais ont probablement beaucoup plus de ressources et risquent moins de s'écrouler, de se laisser aller. A part cela, il a un immense sens de l'honneur, et aucun sens de l'honnêteté, comme tous les Japonais. C'est que leur langage écrit est si différent de leur langage parlé qu'ils ne sentent jamais engagés ni par l'un ni par l'autre...".  (Michel Ciment, Calmann-Levy - Éditions 1985). Sa réputation internationale ne l'empêche pas de continuer à apparaître dans un très grand nombre de films japonais, parfois co-produits par sa compagnie comme "Le Soleil de Kurobe" (Kurobe no taiyo,1968). 

L'acteur-producteur se dirige de plus en plus vers la télévision, séries et publicités et produit environ 52 téléfilms par an. Il continue d'apparaître dans des films japonais, quelques fois dans des petits rôles, ou bien dans des films d'action comme "Soleil rouge" (1971) de Terence Young, où il donne la réplique à Alain Delon et Charles Bronson. Dans "La Bataille de Midway" (Midway,1976),une fresque guerrière de Jack Smight, on le retrouve aux côtés de Charlton Heston, Henry Fonda, Robert Mitchum et Glenn Ford. Steven Spielberg l'engage dans "1941", fantaisie burlesque, avec Dan Aykroyd, John Belushi et Robert Stack, ou "Shogun" pour le cinéma et la télévision de Jerry London, avec Richard Chamberlain. Mais le meilleur de sa carrière est derrière lui, face au déclin de l'industrie cinématographique du Japon.  En 1995, Mifune tournera son ultime film "Fukai kawa". Il décède le 24 décembre 1997 d'un cancer du pancréas dans un hôpital de Mitaka, tout proche de Tokyo, il avait 77 ans.

 

                                                         1949

 

          AA01TM37

 

                                                         1950

          AA01TM18

          AA01TM19

 

            AA01TM26

 

           AA01TM28

 

             AA01TM27

 

AA01TM30

AA01TM29

 

LES 7 SAMOURAÏS - Bande annonce

player" width="480" height="270" allowfullscreen="true">

                                              1961

           AA01TM23

 

          AA01TM24

 

AA01TM25

Yojimbo, Akira Kurosawa, 1961 -

                               Sanjuro - 1962 - Akira Kurosawa

          AA01TM17

 

          AA01TM35

 

          AA01TM39

         AA01TM32

 

AA01TM11

          AA01TM33

 

         AA01TM36

 

         AA01TM15

 

AA01TM16

          AA01TM31

 

                                                         1980

 

          AA01TM21

 

AA01TM22

 

           AA01TM40

 

                                                1989

          AA01TM38

 

 

*Affiches-cine * Cinetom

 

 

 

_______________________________

Publicité
Publicité
Commentaires
CINETOM
Publicité
Visiteurs
Ce mois ci 1 549
Depuis la création 1 706 610
Pages
Newsletter
8 abonnés
CINETOM
Derniers commentaires
Publicité