DÉCÈS DE L'ACTRICE IRLANDAISE

            MAUREEN O'HARA             1920 - 2015

   

AA01MH2

L'immense actrice Américaine d'origine Irlandaise Maureen O'Hara, célèbre héroïne rousse de "L'Homme tranquille", "Qu'elle était verte ma vallée" et du "Miracle de la 34e rue", est morte le 24 octobre 2015 à l'âge de 95 ans.

Figure de l'âge d'or d'Hollywood des années 1940-1950, l'actrice aux plus de 60 films, autrefois considérée comme l'une des plus belles femmes du monde, s'est éteinte à son domicile de Boise, dans l'Etat de l'Idaho (ouest de Etats-Unis).

"C'est le cœur triste que nous annonçons que Maureen O'Hara est décédée aujourd'hui dans son sommeil de causes naturelles", a déclaré sa famille dans un communiqué cité par le quotidien Irish Times. "Maureen était notre mère, grand-mère, arrière-grand-mère et amie bien-aimée. Elle est morte en paix entourée de sa famille aimante alors qu'ils célébraient sa vie en écoutant la musique de son film préféré, +L'homme tranquille+", poursuit le texte. Le président irlandais Michael Higgins a exprimé sa "grande tristesse" à l'annonce de la disparition de cette "actrice remarquable et polyvalente (...) dont le travail notamment au cinéma passera le test du temps".

Surnommée "la reine du Technicolor" pour sa chevelure rousse flamboyante et ses yeux verts, Maureen O'Hara était née en 1920 à Ranelagh, une banlieue sud de Dublin, et avait traversé l'Atlantique en 1939 pour faire carrière à Hollywood. Elle possédait les nationalités américaine et irlandaise. Parmi ses rôles les plus remarqués au cinéma figurent notamment ses prestations dans "Qu'elle était verte ma vallée" de John Ford (1941) et "Le miracle de la 34e rue" (1947).

Maureen O'Hara avait arrêté de jouer dans les années 1970 pour diriger une compagnie aérienne avec son mari. A la mort de celui-ci, elle était devenue la première femme de l'histoire des Etats-Unis à diriger une compagnie aérienne régulière. 

           _________La Reine du Technicolor_____________________

Maureen O'Hara est une actrice d'origine irlandaise, née Maureen Fitz Simmons, le 17 août 1920 à Millwall près de Dublin. Fille d'une comédienne et d'un marchand de vêtements, elle suit les conseils de sa mère et prend des leçons de diction et de danse.

Après avoir participé à l'âge de dix ans à un show radiophonique, elle décide de monter sur les planches et entre à l'Abbey Theater de Dublin. Interprète de Shakespeare, elle est remarquée par Harry Richman, un célèbre acteur de music-hall américain qui la fait engager dans un de ses films, "Kicking The Moon Around" en 1938. Alfred Hitchcock la remarque dans son second film "My Irish Molly" (1939), étant à la recherche d'un nouveau visage pour incarner la jeune fille de "L'Auberge de la Jamaïque" (Jamaïca Inn,1939), Charles Laughton et le producteur Eric Pommer proposent à Maureen le personnage de Mary. Séduit, peut-être plus par la beauté que par le talent naissant de la comédienne, l'acteur anglais l'emmène aux Etats-Unis pour être son Esmeralda dans "Quasimodo" (The Hunchback of Notre Dame,1939) de William Dieterle pour la RKO.

Prise sous contrat par la RKO, Maureen O'Hara débute une carrière à Hollywood; elle n'a que 19 ans. Comme de nombreuses débutantes, elle tourne une longue suite de petites productions de série B où elle apprend son métier. Puis désirant prouver ses qualités rythmiques et vocales, elle chante et danse dans une comédie musicale, "Dance, Girl, Dance" (1940) qui n'aura guère d'audience. Vient alors John Ford qui découvre tout de suite le véritable tempérament de Maureen et définit pour elle ce qui sera son image à l'écran jusqu'à nos jours : une femme aussi belle qu'ardente et décidée. Le succès de "Qu'elle était verte ma vallée" (How Green Was My Valley,1941) (7 nominations, 4 Oscars) donne un grand élan à sa carrière, mais dans un genre tout à fait différent qu'elle se révèle : le film d'aventures et de cape et d'épée comme "Le cygne noir" (The Black Swan,1942) de Henry King aux côtés de Tyrone Power et Anthony Quinn; "Le Pavillon noir" (The Spanish Main,1945) de Frank Borzage, mais aussi "Sindbad le marin" (Sindbad The Sailor,1947) de Richard Wallace. Magnifiquement mise en valeur par la couleur, elle illumine l'image au point qu'un journaliste écrivit : "photographié en Technicolor, Maureen O'Hara est plus éblouissante qu'un coucher de soleil". Elle restera aux côtés de Susan Hayward, Arlène Dahl et Rhonda Fleming, l'une des quatre célèbres rousses d'Hollywood. Elle tourna également avec Jean Renoir aux Etats-Unis "Vivre Libre" (This Land is mine,1943) aux côtés de Charles Laughton, Ken Smith et George Sanders.   

"MIRACLE SUR LA 34 ème AVENUE" (Miracle on 34 TH Sreet,1947) -Il s'agit sûrement du plus célèbre film ayant pour thème Noel, des années 40, réalisé par George Seaton. L'idée très originale du film naquit d'une conversation entre George Seaton et Valentine Davies à propos de l'image très insatisfaisante que le cinéma proposait de Noël. Un premier état du scénario fut proposé à Darryl F. Zanuck qui, bien que montrant peu d'enthousiasme pour le sujet, consentit à produire un film à très petit budget. George Seaton s'assura la coopération des Grands Magasins Macy et tourna les extérieurs du film à New York au cours du Noël 1946. Mais le studio qui ne croyait guère au film décida de le sortir en plein mois de juin 1947, estimant inutile d'attendre le Noël suivant! Le succès publie fut d'emblée considérable. Le film se vit attribuer 3 Oscars: meilleure histoire originale et meilleure adaptation; tandis que le vieil acteur d'origine britannique Edmund Gwenn (1875-1959) remporta l'Oscar du meilleur acteur de complément.  

D'autres films sont tournés par la talentueuse comédienne : "La fièvre Créole" (The Foxes Of Harrow,1947)  de John Stahl. Maureen O' Hara va dès lors se partager entre des films "exotiques" et d'autres que l'ont qualifiera de "sérieux", parfois à thèse. Parmi tous ses films, on peut noter "L'aigle rouge de Bagdad" (Bagdad,1949) et "Les Frères Barberousse" (Flame of Araby,1951) tous deux signés par Charles Lamont et enfin "Madame de Goventry (Lady Godiva,1955) de Arthur Lubin.

En 1950, âgé de 30 ans, Maureen O'Hara possède à fond son métier de comédienne, pourtant personne ne semble s'en apercevoir et elle reste cantonnnée dans des films de série B où l'on n'utilise que sa beauté et son dynamisme. C'est alors qu'intervient à nouveau John Ford qui l'avait tant aidée à ses débuts. Il lui proposa d'être l'actrice principale de "Rio Grande" (1950)en donnant la réplique à John Wayne et le couple est si parfaitement assorti que les deux acteurs tourneront quatre autre fois ensemble dans "L'homme tranquille" (The Quiet Man,1952) film qui recueillera six nominations et trois Oscars, "L'Aigle vole au soleil" (Wings For Eagles,1957), "Le grand McLintock" (McLintock !,1963) d'Andrew McLaglen et "Big Jake" de George Sherman en 1971. Avec "L'homme tranquille" qui lui vaut d'excellentes critiques, elle espère orienter différemment sa carrière : mais on ne lui offre toujours et encore que des productions secondaires. Elle refuse plusieurs rôles, lassée de son surnom de "Reine du Technicolor". Les propositions se font rares quand elle devient la cible d'un journal à scandale "Confidential Magazine", qui l'accuse de se livrer en public à ce que l'on fait en général dans l'intimité. Elle attaque la revue en diffamation et gagne un retentissant procès, mais sa vie professionnelle est brisée. Elle qui interprétait jusqu'à cinq films par an, doit attendre parfois deux années avant de revenir devant les caméras.

Maureen O'Hara prend sa retraite en 1973, après avoir tourné dans le remake de "The Red Pony" (pour la télévision), dans lequel Henry Fonda remplace Robert Mitchum. Elle fait un retour au cinéma en 1991 avec la sortie du film de Chris Columbus "Ta mère ou moi ! " (Only the Lonely). C'est un retour à l'écran, après vingt ans d'absence. Poussée par son frère, l'ancien acteur Charles Fitzsimmons, elle accepta le rôle de Rose, dans lequelle elle voyait le prolongement naturel de son personnage le plus célèbre : la fougueuse héröine de "L'homme tranquille". Maureen O' Hara fut mariée trois fois : d'abord avec George Brown, un assistant de production anglais de 1939 à 1940, puis avec Will Price, son répétiteur pour "Quasimodo" qui devint réalisateur, de 1941 à 1953 et dont elle eut une fille, Bronwyn Bridget née en 19444, et enfin en 1968 avec Charles Blair, le premier pilote à avoir survolé en solitaire et en monomoteur le Pôle Nord.   

                                  Quasimodo -   1939 de William Dieterle 

AA01MH3

             Qu'elle était verte ma vallée -  1941 de John Ford

 

AA01MH4

AA01MH5

AA01MH6

                                         Le Cygne noir - 1942      

 

AA01MH7

 

AA01MH8

                                                    1945

 

AA01MH10

 

                  Sindbad le marin - 1947 de Richard Wallace  

        AA32285

 

                  Miracle sur la 34ème Rue - (1947) de George Seaton

AA100MHA5

AA100MHA6

                                                        1949    

       AA55259

 

AA01MA03 

                                            1949   

     AA01MOH03

 

                                        1950         

      AA301

 

  

  

               Les Frères Barberousse  - 1951 de Charles Lamont 

AA100MHA7

 

                                                       1952         

AA33175

 

 

                          A l'abordage - 1952 de George Sherman 

         AA100MHA8        

AA100MHA9

 

                         La Belle rousse du Wyoming -  1955 de Lee Sholem 

AA100MHA11

 

 AA5181 

 

 

AA81221524

 

   

                                             1962  

AA9279 

                                                1963 

     AA54736      

      AA185873 

    

AA01MOH04

     

AA01MOH06

 

                                             1966   

      AA1002MHA2 

            Ta mère ou moi (Only the Lonely,1991) de Chris Columbus   

AA0100MHA1