DÉCÈS DE LA COMÉDIENNE

          DANIÈLE DELORME                   1926 - 2015

   

   AA01DD2   

   AA01DD4

 

Danièle Delorme "s'est éteinte le 18 octobre 2015 à l'âge de 89 ans dans son sommeil à Paris à son domicle", ont annoncé lundi dans un communiqué ses petits-enfants, Sarah et Hugo Gélin. Ses obsèques auront lieu vendredi au cimetière du Montparnasse à Paris.

Née le 9 octobre 1926 à Levallois-Perret, fille du peintre, affichiste et résistant André Girard, Danièle Delorme, de son vrai nom Gabrielle Girard, se destine au départ à une carrière de pianiste, élève du conservatoire de musique. Réfugiée à Cannes durant la guerre, cette jeune fille pleine de fraîcheur aux yeux en amande et aux traits délicats débute au cinéma à 16 ans, dans des rôles d'ingénue qu'elle jouera longtemps. Les hasards de la guerre la font bifurquer vers le théâtre. En province, elle suit les cours de Jean Wall (tout comme Gérard Philipe), puis au terme d'une période consacrée à la Résistance, vient à Paris étudier auprès de René Simon et Tania Balachova. Mais dès 1942, Danièle Delorme est à pied d'oeuvre, tant au cinéma, sous la direction du cinéaste Marc Allégret. 

C'est ainsi qu'on la retrouve aux côtés de Louis Jourdan, Claude Dauphin et Micheline Presle  dans "Félicie Nanteuil" aux puis "La belle aventure" (1942) avec la même équipe, "Les petites du quai aux Fleurs" (1945) avec Odette Joyeux, Bernard Blier et Louis Jourdan (disparu récèmment) et enfin "Lunegarde" (1946) avec Gaby Morlay dans le rôle principal. C'est Bernard Blier, son partenaire des "Petites du Quai aux fleurs", qui lui trouve le pseudonyme qu'elle porte encore aujourd'hui.

En 1945, elle épouse le comédien Daniel Gélin, le père de son fils Xavier Gélin, comédien et producteur décédé en 1999. Elle sera la partenaire de Daniel Gélin dans "Les dents longues" (1952), le seul film qu'il ait lui-même mis en scène et ou elle incarne droiture et fidélité. 

Au théâtre, elle a joué dans "Colombe" de Jean Anouilh, "Comme tu me veux" de Luigi Pirandello ou "L'Annonce faite à Marie" de Paul Claudel. Au cinéma, elle enchaîne plus de cinquante films en près de soixante ans. Elle connaît le succès avec "Gigi" (1949) de Jacqueline Audry d'après le roman de Colette. Elle tourne ensuite avec les plus grands réalisateurs du moment, Henri-Georges Clouzot ("Miquette et sa mère", (1949) avec Bourvil, Christian-Jaque "Souvenirs perdus" (1950) ou Julien Duvivier, chez qui elle interprète une ingénue perverse en 1956 dans "Voici le temps des assassins", aux côtés de Jean Gabin et Gérard Blain débutant .

- 'Entreprendre' -

Après avoir formé avec Daniel Gélin un couple représentatif du cinéma français, Danièle Delorme épouse dans les années 50 le réalisateur Yves Robert. Ensemble, ils fondent en 1962 la maison de production La Guéville, qui accompagnera nombre de succès du cinéma français. Parmi eux, beaucoup de films d'Yves Robert, de "La Guerre des boutons" au Bal des Casse-pieds" en passant par "Alexandre le bienheureux", mais aussi "La Vie de château" de Jean-Paul Rappeneau, "Le Distrait" de Pierre Richard ou "Le Peuple Migrateur" de Jacques Perrin.

"La vie est trop courte pour la passer à attendre un rôle. Ce qui me passionne, c'est d'inventer, d'entreprendre", disait en 1984 cette femme de tête.

Danièle Delorme tourne aussi dans plusieurs films de son mari, dont "Un éléphant ça trompe énormément", dans lequel elle joue un rôle mémorable de mère de famille harcelée par un ami de ses enfants, interprété par Christophe Bourseiller. Danilèe Delorme sera inhumée dans le Cimetière du Montparnasse.

 

                                                 1942

         AA01DD14

 

                                                      1942 - 1943   

 

AA01DD15 AA01DD16

 

                                                      1943 - 1947

 

AA01DD18 AA01DD20

 

                                                     1948 - 1950

 

          AA01DD21

 

          AA01DD22

 

AA01DD23 AA01DD25

 

             

AA01DD24 AA01DD26

 

                        AA01DD27

 

 

         AA01DD6

 

AA01DD28  AA01DD29

 

AA01DD30 AA01DD31

 

                                                   1952 

 

           AA01DD11

 

                                         1953 - 1955

AA01DD32 AA01DD33

 

AA01DD34 AA01DD35

 

 

                                                            1955

              AA01DD37

AA01DD52

 

Extrait de "Voici le temps des assassins", avec Danièle Delorme (1955)

                                                             1956

 

           AA01DD8

                                                      1957 - 1958 

AA01DD9

AA01DD51

   

           AA01DD10

AA01DD39 AA01DD40

 

                         1958                                                                      1961

AA01DD41 AA01DD42

                                                                 1962 - 1964


AA01DD43 AA01DD44

 

                                                     1969 - 1970

 

AA01DD45 AA01DD46

 

                                                     1971 - 1973

 

                          AA01DD47 

            AA01DD13

                                               1976 - 1977  

                             AA01DD49  

  AA01DD55

  AA01DD7 

                                                       1981 - 1982 

AA01DD51 AA01DD52

                       1991                                                                       1995

AA01DD53 AA01DD54

________________________