RAYMOND BERNARD             1891 - 1977 

            Cinéaste Français  

 

AA1RB2

 

 Raymond Bernard est né le 10 octobre 1891 à Paris, il est le fils cadet du célèbre auteur dramatique et romancier Tristan Bernard. Son frère Étienne, médecin, deviendra membre de l'Institut; son frère Jean-Jacques sera auteur dramatique. Après avoir suivi des cours dans un collège de l'Oise, Raymond Bernard, qui se sentait irrésistiblement attiré par le théâtre, entreprit, dès l'âge de quinze ans, des études d'art dramatique. Il débuta non sans succès dans le rôle de Fortunio dans " Le Chandelier " d'Alfred de Musset, après quoi son père écrivit pour lui le rôle du fils de " Jeanne Doré " qu'il interpréta en 1913 aux côtés de Sarah Bernhardt. Il reprendra son rôle en 1916 dans la version cinématographique de "Jeanne Doré" sous la direction de Louis Mercanton.

Un an plus tard, Raymond Bernard entre au studio Gaumont comme assistant de Jacques Feyder qu'il remplacera au pied levé pour terminer "Le ravin sans fond", dont le scénario avait été écrit par Tristan Bernard. Dès lors, le jeune homme abandonne la carrière de comédien pour se consacrer exclusivement à la réalisation cinématographique. Après avoir adapté pour l'écran quelques-unes des petites comédies de son père, Raymond Bernard trouve sa véritable vocation le jour où deux romanciers, Henry Dupuy-Mazuel et Jean-José Frappa, lui proposent de créer la Société des Grands Films Historiques. C'est l'occasion pour le cinéaste d'appliquer sa théorie : le cinéma doit être à la fois un art populaire et un art de prestige national. 

"Le miracle des loups" (1924), premier grand film historique français de prestige, tourné dans le cadre grandiose de la Cité de Carcassonne, avec une participation originale d'Henri Rabaud. Le film bénéficia de moyens importants. Il fut présenté pour la première fois le 14 novembre 1924, sur la scène de l'Opéra de Paris, en gala officiel, en présence du président de la République, Gaston Doumergue ainsi que de nombreuses hautes personnalités du monde politique et artistique. Ce fut un évènement de portée nationale, qui contribua à l'énorme succès commercial du film. En 1930, on le sonorisa et il fut encore exploité pendant de nombreuses années.

En 1927, Raymond Bernard s'attache à mettre en oeuvre "Le joueur d'échecs" en proposant les deux rôles principaux à Pierre Blanchar et Charles Dullin. Gaby Morlay retrouvait son rôle qu'elle tenait dans la première version muette du "Faubourg Montmartre" (1931), tiré du roman à succès d'Henri Duvernois. Selon Marcel Carné, alors jeune critique à "Cinémagazine", le film "est un long cri de pitié et d'amour" qui dégage par instants, une émotion poignante et de la meilleure qualité. Jean Mitry, pour sa part, y voit le premier d'une série de "mélodrames faubouriens", caractéristique du cinéma français des années 30.  

Peu après l'avènement du cinéma parlant, Raymond Bernard donne encore deux œuvres de grande mise en scène,"Les Croix de bois" (1931) d'après Roland Dorgelès et "Les Misérables" (1933), nouvelle version filmée du roman de Victor Hugo. En raison de sa longueur, le film de Raymond Bernard fut présenté en version réduite (deux époques de 90 minutes chacune). En juillet 1977, la télévision française l'a présenté dans son intégralité en trois parties distinctes. A noter la présence de l'immense acteur Harry Baur incarnant un Jean Valean plus vrai que nature, quant à Javert, ce fut Charles Vanel, et Charles Dullin, le père Thénardier.

En 1930, il avait été question de produite un documentaire pour célébrer le centenaire de l'arrivée des français en Algérie et Raymond Bernard avait été pressenti pour le réaliser. Ce projet n'ayant pu aboutir, le cinéaste insista pour filmer sur les lieux mêmes, à Bou Saada non loin d'Alger, des séquences de son nouveau film "Tartarin de Tarascon" (1934) que les producteurs, toujours économes auraient préféré tourner dans la Crau, non loin de Tarascon!. "Anne-Marie" (1936) réalisé par Raymond Bernard comporte le seule scénario que n'ait jamais écrit directement pour l'écran Antoine de Saint-Exupéry, l'auteur du célèbre "Petit Prince". Écrit en 1933, le film fut tourné en novembre de l'année suivante et sortit en salles en avril 1936.

Après fait tourné Pierre Blanchar et Madeleine Ozeray dans "Le coupable" (1936), Raymond Bernard s'attacha à réaliser les mémoires de guerre du Commandant Ladoux dans "Marthe Richard au service de la France" (1937). Ce fut le premier film interprété par Erich Von Stroheim. Un an après, Edwige Feuillère avait tourné sous la direction de Raymond Bernard "Marthe Richard", elle renouvela avec "J'étais une aventurière" (1938) dont les droits avait été racheté par Darryl F. Zanuck. A la même période, le cinéaste réalisa "Cavalcade d'amour" (1938) avec Michel Simon, Claude Dauphin et Simone Simon.

A noter la réalisation du film "Les Otages" (1939) permit à Charpin, une fois de plus, de démontrer tous ses talents de comédien. D'origine juive, la famille de Raymond Bernard eut beaucoup à souffrir de l'Occupation nazie. Le père du cinéaste, Tristan Bernard, ne se remit jamais d'un séjour au camp de Drancy: son frère Jean-Jacques, auteur dramatique, ne revint pas de déportation. D'abord réfugié à Nice au moment de la débâcle de juin 1940. Raymond Bernard dut se cacher dans le Vercors lorsque les Allemands envahirent la zone libre. Il y resta jusqu'à la Libération et y conçut sans doute le scénario d' "Un ami viendra ce soir" (1946), son premier film de guerre. Ce fut aussi le retour de Michel Simon, barbu et chevelu pour n'avoir pas visité un coiffeur depuis sa comparution devant une commission d'épuration.

Dans les années 50, Raymond Bernard a mise en scène "La Dame aux camélias" (1953) dont l'interprétation de Marguerite Gautier par Micheline Presle est une réussite, ce qui n'est pas le cas pour Danielle Darrieux avec "Le Septième Ciel" (1958) dernier film du cinéaste, marqua les retrouvailles du réalisateur avec son ami André Lang, journaliste et romancier, qui collabora à plusieurs de ses scénarios notamment "Tarakanowa", "Les Misérables", "Anne-Marie"... Co-productrice du film avec son mari Georges Mitsinkidès, Danielle Darrieux dit avoir été ruinée par l'insuccès du film. Raymond Bernard, qui la dirigeait pour la première fois, ne tarissait pas d'éloges à son égard, déclarant qu'elle était d'une habileté jamais vue chez une comédienne. 

Éclectique, Raymond Bernard poursuivra une carrière au cours de laquelle tous les genres seront abordés avec la même conscience professionnelle. Commencée en 1917, l'activité de réalisateur de Raymond Bernard s'arrêtera en 1967 avec une interruption forcée pendant les quatre années d'occupation allemande, en raison des lois raciales. Ayant pris sa retraite de cinéaste, Raymond Bernard a continué à s'occuper activement des problèmes professionnels au comité de la Société des Auteurs de Films. Il est mort à Paris le 12 décembre 1977.

 

                                                            1924

AA3RB16

 

Le miracle des loups (1924). Raymond Bernard

                                                      1927                                                                                    

                                 

         

                                                     1929

            

                                                       1931

AA3RB24

 

AA3RB3

AA3RB4

AA3RB5

AA3RB6

AA3RB7

 

Les Croix de Bois - Extrait 3

                                                              1931

                                            

                                                                   1933

    

 

   AA3RB9   

   AA3RB10

 

                                       Harry Baur et Raymond Bernard           

AA3RB11

 

Harry Baur - Les Misérables de Raymond Bernard

 

                                                      1934

                              

                                                1935

               

                              1935                                                                          1936

  

                                                                      1937

      

  AA3RB2

 

                                                                    1938

                                

  

  $(KGrHqIOKp0FGQwBTl8HBRrZeqHCyw~~60_57

 

 otages02

 otages06

 

 otages01 

 otages11

 

Les Otages (1939) - Raymond Bernard [Extraits]

                               1940                                                                                 1945

  

                                                                      1945

                                             

 AA3RB8

 

                                                                      1949

AA3RB17

                                                      1951

AA3RB23

 

AA3RB14

AA3RB21

      affiche-cine.com/cinema-francais.fr______________