LIONEL BARRYMORE                      1878 - 1954        

          Acteur, Réalisateur Américain

  

AA01LB1 (2)

 

 

Lionel Barrymore, de son véritable nom Lionel Blythe,  est né le 2 avril 1878 à Philadelphie, dans une grande famille de comédiens américains de la fin du XIXème siècle et eux-mêmes parents d'une autre génération d'acteurs, furent considérés, de l'avis général, comme la famille royale de Broadway. Les Barrymore eurent trois enfants comédiens : Lionel, Ethel et John. Ils étaient les enfants des comédiens Maurice Barrymore et Georgina Drew, soeur de John Drew, un acteur de premier plan à son époque.  

Lionel Barrymore monta dès l'âge de six ans sur les planches avec ses parents, avant de devenir un des comédiens les plus connus de Broadway vers 1900. Après une brève interruption, pendant laquelle il étudia le dessin à Paris, il reprit sa carrière de comédien en 1907 et fit ses débuts au cinéma, pour le compte de la Biograph, dans "La Bataille" (The Battle,1911). Il joua sous la direction de David W. Griffith et d'autres réalisateurs dans de nombreux films muets, dont "Le Chapeau de New York" (The New York Hat,1912), "Les Périls de Pauline" (The Romance of Elaine,1915), le serial avec Pearl White, et "The Copperhead" (1919). Mais il écrivit aussi plusieurs scénarios et réalisa lui-même un certain nombre de films. Il poursuivit d'ailleurs quelque temps cette activité, secondaire pour lui, de metteur en scène à l'époque du parlant.

Parmi les films que réalisa Lionel Barrymore, il faut signaler le mélodrame "Madame X" (1929), avec Ruth Chatterton, "Si l'empereur savait ça" (His Glorious Night,1929), où John Gilbert fit des débuts désastreux dans le cinéma parlant, et "Le chant du bandit" (The Rogue Song,1930), qui vit le triomphe d'un néophyte du cinéma parlant, le baryton Lawrence Tibbett. En 1926, il est pris sous contat avec la MGM alors naissante et ne quittera pratiquement plus la célèbre firme. Les années 20 s'achèvent, Lionel Barrymore a peu à peu échangé son personnage dominateur contre celui du joueur énergique qu'il incarne plus particulièrement dans le rôle d'Atkinson, plongé dans son aveuglement; dans "Sadie Thompson" (1928) de Raoul Walsh. Il est considéré à juste titre comme le plus brillant du "clan Barrymore" : acteur, scénariste, réalisateur, il est aussi, à l'occasion musicien, écrivain ou peintre.

Versatile donc, parfois cabotin, mais avec quel panache !, il composera durant une carrière prolifique, une étonnante galerie de personnages : il est, entre autres, un général russe aux côtés de Greta Garbo dans "Mata-Hari" (1932) de George Fitzmaurice, le mondain cardiaque de "Grand Hôtel" (1932) d'Edmund Goulding, le professeur vampirologue de "La marque du vampire" (Mark of the vampire,1935) de Tod Browning.

Lionel Barrymore reçut l'Oscar 1930-1931 de la meilleure interprétation masculine, à l'époque de la naissance du cinéma sonore, on accordait beaucoup d'importance à la bonne diction, pour le personnage qu'il incarna dans "Ames libres" (A Free Soul,1931) de Clarence Brown, celui d'un avocat alcoolique qui meurt après avoir sauvé sa fille dissolue interprétée par Norma Shearer. Barrymore resta sous contrat de 1926 à 1954, année de sa mort.

Lionel joua souvent aux côtés de son jeune frère, plus jeune que lui et de plus en plus alcoolique à mesure que passaient les années, sur les planches et devant la caméra. Les deux frères et Ethel, leur soeur, ne furent réunis qu'une seule fois, pour "Raspoutine et sa cour" (Rasputin and the Empress,1932) de Richard Boleslavski. Hollywood annonça la distribution sur le mode hyperbolique et sur le plateau règna bien vite une atmosphère de silence déférent, seulement rompu par les échanges verbaux des deux frères, qui se taquinaient tour à tour. Lionel jouait le rôle de Raspoutine, John celui du prince Tchegodieff, tandis qu'Ethel se montrait très à son aise dans le rôle de l'impératrice obstinée et bornée.

Evadé de l'île du Diable, il réduit ses captifs humains à la taille de lilliputiens dans "Les Poupées du diables" (The Devil Doll,1936) de Tod Browning, et on le retrouve en chef de la tribu loufoque de "Vous ne l'emporterez pas avec vous" (You Can't Take It With you,1938) de Frank Capra. Au milieu des années trente, sa santé se dégrade : il souffre d'arthrite et se fracture le bassin par deux fois. Les séquelles de ses chutes le condamneront à jamais à se déplacer dans un fauteuil roulant. A partir de 1938, il n'apparaît plus que dans des rôles de paralytiques. Il continue à peindre avec toujours autant de passion. Mais l'arthrite gagne ses membres supérieurs et il devra se résigner à abandonner la pratique de cet art.

Le Lionel Barrymore dernière manière est plutôt spécialisé dans les patriarches mal dégrossis, mais au coeur d'or. Il est le juge Hardy de "La Famille du Juge Hardy" (A Family Affair,1937) de George B. Seitz, premier de la série "Andy Hardy", mais son rôle resté célèbre est celui du Dr Gillespie, qu'il a joué quinze fois pour la MGM, dans les multiples Dr. Kildare. L'irrascible Gillespie collait parfaitement au personnage bourru de Lionel Barrymore. A noter sa prestation dans "L'étrange sursis" (On Borrowed Time,1939) de Harold S. Bucquet avec Sir Cedric Hardwicke

Dans les années 40, son meilleur film de cette période fut "Duel au soleil" (Duel in the Sun,1946) de King Vidor, où il retouve Lillian Gish, sa partenaire de l'époque de la Biograph. Il achève sa carrière cinématographique en tournant au côté de Richard Widmark dans "Les Marins de l'orgueilleux (Down to the Sea in Ships,1949) d'Henry Hathaway. "Main Street to Broadway" (1953) sera son dernier film.

Lionel Barrymore fut marié une première fois à la comédienne Doris Rankin dont il divorça pour épouser en 1923 l'actrice Irene Fenwick. Elle mourut en 1936, le laissant inconsolable. Il ne se remaria jamais Lionel Barrymore disparaît le 15 novembre 1954 à l'âge de 76 ans        

 

                                                   1912   

       001199525

 

                                                      1913   

        00012874

                                                      1924           

         00106814

                                                      1925  

         1174470 

                                      La Treizième heure - 1927             

110231

                            Jeunesse triomphante - 1928   

      00117048

                            Faiblesse humaine - 1928  

           001236

                                                     1929  

1114

                                Raspoutine et sa cour - 1932  

                                                               1933

  

11891433982    

                                                                1934   

11055032 

    

                                        La Belle du Missouri

       001454356998 

                                             1935       

        001019444  

 

                                 Le Petit Colonel -  1935

       11276128

Click to View Larger

 

0008936128

                            Les Poupées du diable - 1936    

011976440

 

 

011524144

                                                      1937   

         011020523

       

                                   Vivent les étudiants -   1938    

          001066733 

                        Vous ne l'emporterez pas avec vous - 1938         

018940478

         

                        Le Flambeau de la liberté - 1939    

      001431854

 

                                         Arizona Bill - 1941      

       001019987

 

                                                     1942        

       001291459

 

                                                     1943         

       00102145 

                                                     1946 

       12122999       

       1148452 

                                                       1948 

      012399      

01589279

                                          1949   

       01145855

 

 _______________________________