GABRIELLE DORZIAT                 1880 - 1979      

               Comédienne Française

 

      01gabrielle               

      08-537260

 

Gabrielle Sigrist plus connue sous le nom de Gabrielle Dorziat est née le 25 janvier 1880 à Epernay (Marne). Ses études  se font au Pensionnat des Saintes-Chrétiennes à Epernay et au Lycée Racine à Paris. Son père, Léo Sigrist, était industriel.

"Madame Gabrielle Dorziat nous donne l'exemple de la comédienne qui arrive à l'aisance par le travail. Ce cheval de course exige un entraînement laborieux. Ce qu'elle trouve - et elle le trouve sans cesse, elle le fixe dans sa forme et dans sa nuance, comme une des boucles irréprochables qui composent sa coiffure..." Ce point de vue exprimé par Jean Cocteau dans "Le foyer des artistes", s'accorde au coup d'oeil de Colette qui, dans une de ses chroniques de "La Jumelle noire" parle de son long pas élastique, sa majesté et sa grâce corporelle (qui) sont d'un fauve de grande race. Aussi bien aurait-on pu la comparer à un souple lévrier, ou tout autre animal dont la force tranquille s'allie a l'élégance naturelle. Le résultat de ce parfait équilibre physique est que Madame Dorziat meure centenaire et que par un contrôle permanent de ses dons et de ses qualités, qu'elle parvienne à surmonter le handicap d'un visage chevalin au nez trop lourd; aux yeux un peu bridés.  L'allure générale reste royale, le corps majestueux et cependant alerte, les gestes efficaces, la démarche altière. Les souvenirs qu'elle évoque dans son livre "Entre cour et jardin" font la part belle à la scène. Elle s'y trouve plus à l'aise qu'à l'écran et elle l'arpente sans arrêt, héroïne de Bernstein ou de Bataille, à la pointe de la mode, faisant claquer, la prose sèche de Cocteau ou déroulant avec une intelligence souveraine les guirlandes de Giraudoux. Elle entre, âgée, à la Comédie-Française, y représente avec brio la mère du "Sexe faible", avec autorité l'Agrippine de Racine. Retourne chez Jouvet pour y trouver Molière; mais le vent avait tourné depuis longtemps et soufflait des studios.

En 1922, l'acteur Henry Houry promu metteur en scène lui propose le rôle principal de "L'infante à la rose". Elle s'y montre convaincante et dramatique à souhait, mais ne s'attarde pas devant la caméra où elle discerne je ne sais quoi de vulgaire et de décevant. Elle poursuit son étincelante carrière théâtrale jusqu'à ce qu'Anatole Litvak se montre, en 1935, suffisamment convaincant. Elle redébute dans le rôle en or, peu important par la longueur, mais dense et chargé d'émotion, de l'impératrice Elizabeth, mère du Rodolphe de "Mayerling" (1936). Le cinéma l'a saisie et, dès lors, il ne la lâche plus. Directrice de pensionnat collet monté dans "Le Mioche" (1936) de Léonide Moguy, duchesse sauvant les apparences dans "Samson" (1936) de Maurice Tourneur avec Harry Baur, grande dame bouleversée par l'inconduite de sa fille dans "La Vierge folle" (1939) de Henri Diamant-Berger, bourgeoise qui pleure son bonheur évanoui, "Derrière la façade" (1939) d'Yves Mirande et Georges Lacombe ou actrice à bandeaux blancs qui attise le feu de ses souvenirs comme dans "La fin du jour" (1939) de Duvivier, elle fournit chaque fois des portraits peints à la perfection.

Face à Harry Baur dans "Mollenard" (1938) de Robert Siodmak, elle ne faiblit point, bigote sadique, soumettant à ses lois strictes tous ceux qui la côtoient et raffinant dans la malfaisance. Elle pousse son odieux personnage en avant et la stature de son partenaire ne l'écrase pas. Profitant de l'avantage acquis, elle se taille la part du lion dans les films suivants - notamment dans "Le voyageur de la Toussaint" (1942) de Louis Daquib, "Patricia" (1942) de Paul Mesnier, "Le Loup des Malveneur" (1942) de Guillaume Radot, "Falbalas" (1944) de Jacques Becker. Tour à tour meurtrière méthodique et secrètement blessée, mémé-confiture, altière chasseresse et directrice de grand style d'une maison de couture, sa perfection ne dérive jamais vers la virtuosité. Elle sait la nuancer de touches délicates  et faire affleurer le sang sous des figures de marbre. Il en va de même pour l'aristocratique marieuse, impertinente et péremptoire, qui tire les fils de "La Vérité sur Bébé Donge" (1951) d'Henri Decoin. Plus complexe, la tante Léo des "Parents terribles" (1948) de Jean Cocteau dont elle avait joué la pièce avec grand succès. Sphinx qui clôt ses lèvres sur les secrets devinés, ange du foyer qui se croise les bras devant la maison bouleversée, énergique et pitoyable, Léo se réserve le mot de la fin pour le lancer de sa voix la plus âcre.

Que dire de la tenancière du bordel luxueux où vient échouer "Manon" (1948) de Clouzot ou de la Gourdan, prête à offrir au bien-aimé ses caillettes les plus appétissantes "Madame Du Barry" (1954) de Christian Jaque : simples divertissements de grande dame qui s'encanaille avec raffinement et ne dédaigne pas à l'occasion de composer la camerera mayor de "Ruy Blas" (1947) de Pierre Billon, qu'elle avait rencontré en 1936 lors du tournage de son premier film sonore "Courrier-Sud". Elle fut aussi, une de ses espionnes que Clouzot entasse sur les bancs d'une école dans "Les Espions" (1957).

Le temps n'est plus des douairières, des altesses, des enquiquineuses mondaines et des bourgeoises à tour de cou et ombrelle. Les parcs où elles se promenaient sont maintenant dévastés, les tapis verts rasés, les miroirs d'eau taris, la saison des attelages, des chasses à courre et des concerts champêtres est révolu; il est heureux que Dorziat ait le pouvoir de ressusciter par sa seule apparition sur l'écran la grâce et la frivolité douloureuse des époques qui sont mortes et ne reviendront pas. Ses dernières apparitions lui permettront de poursuivre encore quelques temps, la perfection de ses attitues, elle donna la réplique à Romy Schneider, Pierre Blanchar et Curd Jurgens dans "Katia (1959) de Robert Siodmak. Elle fut au générique du "Singe en hiver (1962) d'Henri Verneuil ainsi que dans "Thomas l'imposteur" (1965) de Georges Franju. Gabrielle Dorziat décède le 30 novembre 1979 à Biarritz.     

Certains textes sont  de Raymond Chirat et Olivier Barrot : "Les Exentriques du Cinéma français"

 

                           1935                                                            1936

 

 

                                                                     1937

 

                                                       1938

                        

 

 

 

     

 

                                                  1940

  

                                                                      1942

  

                           

                         

              

 

 

 

                                

 

 

 

                          1943                                                                 1944

  

                                                                1945                                                                     

                                

                                                      1946

                   

                                                                        1947

  

                                                                         1948

  

                               

                 

                              1949                                                                1950

 

                            1951                                                                 1952

  

                                                                     1953

  

                                                                    1954

                               

          

       

                             1956                                                               1957

  

                                                                    1958

                                   

                                                                 1959

                               

  

                                                             1961

                   

                                                                       1962

  

                                                                       1962

 

                            1963                                                                           1964

   

          __________________ Charpin _____________ 

         * Décès du réalisateur Michel Lang "A nous les petites anglaises