MORT DU CINEASTE FRANCAIS

           ALAIN RESNAIS                  1922 - 2014

 

 

AA01AR2 (2)

Le réalisateur Alain Resnais, qui a marqué l'histoire du cinéma français d'oeuvres majeures, est mort samedi 1er mars 2014 au  soir à Paris, a annoncé son producteur.

Le cinéaste français Alain Resnais est décédé samedi soir à Paris "entouré de sa famille", a déclaré à l'AFP Jean-Louis Livi, le producteur de ses trois derniers films. "Sa mort est intervenue hier soir entouré de sa famille et de ses proches à Paris", a indiqué Jean-Louis Livi, joint par téléphone.

Le réalisateur, qui était âgé de 91 ans, avait dernièrement été mis à l'honneur au 64e édition du Festival du film de Berlin pour son dernier film "Aimer, boire et chanter". "Il était en train de préparer, avec moi, un autre film dont il avait écrit le premier scénario", a ajouté le producteur.

Dans ses quelque vingt longs métrages, écrits souvent par des écrivains réputés comme Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet ou Jorge Semprun, Alain Resnais n'a cessé d'explorer les liens entre l'image et l'écriture, renouvelant constamment son champ d'inspiration.

Né le 3 juin 1922 à Vannes (Morbihan), fils de pharmacien, le jeune Resnais se passionne très tôt pour la littérature. Dès l'âge de 13 ans, il commence à tourner de petits films en 8 mm, tout en se passionnant pôur la photographie, les bandes déssinées (Mandrake, Dick Tracy) et les fascicules populaires d'Harry Dickson (qu'il rêvera toujours de porter à l'écran).

Il lit aussi Proust, André Breton, Aldous Huxley et fréquente assidûment le théâtre. En 1940, il s'inscrit au cours Simon et en 1943 à l'IDHEC. Après avoir fait un peu de figuration (dans "Les Visiteurs du soir"), il se spécialise dans le montage (son nom apparaît pour la première fois au générique de "Paris 1900" de Nicole Védrès) tout en continuant à faire des films d'amateur en 16 mm, l'un deux, "Schéma d'une identification", est interprété par Gérard Philipe. Grâce au producteur Pierre Braunberger, il franchit le cap du 35 mm avec "Van Gogh" (1948). A partir de 1946, Alain Resnais tourne en 16mmn une série de courts-métrages sur des artistes : "Portrait d'Henri Goetz", "Visite à Lucien Coutaud", "Visite à Félix Labisse", "Visite à Hans Hartung"...Resnais déclara : "Je n'ai rien inventé, je ne suis pas le père du film d'art. Nous devons tout à Chester Gould et Luciano Emmer... "Van Gogh" fut primé à la Biennale de Venise 1948 et reçut l'Oscar du meilleur court métrage documentaire 1950.

Sorti en 1950, "Guernica" reçut le prix du meilleur film d'art au 2ème Festival de Punta del Este en 1952. Le film combat le fascisme et dénonce les horreurs de la guerre."Guernica" (1950), "Gauguin" (1951), "Les statues meurent aussi" (1953), couronnés dans de nombreux festivals, assurent la réputation de documentariste de Resnais, confirmée de façon éclatante par "Nuit et brouillard" (1955), une évocation des camps de la mort nazis, qui fera l'effet d'une bombe dans le jeune cinéma français. Deux ans plus tard, "L'Année dernière à Marienbad" ne suscitera pas moins de commentaires. Dans ces deux films comme les suivants, jusqu'à "Providence", Resnais s'entoure de collaborateurs prestigieux : Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet, Jean Cayrol, Jorge Semprun, David Mercer. Presque tous deviendront réalisateurs par la suite...

L'étonnant est que la diversité de ces collaborateurs n'empêche pas l'émergence d'une "touche" Resnais, aisément reconnaissable d'un film à l'autre. On peut la définir par un dosage savant de féerie décorative et d'approfondissement pyschologique; un montage des plus rigoureux, "musical" en quelque sorte, une grande souplesse de la caméra (emploi constant et raffiné du travelling); enfin, une attention fervente portée aux problèmes de l'homme contemporain, son désarroi, ses angoisses, ses crises de conscience ...

Les récits éclatés et la poésie insolite de ses premiers long métrages, "Hiroshima mon amour" (1958) et "L'année dernière à Marienbad" (1961) surprennent le public et la critique. "Muriel" (1962) et "La guerre est finie" (1966), méditations sur la mémoire, la guerre et l'engagement, affirment la singularité et le talent du cinéaste.

Après deux films mineurs, "Je t'aime, je t'aime" (1968) et "Stavisky" (1974), interprété par Jean-Paul Belmondo, il signe, avec "Providence" (1976), une subtile réflexion sur la création littéraire, saluée unanimement comme un chef-d'oeuvre.

Dans les années 80, Resnais ne cesse de surprendre : il adapte aussi bien les thèses du biologiste Henri Laborit "Mon oncle d'Amérique" qu'une pièce de Henry Bernstein ("Mélo"). Il signe une comédie sur l'éducation "La vie est un roman", un drame protestant sur la réincarnation "L'amour à mort" ou encore une fantaisie autour d'un dessinateur de bande dessinée, une de ses passions "I want to go home".

Son film en deux volets, "Smoking"/"No smoking" (1993), avec sa muse Sabine Azéma, reçoit cinq César et le prix Louis-Delluc.Ensuite Alain Resnais innove avec une étonnante fraîcheur d'esprit pour mettre en scène une comédie en chansons "On connaît la chanson" en (1997), puis l'adaptation d'une opérette de 1925, "Pas sur la bouche" (2003).

Son film, "Coeurs", comédie à la tonalité mélancolique et onirique sur le thème de la solitude, a remporté le Lion d'argent de la mise en scène au Festival de Venise 2006. Auparavant, en 1995, il avait reçu un Lion d'or à Venise pour l'ensemble de son oeuvre.

Après trois ans d'absence, il avait repris en 2009 le chemin des studios pour tourner "Les herbes folles", une réflexion sur le désir avec Sabine Azéma et André Dussolier. Il a ensuite encore tourné "Vous n'avez encore rien vu" (2012) et "Aimer, boire et chanter" (2014), présenté à la Berlinale et qui sort en salles le 26 mars. D'abord marié avec Florence Malraux, la fille d'André Malraux, il partageait depuis la fin des années 80 la vie de Sabine Azéma, qu'il a épousée en 1998.

 

                                                _______________________________

                                                     1959

             

             

                                                                   1961

         

                                                     1963

                         

  

                                                     1966

           

    

                                                       1967

                           

                                                        

                                                       1974

            

 

  

 

                                                       1977

           

                                                       

                                                            1980

  

                            

                                                     

                                                         1982

 

 

                                                                   1997

           

 

                                                                 2012

               

  

         __________________________________________________________________

 

                MORT DU CINEASTE FRANCAIS 

           JEAN-LOUIS BERTUCELLI                 1922 - 2014

 

 

 

               _________________________________________________________________________

   

Le cinéaste français Jean-Louis Bertuccelli est mort soudainement dans la soirée du mercredi 5 mars 2014, à Paris. Il avait 71 ans. On lui doit sept longs-métrages parmi lesquels Remparts d'argile qui obtint le prix Jean-Vigo en 1970.

Né d'un père italien et d'une mère française le 3 juin 1942, Jean-Louis Bertuccelli avait fait des études de cinéma à l'école Louis-Lumière (section son). De 1964 à 1966, il travaille au cinéma et à la télévision en tant qu'ingénieur du son. Attiré par la mise en scène, il réalise plusieurs courts-métrages : Jeanine ou l'AmourLa Mélodie du malheurOaxaca et Tricot.

En 1969, il réalise "Remparts d'argile", son premier long-métrage, d'après Chebika, un livre de Jean Duvignaud. Ce beau film, tourné dans un village du sud-maghrébin, aux confins du désert, raconte l'histoire d'une jeune fille, Rima, dont la tâche principale consiste à aller chercher l'eau au puits voisin. Un jour, les hommes du village, qui presque tous travaillent dans la carrière de pierres voisine, décident de se mettre en grève pour demander une augmentation de salaire. Tandis que des hommes en armes prennent position, Rima décide d'enlever la corde du puits afin que les soldats ne puissent pas se désaltérer.

D'une grande et belle radicalité – pas de dialogue ou presque, de très beaux chants berbères qui rythment de magnifiques images, un rythme extrêmement lent –, Remparts d'argile décrit une double révolte : celle des ouvriers contre l'injustice, et celle, beaucoup intérieure et silencieuse, de Rima contre l'inexorabilité de la vie. Prix Jean-Vigo en 1970, ce film reçut un accueil critique très favorable et, fait exceptionnel pour une œuvre aussi difficile, représenta la France aux Oscars en 1971.

Deux ans plus tard, en 1972, Jean-Louis Bertuccelli réalisa "Paulina 1880", adapté du roman de Pierre-Jean Jouve. Interprété par Olga Karlatos, Maximilian Schell, Michel Bouquet, Sami Frey, ce film en costumes d'une grande beauté entendait illustrer et dénoncer les us et coutumes de la bonne société milanaise de la seconde moitié du XIXe siècle. Il réalise, en 1974, "On s'est trompé d'histoire d'amour", coécrit et interprété par Coline Serreau, Jean-Louis Bertuccelli revient en 1976 à la réalisation avec ce qui sera son plus grand succès public : "Docteur Françoise Gailland", d'après Un cri, le roman de Noëlle Loriot (Grasset), avec Annie Girardot, François Perrier, Jean-Pierre Cassel et Isabelle Huppert. L'histoire d'une femme, médecin des hôpitaux, qui apprend un jour qu'elle est atteinte d'un cancer du poumon. Opération, guérison, retrouvailles familiales : grand succès populaire. L'un des rôles les plus célèbres d'Annie Girardot, qui lui valut en 1977 le César de la meilleure actrice.

En 1977, Jean-Louis Bertuccelli s'attaque à forte partie en voulant adapter "L'Imprécateur", le roman de René Victor Pilhes (Seuil), prix Femina en 1974. Pour raconter l'histoire de cet homme – l'imprécateur – qui sape les bases de la filiale française d'une grande société américaine, Jean-Louis Bertuccelli fait appel à un casting ébouriffant : Jean Yanne, Michel Piccoli, Jean-Pierre Marielle, Jean-Claude Brialy, Michael Lonsdale, Marlène Jobert, Christine Pascal… Finalement, les numéros d'acteurs masquent quelque peu la charge, très violente, contre le pouvoir grandissant des multinationales.

Suivront ensuite trois films, "Interdit aux moins de 13 ans" (1982), "Stress" (1986) et "Aujourd'hui peut-être" (1991) de moindre importance. Cinéaste engagé et attachant, Jean-Louis Bertuccelli était le père de la cinéaste Julie Bertuccelli, dont le nouveau film, La Cour de Babel, sortira en salles mercredi 12 mars. (Le Monde)

                                                        1968

                             

                                                         1975

                              

 

       

    6206    

    6258 

 

                                                              1977

                                 

   

   652 

   7651                        

   7649

 

                                         1982   

               

                                        1984

               

                                       1991

                                        

                 ____________________________________________________