Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
CINETOM
13 octobre 2013

DÉCÈS DE L'ACTEUR ET CINÉASTE FRANÇAIS DANIEL DUVAL

 DECES DE L'ACTEUR ET CINEASTE FRANCAIS

              DANIEL DUVAL                         1944 - 2013

 

 

  

Le comédien et réalisateur Daniel Duval, auteur notamment de La dérobade et gueule du cinéma français, est décédé jeudi  10 octobre 2013 à l'âge de 68 ans des suites d'une longue maladie.Ce brun ténébreux, à la gueule burinée par les années, incarne pour beaucoup le proxénéte aux méthodes expéditives de "La dérobade", en 1979, dans lequel Miou-Miou incarnait une prostituée tombée dans ses filets.

Daniel Duval a longtemps mis sa dégaine de voyou au service de nombreux polars comme dans "Les Lyonnais" en 2011 et "36 Quai des orfèvres" en 2004 tous deux réalisés par Olivier Marchal ou "Le deuxième souffle" d'Alain Corneau (2007). Il a aussi tourné pour José Giovanni "Les loups entre eux" en 1985, sans oublier "Le Bar du téléphone" en 1980 de Claude Barrois.Mais Daniel Duval, personnalité à la fois solitaire et libre, a aussi beaucoup tourné dans des films d'auteurs ou plus exigeants, refusant tout carriérisme.

Enfant de l'Assistance Publique, Daniel Duval naît le 28 novembre 1944 à Vitry-Sur-Seine. Il fut un temps apprenti-menuisier puis formé à l'école du documentaire, il a l'âme d'un authentique artisan. Toute son oeuvre de cinéaste réfletera ses origines, qu'il n'a jamais reniées. Il débute en tant qu'acteur en 1970 dans "La décharge" de Jacques Baratier, puis l'année suivante avec "Valparaiso, Valparaiso" (1971).

C'est en 1974, que Daniel Duval concrétise son désir de réaliser son premier long métrage avec "Le Voyage d'Amélie" qui exalte la débrouillardise de ceux qui en veulent... Puis "L'Ombre des châteaux" (1977) relatant la dignité des perdants et leur rachat par l'humour, c'est Philippe Léotard qui bénéficia du rôle principal.  "La Dérobade" 1979) adapté d'un livre à succès de Jeanne Cordelier, fut une réussite sans précèdent pour la carrière cinématographique du cinéaste-acteur (600 000 entrées à Paris, mais ne servit en rien l'image du réalisateur. On le confondit avec le terrible souteneur qu'il interprète face à Miou-Miou, qui décrocha pour sa part, avec le rôle de la douce prostituée Marie, le César 1979 de la Meilleure Actrice.

Ses films ont connu des fortunes diverses. Sans vedettes, les deux premiers ont été des succès critiques mais n'ont pas rencontré leurs publics. Il enchaînera en réalisant et jouant dans  "L'Amour trop fort" (1981) (le droit aux rêves pour tous) aux côtés de Marie-Christine Barrault et Jean Carmet. En 1983, il change de registre en tournant "Effraction" avec Marlène Jobert, Jacques Villeret et Bruno Cremer, semble une comédie policière.

Daniel Duval déclarait en 1991 à "Télérama" : "J'avais trop bien joué  mon rôle, sans doute. Le pire, c'est que pendant toute la préparation du film, il n'avait jamais été question que j'inteprète le personnage. Dix jours avant le début du tournage, je rend visite au distributeur. Il me fixe droit dans les yeux. Et tout d'un coup, il mâche. "C'est évident, c'est toi". "J'ai réfléchi. Et j'ai fini par céder. Les gens ont pensé que j'étais totalement naturel dans mon emploi alors que tout, dans le personnage, me révulsait, les costumes de soie et les brushings, mais surtout le cynisme et la violence. Dans le même temps, de l'autre côté de la caméra, je devais oublier ce salaud et filmer mes actrices avec amour. L'enfer."

Hormis ses emplois dans ses propres films, Daniel Duval a joué des rôles plus ou moins importants dans ceux des autres. Citions l'infâme gansgter Tom Veronese dans "Le Bar du Téléphone" (1980) aux côtés de François Périer, Raymond Pellegrin, Julien Guiomar, Georges Wilson, et les débutants Christophe Lambert et Richard Anconina. Il est le père indigne dans "Y'aura-t'il de la neige à Noël ? " (1996) de Sandrine Veysset, l'amant exhibitionniste de Nathalie Baye dans "Si je t'aime, prends garde à toi" (1998), ou l'architecte blasé du "Vent de la nuit" (1999) de Philippe Garel.    

On se souvient de sa participation au film "Le Juge" (1984) de Philippe Lefebvre avec Jacques Perrin dans le rôle du juge assassinnée. La même année, il donna la réplique à Thierry Lhermitte et Véronique Jannot dans "Un Eté d'enfer" de Michael Schock. Il fut également à l'affiche des "Loups entre eux" (1985) de José Giovanni.

En 1984, Daniel Duval a tourné deux thrillers pour la télévision : "Un chien écrasé" interprété par Roland Blanche et France Dougnac et "Série noire" avec Roland Blanche et Niels Arestrup. Il s'est réservé une petite apparition dans les deux. On a pu le voir aussi dans "Néfertiti" (1994) de Guy Gilles.

EN 1987, il a défrayé la chronique bien malgré lui. Un het de cocktail-molotov dans un bar de province lui a valu un séjour d'une semaine en prison. Cet enfermement préventif était immérité puisque l'affaire se solda par un non-lieu. Depuis, il avait privilégier sa carrière de comédien. En 1998, il confessait au magazine "Première" : "J'ai pris la glande comme un art. C'est ce qui m'a évité l'aigreur et fait profiter de la vie pendant des années noires. Si je ne réalise plus, c'est que j'ai fait le compte : l'écriture, le montage financier, les dettes à rembourser si le film ne marche pas, c'est six ans de ta vie. C'est dur. J'ai arrêté parce que je n'avais plus l'étincelle. Je fonctionne toujours au désir, pas au cachet."

On le vit également aux côtés de Richard Bohringer, Marie Trintignant et  Robin Renucci dans "Total Kheops" (2001) d'Alain Bévérini. Michael Haneke le dirige dans "Le temps des loups" en compagnie du cinéaste français disparu quelques jours avant lui, Patrice Chéreau, Isabelle Huppert et Béatrice Dalle. Il renouvelle avec Michael Haneke dans "Caché" (2003). Dans les années 2000, Daniel Duval renoue avec le film policier "36, Quai des Orfèvres"  (2004) d'Olivier Marchal puis "Le deuxième souffle" (2007) d'Alain Corneau et enfin "Les Lyonnais" (2010) d'Olivier Marchal.

Daniel Duval réalisa son dernier film "Le temps des porte-plumes" en 2006 avec Jean-Paul Rouve, Anne Brochet et Annie Girardot. L'histoire d'une enfant retiré de chez ses parents à l'âge de 9 ans, pui splacé dans un foyer d'accueil, chez un couple de paysans de l'Allier.

De 1978 à 1981, Daniel Duval a été marié à l'actrice Anna Karina. Daniel Duval est mort, jeudi 10 octobre 2013, à l'âge de 68 ans des suites d'une longue maladie. 

 

                          ACTEUR

                1970                                                                      1973

   

             

                            1974                                                                    1975

       

                                                           1977                               

                                    

 

                                                             

                                                        1980

     Click to View Larger

  

 

                                                          1984

   Click to View Larger

 

   

                

            Un Eté d'enfer, Véronique Jannot, Daniel Duval ©  

                                              1985

  Click to View Larger

                                                      1989                                                               

                           

                                                         1994

         

                                                         1996

          

 

 

                                                                   1997

  

 

                                                   

                                                       2001                                                               

                          

 

                                                                       2003

     

                             2003                                                                     2004

                          

                            

                                                                 2005

             

  

  

                           2006                                                                     2008

  

                         

                         2007                                                                       2008

 

                                  

  

                                 

  

                                                       2011

          

                          

         

 

                 

                                 CINEASTE

                                         1974

                   

                                            1976

                   

                                                  1979 

                   

  

                                           

                                                 1980

                   

                                            1982

                  

                                           2004

                  

               ____________________________________________________________

      * Décès du cinéaste italien Carlo Lizzani (Chronique des pauvres amants)

Publicité
Publicité
Commentaires
M
Il avait ce qu'on appelle " un vraie gueule de dur " et comme souvent chez ses acteurs une sensibilité à fleur de peau dans ses mises en scène. Il me fait un peu penser à Marcel Bozzuffi dans son parcours. <br /> <br /> Merci pour l'hommage
Répondre
CINETOM
Publicité
Visiteurs
Ce mois ci 1 549
Depuis la création 1 706 610
Pages
Newsletter
8 abonnés
CINETOM
Derniers commentaires
Publicité