Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
CINETOM
9 juillet 2012

DÉCÈS DE L'ACTEUR AMÉRICAIN ERNEST BORGNINE - "MARTY"

            DÉCÈS  DE L'ACTEUR AMÉRICAIN

            ERNEST BORGNINE - "MARTY"   1917 - 2012

       

       

   AA01EB1

 

 

   AA01EB2

        

L'acteur américain Ernest Borgnine, oscarisé en 1955 pour son rôle de boucher timide et amoureux dans le film "Marty", est décédé dimanche 8 juillet 2012 à l'âge de 95 ans, a annoncé son agent. Oui, malheureusement c'est vrai", a déclaré à l'AFP Lynda Bensky, confirmant l'annonce du décès du comédien par des médias locaux mais ne fournissant aucun détail sur les circonstances de sa mort.

Ernest Borgnine est né Ermes Effron Borgnine le 24 janvier 1917 à Hamden, dans le Connecticut, de Charles et Anna Borgnine, des émigrés en provenance de Carpi, une petite ville du nord de l'Italie. Durant sa scolarité, il démontra de réelles aptitudes dans diverses disciplines sportives comme la boxe.

En 1935, après avoir obtenu son diplôme, il s'engagea dans la marine américaine. Ce n'est que dix ans plus tard qu'il revint chez lui où il exerça différents petits emplois dans des usines locales sans avoir pensé sérieusement à son avenir.

Sa mère lui conseilla de se tourner vers une carrière de comédien en raison de sa forte personnalité et il suivit son conseil en intégrant la Randall School of Drama, une école d'art dramatique d'Hartford. Puis il rejoignit la troupe du Barter Theater à Abington, en Virginie, où il demeura quatre ans. Il participa ainsi à de nombreuses pièces tout en exerçant différents emplois dans les coulisses du théâtre.

En 1949, il se rendit à New-York et décrocha un rôle dans une pièce jouée à Broadway, intitulée "Harvey", avant de décrocher un petit engagement dans la série de science-fiction "Capitaine Video and His video Rangers" (1949-1955). Il s'installa à Los Angeles au début des années 50 et se présenta à des auditions pour la télévision et le cinéma. Sa capacité à interpréter toutes sortes de personnages dans des registres très différents en fit vite l'un des seconds rôles les plus appréciés du grand écran.

C'est en 1951 qu'il fait ses débuts au cinéma dans "China Corsair" (1951) de Ray Nazzaro, puis il enchaîne avec une réalisation de Robert Parrish  "Dans la gueule du loup" (The Mob,1951). Deux ans après ses débuts, son interprétation d'un sergent de l'armée sadique et violent surnommé "Gras Double", dans "Tant qu'il y aura des Hommes" (From Here to Eternity, 1953) du cinéaste Fred Zinnemann avec Burt Lancaster, Deborah Kerr, Montgomery Clift et Frank Sinatra lui permit d'acquérir une certaine renommée.

Sa participation à deux westerns au côté de Randolph Scott : "Les Massacreurs du Kansas" (The Stranger Wore a Gun, 1953) et "Terreur à l'Ouest" (The Bounty Hunter,1954) deux films orchestrés par André de Toth. On se souvient également de sa participation dans "Les Gladiateurs" (Demetrius and the Gladiators,1954) réalisé par un spécialiste du western Delmer Daves avec Susan Hayward et Victor Mature.

Son physique imposant, ses yeux exorbités et son rictus menaçant le cantonnent dans les personnages de méchants où il excelle. Sa présence dans les succès critiques et commerciaux que furent "Johnny Guitare" (1954) de Nicholas Ray avec Joan Crawford et Sterling Hayden et "Un Homme est passé" (Bad Day at Black Rock, 1955) filmé par John Sturges avec Spencer Tracy, le confortèrent dans son statut de nouvelle vedette de l'écran.

En 1955, il surprend tout le monde en démontrant ses réels talents de comédien dans "Marty" (1955)  de Delbert Mann. Sa composition pleine de délicatesse et de sensibilité d'un  garçon boucher d'origine italienne résidant dans le Bronx, à New-York, timide et gauche, qui vit seul avec sa mère et tombant amoureux d'une jeune institutrice laide, lui vaudra d'accéder au statut de star. Il reçut aussi la reconnaissance de sa profession en obtenant l'Oscar du meilleur acteur, le Prix d'interprétation à Cannes, le Prix de la Critique new-yorkaise et celui de la British Film Academy.

Il tourna dans de nombreux westerns, au cours des années 50, dans lesquels, il tenait souvent un rôle secondaire aurpès d'acteurs confirmés tels que James Cagney dans "A L'ombre des Potences" (Run for Cover, 1955) de Nicholas Ray, puis Glenn Ford dans "L'Homme de nulle part"  (Jubal, 1956) de Delmer Daves, où il jouait un propriétaire fermier dans la femme s'éprend d'un cow-boy travaillant pour lui, et enfin Alan Ladd dans "L'Or du Hollandais" (The Badlanders , 1958).

Citons encore sa participation à des oeuvres de grande qualité comme "Les Inconnus dans la ville" (Violent Saturday, 1955)  qu'il tourna sous la direction d'un artisan appliqué : Richard Fleischer avec Victor Mature et Lee Marvin et "Les Vikings" (1958) du même cinéaste avec l'un des derniers géants d'Hollywood : Kirk Douglas.

Désormais, Ernest Borgnine se voit attribuer de plus en plus de personnages sympathiques. A partir des années soixante, sa carrière devient internationale et il est fréquemment invité à jouer dans des films européens. Aux Etats-Unis, de 1962 à 1964, il sera la vedette d'une série télévisée très populaire et pour laquelle il gagnera un Emmy, "McHale's Navy" dont on produira également un film en 1964.

Il figura aussi dans les séries "La Grande Caravane", "Laramie", " Match contre la vie" et "Max la menace". Il a été marié à Rhoda Kemins entre 1948 et 1959 avec laquelle il a eu une fille, puis à l'actrice Katy Jurado de 1959 à 1963 et à l'actrice Ethel Merman, pendant à peine un mois, en 1964.

Après les films  "Volupté" (Go Naked in the World, 1961) du réalisateur Ranald MacDougall (a qui l'on doit "Le Monde, La Chair et le Diable" avec Harry Belafonte) avec Gina Lollobrigida et "Barabbas" (1962) mise en scène par Richard Fleischer avec Anthony Quinn dans le rôle titre. Il accepta de tenir le premier rôle de la série "Sur le pont, la marine ! (1962-1966). Son personnage, Quinton McHale, lieutenant dans la marine américaine, est le commandant d'un bateau de guerre affecté sur l'île de Taratupa, lors du conflit du Pacifique Sud, au cours de la seconde guerre mondiale. A la tête d'un équipage composé de vauriens, ce dernier multplie les irrégularités et les magouilles de toutes sortes au désespoir de son supérieur. Lors de la seconde et dernière saison, il est affecté avec ses hommes sur le front européen, en Italie, où ils continuent de commettre leurs forfaits sans trop se préoccuper de la guerre.

L'acteur obtint une nomination aux Emmys Awards et participa au long métrage produit entre deux saisons, "La Flotte se mouille" (McHale's Navy, 1964) d'Edward J. Montagne, qui fut distribué dans les salles de cinéma. Parallèlement, sa carrière cinématographique s'est enrichie de films de qualité comme "Le Vol du Phénix" (The Flight of the Phoenix, 1965) où Ernest Borgnine partage l'affiche avec James Stewart, Sir Richard Attenborough, Peter Finch et Hardy Krüger, "La Statue en or massif" (The Oscar, 1966) de Russell Rouse  avec Joseph Cotten et "Destination Zebra station polaire" (Ice Station Zebra, 1968)  de John Sturges avec Rock Hudson.

Désormais, Ernest Borgnine se voit attribuer de plus en plus de personnages sympathiques. A partir des années soixante, sa carrière devient internationale et il est fréquemment invité à jouer dans des films européens.  Ernest Borgnine a eu maintes fois l'occasion de montrer l'étendu de son talent de composition : il sait avec la même efficacité être odieux, grotesque, bouleversant ou pitoyable. Deux films vont marquer plusieurs générations de cinéphile mais aussi de spécialistes de films de guerre et dont Ernest Borgnine est remarquable. D'une part avec "Les Douze Salopards" (The Dirty Dozen, 1967) tourné par Robert Aldrich avec une pléiade d'acteurs tels que Charles Bronson, Lee Marvin, Telly Savalas, Jim Brown, John Cassavetes, Donald Sutherland, Robert Ryan et George Kennedy, et d'autre part avec le film dérangeant (pour certains) de Sam Peckinpah : "La Horde Sauvage" (The Wild Bunch, 1969) avec William Holden, Robert Ryan, Edmond O'Brien et Warren Oates.

"La Horde sauvage" est la réponse du cinéma américain au western italien (spaghetti-westerns), en donnant à son film une violence rarissime. "Je veux que le spectateur ressente de la manière la plus forte, la plus terrible possible, la violence cataclysmique, irresponsable qui peut s'emparer de l'homme". L'auteur de l'histoire dont est tiré le scénario, Roy N. Sickner est d'ailleurs un spécialiste en la matière puisqu'il fonda l'Association des Cascadeurs de Hollywood. A noter que le réalisateur Sam Peckinpah utilisa 90 000 cartouches à blanc au cours de la bataille finale. Dans le genre, un record!.

Avec le début des années 70, Ernest Borgnine accepta davantage d'engagements à la télévision dans des téléfilms tels que "A l'Ouest rien de nouveau" (1979) avec Donald Pleasence qui lui a valu une nominations aux Emmy Awards. Il est surprenant dans le rôle d'un patron agressif  découvrant des rats dans son entreprise, amené par l'un de ses employés dans "Willard" (1971) mise en scène par Daniel Mann. Le cinéma lui réserve, également, des rôles intéressants, notamment dans  un western implacable :  "La Poursuite sauvage" (The Revengers, 1972) de Daniel Mann aux côtés de William Holden, Woody Strode, Susan Hayward et Roger Hanin. Ernest Borgnine incarnait l'un des assassins de la famille d'un éleveur jouait par Holden.

Il interpréta également un inspecteur de police effectuant une croisière en Méditérranée avec sa femme sur un paquebot pris dans une tempête dans la nuit de la Saint-Sylvestre dans "L'Aventure du Poséidon" (The Poseidon Adventure, 1972). Ce film eut un énorme succès commercial aux Etats-Unis surtout, mais il a fallu trois ans au producteur Irwin Allen pour réaliser cette superproduction. Et pour honorer cet évènement cinématographique, plusieurs grands acteurs furent engagés tels que Gene Hackman, Red Buttons, Carol Linley, Roddy Mac Dowall, Shelley Winters, Stella Stevens, Leslie Nielsen et Pamela Sue Martin.

 Ernest Borgnine campa ensuite le responsable des plongeurs au sein d'une équipe de scientifiques effectuant des recherches océanographiques à bord d'un sous-marin, dans "L'Odyssée sous la mer" (The Neptune Factor : An Undersea Odyssey, 1973) réalisé par Daniel Pétrie avec Ben Gazzara et Walter Pidgeon. Citons encore sa participation aux films "La Cité des dangers" (Hustle, 1975) de Robert Aldrich avec Burt Reynolds et Catherine Deneuve, "Le Prince et le Pauvre" (The Prince and The Pauper, 1977) de Richard Fleischer avec Charlton Heston et "Le Convoi" (Convoy, 1978) de Sam Peckinpah. Trois metteurs en scène qui ont brillé pendant plusieurs decennies.

Il y eut aussi "Le Trou Noir" (The Black Hole, 1979) de Gary Nelson pour le compte de la firme Disney Productions. Ce film qui fut l'un des grands succès de la fin des années 70 avec Maximilien Schell et Anthony Perkins aux côtés d'Ernest Borgnine. Entre ces différents tournages, l'acteur avait participé à une série de science-fiction, "Futur Cop" (1977), qui ne dura que sept épisodes, et à la mini-série "Jésus de Nazareth" (1977) de Franco Zeffirelli au centre d'une distribution prestigieuse : Robert Powell, Anne Bancroft, Claudia Cardinale, Laurence Olivier et James Mason.

Au début de la décennie suivante, toujours aussi prolifique, l'acteur multiplia les rôles au cinéma : "Le Jour de la fin du monde" (When Time Ran Out, 1980) de James Goldstone avec Paul Newman, William Holden, Jacqueline Bisset et Red Buttons, "New-York 1997" (Escape from New-York, 1981) de John Carpenter avec Kurt Russell, où il jouait l'un des détenus d'une vaste prison située sur l'île de Manhattan, à New-York, dans laquelle il passe son temps à conduire un taxi, "La Ferme de la terreur" (Deadly Blessing, 1981) du spécialiste du film d'horreur Wes Craven avec Maren Jansen et Sharon Stone (Il y jouait le chef d'une communauté Amish où se produisent des morts suspectes) et, "Nom de code : oies sauvages" Geheimcode Wildgänse, 1984) d'Anthont Dawson avec Lee Van Cleef, où il campait un mercenaire, membre d'un petit groupe  d'hommes, envoyé en Asie afin de combattre un trafiquant d'opium.

En 1983, il revint à la télévision en incarnant J. Edgard Hoover, chef du FBI, dans le téléfilm "Blood Feud" (1983) avec Danny Aiello et Robert Blake. Il fut ensuite engagé pour tenir le second rôle masculin de la série "Supercopter" avec Jan Michael Vincent dans celui d'un pilote émérite, chargé d'effectuer des missions secrètes pour le compte d'une agence gouvernementale, aux commandes d'un hélicoptère futuriste. Ernest Borgnine y interprète l'un de ses camarades de régiment du Viêt-Nam, Dominic Santini, qui occupe la fonction de co-pilote. En 1987, les nouveaux producteurs de la série décidèrent de modifier entièrement la distribution; son personnage fut, dès lors supprimé, le récit évoquant son décès dans l'explosion de leur appareil, saboté par des agents ennemis

Il reprit ensuite le rôle de l'officier américain Worden, qu'il avait tenu dix-huit ans auparavant dans "Les Douze Salopards", dans trois téléfilms réalisés entre 1985 et 1988, avec Lee Marvin puis Telly Savalas, au récit similaire à celui de l'oeuvre originelle.  Il participa également à  plusieurs séries :"La Petite Maison dans la prairie", "La Croisière s'amuse" et "Magnum".

Ernest Borgnine a tourné dans l'adaptation cinématographique de la série "Mchale's navy" (1997) avec Dean Stockwell, et dans "Bienvenue à Gattaca" (1997) du cinéaste Andrew Niccol au côté d'Ethan Hawke, "Baseketball" (1998) de David Zucker , une comédie avec Robert Vaughn et, "Blueberry, l'expérience secrète (2004) de Jan Kounen avec Jean-Pierre Cassel. Après son divorce avec Donna Rancourt en 1972, au bout de sept ans de mariage et la naissance de deux enfants, Ernest Borgnine a épousé, la même année, Tova Traenaes, présidente d'une société de produits de beauté installée en Californie.

Ils résident à Beverly Hills. L'acteur a fait l'acquisition d'un autobus en 1996 avec lequel il a voyagé à travers les Etats-Unis, prenant soin de rencontrer ses admirateurs à chacune de ses étapes. Entre deux tournages, il soutient diverses oeuvres de charité et participait chaque année, déguisé en clown, à une grande parade de cirque dans les rues de Milwaukee, dans l'état du Wisconsin, depuis le début des années 70. Il possède, bien entendu, son étoile sur le fameux Walk of Fame, à Hollywood Boulevard. Ernest Borgnine  avait fêté le 24 janvier 2012 ses 95 ans. Il décède le dimanche 8 juillet 2012, les circonstances de sa mort n'ayant pas été dévoilé. Il me semble qu'à ce jour, il ne reste plus qu'un dernier géant de l'âge d'Or d'Hollywood : Kirk Douglas (96 ans) et le french-lover Louis Jourdan.

                  

 
               455012 
               


 

          PEN4527

 

               5667__photo_tant_qu_il_y_aura_des_hommes_2 

 

                               JS1567882

 

                                   LES_20MASSACREURS_20DU_20KANSAS

 

    photo_Les_Massacreurs_du_Kansas_The_Stranger_Wore_a_Gun_1953_3

                

                                        un_homme_est_passe,0

                             ernest2

                     


432881
   432885

 

                                                jaquette_217407

 

                      

  JS1566766

  JS1566765

  les_inconnus_dans_la_ville,2
 459956
  quand_le_clairon_sonnera_0


   

 

220566

              

                             KIRK DOUGLAS - JANET LEIGH - ERNEST BORGNINE

              

                                                460918

                               
                               435103
 

                           2af4_12

                        
                 

                496851

                            f8068

                                   435273 


                                        254061

                433050

                             
           

                  affiche_Les_12_salopards_The_Dirty_Dozen_1967_2

            dirty_dozen_richard_jaeckel_telly_savalas_trini_lopez_jim_brown_donald_sutherland_ben_carruthers_charles_bronson_clint_walker_john_cassavetes_lee_marvin

                       JS1567883

                                   Vol_20du_20Phenix_20_le__20_A_

                           le_vol_du_phenix_the_flight_of_the_phoenix_1

                   18888164L

                          433943

          249115

                206985                 

       

      

 463745                              

                      42_22778406

                                42_22778480

       42_23130960

        250311

         

    170465               255434

  _BnfjRGQ_mk___KGrHqYOKkYEtl8DGR53BLjr8ufHp____3

                   248847

              232593             

    

   a_20Ronald_20Neame_20The_20Poseidon_20Adventure_20DVD_20PDVD_009

                    

464467

 225778

         

              __232671

 193203    232785

           192030

   240044

     195366

          

           214756

          243338

           189511

          514098

         11_09__01_september_11_0

               ____________________________

                   42_16891732

           

_______________________________

Publicité
Publicité
Commentaires
CINETOM
Publicité
Visiteurs
Ce mois ci 1 549
Depuis la création 1 706 610
Pages
Newsletter
8 abonnés
CINETOM
Derniers commentaires
Publicité