MORT DU COMEDIEN FRANCAIS

               MICHEL DUCHAUSSOY               1938 - 2012

           

                          

AA01MD101

 

Le comédien Michel Duchaussoy, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, est décédé d'un arrêt cardiaque dans la nuit de lundi à mardi 13 mars 2012 à l'âge de 73 ans, a-t-on appris auprès de son agent.

Michel Duchaussoy était né le 29 novembre 1938 à Valenciennes, après avoir effectué des études de lettres à la Faculté de Lille, monte à Paris en 1961, et passe avec succès le concours du Conservatoire. Ses professeurs renommés sont Robert Manuel et Fernand Ledoux. A sa sortie, Michel Duchaussoy obtient deux premiers prix de comédie classique et de comédie moderne, à l'unanimité du jury.  Un prix d'excellence couronnera le tout.  Il fut Sociétaire de la "Maison de Molière" de 1967 à 1984

Michel Duchaussoy dû se résoudre à effectuer son service militaire en Algérie, puis devient pensionnaire à la Comédie Française. En 1966, il est nommé sociétaire et se diversifie dans des emplois et un répertoire très larges : "Les Temps difficiles", "Le songe d'une nuit d'été", "Electre", "Le dindon", "Un fil à la patte", "Le misanthrope"...

La même année, il débute au cinéma grâce au cinéaste Alain Jessua dans "Jeu de Massacre" (1967) : "C'est le premier film que je tourne déclarait-il alors. On m'avait déjà propose plusieurs rôles mais aucun ne me plaisait vraiment. Dès que, j'ai lu le script de Jessua, j'ai été enthousiasmé."

Claude Chabrol qui se souvient de lui pour avoir assisté au concours du Conservatoire lui fait jouer l'inspecteur de police dans "La Femme infidèle" (1969) aux côtés de Stéphane Audran et Michel Bouquet. C'est le début d'une collaboration fructueuse. Suivront : "Que la bête meure" (1969) avec Jean Yanne et Caroline Cellier, "La Rupture" (1970), et "Nada" (1973).

Dans le domaine de la télévision, on le remarqua dans "Nul n'est parfait", dans la série des "Histoires insolites" et "Le banc de la désolation", d'après Henry James. Deouis, Michel Duchaussoy à continué d'apparaître sur le petit écran dans "Un juge, un flicn en 1976; "Hamlet", de Jean Delanoy en 1978; il était également un musicien : "Strauss" d'Edouard Molinaro (1979); "Pétrus", de Marcel Achard; "Tarendol" d'après Barjavel; "Le coup d'état", de Jean Delannoy.

Homme des fidélités (à Chabrol, Delannoy, Vadim, Corneau), Michel Duchaussoy retrouva Alain Jessua à deux reprises dans "Traitement de choc" (1972) aux côtés d'Alain Delon, Annie Girardot et Robert Hirsh; et "Armaguedon" (1977) avec Delon et Jean Yanne.   

Michel Duchaussoy avait aussi tourné dans de nombreux films sous la direction notamment de Louis Malle, Bertrand Tavernier, ou Patrice Leconte.

Michel Duchaussoy a également beaucoup tourné pour la télévision, notamment dans "Les Misérables" de José Dayan, ainsi qu'avec Nina Companeez ("L'Allée du Roi") ou Olivier Marchal (Braquo). 

 

 

 Jour_20le_20plus_20long_20_le_

 

   

                                        

                      femmeinfidele        

    

Que la bête meure» (1969) avec Jean Yanne - Michel Duchaussoy - Caroline Cellier

 

 

               1929__que_la_bete_meure3

que_la_bete_meure_1

 

   

   

                             

              33305891

    

             Nada de Claude Chabrol

     

 

 

   

      

 

          



                               

 

                                

              voir_l_elephnat

 

  

  

    

                                      

 

                                  

  

      

                                        

                    boite_noire_2005_11_g

 

  

   

 

 

                                      

 

    

                            

                            

              al_age_de_raison_de_yann_

 

                           

     Michel Duchaussoy -  Gérard Lanvin

a_42_20957824 a_42_22924961

 

                  _________________________________________

 

  DECES DU CINEASTE FRANCAIS

               PIERRE SCHOENDOERFFER            1928 - 2012

 

 

A_0000272226_003 A_0000264183_052

                                AAA_42_16291605

 

Le cinéaste et romancier français Pierre Schoendoerffer est mort tôt mercredi 14 mars 2012, à l'âge de 83 ans, des suites d'une opération à Clamart (banlieue parisienne), a annoncé à l'AFP sa famille, confirmant une information du Figaro.fr.

"Pierre Schoendoerffer de l'Institut de France, écrivain metteur en scène, documentariste, vice-président de l'Académie des Beaux-Arts, section cinéma et audiovisuel, est mort ce matin à l'hôpital militaire Percy", a indiqué sa famille dans un court communiqué.

Membre fondateur des César, Pierre Schoendoerffer s'était fait le témoin scrupuleux de la grandeur et de la misère des combattants, monde qu'il avait bien connu.

Pierre Schoendoerffer est né le 5 mai 1928 à Chamalières (centre) mais il est d'origine alsacienne et passe une partie de son enfance à Reischoffen, terre de ses ancêtres. En 1947, il se présente à l'examen, d'entrée à l'Ecole nationale de la Marine marchande mais échoue et s'embarque comme matelot-léger sur un cargo suédois. Le jeune Schoendoerffer s'était enthousiasmé à la lecture de Joseph Kessel et Joseph Conrad, et rêvait d'être marin. A 19 ans, et passait 18 mois en Baltique et mer du Nord.

Remplaçant à sa demande un camarade tué, il avait filmé pendant trois ans les atrocités de la guerre, été fait prisonnier par le Viêt Minh à Dien Bien Phu (1954) et passé quatre mois en captivité.

Démobilisé, il avait décide de rayonner dans la région, comme correspondant de guerre pour le magazine "Life".

Prisonnier à Dien Bien Phu (Vietnam) en mai 1954, puis libéré, il avait quitté l'armée pour devenir reporter-photographe. Du Vietnam à l'Algérie, il était sur tous les fronts, menant à la fois une carrière d'écrivain, de grand reporter (Paris-Match, ORTF) et de cinéaste.

 

Après son Il s'était engagé en 1952 au service cinématographique des armées, où il avait fait ses débuts de caméraman en Ipremier film, "La Passe du Diable" (1958), il a alterné films de fiction et documentaires et écrit son premier roman en 1963, "La 317e Section", qu'il a adapté à l'écran en 1965. Une oeuvre qui reste un des meilleurs témoignages sur la guerre d'Indochine, tandis que "La Section Anderson", tourné deux ans plus tard, recevait l'Oscar du meilleur film documentaire.

Parmi ses oeuvres majeures, Pierre Schoendoerffer a écrit et adapté à l'écran "Le Crabe tambour" (1977, grand prix du roman de l'Académie française), puis "L'Honneur d'un capitaine" (1982), où il dressait à nouveau le portrait de soldats luttant pour l'honneur, sans illusions sur l'issue du combat.

Avec "Dien Bien Phu" (1991), il a réalisé une fresque guerrière puissante, doublée d'une méditation sur les sacrifices inutiles.

Le président-candidat Nicolas Sarkozy a salué un "fils spirituel de Joseph Kessel" dont l'"oeuvre engagée" a offert "la démonstration magistrale du rôle que jouent l'art et les artistes pour nous aider à mieux comprendre notre Histoire collective et le sens des destinées individuelles".

Son rival, le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande a rendu hommage à un "rare cinéaste ayant fait du film de guerre français un genre à part entière" qaui a "su filmer l'homme au plus près de lui-même dans des situations extrêmes, sans hésiter à mettre sa vie en jeu, pour son pays comme pour son art".

 

 

 

                

 

                      

                                  

                 

     AA01BC1

i_2_73_img224

                                  

objectif_500_millions_66_01_g

                            

               

                                    

 

                    

                                     

                     la_haut_un_roi_au_dessus_des_nuages_2003_05_g       

                     la_haut_un_roi_au_dessus_des_nuages_2003_07_g           

Affiches : affiches-Cine.com - Cinemafrançais - Cinetom

                     __________________________________________