DECES DE L'ACTEUR AMERICAIN

                 BEN GAZZARA            1923 - 2011  

 

 

                               AA_42_19418069 

                        AAHN001214

 

L'acteur américain Ben Gazzara est décédé vendredi  3 février 2012 à l'âge de 81 ans dans un hôpital de New York où il était traité pour un cancer du pancréas, a annoncé son avocat.

D'origine sicilienne, Ben Gazzara, dont le vrai nom est Biagio Anthony Gazzara, naît le 28 août 1930. Ses parents le destinaient à une carrière d'ingénieur mais, attiré par l'art dramatique, il entre en 1951 à l'Actors Studio où il fréquente Paul Newman, James Dean et Steve McQueen. Deux ans plus tard, il se fait remarquer dans "End as a man", une pièce de Calder Willingham mise en scène par Jack Garfein, qui l'impose pour la version cinématographique, de "Demain ce seront des hommes" (The Strange One",1957) dans le rôle d'un élève-officier se livrant à des brimades. Tout aussi peu sympathique est l'officier arrogant, accusé de meurtre et défendu par James Stewart dans "Autopsie d'un meurtre" (Anatomy of a Murder,1959) d'Otto Preminger.  Il avait débuté au théâtre à Broadway en 1956 grâce à Elia Kazan dans "La Chatte sur un toit brûlant" de Tennessee Williams, où il incarnait Brick

Après une premiere expérience italienne dans "Larmes de joie" (Risate di Gioia,1960) de Mario Monicelli, où il a l'actrice italienne Anna Magnani pour partenaire, la série télévisée "Match contre la vie" lui vaut son premier grand succès : au fil des 86 épisodes, il incarne un avocat atteint d'une maladie incurable brûlant la vie par les deux bouts.

La rencontre de John Cassavetes, en 1970, bouleverse totalement sa carrière. Ben Gazzara devient, avec Symour Cassel et Peter Falk, l'un de ses interprètes de prédilection en même temps que l'un de ses amis les plus proches. L'amitié perdue puis retrouvée est aussi le thème d' "Husbands" (1970), le premier film à les réunir et le préféré de l'acteur. Ensemble, ils tournent encore "Le Bal des vauriens", également connu sous le titre "Meurtre d'un Boomaker chinois" (The Killing of a Chinese Bookie,1976), où il incarne le patron d'une boîte de nuit qui, pour s'acquitter d'une dette de jeu, doit commettre un meurtre, puis il enchaîna avec "Opening Night" (1977) aux côtés de l'épouse du cinéaste, l'actrice Gena Rowlands.

"Begin the Beguine" écrit spécialement à son intention, était un autre projet commun. Très lié à John Cassavetes, Peter Bogdanovitch engage Ben Gazzara pour un film noir situé à Singapour, "Jack le magnifique" (Saint-Jack,1979)  et une comédie douce-amère, "Et tout le monde riait" (They All Laughed,1981). S'offrent ensuite de nouveaux contrats en Italie avec "Conte de la folie ordinaire" (Storie di odinaria follia,1981) de Marco Ferreri, où son personnage, inspiré de Charles Bulowskin est un ivrogne doublé d'un obsédé sexuel et "La Fille de Trieste", où il joue un créateur de bandes dessinées érotiques. Dans les deux cas, il a Ornella Mutti pour partenaire.   

   

                                          Les Blouses Blanches (1961) de Phil Karlson

                       236164_1020L                                                                                   

  

                                                                     1979

                                 204534_1020L

                                

Dès lors, la carrière de Ben Gazzara prend une tournure plus internationale. Il ne travaille qu'occasionnellement aux Etats-Unis, où les premiers rôles de ses début cèdent désormais la place à des emplois secondaires dans "Road House" (1988) de Rowdy Herrington, "Haute Trahison" (1996) (The Shadow Conspiracy,1996) de George Pan Cosmatos et "La prisonnière espagnole"  (The Spanish Prisoner,1996) de David Mamet.

Ben Gazzara apparaît également dans de nombreuses coproductions : franco-suisse comme "Passe-Passe" (Quicker Than the Eye,1988) de Nicolas Gessner ou italo-brésilienne comme "Per Sempre" (1991) de Walter Hugo Khouri. Après plusieurs projets qui n'abourirent pas, il se lance aussi dans la mise en scène, qu'il avait eu l'occasion d'aborder avec huit épisodes de "Match contre la vie" et deux de "Columbo". Jamais distribué, ni aux Etats-Unis, ni en France, produit avec des capitaux italiens, tourné en Angleterre et à Bali, "Oltre L'Oceano" (1990) dont Ben Gazzara est également le scénariste et l'interprète, s'inspire des méthodes de tournage de John Cassavetes.

Tout comme d'autres productions indépendantes dans lesquelles il apparaît au cours des années 90, la plupart marquant les début de jeunes cinéastes. Une grande variété de rôles s'offre à lui: père monstrueux d'indifférence dans "Buffalo 66" (1998) premier film du comédien Vincent Gallo où se désintéressant de ses filles dans "Happiness" (1998) de Todd Solondz. Comédien chevronné et riche d'expérience dans "Illuminata" (1998) de John Turturro et producteur de films pornographiques dans "The Big Lebowski" (1998) des frères Cohen, aveugle et violeur enfin  dans "Dogville". Des productions à gros budget comme "Summer of Sam" et "Thomas Crown" le sollicitent également.

En 1979, le Festival du Cinéma  américain de Deauville a rendu hommage à Ben Gazzara qui, en 2003, s'est vu décerner un Emmy Award pour son interprétation dans "Hysterical Blindness" de Mira Nair. Il fut l'époux de la comédienne Janice Rule, disparue en octobre 2003 et dont il était divorcé depuis 1979.  

 

                _____________A SUIVRE PROCHAINEMENT________________