DECES DU COMEDIEN,AUTEUR,CHANSONNIER

    ROBERT LAMOUREUX

                                               1920 - 2011  

 

   AA96RL32   

   AA32V9J

Robert Lamoureux, comédien, chansonnier et auteur, est mort à 92 ans.  Robert Lamoureux, réalisateur du très populaire "Mais où est donc passée la 7ème compagnie?", est décédé samedi 29 octobre 2011 à l'âge de 92 ans, a annoncé à l'AFP sa fille France Lamoureux.

"Papa nous a quittés ce matin. Il était tombé dans le coma avant-hier puis il s'est réveillé hier. On pensait que ça irait mieux, mais il est retombé dans le coma", a déclaré sa fille.

Robert Lamoureux a régné sur le comique populaire pendant plus d'un demi-siècle, comme chansonnier, puis comme réalisateur et auteur de pièces de théâtre. Le succès populaire de son vaudeville militaire "Mais où est donc passée la septième compagnie", qui a entraîné la réalisation de deux suites, bat aujourd'hui encore des records d'audience à la télévision.

Egalement comédien de talent, Robert Lamoureux a été nommé trois fois aux Molière.Né le 4 janvier 1920 dans une famille parisienne modeste, Robert Lamoureux arrête sa scolarité à la fin de l'école primaire et entame une série de petits boulots dès l'âge de 14 ans

Venu au cabaret en 1949, il y triomphe rapidement grâce à des monologues dont certains sont passés à la postérité, comme "Papa, maman, la bonne et moi" (Grand Prix du disque 1950) ou "La chasse au canard". Après avoir vainement tenté de s'imposer au cinéma comme acteur, Robert Lamoureux renoue avec le succès à la fin des années 60, d'abord grâce au théâtre. Il a écrit 14 pièces de boulevard, dont certaines tiendront l'affiche plusieurs années. C'est le cas de "La Soupière" (1971, 2.000 représentations), "La brune que voilà" (1957), reprise en 1986 et adaptée pour Michel Leeb sous le titre "Le Tombeur", "Diable d'homme" (1980) et enfin "Si je peux me permettre..." (1996), dont la millième a été jouée le 19 avril 2000 au théâtre Saint-Georges, à Paris.

Mais c'est surtout le cinéma qui lui apporte la consécration, dans les années 70, grâce aux aventures de la "7ème compagnie", qui mettent en scène les périples de soldats français livrés à eux-mêmes pendant la débâcle de 1940 et qui surmontent tous les obstacles grâce au "système D". Interprété notamment par Jean Lefebvre, Pierre Mondy et Pierre Tornade, le premier film de la série ("Mais où est donc passée la 7ème compagnie", 1973) a atteint les 4 millions d'entrées.

Marié une première fois à 22 ans avec une amie d'enfance dont il a eu trois enfants, Robert Lamoureux s'était remarié au début des années 60 avec la comédienne Magali de Vendeuil qui lui a donné une fille. Robert Lamoureux avait été fait Officier de la Légion d'honneur dans la promotion de Pâques 2000.

                 __________________________________

 *Le 20 septembre 2011, j'avais évoqué la carrière cinématographique de Robert Lamoureux

      http://cinetom.canalblog.com/archives/2011/09/20/22096903.html

              _____________________________________

       ROBERT LAMOUREUX        1920-2011               

                 Acteur, Humoriste, Réalisateur, Auteur...Français

 

           

  AA095GH3    

  AA32RL95

 

Auteur, parolier, scénariste, comédien et réalisateur français né le 4 janvier 1920 à Paris. Robert Lamoureux, fils d'Alice Lamoureux, receveuse de tramway et d'un père inconnu (qu'il retrouva peu de temps après, mais pour un laps de temps bien court), elle le prénomma : Robert, Marcel, Adolphe. Après avoir obtenu son certificat d'études en 1932, il cessa ses études pour aider financièrement sa mère, se décida à travailler en effectuant plusieurs métiers dont : coursier, maçon, vernisseur ou réparateur de machines à écrire...

 le 7 mai 1940, Robert Lamoureux fut mobilisé pendant la  Seconde Guerre mondiale, quittant Saint-Mandé pour Issoire dans le Puy-de-Dôme. En août 1942, il épousa Simone Chaigneau, employé de Banque, ils eurent un fils prénommé Jean-Louis, né en août 1943.

Robert Lamoureux débuta dans le music-hall en 1948, dans une salle disparue appelée le Central de la chanson. Il interprète des chansons de son propre répertoire et popularisant au cabaret et à la radio d'irrésistibles monologues qui lui valent le Grand Prix du Disque. Après l'Amiral et les Trois Baudets où il anime une revue avec Pierre Dac et Francis Blanche, Lamoureux est le partenaire d'Edith Piaf dans "La P'tite Lili" à l'ABC. C'est à cette même époque qu'il écrit l'une de ses plus célèbres chansons : "Papa, Maman, la bonne et moi"

Sa gouaille le désigne pour être dès son premier film, un bonimenteur intarissable dans "Le Roi des Camelots" (1951), sous la direction d'André Berthomieu aux côtés de Jean Carmet et Yves Deniaud. Lamoureux déclara : "Mes débuts au cinéma. La caméra, la technique me paralysent. Encore plus l'absence du public. Incapable de me décontracter, inaudible, je joue la tête rentrée dans les épaules, le regard fixé sur le parquet. La production  suggère de me faire tourner avec une minerve"

Son premier film est un demi-succès, ce qui lui permit de tourner deux autres films dans la foulée, puis il enchaîne avec André Berthomieu le tournage de deux films: "Allô...Je t'aime" (1952) avec Denise Grey et Jacques Dynam et "Chacun son tour" (1952) aux côtés de Marthe Mercadier et Jane Marken.

Quelques uns des cinéastes spécialisés dans la comédie le feront tourner : Alex Joffé (Lettre ouverte), Carlo Rim (Escalier de Service), Jean-Paul Le Chanois (Le village magique).... Sacha Guitry fait appel à lui pour incarner Latude, le roi de l'évasion français, dans "Si Paris nous était conté" (1956).

Entre-temps le producteur Robert Dorfman proposa à Jean-Paul Le Chanois le tournage du film "Papa, Maman, la bonne et moi" (1954) conçu d'après le succès de la fameuse chanson de Robert Lamoureux. Deux ans plus tard, Marcel Aymé et Pierre Véry adaptèrent une suite : "Papa, Maman, Ma femme et moi" (1956). Le premier film avait été un immense succès, ce qui encouragea le cinéaste Le Chanois à tourner un deuxième volet avec les mêmes principaux comédiens : Robert Lamoureux, Gaby Morlay, Fernand Ledoux, Nicole Courcel et Louis de Funès. Le succès fut au rendez-vous, ce qui n'empêcha pas Jean-Paul Le Chanois de refuser catégoriquement de faire un troisième long métrage de la famille Langlois.

Puis Jacques Becker révèle les talents de comédiens de Robert Lamoureux, en lui proposant d'incarner l'un des meilleurs Arsène Lupin du cinéma avec "Les Aventures d'Arsène Lupin" (1957). Ce comédien subtil et plein de ressources renouvellera l'aventure en participant à la rédaction des dialogues d'un second film intitulé : "Signé Arsène Lupin" (1959) dont la mise en scène est d' Yves Robert, avec Alida Valli, Yves Robert, Roger Dumas et Jacques Dufilho. 

Au paragraphe concerné à Robert Lamoureux, on peut lire dans l'ouvrage de Olivier Barrot et Raymond Chirat "Noir&blanc : "Une gouaille naturelle, une élégance impeccable et cette voix presque éraillée, ce ton ironique..."

Dès 1960, à contre-courant de la "nouvelle vague", Robert Lamoureux tourne  son premier long métrage (avec l'assistance technique de Maurice Régamey)   "Ravissante" où il l'est lui-même l'interprète aux côtés de Sylva Koscina, Philippe Noiret, Jacques Dacqmine et Eddie Constantine. Aussitôt après cette première réalisation,  c'est avec Michèle Mercier et Françoise Fabian qu'il porte à l'écran "La Brune que voilà!" (1960) tiré d'une pièce de boulevard.

Il lui faudra attendre quinze ans plus tard pour connaître la véritable consécration avec les très populaires aventures de "Mais où est donc passée la Septième Compagnie ?" (1973), "On a retrouvé la Septième Compagnie" puis "La Septième Compagnie au clair de lune" (1977), dont il est l'auteur complet, trois vaudevilles militaires situés au moment de la débâcle de 1940 puis de l'Occupation, qui sont des prétextes à des numéros d'acteurs avec Pierre Mondy, Jean Lefebvre, Henri Guybet, Aldo Maccione et Pierre Tornade. 

Si Robert Lamoureux s'est fait rare au cinéma depuis 1960, c'est qu'il a exercé d'inlassables activités au théâtre, comme auteur et acteur, reprenant des pièces de Sacha Guitry ou des rôles célèbres immortalisés par de grands comédiens disparus. On ne l'a vu à la télévision que dans des émissions de théâtre filmé où sont présentées ses propres pièces comme "La Soupière" (1983), "Le Tombeur" (1987), ainsi que dans une mini-série, "La Guerre des privés" (1992).

Il faut noter également sa magnifique prestation dans le film de Michel Deville : "L'Apprenti Salaud"  (1976) aux côtés de Claude Piéplu et Georges Wilson. Le cinéaste définiera la présence de Robert Lamoureux dans le rôle principal ainsi :" Sympathique au public, il est l'acteur le plus crédible pour ce rôle d'homme de cinquante ans qui soudain réalise la médiocrité de sa vie et décide, coûte que coûte, d'échapper à son univers quotidien. Qu'il soit habillé en blouse de quincailler ou du trois pièces Prince de Galles de l'homme parvenu, Robert Lamoureux reste vrai pour le spectateur. Il assure une vérité à ce personnage de naïf qui, peu à peu, va ressembler malgré lui aux salauds qu'il escroque en se servant de leurs tics, de leurs défauts, et de leur appât du gain."    

En 1979, Robert Lamoureux s'inscrit au Parti Socialiste, décoré de la Légion d'honneur en 1987. Il est aujourd'hui, âgé de 91 ans.  

le_roi_des_camelots01  le_don_d_adele   

                            39856951517208362434

lettre_ouverte01  lettre_ouverte

                        image de Lettre ouverte

 la_route_du_bonheur_affiche_228531_22947   virgile

                                     le_village_magique

        

                             escalier_de_service02

                               papa_maman_la_bonne_et_moi_1 

 

                            papa_maman_ma_femme_et_moi_1                          

                

                                  rencontre_a_paris02                    

                                 

                           si_paris_nous_etait_conte_2

                              les_aventures_d_arsene_lupin

                            40230517536549252743

                  ader_tyu

                  adfg

                        40172956772656275814 

                        

                            signe_arsene_lupin

                 

                  19654__a6

                  19654__a5             

                 

                          

                              ravissante

 

                              la_brune_que_voila        

            

   227967_1020L

                                                

 

228039_1020L operation_lady_marlene_0

                

                 

                              

                            _____________________________

                  08_541677

                        11 février 1964 Louis de Funès - Robert Lamoureux - Robert Dhéry

                  11_F_vrier_1964__De_Fun_s___Robert_Lamoureux___Robert_Dh_ry  

                        Jacques Balutin -Daniel Russo - Michel Leeb - Robert Lamoureux

70567_robert_lamoureux_recoit_la_medaille_fullscreen_1 0000323483_002

                 

                __________________________________________________