IP 5

           L'ILE

AUX PACHYDERMES  

Coup de Coeur *****

de Jean-Jacques Beineix                        1992

IP5

__________________________

i_p_53

Léon Marcel
Yves MONTAND
Tony                                                    
Olivier MARTINEZ
Jockey
Sekkou SALL
Gloria
Géraldine PAILHAS
Clarisse / Monique
Colette RENARD
Emile, le père de Jockey
Sotigui KOUYATE

Réalisateur                                                        Jean-Jacques BEINEIX 

Dialogues                                                           Jacques FORGAS

Scénario et Adaptation                              Jacques FORGAS                  

Montage                                  

Directeur de la photographie                       Jean-François ROBIN
Décors et costumes                                 
Musique                                                             Gabriel YARED

Producteur                                                         Cargo Films
Co-Producteur                                          Gaumont Productions                     

Distributeur                                                         Gaumont          

Date de sortie : 1992

Durée et synopsis :
119mn   - France -COMEDIE DRAMATIQUE

___________________________

                         i_p_59 

                         i_p_5_7

                         i_p_5_10

  ip5_l_ile_aux_pachidermes_1992_06_g

  i_p_5_9

  19090483L

              i_p_5_18

              i_p_5_l

  i_p_5_l_ile_aux_pachydermes_ip5_1991_reference

  ip523

Jockey, adolescent noir des banlieues, voit son père sombrer dans un coma éthylique. Il fait venir une infirmière dont son copain Tony, 20 ans, tombe aussitôt amoureux, de la façon la plus maladroite qui soit : elle l'évince.

Contraint de convoyer une fourgonnette vers Grenoble, il l'abandonne sur un bord de route et, volant une voiture, décide de se rendre à Toulouse où, a-t-il appris, Gloria la belle infirmière est allée s'installer. Ayant rendu la voiture inutilisable, lui et Jockey en volent une autre, en pleine nuit, à l'arrière de laquelle se trouve un vieil homme bizarre, qui lui aussi traverse la France, à la recherche d'une autre chimère, un absolu, un amour perdu... trait d'union de ces deux générations que par ailleurs tout sépare.

Vieux sage ou vieux fou, Léon Marcel les déconcerte. Il plonge dans une eau glacée, traîne dans son sac un vieux Lüger rouillé chargé de deux balles... et 400 F qu'ils lui dérobent avant de disparaître. C'est pourtant lui qui, après leur avoir sauvé la vie, les tire d'affaire alors qu'ils tentaient à nouveau de forcer une voiture. Irrité autant que fasciné, Tony décide de le suivre dans la forêt.

Pas facile, pour ces deux enfants du béton et du bitume, de se mettre à l'unisson de la nature dans le sillage de leur aîné ! Lequel a enfin trouvé le lac et (les vieux arbres) qu'il cherchait tant. Et Clarisse, son amour d'autrefois. Ou plutôt Monique, sa soeur, qui lui apprend que Clarisse est morte après leur dernière dispute. Aurait-il vraiment suivi son intention, une fois échappé de l'asile psychiatrique, de la tuer pour se supprimer ensuite ? Au beau milieu d'un champ, Tony n'y tient plus. Ce vieux panneau publicitaire à l'abandon n'est là que pour accueillir sa création : un frénétique et magnifique tag, représentant une femme allongée.

Pendant ce temps, Jockey joue avec le Lüger. Un coup part. Sans danger. Mais Léon, affolé, se précipite en courant et s'écroule, victime d'un nouvel infarctus. Ses père, frère et soeur sont rapidement à son chevet à l'hôpital toulousain, guettant l'héritage. Une infirmière surprend les confessions de Jockey, qui ne veut pas que Léon meure et qui craint de se retrouver seul une fois que Tony aura rejoint Gloria. Celle-ci, bouleversée, accompagne les deux garçons, qui ont décidé de conduire Léon dans les montagnes pyrénéennes, seule dernière demeure lui convenant.

  09_0495_p01

  ip5_l_ile_aux_pachidermes_1992_04_g

  i_p_512

  09_0495_p02

  i_p_511

            HJI

  i_p_58

* Extrait de l'entretien du réalisateur d'IPS, Jean-Jacques Beineix par Frédéric Mignard (aVoir-alire.com)

Propos recueillis à Paris, le 18 avril 2006

Le titre IP5 était quelque peu énigmatique. On dit qu’il pourrait s’agir en fait des initiales d’Isabelle Pasco... Est-ce lié ?
Non, pas du tout. En fait, c’est très simple, les initiales d’Isabelle, c’était une rumeur colportée n’importe comment. Je ne fais pas de publicité sur ma propre paranoïa. Comme il y avait Yves Montand dans le film, je craignais les paparazzis. Je ne voulais pas qu’on nous emmerde. Pour passer inaperçus on avait décidé de donner un nom de code au film. C’était le titre original du scénario de Jaques Forgeas qui s’appelle L’île aux pachydermes. Par rapport au scénario original, j’ai rajouté les Graphes et une histoire de nains et de chargement de cocaïne. Quand il a fallu dessiner un graffiti, j’ai choisi IP5. Et ce titre pseudo a fini par devenir le vrai titre. Mais je ne pouvais pas l’expliquer car le propre des graffiteurs, et là je fais référence à la partie noble du groupe, car pour moi les autres ce sont des taggeurs, c’est de signer d’un pseudo, sinon les flics leur tombe dessus. (Il me chante la chanson du Taggeur haggard qu’il a écrite.) Je me suis retrouvé avec un titre inexplicable qui était pourtant emblématique du film.i_p_5_2
Et IP5, ça parlait de quoi ? Des jeunes de banlieues qui sont mal dans une société. Ce qui est intéressant, c’est qu’un an après, Jean-Marie Colombani (le directeur du Monde, ndlr) écrivait dans un ouvrage destiné à la classe politique que pour comprendre le malaise des banlieues, les politiques feraient mieux de regarder le film de Jean-Jacques Beineix IP5. C’était en 91 ou 92.
Et puis il y a Montand qui meurt, et on ne va pas voir les films des gens qui meurent. Faut être con pour croire que c’est ce qui va se passer. C’est ce qu’à ce moment-là le directeur de la Gaumont a cru. Je savais que cela n’aiderait pas le film et cela ne l’a pas aidé.

Après IP5, vous abandonnez le cinéma pendant quasiment une décennie.
Oui et non, mais en fait non, car j’ai fait du cinéma du réel. J’ai fait trois heures avec les Japonais, j’ai fait un documentaire sur le loft (Loft paradoxe en 2002), j’ai tourné un film en Roumanie, j’ai produit d’autres documentaires, c’est pas du vide.

Mais la fiction ne vous manquait pas ? Vous n’étiez pas frustré de ne plus pouvoir vous exprimer à travers elle comme dans les années 80.
Non, car il faut que les conditions soient réunies.

  i_p_5_13

_______________

  i_p_5_l_ile_aux_pachydermes_12

IP comme "Ile aux Pachydermes", 5 comme cinquième film de Jean-Jacques Beineix. Ce merveilleux film a malheureusement conservé l'empreinte de la mort. D'une part ce fut le dernier film interprété par Yves Montand (Une évocation le concernant, est prévue en novembre prochain sur ce  blog), mort à la fin du tournage, le 9 novembre 1991 à Senlis.  La majeure partie des scènes furent tournées dans la forêt de Senlis. Il faut également souligner la polémie lors du décès du comédien, certaines personnalités affirmèrent que si l'acteur était mort, ce fut à cause des conditions de tournage. Une scène montrant Montand, à demi-nu, se jeter lentement dans un lac pendant la période d'automne. Il y eut aussi cette coincidence de voir dans "IP5", Montand à l'hôpital malade du coeur et quelques temps après, connaître un véritable accident cardio-vasculaire....

Quant à la musique de Gabriel Yared, elle est magique, sublime, elle nous envoûte. Un véritable compositeur. A noter la disparition récente du comédien Sotigui Kouyaté 

  i_p_5_6

__________DVD EDITION SPECIALE 2 DVD______

En vente  à 11,99 € chez   http://www.cinetomdvd.com/   (épuisé)

      ip5

          3475001010452

___________________________