LOUIS DE FUNES               1914 -1983    

Acteur  Français

2ème Partie

ALOUIS

LDF40

42_223416751

42_19046875

01_0213_p012

Après une brève escapade dans un premier rôle dans "Comme un cheveu sur la soupe", De Funès enchaîne avec "TAXI,ROULOTTE ET CORRIDA" (1958)  réalisé par André Hunebelle  avec  le couple Raymond Bussières - Annette Poivre et Paulette Dubost. Pendant le tournage du film, on annonce le décès de la mère de Louis de Funès, celui-ci indiquera intimement sur un calendrier de la Poste, la date de son décès.

Norbert Carbonnaux reunit le temps d'un film, de nombreux comédiens : Jean-Pierre Cassel, Pierre Brasseur, Louis de Funès, Michel Simon, Robert Manuel, Jean Tisssier, Jean Richard, Jean Poiret, Michel Serrault, Jacqueline Maillan, Luis Mariano et Dario Moreno dans "CANDIDE OU L'OPTIMISTE DU XXème SIECLE" (1959)

De Funès a quarante cinq ans quand il tourne, aux côtés de Jean Richard, Roger Pierre et Christian Marin dans "LES TORTILLARDS" (1960). Entre 1960 et 1961, il enchaîne successivement plusieurs longs métrages en étant en tête d'affiches mise à part le film de Pierre Gaspard-Huit : "LE CAPITAINE FRACASSE", ou il fut le faire valoir de Jean Marais. On peut citer "Dans l'eau qui fait des bulles" (Le Garde-champêtre mène l'enquête) de Maurice Delbez avec pour épouse Marthe Mercadier . Puis "LA BELLE AMERICAINE" (1961) mise en scène par Robert Dhéry qui avait totalement disparu des écrans depuis 1954. Ce fut Pierre Tchernia qui collabora étroitement avec Robert Dhéry, le film fut un triomphe au point d'être l'une des plus grosses recettes de l'année 1961. Le film fut récompensé par le Grand Prix du cinéma pour la jeunesseCette même année De Funès joue au théâtre dans "Ornifle" de Jean Anouilh, ce qui est un changement radical dans la façon ou l'acteur a interprété son rôle sans toutes ces facéties que nous lui connaissons.

835466487_Ltaxi__roulotte_et_corrida_ja

photo_Taxi_Roulotte_et_Corrida_1958_1

fripoullard_et_ciea50345688_p

AFRIPOUILLARD

candide01

les_tortillards02LesTortillards

Mon_20pote_20le_20Gitan

Certains l'aiment froide ! (ou bien ) Les Râleurs font leur beurre

CertainsL_AimentFroide

ACERTAINS_LAIMENT

CERTAINSLAIMENT

fracasse

03_0682_p01

dans_l_eau_qui_fait

dans_l_eau_qui_fait

dans_l_eau_qui_fait

3527655001_c9f5fc0100

18859603L

080304020932131051788901

dans_l_eau_qui_fait

1961_00013

_BmPi3PwBGk___KGrHqEOKikEtjjWFlucBLe_wo07B____12

ALA_BELLE

02_0239_p01

De Funès accepta de participer au tournage du film à sketches de Julien Duvivier : "LE DIABLE ET LES DIX COMMANDEMENTS" (1962) avec quelques uns des plus prestigieux de nos comédiens des années 60 : Michel Simon, Lino Ventura, Fernandel, Danielle Darrieux, Alain Delon, Micheline Presle, Charles Aznavour, Jean-Claude Brialy, Madeleine Robinson, Georges Wilson, Claude Dauphin, Françoise Arnoul, Mel Ferrer...

Un duo atypique entre Louis de Funès et francis Blanche avec "La Vendetta" . De Funès poursuit sa carrière théâtrale marquée par le triomphe d'"Oscar", qu'il reprendra cinq plus tard au cinéma avec le même succès. L'identification devient totale entre l'acteur et ce personnage d'une absolue loufoquerie. A ce propos De Funès déclara : "J'aime bien incarner, afin de les ridiculiser, les types qui se prennent au sérieux et veulent se faire respecter....J'aime trouver le petit détail, le grain de sable qui fera s'écrouler ce personnage gonflé de vanité."

Il a tant à dire sur ce "personnage", que lorsqu'il reprendra la pièce en 1971, il l'allongera de vingt bonnes minutes, reconnaissant y avoir "changé des trucs et ce n'est pas fini". Par les nombreux gags dont il ponctue le texte original, De Funès finit par devenir le véritable auteur de la pièce. C'est avec elle qu'il impose son type de comique. Pourtant sa carrière cinématographique marque encore le pas, il reste en effet souvent un faire-valoir des têtes d'affiche. En 1961, il tourne dans "LE CRIME NE PAIE PAS" de Gérard Oury : ce film, pour lequel il ne figure même pas au générique, sera pourtant celui qui décidera Oury à se consacrer désormais à la comédie et surtout de donner à De Funès des rôles à la mesure de sa verve.

le_diable_et_les_10_commandements3

le_diable_et_les_10_commandements2

le_diable_et_les_10_commandements

der

la_vendetta_j

ALAVEN

la_vendetta03

la_vendetta_j3

la_vendetta_j2

1962_00026

Sur un scénario de Pierre Tchernia, des dialogues de Michel Audiard et une réalisation de Marcel Bluwal, homme de tv, De Funès remplace Bernard Blier, qui n'était point disponible pour tourner "CARAMBOLAGES" (1962). Brialy raconte : "Je me souviens être intervenu pour lui (De Funès) auprès de la production de "Carambolages" de Bluwal. Le producteur m'avait dit -j'éais une grosse vedette à l'époque -"On va prendre Bernard Blier pour jouer le patron." Je trouvais ça formidable : je trouve que Blier est un grand acteur. Hélas, Blier n'était pas disponible. Alain Poiré, le producteur, se mit donc à chercher son personnage, un homme sec, antipathique, tout puissant. J'ai proposé De Funès. Poiré me dit : "Non, il en fait trop. Il est bien pour un rôle secondaire. Dans "Carambolages", le rôle est trop important." J'ai dû me battre. Pas auprès de Poiré qui me faisait confiance et de plus, faisait preuve d'un instinct qui le portait à découvrir les grands comédiens, mais auprès de Marcel Bluwal, pas très chaud pour donner le rôle à Louis. Finalement Louis a été engagé. Et il a été génial ! . C'était, je crois, le premier film dans lequel il avait une prestation aussi importante. Quand je revois le film, je souris. En haut il est écrit, comme en tête d'affiche, Jean-Claude Brialy. Et en dessous "avec Louis de Funès".... Lors du tournage, nous avons ri comme des bossus. Ainsi que nous l'avions déjà fait dans le film de Duvivier où je jouais "Le diable et les Dix commandements".

Il faut souligner sa prestation exceptionnelle dans l'un des cinq sketches du film "LES VEINARDS"  ( 1962) celui avec De Funès a été réalisé par Jack Pinoteau et s'intitule "Le gros lot". Petit à petit   la silhouette du grand comédien qu'était Louis de Funès est devenue familière. Il poursuit sa carrière cinématographique avec Jean Gabin, le temps d'un film "LE GENTLEMAN D'EPSOM" (1962) du cinéaste Gilles Grangier.   

297726922_L

caramb2n

ACARAMBOLAGES

03_1162_p01

ACARAMBOLAGES2

veinardsles_veinards01

04_0229_p01

vign_a_16021_16021_le_gentleman_depsom_2f_les_grands_seigneurs_le_gentleman_depsom_2f_les_grands_seigneurs__legentlemandepsom0 Grands_20seigneurs_20_les_

i_16021_gentleman_d_epsom__le___11

07_0291_p01

16021__gentleman16ok

le_gentleman_d_epsom_1962789

gentleman_d_epsom_1962_01_g

16021__18859178_w434_h_q80

le_gentleman_d_epsom_1962_reference

nous_irons_a_deauville02nous_20irons_20a_20deauville_201

NOUS22

un_clair_de_lune_a_maubeuge

1963 marque un tournant dans la carrière de Louis de Funès. Désormais pas un seul spectateur n'ignore son visage et encore moins son talent comique. Il lui manque cependant d'avoir son nom en tête d'affiche dans un film où il pourra collaborer avec une certaine complicité avec le réalisateur de façon à laisser libre court son imagination. Ce fut Jean Girault qui fut le premier de ces réalisateurs à comprendre l'importance capitale du génie burlesque qu'est Louis de Funès. Jean Girault lui offrira avec "Pouic-Pouic".

"POUIC-POUIC" (1963) marque donc la première collaboration entre De Funès et le cinéaste  Jean Girault, le film fut un grand succès commercial, De Funès et Jean Girault vont collaborer étroitement dans plusieurs films dont la fameuse série des "Gendarmes". Parait-il que le tournage fut un moment de bonheur aux côtés de De Funès :Jacqueline Maillan, Mireille Darc, Guy Tréjan, Christian Marin, Philippe Nicaud et Roger Duman. Christian Marin déclara : "Pouic-Pouic", à mon avis, a été le premier film où il a connu un vrai et grand succès d'acteur. C'est "Pouic-Pouic" qui, un an après, a vraisemblablement déclenché "Le Gendarme de Saint-Tropez".

Dans la foulée, Jean Girault proposa à De Funès de jouer dans "FAITES SAUTER LA BANQUE" (1963) avec Jean-Pierre Marielle, Yvonne Clech, Georges Wilson et Jean Lefebvre. Puis le suivant fut l'unique film réalisé par Georges Lautner avec Louis de Funès "LES PISSENLITS PAR LA RACINE" avec Mireille Darc et Maurice Biraud.

pouic_pouic

pouic_pouic_1963_12291_1453287384

0000275889_003

pouic_pouic_1963_12291_1130549361

pouic_pouic_5

16_0240_p01

pouic_pouic_4

pouic_pouic_1963_12291_2136861996

pouic_pouic_01

_Bg_F_0g_Wk___KGrHqEH_D8Escw50UTTBLHOj1_______12Faites_20sauter_20la_20banque

faites_sauter_la_banque_19

faites_sauter_la_banque_2

15766__faites_sauter_la_banque__07

faites_sauter_la_banque_1978

06_0821_p02

15766__faites_sauter_la_banque__05

15766__faites_sauter_la_banque__06

faites_sauter_la_banque_5

15766__faites_sauter_la_banque__04

faites_sauter_la_banque_1963_reference

faites_sauter_la_banque_3

06_0821_p01

faites_sauter_la_banque_6

faites_sauter_la_banque_18

faites_sauter_la_banque_4

faites_sauter_la_banque_67

Des_20pissenlits_20par_20la_20racine

04_0075_p01

i_10630_des_pissenlits_par_la_racine__06

i_10630_des_pissenlits_par_la_racine__09

ADESPISSENLITS

ADESPISSENLITS1

Un_20drole_20de_20caid_20_A_aundrole2

aundrole

19_0279_p02

_BTSl9d_BWk___KGrHgoH_CMEjlLly1TnBKHrEuPKeg___12

19_0279_p03

19_0279_p01

une_souris_chez_les_hommes_1964_reference

42_21997514_souris_chez

Le succès commercial de "Pouic-Pouic" a permis que le cinéaste Jean Girault puisse tourner dans la "cour des grands cinéastes". C'est ainsi que le scénario de Richard Balducci et son "Gendarme de Saint-Tropez" allait modifier le visage de la "comédie à la française". Avec déjà 100 films à son actif, De Funès enchaîne avec celui qui le fait enfin accéder au vedettariat : "LE GENDARME DE SAINT-TROPEZ" (1964) de Jean Girault. "Le gendarme" fut un film à petit budget : cent trente millions en 1964. Le cachet de Louis de Funès était de huit millions. Il réussira à donner à chaque moment du film une dimension mi-comique mi-burlesque.  "Le Gendarme de Saint-Tropez" réunira plus de sept millions de spectateurs, la France entière rit des attitudes de De Funès.... 

le_gendarme_de_saint_tropez

4767ebdc9549cgendarme11257775779_le_gendarme_de_saint_tropez_1964_6995_711168841

le_gendarme_de_saint_tropez_1964_6995_1850828240gendarme2le_gendarme_de_saint_tropez_1964_6995_468886247

le_gendarme_de_saint_tropez_01

858135914_Lgendarme5le_gendarme_de_saint_tropez_1964_6995_1103552874

le_gendarme_de_saint_tropez_1122gendarme1307_0301_p0150128418_p

1964, c'est la sortie du film "FANTOMAS" réalisé par André Hunebelle avec pour la première fois un véritable duo entre De Funès (Commissaire Juve) et Jean Marais (Fandor et Fantomas). La présence de De Funès lequel venait de tourner "Le Gendarme de Saint-Tropez" qui allait faire de lui une vedette, fit glisser l'intérêt sur Juve. Fantomas devenait secondaire...Les autres interprétes du film sont Mylène Demangeot, Jacques Dynam et Robert Dalban. Ce fut un autre succès commercial, moyen certe si on compare ce dernier à celui du film de Jean Girault "Le Gendarme".

Les rapports entre les deux acteurs sont cordiaux, mais sans plus. De Funès et Jean Marais n'éprouvent visiblement guère de sympathie l'un pour l'autre. Jean Marais déclara bien après son décès : "Louis de Funès avait du talent. Il faisait rire. J'ai beaucoup travaillé avec lui. Il était d'ailleurs vedette, en 1964, dans "FANTOMAS", de André Hunebelle. Avant, lorsque nous tournions ensemble, il était un second rôle. Toujours drôle. Hélas, son talent était basé sur la mauvaise humeur. Et je n'aime pas les gens de mauvaise humeur. Louis de Funès a toujours été gentil avec moi. Pas toujours avec les autres...Non, il n'était pas toujours agréable. Mais je n'ai pas envie d'en parler..." -Jean Marais

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec L'immense acteur qu'était Jean Marais et dont j'ai eu la chance de connaître sur deux decennies, car la plupart des comiques m'ont bien fait rire avec leurs mauvaises humeurs, Bernard Blier est un trés bon exemple, comment ne pas rire avec la colère de Blier....

Fantomas_20_B_32791457_p

fantomas02fantomas

AffFantomas1975Espagne

01_fantomas_005601_fantomas_025901_fantomas_044101_fantomas_070501_fantomas_0738

18828932L01_fantomas_08770000290894_00101_fantomas_115115061_8

18828933L

0000290894_012

fantomas

32748527_p

42_22011825

Olivier et Louis de Funès - Mylène Demangeot - Jean Marais

de_funes_jean_marais

Puis De Funès retrouve Bourvil pour "LE CORNIAUD" (1964) de Gérard Oury. Face à son grand "rival" en comédie, il impose sa propre image de marque, plus gestuelle que verbale : "On me donne toujours trop de texte, reconnait-il, je n'ai pas un comique de mots, mais de geste d'attitude, de situation....Rappelez-vous la scène de la douche du "Corniaud". Elle est parfaite,même si le cinéaste Gérard Oury affirma avoir ajouté la scène de la douche par hasard, pour pouvoir égaliser le temps respectif de durée de tournage des  deux grands monstres sacrés du cinéma français.

Il fallait bien une suite aux deux principaux succès de De Funès "Le Gendarme" et "Fantomas", ce fut "FANTOMAS SE DECHAINE" (1965) toujours sous la direction d'André Hunebelle et la même équipe. De Funès retrouve une ultime fois Jean Marais pour le dernier volet de la trilogie "Fantomas" avec "FANTOMAS CONTRE SCOTLAND YARD" (1966) d'André Hunebelle (cinéaste à qui l'on doit "Le Bossu", "Le Capitan" et certains des "OSS 117" avec Frederick Stafford).  A cette même période, De Funès rachète le Château des Maupassant. Il enchaîne avec le réalisateur Georges Lautner et "LES BONS VIVANTS" (1965) avec Mireille Darc et Bernard Blier

1965_00003254546ffef_12

_Bi_RI8__2k___KGrHqEH_CkEs9hf_chdBLRmypthkg___12le_corniaud_0007didj66_1109966816_jeu_fa_210000379863_012

le_corniaud_1965_8543_2005910954le_corniaud_0063le_corniaud_0169le_corniaud_0657_Bi_WIv_CGk___KGrHqUH_C0Es_GvvtgGBLRnKGo3qw___12le_corniaud_0723le_corniaud_0820le_corniaud_0918le_corniaud_110703_0140_p02

le_corniaud_0180le_corniaud_1268

03_0140_p03le_corniaud_1383

le_corniaud_1965_8543_1730885382

corniaud_1964_03_g

le_corniaud_1965_8543_1256341965

Fantomas_20se_20dechaine462351

fantomas_se_dechaine02fantomas_se_dech

Fantomas_20contre_20Scotland_20Yard_20_B_fantomas_contre_scotland_yard

fantomas_contre_scotland_yard_1967_6049_909789565

fantomas_contre01

fantomas_contre_scotland_ii05_g071221015011131051535384fantomas_contre_scotland_yard01_g

fantomas_contre_scotland_yard_1967_6049_1880386879

1257776264_fantomas

Fantomas_contre

12707__143683745

071221022514131051534361

7168__jar_155895_359x236_e

fantomas_contre_scotland_ii08_g

Fantomas_contre

1965_00002

Un_20grand_20seigneur858314421_L

i_10592_les_bons_0004

i_10592_les_bons_0003__2_

C'est à nouveau l'euphorie sur le tournage du "GENDARME A NEW-YORK" (1965) de Jean Girault avec la même distribution. Le tandem De Funès-Bourvil se retrouvera une dernière fois à l'affiche de qui constitue, aujourd'hui encore, le plus grand phénoménal succès français, "LA GRANDE VADROUILLE" (1966) de Gérard Oury. Sans se nuire, bien au contraire, les deux acteurs, qui ont activement participé à l'élaboration du scénario, composen, chacun dans son registre, un duo d'une incontestable drôlerie. 

Avec plus de 17 millions d'entrées "La grande vadrouille" est à ce jour, le film qui a attiré le plus de spectateurs français dans les salles, (avec  deux autres films "Bienvenue chez les ch'tits" et "Titanic") surclassant même un certain nombre de productions d'ampleur inernationale comme "Le Pont de la Rivière Kwai" (Bridge on the river Kwai) (1957) ou "Ben-Hur" (1959). Tout a été mis en oeuvre lors de la préparation et de la réalisation, sans oublier le budget (trois fois celui du "Corniaud", le plus élevé pour un film français à cette époque) pour mettre en valeur l'étonnante complémentarité des deux acteurs, dont De Funès disait : "Bourvil avait quelque chose de plus. Un je ne sais quoi de tendresse qui ajoutait à son jeu. Moi, je n'ai qu'un seul registre mais les ressources sont grandes. Aux côtés du légendaire tandem, Terry-Thomas, Claudio Brook, Mike Marshall (le fils de Michèle Morgan), Mary Marquet, Marie Dubois, Colette Brosset, Andréa Parisy...

Le principe d'opposer deux personnages parfaitement antagonistes et qui, peu à peu, deviennent complices et amis par la force des choses est une base de départ fréquemment utilisée par le cinéaste. C'est autour de ce double affrontement que l'intrigue s'élabore, alternant des gags très travaillés à des numéros d'acteurs en roue libre. Dans cet esprit, "La grande vadrouille" est tout à fait exemplaire : la rencontre entre Bourvil et Louis de Funès, déjà partenaires dans "Le corniaud" et, en 1956, dans une courte scène de "La traversée de Paris" et deux ans plus tôt dans "Poisson d'avril", devient l'élément moteur du film.

Dans deux registres bien différents, le premier naif et innocent, le second fébrile et insupportable, les deux acteurs se livrent à une joute désopilante. On se souviendra à ce propos de leur rencontre dans les bains turcs et surtout de leur dispute sur la route...

Gendarme_20a_20New_20York_20_le__20_A_

42_22688850

07_0134_p01

gendarme_a_new_york_08_g

42_18790288_newyork

_BPSqhM__Wk___KGrHgoOKjQEjlLmWWZMBJy7YjNk7Q___12

858954878_L

858954874_L

826b_12857298752_L

Grande_20vadrouille_20_la__20_B_

la_grande_vadrouille_0086la_grande_vadrouille_0191la_grande_vadrouille_0260la_grande_vadrouille_0295la_grande_vadrouille_0352la_grande_vadrouille_0382la_grande_vadrouille_0390

07_0019_p01

la_grande_vadrouille_1966_6733_1189106425063la_grande_vadrouille_0700la_grande_vadrouille_0688bourvil_et_louis_de_funes_sur_la_route_630_630

la_grande_vadrouille_1966_6733_1239275141

la_grande_vadrouille_1966_diaporama_portrait

la_grande_vadrouille_1966_6733_95270535

la_grande_vadrouille_1966_6733_234662468

la_grande_vadrouille_1966_6733_8262588

la_grande_vadrouille_1966_6733_1990704515

la_grande_vadrouille_1966_6733_632195898

la_grande_vadrouille_1966_6733_747211244

bourvil_et_louis_de_funes_chez_les_allemands_630_630

_BhrW7tg_mk___KGrHqIH_DYEsK0y8NM_BLKRv764bw___12

la_grande_vadrouille_1966_6733_891737291

50364694_p

"LES GRANDES VACANCES" (1967) de Jean Girault fait également partie des dix meilleurs scores au cinéma, avec près de sept millions d'entrées. Il remporta le Prix de l'humour cinématographique (Prix Georges Courteline du Cinéma). C'est aussi les retrouvailles avec Colette Brosset pour la chorégraphie du film "LE GRAND RESTAURANT (1967) que réalise Jacques Besnard. Louis de Funès perpétue l'aventure "Branquignolesque" et ses retrouvailles avec Robert Dhéry, réalisateur et acteur du nouveau film avec De Funès "LE PETIT BAIGNEUR" (1968). Pierre Tchernia, Jean Carmet et Michel Modo ont collaboré à l'adaptation du long métrage. Colette Brosset déclara : Louis voulait jouer "pour de vrai". Dans "Le petit baigneur", il a exigé de casser le vrai bateau, a refusé d'exercer son jeu sur une maquette en contreplaqué. "Regarde, lui dit Dhéry, c'est le même." Louis de Funès lui répondit "Si c'était une commode Louis XV, je voudrais qu'elle soit signée..." Il a eu le vrai bateau, mais ce vrai était solide et beaucoup moins aisé à casser.

_BcO69Lw_2k___KGrHqIH_EIEquLURo_rBKzj_Nlsv____12Grandes_20vacances_20_les__20_B_

1896_louis_20de_20funes_203

grand_restaurant_BT6lwJ__2k___KGrHgoH_D4EjlLl0WegBKK_jj794____12

42_2309729042_23097251

18860507_c3842

_BhrWcywBWk___KGrHqIH_E_EsLfG5_PWBLKRuOi_9g___12

_Bii3kQ__2k___KGrHqIH_DIEs6M76bI5BLPlf__Od____12

00742498_photo_le_grand_restaurant_8ca35

_Bii327__2k___KGrHqMH_DEEstQefBSQBLPlge6MN____12

835466485_Lvign_a_2641_le_petit_baigneurle_petit_baigneur01

le_petit_baigneur_1968_5575_502588933

le_petit_baigneur_1968_5575_843737204

le_petit_baigneur_1968_5575_875716186

le_petit_baigneur_1968_5575_1891205944

le_petit_baigneur_1968_5575_1932218804

Nouveau réalisateur dans la carrière cinématographique de De Funès, Edouard Molinaro qui a la lourde tâche de mener à bien le tournage du film "OSCAR" (1968). La pièce fut crée par Pierre Mondy et un jeune débutant Jean-Paul Belmondo, qui abandonnera le rôle pour jouer "A bout de souffle". Il fut remplacé par un autre jeune acteur Jean-Pierre Cassel. Trois ans plus tard la pièce fut reprise : Louis de Funès remplaçait Pierre Mondy. La pièce fut alors jouée six cents fois ! Lors de son adaptation cinématographique Claude Rich succéda à Belmondo et à Cassel. Claude Gensac commence ici sa carrière de fidèle épouse de De Funès. Le film fut également un succès, "Oscar" amène au cinéma français quelques six millions de spectateurs

Mai 68 tout éclate, Jean Girault tourne "LE GENDARME SE MARIE", troisième volet de la série des "Gendarmes" avec Claude Gensac qui complète la distribution initiale. Le tournage du film se passe merveilleusement bien, mise à part, l'arrêt du tournage lié aux différentes grèves que va connaître le pays pendant toue cette période de révolte.

Une rencontre inatendue Jean Gabin et Louis de Funès, deux monstres sacré du cinéma français qui tournent "LE TATOUE" (1968) sous la direction de Denys de la Patellière. Pascal Jardin signe les dialogues. Gabin n'aimait pas beaucoup De Funès, d'après les dires des uns et des autres.

Début 1969, Edouard Molinaro tourne "HIBERNATUS" avec Claude Gensac dans le rôle de son épouse et Olivier de Funès dans le rôle de leur fils. De Funès tentait avec ce film de poursuivre sur la voie du succès d'Oscar, qu'il avait tourné deux ans auparavant. A la fin du tournage, De Funès s'était juré de ne plus travailler avec Molinaro.

Oscar_20_B_Oscar_20_B_

jaquette_260702

oscar_0010

857547904_L

oscar_0168oscar_1967_reference

857547002_L

oscar_0224oscar_0475Oscar_Louis_De_Funesoscar_0391oscar_0691

photo_Oscar_1967_1

15_0104_p01

9814__copie_de_img

857547903_L

oscar_0977

le_gendarme_se_marie02

le_gendarme_se_marie01

le_gendarme_se_marie02

07_0039_p01

i_12350_01

le_tatoue02Tatoue_20_le__20_B_

le_tatoue4

20_0222_p01

833847130_L

tatoue_1968_08_g

le_tatoue_1

le_tatoue_196878H

8190_7

le_tatoue_1968_ref789

le_tatoue_1968_reference

tatoue_1968_09_g

tatouaac_03_g

Hibernatus_20_B_Hibernatus_20_C_

hibernatus_1969_08_g

_BYJ__FwBmk___KGrHgoH_CwEjlLluz7qBKgEKo34Mg___12

13426__hibernatus_1969_reference

08_0064_p01

hibernatus_1523

1969,  un autre tournage avec un nouveau réalisateur dans la filmographie de De Funès, Serge Korber qui avait tenté avec "L'HOMME ORCHESTRE" (1970) d'adapter au cinéma français un genre typiquement américain : la comédie musicale "de revue" à travers les aventures d'une troupe féminine en tournée. Ce fut qu'une désillusion....Il enchaîna avec un deuxième film de Serge Korber  "SUR UN ARBRE PERCHE" . Au départ, il s'agissait d'un véritable fait divers que le réalisateur souhaitait mettre en scène dans un contexte dramatique, De Funès s'interrogea et décida de proposer à Korber, d'en faire un film comique, le succès fut mitigé, ce ne fut pas la même verve que celle d' un "Oury".

lhomm2lhommorchestre_084homme_orchestre_1970_09_g

orchestre_312

l_homme_orchestre_1969_reference

orchestre_687orchestre_766orchestre_060

orchestre_901

sur_un_arbre_perche01

sur_un_arbre_perche_1970_reference

19_0265_p01

"LE GENDARME EN BALADE" fut le dernier volet de la première partie des "Gendarmes" avant son accident cardio-vasculaire en 1975. Ce fut également la dernière participation de Jean Lefebvre  dans un film avec Louis de Funès. Gérard Oury, sa fille Daniele Thompson et Marcel Jullian se sont librement inspirés du "Ruy Blas" de Victor Hugo pour écrire le scénario de "LA FOLIE DES GRANDEURS" (1971)  qui, à l'origine s'intitulait "Les sombres héros". C'est Bourvil qui devait interpréter Blaze, mais sa mort le 23 septembre 1970  faillit faire avorter le projet. Mais Oury rencontra Yves Montand : "J'avais conçu pour Bourvil un rôle de valet de comédie, genre de Sganarelle. Montand sera plus proche de Scapin. Les prises de vues débutèrent en avril 1971, en Espagne, dans la région d'Almeria. Le tournage dura plus de quatre mois et coûta deux milliards de centimes, budget considérable à l'époque. Le film remporta un peu partout un énorme succès en Russie et jusqu'en Chine. Certaines scènes sont devenues cultes aujourd'hui, telle que la fameuse scène de la pièce manquante au moment du réveil de De Funès...

le_gendarme_en_ballade02

846435670_L

381384584_L

le_gendarme_en_ballade02

858954863_L858954860_Lle_gendarme_en_balade_1

le_gendarme_en_balade_1970_referenceGEND_EN_BALle_gendarme_en_balade_191

853688499_L

0000184_gal_001_med

photo_La_Folie_des_grandeurs_1971_1

photo_La_Folie_des_grandeurs_1971_3

folie_des_grandeurs_shampoing

06_0187_p01

06_0187_p02

0000383192_005

photo_La_Folie_des_grandeurs_1971_4

_Bm__RE_Bmk___KGrHqEOKicEtkBE6jB0BLfcC1FMeg___12

photo_La_Folie_des_grandeurs_1971_9

06_0187_p03

0000379863_020

18857723L

photo_La_Folie_des_grandeurs_1971_5

________A SUIVRE___________