LON CHANEY     1983 - 1930

Acteur  Américain

              BE081987

               BE081674

                F10757

Le Don Juan malheureux, l'estropié, le fantôme, le clown tragique, le savant fou : autant de personnages qui font immédiatement penser à un acteur unique en son genre, incomparable, Lon Chaney. Peu de temps avant sa mort, Lon Chaney songeait à incarner Dracula, auquel Bela Lugosi devra sa notoriété. Nul doute que Lugosi puis Boris Karloff sont en grande partie redevables de leur succès à la forte influence de Lon Chaney qui sut, avant eux, relever l'infime écran qui sépare la terreur de la pitié....

               BE081647

                BE081605

              BE081601

                LONCHANEY

   

Alonso Chaney naquit à Colorado Springs le 1er avril 1883. Ses parents étaient tous deux sourds-muets, son père depuis l'âge de trois ans, sa mère depuis sa naissance. Pourtant sa famille ne fut pas malheureuse et la grand-mère maternelle de Chaney - qui avait mis au monde quatre enfants sourds-muets - faisait tout ce qu'elle pouvait afin de créer de meilleures conditions de vie pour les sourds-muets du Colorado, au lieu de s'abandonner à l'autocommisération.

Pour Lon Chaney, le fait que des personnes puissent naître ou devenir muettes - et être objet de pitié, de crainte, voire de moquerie pour la plupart des gens -n'était rien que normal. Alors que ses parents ne pouvaient  pratiquement rien apprécier, et pour cause, du théâtre, il comprit tout ce que le cinéma muet pouvait représenter pour eux et leurs semblables. La mère de Chaney fut en outre frappée d'une très grave forme de rhumatisme qui l'obligea à passer le restant de sa vie au lit. Tandis que son père tenait son salon de coiffure, Lon, alors âgé de neuf ans, s'occupait de sa mère. Sourde et silencieuse mais curieuse de tout, elle suivait en spectatrice exigeante les faits du jour que lui mimait son fils.

Pendant son adolescence Chaney exerça des métiers très divers, dont celui d'accessoiriste, peintre de décors et machiniste au théâtre de l'Opéra de Colorado Springs. Il fut aussi à plusieurs reprises figurant dans des scènes de foule. En 1895, alors âgé de dix- sept ans, il suivit son frère John dans des spectacles théâtraux itinérants. Lon fit alors un peu de tout, jouant parfois, mais écrivant aussi des comédies, peignant des décors, s'occupant de problèmes d'intendance et exécutant des numéros de chant et de danse. Il épousa en 1905, à l'âge de dix-neuf ans, la chanteuse Cleva Creighton. Ils eurent un enfant et la carrière de Cleva se poursuivit normalement avant que les dépressions et l'alcool ne vinssent ruiner aussi bien sa vie publique que sa vie privée. Au pire moment d'une dispute familiale, elle avala du poison. Cleva survécut mais ses cordes vocales subirent une brûlure irrémédiable. Chaney la quitta après avoir obtenu légalement la garde de l'enfant.

Il connut ensuite Hazel Hastings, une danseuse de music-hall. Mais elle était déjà mariée avec un homme qui avait perdu les deux jambes. Tous deux finirent par divorcer  (Chaney en 1914) et le mariage de Chaney avec Hazel constitua la base solide sur laquelle il bâtit sa carrière !.  elle demeurera sa femme jusqu'à sa mort.

Ses débuts au cinéma remontent à 1913. Jusqu'en 1917, il tournera près de quatre-vingts films de courts et moyens métrages aux studios Universal. Tour à tour acteur comique, bandit, aventurier, escroc ou jeune premier amoureux, il acquiert très vite une réputation de comédien à la très large palette, sachant toujours, par un maquillage approprié incarner le personnage dont la compagnie a besoin... Il écrit des scénarios ; en 1915, il réalise six courts métrages.

Le Prix du silence (The Price of Silence1916) de Joseph de Grasse

         241710

Pay Me  (1917) de Joseph de Grasse

   251139

Vers le milieu de l'année 1919 Chaney avait déjà participé à plus de cent films. Il en avait dirigé quelques uns et avait joué aussi bien des rôles romantiques que des idiots de village, ou encore des personnages exotiques.

Remarqué dans une adaptation de "MAISON DE POUPÉE" (A Doll's House,1917), Chaney interpréta  Krogstad, version en cinq bobines du drame d'Ibsen. Il fut un chef de gang dans "Hell Morgan's Girl" (1917) et Von Tirpitz dans "THE KAISER, THE BEAST OF BERLIN" (1918) film de propagande antiprussien que réalisa Rupert Julian.

Lon Chaney obtient sa première chance en 1918 lorsque William S. Hart, la grande star du western de l'époque, lui propose un rôle de méchant face à lui dans "LE VENGEUR" (Riddle Gawne). Universal qui lui avait refusé une augmentation de cachet, le récupère car sa notoriété naissante commence à lui valoir d'alléchantes propositions.

Son premier succès de comédien avait été "LE MIRACLE" (The Miracle Man,1919) de George Loane Tucker dans lequel il personnifiait Frog, un faux estropié aigrefin feignant d'être atteint de paralysie déformante et retrouvant l'usage de ses membres face à un patriarche qui se croyait guérisseur. Lon personnifie un contorsionniste qui, avec une bande d’escrocs, se sert de la crédulité des fidèles pour faire fortune : en faisant croire à un miracle qui lui permet de remarcher après avoir simulé la paralysie… En compagnie du cinéaste George Loane Tucker Chaney ne négligea rien pour rendre la déformation simulée du corps de Frog et sa façon théâtrale d'exulter au moment où il est "guéri". C'était mélodramatique et sans nuances, mais Chaney mit tant de conviction dans son rôle et semblait endurer une si grande torture physique qu'il fit plus qu'attirer l'attention.

Si  "Le Miracle" lui valut ensuite des rôles plus intéressants, Chaney n'était pas encore parvenu à percer dans le genre qui lui convenait le mieux, l'épouvante. C'est pendant les années 20 qu'il allait tirer tout le parti de la fascination irrésistible qu'exerça de tout temps la monstruosité physique. Indirectement, Chaney finit par influencer, dans le sens d'une ambiguité de plus en plus consciente, compsante essentielle des films de gangsters et du film noir, la personnalité des héros ténébreux et des "méchants".

Il fut Ricardo dans "Victory" (1919) de Maurice Tourneur puis on le remarque dans le rôle de Blind Pew, le pirate dans "L’ÎLE AU TRESOR" (Treasure Island,1920) également de Maurice Tourneur. Il eut également le double rôledu gangster et des son assassin chinois dans "REVOLTEE" (Outside the Law,1921). Il incarna Fagin dans "OLIVER TWIST" (1922),puis le gardien fou d'un musée de figures de cire dans "WHILE PARIS SLEEPS" (1923).

LE SECRET DU BONHEUR (Victory,1919) de Maurice Tourneur

         199070

RÉVOLTÉE (Outside the Law,1919) de Tod Browning

   

       revoltee

              198462

LA FORET EN FEU (Nomads of the North,1920) de David M. Hartford

                   250960

OLIVER TWIST (1922) de Frank Lloyd

  250968

Lon Chaney s’est distingué pour sa composition d’infirme amputé des deux jambes dans "SATAN" (1920) de Wallace Worsley, il s'agit du premier film qu’il ait tourné pour Samuel Goldwyn. "SATAN" fut également le premier vrai rôle de star de "L'Homme aux Mille Visages". Depuis 1913, Lon Chaney était déjà apparu dans plus de cent-vingt courts et longs métrages.

Avec le rôle de SATAN, Lon Chaney jouait la quasi-totalité du film en marchant sur les genoux protégés par des blocs de cuir, les jambes complètement repliées et fixées par des lanières derrière les cuisses. La présence d'un médecin sur le plateau devint par la suite une constante publicitaire dans tous ses films. Initialement, au dernier plan, l'acteur devait se débarrasser de son harnachement et venir saluer le public, debout face à la caméra. Mais la version définitive se contente de le montrer courant sur ses deux jambes dans quelques plans au cours desquels il explique à ses complices comment, après son opération, il conduira lui-même l'attaque de la ville.

LE BAC TRAGIQUE (Quincy Adams Sawyer,1922) de Clarence Badger

        251145

                  343454

   250961

SATAN (The Penalty,1922) de Wallace Worsley

    The_Penalty__1920__2

           santan02

            santan03

          santan001

   santan01

Wallace Worsley, dirigea quatre autres films de Lon Chaney : "Ace of Hearts", (1921), "LE PRINCE DES TÉNÈBRES" (Voices of the City, 1922), "LE RIVAL DE DIEU" (A Blind Bargain, 1922) et "NOTRE-DAME DE PARIS" (The Hunchback of Notre-Dame, 1923)

Ce fut précisément en 1923 que Chaney joua le rôle le plus célèbre de toute sa carrière, celui de Quasimodo dans "NOTRE-DAME DE PARIS" (The Hunchback of Notre-Dame), quintessence du réprouvé physique réclamant amour et compréhension ; le maquillage utilisé pour la circonstance par Chaney préfigurait celui de John Hurt dans "Elephant Man" (1980). Au-delà  de l'aspect physique, il ya de la joie et de la vicacité dans le Quasimodo de Chaney. Le film fut un succès non negligeable.

Pour jouer dans "Notre-Dame de Paris", film qui fit de lui une vedette, Chaney était revenu à l'Universal. Après ce succès, il reçut de nombreuses propositions, mais signa un contrat avec la MGM, à la demande d'Irving Thalberg, lui-même récent transfuge de l'Universal.Certaines scènes-clés furent tournées en technicolor trichrome : c'est la première oeuvre réalisée à l'aide de ce procédé, un an avant le fameux "Pirate noir"" de Douglas Fairbanks qui, lui, est en bichrome

   

         197178

           143163

        600full_lon_chaneyb

  14_0345_p01

   lon_chaney_4

    14_0345_p02

    lon_chaney_5

CŒUR DE PÈRE (Flesh and Blood,1922) d'Irving Cummings

           418192

LE RIVAL DES DIEUX (A Blind Bargain,1922) de Wallace Worsley


250956

Une spécialité qui va très vite devenir sa marque de fabrique : il sait incarner à merveille les êtres défavorisés par la nature, les infirmes, les estropiés, les aveugles ; avec une prédilection pour le grimage pittoresque. C’est la raison pour laquelle Universal le choisit pour être Quasimodo dans une somptueuse adaptation de « Notre-Dame de Paris » de Victor Hugo. Irving Thalberg qui avait connu Chaney alors qu’il était agent de production à l’Universal, engage maintenant l’acteur à la Metro-Goldwyn-Mayer fondée en 1924 par Louis B. Mayer pour "LARMES DE CLOWN", premier film de la nouvelle firme dirigé par le grand cinéaste suédois Victor Sjöström (appelé Seastrom aux Etats-Unis). Lon Chaney incarna un grand savant réduit à l'état de clown de cirque. A la MGM, il fut associé à Tod Browning, dont la vision froide et macabre s'accorda à merveille à son talent si particulier.

La pièce d’origine russe de Leonid Andreyev avait obtenu un grand succès à Broadway deux années plus tôt, avec Richard Bennett dans le rôle principal. Le film, sorti en octobre 1924, fut le premier entièrement produit par la M.G.M., naissante, sous l’égide d’Irving Thalberg. Il remporta un succès considérable qui raffermit les bases de la nouvelle firme et consacra la gloire de Chaney comme l’une des plus grandes stars du moment. L’acteur devait d’ailleurs rester fidèle à la M.G.M. jusqu’à sa mort en 1930.
Victor Sjöström, le cinéaste suédois  devait tourner une nouvelle fois avec Chaney en 1925," LA TOUR DES MENSONGES" (The Tower of Lies). Sous la direction de Herbert Brenon, Chaney interpréta à nouveau un rôle de clown dans un mélodrame similaire, "RIS DONC PAILLASSE !" (Laugh, Clown, Laugh ! 1928). L’acteur considérait le personnage du clown comme une source incomparable de tragique et d’émotion, par l’antinomie entre le désespoir intérieur d’une vie gâchée, et le masque hilare.
"Larmes de clown" fut toujours son rôle préféré. Le film est parfois répertorié sous le titre : "CELUI QUI REÇOIT DES GIFLES"

    

        417454

          img120.jpg image by robertpollard

           He_Who_Gets_Slapped__1924__1

RIS DONC, PAILLASSE ! (Laugh, Clown, Laugh,1928) de Herbert Brenon

              433493

           143227

       

            196248

250923

143154


"LA TERRE A TREMBLE" "The Shock",1923) fut l'un des rares films de Lon Chaney se terminant par un « happy end », son personnage gagnant finalement le coeur de sa belle.  Le titre de tournage du film était "BITTERSWEET" et l'histoire originale de William Dudley Pelley, intitulée "The Pit of the Golden Dragon", avait été publiée dans un magazine. Pelley et Lon Chaney s'étaient connus l'année précédente sur le plateau de "THE LIGHT IN THE DARK" de Clarence Brown (1922).

LA FORCE DU SANG (All the Brothers were Valiant,1923)d' Irvin S. Willat

251136

251449

Les studios Universal fouillèrent la littérature populaire française. Leur but : donner à Lon Chaney l'occasion de se distinguer à nouveau dans une composition de personnage alliant une certaine noblesse à la laideur physique. Lon Chaney était en effet passé maître dans l'art délicat du grimage et il est à remarquer que tous ses visages ne furent jamais obtenus à l'aide de masques, mais simplement par un travail direct sur la peau. Lon Chaney jouera une dernière fois pour la compagnie Universal : ce sera en 1925, "LE FANTOME DE L'OPERA"  (The Phantom of the Opera), brillante transposition du roman de Gaston Leroux filmé partiellement en couleurs. Le film fut réalisé par Rupert Julian et Edward Sedgwick, il  est l'un des films Universal les plus importants et les plus coûteux de l'époque, demeure sans conteste le rôle qui l'immortalisa. Le film fut terminé par Edward Sedgwick, après le renvoi par la production de Rupert Julian.

413880

197556   417493bh

le_fantome

251536

251522

251545

LA TOUR DES MENSONGES (The Tower of Lies,1925) de Victor Seastrom

196727

LE DOCTEUR X/LE MONSTRE (The Monster, Roland West)

199660

LON CHANEY ET TOD BROWNING

(L 'association de Tod Browning - futur réalisateur du célèbre "DRACULA" (1931), de "FREAKS" (1932) et des "POUPÉES DU DIABLE" (1936) - avec Lon Chaney, surprenant comédien expert en rôles insolites et en maquillages horrifiants, remontait à 1919 et devait se poursuivre jusqu'à la mort de ce dernier, en 1930)

Browning tire la quintessence de l'art de son interprète en lui écrivant des scénarii qui lui permettent de se donner entièrement dans des personnages de marginaux, physiquement diminués par quelque horrible infirmité (tordu, difforme, paralysé, borgne, homme sans bras), toujours torturé moralement par les affres d'un amour impossible. À d'autres occasions, l'acteur interprète des doubles rôles (L'OISEAU NOIR, LONDRES APRÈS MINUIT), confirmant sa maîtrise toujours grande dans l'art du grimage et de la transformation. Mais dans tous ces rôles mélodramatiques, le comédien parvient toujours à rendre son personnage attachant et même parfois déchirant, par sa sincérité et sa puissance. Le cinéma est alors bouleversé par la révolution du parlant.

LE CLUB DES TROIS (The Unholy Three,1925) de Tod Browning

Chaney retrouve Tod Browning pour "LE CLUB DES TROIS" (The Unholy Three,1925), Chaney incarna une fripouille qui se déguise en petite vieille. C'est son film le plus noir, une oeuvre qui jeta un doute durablement sur la douceur des braves vieilles dames !. "Le club des trois" qui confirme le goût commun des deux hommes pour la description des êtres en marge… A partir de cette date, Lon Chaney devient une grande vedette exclusive de la Metro-Goldwyn-Mayer.

197180199089

Lon Chaney et Tod Browning s'associent maintenant pour une série de films qui seront considérés comme parmi les plus intéressants et les plus caractéristiques de la carrière des deux hommes :Lon Chaney et Tod Browning qui avaient lié connaissance sur le plateau de leur première collaboration se trouvèrent de telles affinités dans leur conception du cinéma et leur attirance pour le mélodrame criminel qu'ils devaient tourner sept autres films ensemble durant les cinq années suivantes sur un total de dix films : "L'OISEAU NOIR" (The Blackbird, 1926), "LA ROUTE DE MANDALAY", "LONDRES APRÈS MINUIT" (London After Midnight, 1927), "L'INCONNU" (The Unknown, 1927), "LE LOUP DE SOIE NOIRE" (The Big City, 1928), "A L'OUEST DE ZANZIBAR" (West of Zanzibar, 1928) et "LOIN VERS L'EST" (Where East is East, 1929).

Selon le témoignage de Lon Chaney lui-même, c'est un Italien joueur d'orgue de barbarie dans les rues de San Francisco qui lui fournit le modèle physique de son personnage. A une époque où la profession de maquilleur n'existait pas encore au cinéma, Chaney effectuait lui-même ce travail avec un art et une efficacité qui devaient lui valoir une immense popularité internationale. Pour simuler le spectaculaire œil crevé de "Singapore Joe", il avait eu l'idée originale de se recouvrir la pupille avec la membrane intérieure d'une coquille d'œuf. Quant aux cicatrices qui entaillent son visage, il les obtenait grâce à des applications de collodion. La version intégrale de "La route de Mandalay" est considérée comme perdue. Le film fut présenté au "Cinéma de Minuit" de FR3 au printemps 1991 dans une version incomplète (36 minutes) avec une image floue et granuleuse, vraisemblablement tirée à partir d'une copie 9,5 mm. Le film a, en effet, longtemps été inscrit au catalogue "Pathé Baby" sous le titre de JOE-LE-BORGNE.

Lon Chaney, qui puisait son inspiration dans la réalité, avait visité quantité de détenus dans les prisons à l'époque où il était devenu - entre 1925 et 1928 - l'acteur le plus populaire du cinéma américain : la personne authentique d'un dévoyé qui avait fait des études de théologie lui fournit l'argument de la dualité "Blackbird/Bishop" qui est au centre du film. Selon Tod Browning, en effet, lorsqu'il travaillait avec Chaney, le cinéaste ne se préoccupait pas du scénario en premier lieu, mais attendait que le comédien se soit "composé un personnage". On sait que le mélodrame criminel était le genre de prédilection de Chaney et la malformation physique l'un de ses thèmes favoris. Dans beaucoup de ses films, il accumulait les difformités et les amputations : cul-de-jatte (SATAN), borgne (LA ROUTE DE MANDALAY), paraplégique (A L'OUEST DE ZANZIBAR). Mais, de l'aveu même de Chaney, le rôle du "Pasteur" fut probablement la composition la plus difficile de sa carrière : il lui fallait garder une posture délicate et très fatigante sans l'aide d'accessoires ni de maquillage. Complètement paralysé du côté droit, il devait se mouvoir l'épaule droite relevée presque à hauteur du sommet du crâne, la jambe droite repliée sur le ventre, le corps tout entier en équilibre sur la jambe gauche et une béquille; ce qui nécessitait un effort à la fois physique et psychologique intense pour bouger la moitié du corps tandis que l'autre demeurait nouée, sans vie. Le moindre geste intempestif risquait de détruire l'illusion.

L'OISEAU NOIR" (The Blackbird, 1926)

436355600full_lon_chaneyjl_oiseau_noir02l_oiseau_noir01

LA ROUTE DE MANDALAY (The Road to Mandalay,1926)

la_route_de_mandalay

la_route_de_mandalay02

LONDRES APRÈS MINUIT (London After Midnight, 1927)

"LONDRES APRÈS MINUIT" fut l'un des plus grands succès de Lon Chaney et le film le plus populaire de sa longue collaboration avec Tod Browning. Chaney interpréta tout à la fois le policier et le vampire . Browning l'avait entrepris faute d'avoir réussi à décider la MGM à acheter les droits d'adaptation de "Dracula" de Bram Stoker dans lequel Lon Chaney devait interpréter à la fois le rôle du vampire et celui de son ennemi juré, Van Helsing. Après avoir été créée à Londres, la pièce adaptée du roman de Bram Stoker triomphait à la même époque à Broadway. Le déguisement de Chaney fit une telle impression sur le public qu'à Londres, le 23 octobre 1928, un menuisier de 29 ans du nom de Robert Williams égorgea son amie Julia Mangan dans Hyde Park et prétendit, au cours de son procès, qu'il avait été poussé au crime par l'apparition du spectre de Chaney en vampire ! D'abord condamné à mort, il fut reconnu épileptique et interné dans un asile psychiatrique. En 1935, Tod Browning signera une nouvelle version modernisée de "Londres après minuit", "La marque du vampire" (Mark of the Vampire, 1935) avec Bela Lugosi et Lionel Barrymore jouant chacun l'un des deux personnages incarnés par Lon Chaney dans le premier film. "LONDRES APRÈS MINUIT" est considéré comme définitivement perdu (ainsi que trois autres films de Browning interprétés par Chaney). Le producteur Rick Schmidlin a entrepris sous la supervision de Michael F. Blake, auteur de deux livres sur Lon Chaney, de reconstituer le film et d'en raconter l'histoire grâce à un montage de photos de tournage réalisées à l'époque, et animé au banc-titre, sur une musique de Robert Israel.

326098417462

417463ill_film_chaney_lon_sr

3354604776_ba0d164294

L'INCONNU" (The Unknown, 1927)

En 1927, Lon Chaney est Alonzo, l'homme sans bras fou d'amour pour la debutante Joan Crawford dans "L'INCONNU" (1927), ce film muet mais éloquent, illustrant la délirante histoire imaginée par Browning qui précisait, à ce propos : (...) " Lorsque je travaille à une histoire pour Chaney, je ne pense jamais à l'intrigue. Celle-ci s'inscrit d'elle-même une fois que j'ai conçu les personnages. "L'inconnu" vint tout simplement du fait que j'avais eu l'idée d'un homme sans bras. Je me demandais alors quelles pourraient être les situations et les faits les plus étonnants dans lesquels un homme aussi diminué pourrait être impliqué... " (in "Motion Picture Classic", mars 1928).

143212197628

417499

unknown

chaney_crawford

LE LOUP DE SOIE NOIRE" (The Big City, 1928)

A L'OUEST DE ZANZIBAR" (West of Zanzibar, 1928)

Obscur comédien de théâtre, Chester De Vonde avait fait un voyage au Congo au début des années vingt. A partir de cette expérience qui l'avait fortement impressionné, il écrivit avec le producteur Kilbourne Gordon, la pièce "Kongo" qui, avec Walter Huston, devait obtenir un grand succès à Broadway. Par la suite, son plus cher désir avait été de voir un jour son œuvre portée à l'écran, mais il mourut en janvier 1928 d'une maladie tropicale jugée à l'époque incurable. La légende veut que la MGM ait acheté les droits d'adaptation 35 000 dollars, deux heures seulement après sa mort. De l'avis de beaucoup de commentateurs, "A L'OUEST DE ZANZIBAR" (1928), reste l'œuvre la plus marquante de la collaboration Chaney-Browning.
Fidèle à son image, Chaney joue ici un paraplégique ne se déplaçant que dans un fauteuil roulant en osier ou rampant sur le sol en traînant derrière lui des jambes inutiles avec la facilité de contorsionniste qui fit sa gloire. Mary Nolan (1905-1948), ex-danseuse de chez Ziegfeld, avait été un temps vedette des "Folies Bergères" à Paris. A noter que, dans le film, elle est élevée par Rose Dion qui jouera la mère des "monstres" de FREAKS (1932) du même Tod Browning, et que le cinéaste réutilisera le patronyme de "Phroso" pour en baptiser le clown joué par Wallace Ford dans le même film...

Il s'agit d'un remake presque d'un film muet portant le même titre, réalisé par Tod Browning en 1925 et qui avait été un énorme succès public. Seule la fin diffère : dans la première version, Echo demeurait libre après avoir innocenté Hector par son témoignage. Mae Busch - future partenaire de Laurel et Hardy - y tenait le rôle de Rosie.

417513417512

west_of_zanzibar_front

west_of_zanzibar_back

LE_TALION4

730406_da69_625x1000

LE_TALION

LE_TALION3

west_of_zanzibar054

600full_lon_chaney2

LE_TALION2

a_l_ouest_de_02

600full_lon_chaney

a_l_ouest_de_01

LOIN VERS L'EST (Where East is East, 1929).

436485197547

250965

______________________

413641

Lon_Chaney_as_Mr_Wu

L'IDIOT (Mockery,1927) de Benjamin Christensen

Bien que Chaney ait interprété quelques personnages"normaux, tel le sergent impitoyable de "MARINE D'ABORD" (Tell It to the Marines,1926) de George W Hill. On lui confiait en général des rôles peu ordinaires. "Marines d'abord !" est le prototype des films de militaires, avec la jeune recrue, tire-au-flanc et inexpérimentée, qui se révélera finalement un soldat volontaire et plein de courage, et sauvera la vie de son ennemi intime, le sergent instructeur, dur et autoritaire mais au grand cœur. Ce fut l'un des rôles les plus populaires de Lon Chaney à la fin de sa carrière, dans lequel il apparaissait sous son véritable visage, sans prothèse ou maquillage.

MARINE... D'ABORD ! (Tell it to the Marines,1927) de George W. Hill

417477

251144

tell_it_to_the_marines325

marines_d_ab01

marines_d_ab03

251137

251450

QUAND LA VILLE DORT (While the City sleeps,1928) de Jack Conway

250966

Au moment de l'avènement du parlant, Chaney signa un nouveau contrat avec la MGM prévoyant qu'il devait reprendre tous ses succès du muet. Le premier film parlant de Lon Chaney fut aussi son dernier, il s'agissait d'une nouvelle  version parlée de "The Unholy three"  "LE CLUB DES TROIS" (1930) de Jack Conway.

Après plusieurs mois de réticences et d'hésitations, Lon Chaney accepte enfin de tourner son premier film sonore, "LE CLUB DES TROIS" (1930), remake de l'un de ses plus grands succès muets. La version sonore sera signée Jack Conway. Parlant pour la première fois à l'écran, l'acteur joue le rôle d'un ventriloque qui s'exprime par cinq voix différentes dans le cours du film, confirmant qu'il voulait ajouter à son surnom fameux de " l'Homme aux mille visages ", celui tout aussi prestigieux de " l'Homme aux mille voix"... De nombreux projets lui sont alors soumis.

Fils de sourds-muets, Chaney, qui avait tardé à tourner un film parlant, dut faire constater par huissier sur le plateau que c'était bien lui qui parlait pour mettre un terme à certaines rumeurs prétendant que, par hérédité, il était incapable d'articuler un mot ! Or, il joue dans le film avec pas moins de... cinq voix différentes : celle d'Echo, de sa marionnette, de Rosie (dans une scène du début), de la vieille Mrs. O'Grady et imite enfin la voix des perroquets...

417498199449

600full_lon_chaneyl

BE081601

le_club_des_trois_1930

le_club_des_trois_1930_2

Tod Browning songe à lui pour le personnage de Dracula qu'il prépare. Mais le destin ne devait pas lui permettre de concrétiser ce projet. Peu après la sortie de son premier film sonore, Lon Chaney, atteint - ironie cruelle - d'un cancer du larynx, devait mourir le 26 août 1930, dans un hôpital de Los Angeles, après avoir totalement perdu l'usage de la parole... En 1957, l'Universal, qui pourtant n'avait jamais cru en lui, a rendu hommage à l'un des plus grands acteurs du muet en produisant "L'HOMME AUX MILLE VISAGES", biographie romancée réalisée par Joseph Pevney, dans laquelle Lon Chaney fut incarné par James Cagney. Son fils Creighton Chaney, né en 1906, de son premier mariage, devait lui succéder dans d'innombrables films fantastiques aux maquillages horrifiants, sous le nom de Lon Chaney Junior. Mais sans jamais atteindre la gloire de son illustre père.4a034ce649eb0

1913
Sept c.m. (1) dont
LA MENACE (The Menace to Carlotta, Allan Dwan)
LA PIERRE QUI CHANTE (The Tragedy of Whispering Creek, Allan Dwan)
LA CHAMBRE INTERDITE (The Forbidden Room, Allan Dwan)
l.m. :
LES AVENTURES DE FRANÇOIS VILLON (The adventures of François Villon, quatre épisodes, Charles Giblyn)
RICHELIEU (Ottis Turner).
- 1915
Trente-trois c.m. dont :
THE STOOL PIDGEON
FOR CASH
THE OYSTER DREDGER
THE VIOLIN MAKER
THE TRUST
THE CHIMNEY'S SECRET (tous réalisés par Lon Chaney)
l.m.: FATHER AND THE BOYS (Joseph de Grasse).
- 1916
DOLLY'S SCOOP
THE GRIP OF JEALOUSY
TANGLED HEARTS
THE GILDED SPIDER
BOBBIE OF THE BALLET
AVIDITE (Grasp of Greed)
THE MARK OF CAIN
FELIX ON THE JOB
IF MY COUNTRY SHOULD CALL
PLACE BEYOND THE WINDS
LE PRIX DU SILENCE (The Price of Silence). Tous réalisés par Joseph de Grasse.
- 1917
l.m.:
THE PIPER'S PRICE
HELL MORGAN'S GIRL
THE GIRL IN THE CHECKERED COAT
MAISON DE POUPÉE (A Doll's House)
VENGEANCE OF THE WEST TRIOMPHE (Triumph)
PAY ME
THE EMPTY GUN
ANYTHING ONCE
THE SCARLET CAR. Tous réalisés par Joseph de Grasse.
THE FLASHLIGHT
FIRES OF REBELLION
THE RESCUE
BONDAGE. Réalisés par Ida May Park.
- 1918
l.m.:
BROADWAY LOVE (Ida May Park)
THE KAISER, THE BEAST OF BERLIN (Rupert Julian)
FAST COMPANY (Lynn F. Reynolds)
THE GRAND PASSION (Ida May Park)
A BROADWAY SCANDAL (Joseph de Grasse)
LE VENGEUR (Riddle Gawne, Lambert Hillyer)
THAT DEVIL, BATEESE (William Wolbert)
LA FLAMME ET LE PAPILLON (The Talk of the Town, Allen Holubar)
LE MGNARD (Danger, Go Slow, Robert Z. Leonard).
- 1919
FLEUR SANS TACHE (The Wicked Darling, Tod Browning)
FALSE FACES (Irvin S. Willat)
A MANS COUNTRY (Henry Kolker)
LA CAUTION (Paid in Advance, Allen Holubar)
LE MIRACLE (The Miracle Man, George Loan Tucker)
WHEN BEARCAT WENT DRY (Oliver Sellers)
LE SECRET DU BONHEUR (Victory, Maurice Tourneur).
- 1920
DAREDEVIL JACK (W.S. Van Dyke)
L'ILE AU TRÉSOR (Treasure Island, Maurice Tourneur)
THE GIFT SUPREME (Oliver Sellers)
LA FORET EN FEU (Nomads of the North, David M. Hartford)
SATAN (The Penalty, Wallace Worsley)
- 1921
RÉVOLTÉE (Outside the Law, Tod Browning)
ADIEU SŒURETTE (For those we Love, Arthur Rosson)
BITS OF LIFE (Marshall Neilan)
ACE OF HEARTS (Wallace Worsley).
- 1922
THE TRAP (Robert T. Thornby)
LE PRINCE DES TÉNÈBRES (Voices of the City, Wallace Worsley)
CŒUR DE PÈRE (Flesh and Blood, Irving Cummings)
THE LIGHT IN THE DARK (Clarence Brown)
LE REPENTIR (Shadows, Tom Forman)
OLIVER TWIST (Frank Lloyd)
LE BAC TRAGIQUE (Quincy Adams Sawyer, Clarence Badger)
LE RIVAL DES DIEUX (A Blind Bargain, Wallace Worsley).
- 1923
LA FORCE DU SANG (All the Brothers were Valiant, Irvin S. Willat)
DANS LA VILLE ENDORMIE (While Paris Sleeps, Maurice Tourneur)
LA TERRE A TREMBLE (The Shock, Lambert Hillyer)
QUASIMODO (The Hunchback of Notre-Dame, Wallace Worsley).
- 1924
THE NEXT CORNER (Sam Wood)
LARMES DE CLOWN (He who gets Slapped, Victor Seastrom).
- 1925
LE DOCTEUR X/LE MONSTRE (The Monster, Roland West)
LE CLUB DES TROIS (The Unholy three, Tod Browning)
LE FANTOME DE L'OPÉRA (The Phantom of the Opera, Rupert Julian, Edward Sedgwick)
LA TOUR DES MENSONGES (The Tower of Lies, Victor Seastrom).
- 1926
L'OISEAU NOIR (The Black Bird, Tod Browning)
LA ROUTE DE MANDALAY (The Road fo Mandalay, Tod Browning).
- 1927
MARINE... D'ABORD ! (Tell it to the Marines, George W. Hill)
M. WU (id., William Nigh)
L'INCONNU (The Unknown, Tod Browning)
L'IDIOT (Mockery, Benjamin Christensen) 
LONDRES APRÈS MINUIT (London after Midnight, Tod Browning).

- 1928
LE LOUP DE SOIE NOIRE (The Big City, Tod Browning)
RIS DONC, PAILLASSE ! (Laugh, Clown, Laugh, Herbert Brenon)
QUAND LA VILLE DORT (While the City sleeps, Jack Conway).
- 1929
LE TALION / À L'OUEST DE ZANZIBAR (West of Zanzibar, Tod Browning)
LOIN VERS L'EST (Where East is East, Tod Browning)
TONNERRE (Thunder, William Nigh).
- 1930
LE CLUB DES TROIS (The Unholy Three, Jack Conway).

Lon_Chaney_makeup_3

143057600full_lon_chaneyz600full_lon_chaney600full_lon_chaneyg1091873390_COVER3JS1561880600full_lon_chaneyh600full_lon_chaneyo600full_lon_chaneyy600full_lon_chaneyyuanita_page_and_lon_chaney_sr_while_Lon_Chaney_16lonchaneysr

0389_penalty_06_12_26

Lon Chaney Jr   1906 - 1973

lonchanyjrb

44042

__________________________________