JAMES WHALE       1896 - 1957

Cinéaste américain

large_40628_jwwwhale

James Whale possédait le don rare de concilier l'humour avec la sombre beauté de l'épouvante gothique. James Whale ne tourna que quatre films d'épouvante mais ce furent précisément ceux qui firent la fortune d'Universal, et tout particulièrement le premier et le plus célèbre "Frankenstein" (1931), il était très significatif du climat très perturbé des années 30. L'autorité et les valeurs morales sortaient très ébranlées de la crise, si le public se pressait nombreux pour assister aux exploits de ce monstre, c'était peut-être parce que ceux-ci concrétisaient en quelque sorte son désir latent de révolte contre l'ordre établi qui avait si bien trahi sa confiance....

0000002_000_P00002850000002_000_P0000284James_Whale_1A

Cinéaste d'origine britannique, né à Dudley Staffs (Staffordshire), le 22 juillet 1896. Il  meurt le 29 mai 1957, des suites d'une chute.  Après des études à Londres, il débute comme dessinateur humoristique au magazine "Bystander". Mobilisé dans le "Seventh Worcester Infantry Regiment" durant la guerre de 14-18, il est fait prisonnier et, pour tromper son ennui, fait du théâtre amateur. Rendu à la vie civile, il devient acteur professionnel et joue en 1918 dans "Abraham Lincoln" monté par la Birmingham Repertory Company. Tour à tour régisseur, décorateur ou comédien au "Savoy Theatre", puis au "Royal" et au "Strand", il se retrouve producteur en 1928 tout en signant à la fois les décors et la mise en scènede "Journey's End" de R.C. Sheriff (joué à Paris sous le titre "La fin du voyage"). Appelée à un retentissant succès, la pièce est montée à Broadway l'année suivante, c'est alors qu' Hollywood le sollicite pour la porter à l'écran.

JOURNEY'S END (1930)

journey_endJourneys_end_set

Il commence sa carrière au cinéma en même temps que le parlant et collabore avec Howard Hughes (bien que non crédité au générique) pour terminer la version sonore des "ANGES DE L'ENFER", un célèbre film sur les exploits de l'aviation durant la Grande Guerre. C'est en 1931, que la firme Universal entreprit la réalisation de  d'une adaptation d'un roman classique de la littérature fantastique anglaise du XXème siècle : "Frankenstein" de Mary Wollstonecraft (Mary Shelley), la seconde épouse de Shelley qui lui assurera la gloire internationale. La jeune femme du poète anglais Shelley, n'avait que dix-neuf ans lorsqu'elle écrivit "Frankenstein ou Le Prométhée Moderne", en 1816.
. James Whale chercha et dénicha un nouvel interprète pour le rôle du "monstre" : William Henry Pratt, qui allait se rendre mondialement célèbre sous le nom de Boris Karloff. Cet acteur qui avait tourné une centaine de films depuis 1916, ne trouva en fait la gloire qu'à partir de cette époque. "FRANKENSTEIN" (1931) fut en vérité une réussite, mais il nous faut signaler ici une erreur courante : le film de James Whale s'intitulait "Frankenstein, l'homme qui créa le monstre" (Frankenstein, the man who made the monster), mais on confondit rapidement, dans l'optique du public, le docteur Herbert von Frankenstein était incarné par Colin Clive. Le "monstre" prit le nom de son inventeur dans l'esprit des spectateurs. Il y a sans doute à cela des raisons psychologiques, notamment dans le fait que les distributeurs européens limitèrent le titre à Frankenstein tout court, et que le vrai personnage du film n'étant pas le médecin diabolique mais sa créature et qu'on prit sans doute fait et cause pour le " monstre" assez pitoyable, plus que pour son inventeur. C'est en fait un film d'une forme très classique qui recourt à l'impressionnisme au moment ou cette forme était fort vivante, et utilise le style de narration claire propre au cinéma américain. L'ambiance crée par le metteur en scène était parfaitement conventionnelle, mais ne manquait pas d'un certain souffle poétique : un village au centre de l'Europe, les brumes d'un cimetière ou l'on recherche des cadavres en pleine nuit, la création du "monstre" dans un laboratoire très moderne malgré les apparences, la poursuite finale dans la montagne, et la destruction de la créature dans un moulin en flammes, tout cela relevait d'un talent certain.

James Whale se montra particulièrement heureux dans deux séquences : la rencontre entre le monstre et une fillette  -ce qui fit frémir de nombreuses générations et que tous les successeurs du cinéaste reprirent dans les versions postérieures à ce film ; est dans le passage du film ou le personnage, renouvelant le thème de la Belle et la Bête, entrait dans une maison ou une jeune fille, déjà vêtue de sa robe blanche, préparait son mariage. Terreur et poésie se mêlaient dans cette étrange aventure qui n'a rien perdu de son charme ni de son éclat.

Mais c'est le succès considérable remporté l'année suivante par son adaptation de "FRANKENSTEIN" (1931) qui lui assurera la gloire internationale.Mary Wollstonecraft Shelley, la jeune femme du poète anglais Shelley, n'avait que dix-neuf ans lorsqu'elle écrivit "Frankenstein ou Le Prométhée Moderne", en 1816.

Dans le rôle du monstre, sous le masque pathétique créé par le maquilleur Jack Pierce, un inconnu malgré ses quelque soixante-dix films tournés auparavant, William Henry Pratt, qui deviendra célèbre dans l'histoire du cinéma, sous le nom de Boris Karloff pour sa création particulièrement originale du monstre de Frankenstein..

Frankenstein_BNu57f__mk___KGrHgoOKkMEjlLmYg_TBJrGq9dJWQ___1big_1677_1_Cycle_James_Whale_au_Cinematographefrank_keyart22157_Frankenstein_Affiches0000_2353_441744426299855_b9cf7b29d9Whale_2RSP104_Frankenstein_Affichesfranken2310000_2355_4grossetdunlapfrankenstein_2520copy1024x7680c61_1_sbl0580_1_sbl0900_1_sbl

2730302_7012_625x1000

039_6959616384319052226_w434_h_q80image_frankenstein2KarloffFrankensteinAni02a_bride_of_frankensteinF850190594_004_5B0DC9B7731255_b3ac_625x100019052224picture_3Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__1019052211frankenstein19311905221319052227_w434_h_q8019052214_w434_h_q801201794904426_5577_0060_408_209Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__01Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__02Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__03Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__0590593_004_6B360FC2Clive__20Colin_20_Frankenstein__01Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__07Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__08Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__13Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__11Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Frankenstein__12

039_69472frankenstein_1frankenstein01Frankenstein01290595_004_940035B6szafrankenstein_villagers48819052223881c_11485902094_5bb9bb042c01kl

En 1932, James Whale réalise "THE OLD DARK HOUSE"  qui peut être considéré comme le prototype des histoires filmées de " maisons hantées " : demeure sinistre peuplée de personnages inquiétants avec nuit d'orage propice à une atmosphère de terreur. Boris Karloff obtenait le premier rôle au générique. Avec ce film, Charles Laughton et Raymond Massey faisaient leurs débuts à Hollywood.
"THE OLD DARK HOUSE" (littéralement: la vieille maison sombre) fut distribué en France sous plusieurs titres : "UNE SOIRÉE ÉTRANGE", "LA MAISON DE LA MORT" ou "LA MAISON DES TÉNÈBRES" ( le maussade et efféminé propriétaire d'une maison maudite observe avec un certain humour l'hétéroclite compagnie qui s'est réfugiée pour la nuit sous son toit et qui se compose entre autres, d'une énorme brute muette et alcoolique, d'un tueur armé d'un couteau et d'un pyromane..

En 1933, sort sur les écrans "L'HOMME INVISIBLE" constitua une performance technique étonnante pour l'époque (1933). Les effets spéciaux créés par John P. Fulton pour le film de James Whale furent longtemps inégalés, si bien qu on fit appel à lui pour tous les avatars ultérieurs de l'homme invisible.
Chaque version fut le même festival de truquages stupéfiants où l'on voyait une cigarette s'allumer toute seule, une bicyclette rouler sans personne pour la conduire, une chemise ou un pantalon flotter dans l'espace, et des bandelettes se dérouler sur du vide...

(Le héros apprécie les pouvoirs que lui donne la monocaine mais déplore, en même temps, que l'invisibilité qu'elle lui confère le condamne à vivre nu, car les vêtements "dessinent" sa silhouette et révèle sa présence.

Le comédien Claude Rains, qui personnifia l'homme invisible dans la version de 1933, ne fait entendre que sa voix durant la presque totalité du film : ce n'est qu'au dernier plan que l'on voit enfin apparaître son visage. Et ce fut paradoxalement par ce rôle qu'il débuta sa prolifique carrière au cinéma ! C’est d’ailleurs Boris Karloff qui devait "incarner" l'homme invisible, mais y renonça à cause de ce terrible handicap pour un acteur.

1103635145641_Old_Dark_House_OS1104776674941_Old_Dark_House_1gholddarkhouseold_dark_house1641

olddarkhouse2OldDarkHouse1OldDarkHouse4142224__old_dark_house_lthe_old_dark_ousethe_old_dark_ouse2

Pendant le tournage avec James Whale

Copy_of_OldDark7

big_1677_2_Cycle_James_Whale_au_Cinematographeinvisible_man_keyart

9c14_1affiche24118862_The_Invisible_Man_Affichesl_homme_invisible_9l_homme_invisible_2arton4933_40382l_homme_invisible_5njL_homme_invisible_2image4ph2_w434_h_q80

f_D2410074_001image_45696609img3b603fc2m11ns0

01photo_1234791635_1

33G153751395418309ebeb_1_sblimage3

Claude Rains "L'homme invisible " et James Whale

U230731ACME

Dans "LA FIANCEE DE FANKENSTEIN" (The Bride of Frankenstein) (1935), James Whale renouvelait sa performance en y ajoutant une note relativement érotique. Mais déjà le titre du film suit le public qui identifie le "monstre" à son inventeur. La fiancée en question n'est pas destinée à épouser le docteur, mais sa créature, et elle est elle-même une nouvelle version, féminine du "monstre". Le docteur Frankenstein, aidé par le perfide Prétorius, crée de toutes pièces une "femelle" dont l'union avec son premier "monstre" permettrait de procréer une nouvelle race de petits monstres. James Whale avait, on le devine, le sens de l'humour. Il se montra plus raffiné encore dans la fabrication de sa "créature", en utilisant un laboratoire plus compliqué et plus spectaculaire que dans son film de 1931, sans compter une ambiance terrifiante : la nuit se couvrait d'une tempête artificielle, remplie de signes néfastes et de mauvais augure. Il fallait faire peur à tout prix. La "créature féminine" (Elsa Lanchester, épouse de Charles Laughton), pourtant devenait singulièrement humaine à sa manière. Elle était peu à peu horrifiée par l'aspect terrifiant de son "fiancé", et lui préférait un homme normal, et non pas un"humanoide".

Le "monstre", évidémment, se trouvait blessé dans sa fierté et ses sentiments, et c'est sans doute là que réside le génie de James Whale ; son personnage n'est pas un robot, aveugle et criminel, mais un être qui, pour avoir été crée de toutes pièces, n'en n'était pas moins pourvu de sentiments véritables, dignes de tous les êtres humains  . Il souffre, et d'une façon pathétique, de l'horreur de son apparence. On le repousse parce qu'il est hideux, on le fuit parce qu'il est monstrueux, mais il ne le sait pas, il ne comprend pas pourquoi il fait peur....

Fiancee_de_Frankensteinbig_1677_3_Cycle_James_Whale_au_Cinematographedf518460545_w434_h_q80xww849a_1brideoffrank1bride_keyartk12wx3bride_31

bridefra18811539boriskarloff13_brideBE038679screenshot_03screenshot_12brideoffrank004Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Bride_20of_20Frankenstein__20The__06brideoffrank005brideoffrank016Lafiancee3Whale_BOF129338846brideoffrank007brideoffrank011screenshot_14screenshot_39screenshot_40brideoffrank018brideoffrank019brideoffrank020brideoffrank02129338834brideoffrank023brideoffrank024brideoffrank025brideoffrank026bridge_of_frankensteinbride_34Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Bride_20of_20Frankenstein__20The__03Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Bride_20of_20Frankenstein__20The__04500THEBRIDEOFFRANKENSTEINWHALE19351147395_da6c_625x10002933867319486161239brideoffrank17200254screenshot_59screenshot_61screenshot_66screenshot_69screenshot_98screenshot_148screenshot_146Annex_20__20Karloff__20Boris_20_Bride_20of_20Frankenstein__20The__05

brideoffrank223brideoffrank3

Pendant le tournage, James Whale et Ernest Thesiger

Copy_of_bridef2ernest75

Dès lors, James Whale restera dans l'histoire du cinéma comme un spécialiste du fantastique avec ses grandes réussites du genre que demeurent "UNE SOIRÉE ÉTRANGE", "L'HOMME INVISIBLE "et surtout "FRANKENSTEIN"  - " LA FIANCÉE DE FRANKENSTEIN". Pourtant, le fantastique ne représente qu'une partie infime de sa production, qui couvre tout aussi bien le mélodrame "LE BAISER DEVANT LE MIROIR", "FEMMES DÉLAISSÉES" (1938), le film de guerre "JOURNEY'S END", "APRÈS" (1937), "THEY DARE NOT LOVE" (1941), la fantaisie policière "COCKTAILS ET HOMICIDES" (1935)et même la comédie musicale "SHOWBOAT" (1936). On lui doit en outre une curieuse adaptation de "Fanny" de Marcel Pagnol "PORT OF SEVEN SEAS" (1938).

xfdJacketu35642znek3

iron_mask_adiron_mask_it

green_hell_lobby

Whale était surtout doué pour les comédies de moeurs; il pouvait exprimer le raffinement de la bonne société -qu'il semblait bien connaître - tout en la critiquant avec une ironie acerbe. Ce regard aigu lui permettait d'introduire avec une parfaite maîtrise des éléments presque comiques dans les drames les plus sombres.

Mais James Whale connaît de sérieux déboires en 1936, durant le tournage d'APRÈS, un vigoureux pamphlet contre la guerre adapté d'un roman d'Erich Maria Remarque et mutilé par Universal à la suite de pressions exercées par l'Allemagne nazie. Ecœuré par ces sortes de pratiques, le cinéaste finit par se désintéresser du cinéma et quitte le métier en 1941, alors qu'il est au faîte de la gloire, pour se consacrer à sa seule passion dévorante, la peinture. Il se contentera de mettre en scène quelques pièces pour un petit théâtre de Santa Monica ainsi qu'une pièce à Broadway en 1944 et une autre en Angleterre en 1951. Le reste du temps, il vit en reclus dans sa villa, n'acceptant que la visite de quelques amis triés sur le volet. C'est dans cette même villa qu'il meurt le 29 mai 1957, des suites d'une chute et dans des circonstances sur lesquelles planèrent bien des doutes. On sait néanmoins aujourd'hui qu'il se suicida en se jetant la tête la première contre le ciment de sa piscine et qu'il laissa une lettre expliquant son geste. Il avait été victime de plusieurs crises cardiaques et sa santé déclinante ne lui laissait plus le loisir de peindre, de conduire sa voiture ni même de lire. Pour lui, la vie n'offrait désormais plus aucun attrait.

james_whale_sfondo

jameswhaleJames_Whale_2Aimage_45697015James_Whalejameswhalejames_whale_in_parismasters_new_whale

2977_1023807800whalejames2

300JamesWhaleU373384ACME

1147390_d4ca_625x1000BorisKarloffasFrankenstein

Préparation du maquillage du "Monstre" (Boris Karloff) par Jack Pierce

469596717_04a98157f9artwork_20019_xsmpiercefstfrankenstein_pierce_karloffKarloffasFrankensteinkarloff_pierce

Boris Karloff              1887 - 1969

610large_145866boris1karlofffrank5frankenstein9frankenstein08

Ernest Thesiger                      1879 - 1961

thesiger

___________________________________

james_whale_a_new_world225px_UniversalHorrorCharactersedf8_1

famous_monsters_karloff_diesfrankcollage

___________________________________

82a7_1408083

Frankenstein_SetL

james_whale_e

hjilinksfritz

___________________________________

Frank1931_05Frank1931_06

354259642vywqIz_fs354259605qBFkly_fs

____________________________________________

Filmographie

- 1930
JOURNEY'S END
LES ANGES DE L'ENFER (Hell's Angels, co-réalisé avec Howard Hughes).
- 1931
WATERLOO BRIDGE
FRANKENSTEIN

frankensteinlegacycoll 
- 1932
IMPATIENT MAIDEN
LA MAISON DE LA MORT ou UNE SOIRÉE ÉTRANGE (The Old Dark House).

u30959uigp1
- 1933
LE BAISER DEVANT LE MIROIR (The Kiss Before the Mirror)
L'HOMME INVISIBLE (The Invisible Man).
- 1934
COURT-CIRCUIT (By Candlelight)
SUR L'AUTRE RIVAGE (One More River).
- 1935
LA FIANCÉE DE FRANKENSTEIN (The Bride of Frankenstein)
COCKTAILS ET HOMICIDES (Remember Last Night ?).
- 1936
LE THÉATRE FLOTTANT ou SHOWBOAT (id.).
- 1937
APRÈS (The Road Back, co-réalisé avec Ted Slowman)
THE GREAT GARRICK.
- 1938
PORT OF SEVEN SEAS
SINNERS IN PARADISE
FEMMES DÉLAISSÉES (Wives Under Suspicion).
- 1939
L'HOMME AU MASQUE DE FER (The Man in the Iron Mask)

- 1940
- 1941
L'ENFER VERT (Green Hell).
THEY DARE NOT LOVE (co-réalisé avec Charles Vidor).
- 1949
HELLO OUT THERE (moyen métrage inédit).

______________________________