42_24656627

    ALAIN DELON                                                                         1935    

       Acteur, Producteur, Réalisateur  français

        33244439_p

         42_19396710

                    0000183537_002

       central

Monstre sacré du cinéma français, Alain Delon est l’incarnation même du « battant ». Pourtant des éclairs de fragilité déchirent parfois le masque quasi métallique de l’acteur qui n’en devient alors que plus fascinant.  A lui seul, Delon est un monument du cinéma français. Le cinéma français a des « stars », mais peu de figures mythiques. En ce domaine, Gabin et Fernandel ont régné ’une trentaine d’années, bien avant eux, ce fut  Jules Raimu  et Harry Baur. Il ya eu deux successeurs à Gabin : Belmondo et Delon, entre lesquels son héritage semble avoir été partagé à parts égales. On les oppose l’un à l’autre depuis le début de leurs carrières, et s’il y a là une facilité journalistique, leur popularité respective s’explique par des raisons différentes et presque contradictoires. Vis-à-vis du public, Belmondo joue  la complicité, la performance d’acteur ; il attire une sympathie dont il a besoin. Delon ne se départit jamais d’une certaine distance, tire profit d’une présence très forte, toujours un peu enigmatique, qui retient plus qu’elle ne séduit, il s’impose en dépit, ou à cause, de l’agacement qu’il fait naître parfois.

Romy Schneider déclara : « Alain est un aristocrate…naturel, il y a en lui de l’homme de la renaissance. Près de lui, on a l’impression d’une générositié et d’une délicatesse peu communes. »

Alain Delon aura tourné avec quelques uns des plus grands cinéastes  reconnus, tels que Joseph Losey : « Monsieur Klein » et « L’assassinat de Trotsky », Luchino Visconti : « Rocco et ses frères » puis « Le guépard », René Clément : «Plein soleil », « Les félins », « Paris brûle t’il », « Michelangelo Antonioni : «L’eclipse », Jean-Pierre Melville :  «Le samourai », « Le cercle rouge », « Un flic » Bertrand Blier : « Notre histoire »,  Henri Verneuil : « Mélodie en sous-sol », « Le clan des siciliens » Pierre Granier-Deferre : « La veuve Couderc » , « La race des seigneurs,  Puis Jacques Deray, José Giovanni, Valerio Zurlini, Georges Lautner, Volker Schlöndorff, Jean-Luc Godard, Patrice Leconte, Julien Duviver,  les frères Allégret, Christian-Jaque, Michel Boisrond,  Alain Cavalier…

Il aura eu pour partenaires les plus grandes actrices de notre temps : Romy bien sûr, mais aussi, Simone Signoret, Annie Girardot, Jeanne Moreau, Catherine Deneuve, Jane Fonda, Brigitte Bardot, Katina Paxinou, Danielle Darrieux, Edwige Feuillère, Claudia Cardinale, Léa Massari, Virna Lisi, Ann Margret, Senta Berger, Lauren Bacall, Mireille Darc,  Nathalie Baye, Monica Vitti,Jane Birkin, Ottavia Piccolo, Ursula Andress, Suzanne Flon, Ornela Muti, mylène Demangeot, Anne Parillaud, Françoise Arnoul ; Marie Laforêt, … 

               people_alain_delon_2461544_1350

                  201319_NYZNDJKE3LMQQQ81PRRSLUKK5SYRFN_delon2_H005120_L

               42_23389138

  42_15889478

Acteur français né à Sceaux, dans la banlieue parisienne, le 8 novembre 1935. D'un milieu simple, ballotté d'internats en famille d'accueil. Il fréquenta toutes les écoles de la banlieue sud de Paris, de Sceaux à Bourg-la-Reine et à Bagneux. Le divorce de ses parents ne contribue pas à améliorer la situation. N'éprouvant pas de vocation particulière et sentant peut-être obscurément la nécessité d'une discipline, Alain Delon s'engage dans la Marine à dix-sept ans et fait la guerre d'Indochine, où il participe à de durs combats. Quatre ans dans l'armée l'ont mûri. Quand il revient en France, sans le moindre pécule, il ne sait guère vers quoi se diriger. Pendant quelques mois, il hante Saint-Germain-desPrés se fait des amis et, parmi eux, Jean-Claude Brialy qui rêve de cinéma. Ses camarades le pressent de prendre la même voie. Il profite d'une invitation pour se rendre à Cannes où c'est alors le Festival et y retrouve Brialy. Les deux jeunes gens fréquentent la croisette et les clubs. C'est là qu'un "talent-scout" remarque Alain et l'emmène à Rome pour faire un essai. L'essai est si convaincant que Seiznick lui propose un contrat de sept ans. Mais il le renvoie à Paris pour qu'il perfectionne son anglais. Alain Delon voit s'ouvrir une carrière. Il rencontre alors Yves Allégret qui cherche un interprète. Le réalisateur se montre si persuasif que le jeune homme renonce à son contrat et à l'attrait d'Hollywood. C'est ainsi qu'Alain Delon débute à vingt-deux ans, sans la moindre formation, dans « QUAND LA FEMME S'EN MELE » (1957) il incarne déjà un tueur, ses tous premiers partenaires dans sa carrière furent Edwige Feuillère et Bernard Blier. Sa présence et son magnétisme à l'écran font d'emblée l'unanimité : C'est un pur sang constate Edwige Feuillère. Mais si, dès ce moment certains n’hésitent pas à voir en lui «  le James Dean français ». Il lui faudra d’abord, jouer les  jeunes premiers dans des comédies légères : « SOIS BELLE ET TAIS-TOI » (1957) d’Yves Allégret , avec pour principaux interprètes Henri Vidal, Mylène Demangeot et Darry Cowl. C'est la première fois que Delon et Belmondo se trouvaient réunis à l'écran : l'un et l'autre n'avaient encore tourné qu'un film, le premier « QUAND LA FEMME S'EN MELE ».

quand_la_femme_s_en_mele   18404583_nphoto

            18404585_nphoto

        quand_la_femme

           Bernard Blier -Edwige Feuillère -Jean Servais

           quand_la_femme

sois_belle_et_tais_toi02 sois_belle_tais_toi

Darry Cowl -Mylène Demangeot-Robert Dalban

18825015

        18890017

En 1958, c’est la rencontre avec Romy Schneider sur le tournage du film  «CHRISTINE » de Pierre Gaspard-Huit, ou Jean-Claude  Brialy se mêle à eux. Puis Delon enchaîne deux films avec le réalisateur Michel Boisrond « Faibles femmes » (1959)  comédie légère et « LE CHEMIN DES ECOLIERS » d’après un roman de Marcel Aymé, sur un scénario de Pierre Bost et Jean Aurenche, avec Bourvil,Lino Ventura, Françoise Arnoul, Jean-Claude Brialy et Pierre Mondy.

Il obtient son premier grand rôle avec « PLEIN SOLEIL (1959) de René Clément aux côtés de Marie Laforêt et Maurice Ronet. Adapté d’un roman de Patricia Highsmith. Ce film est le récit d’une machination criminelle, d’une noirceur un peu appliquée , un homme en tue un autre, prend son identité et s’empare de sa fortune. Ce film est devenu un classique et certains critiques ont comparé la maîtrise de René Clement avec celle d’Hitchcock. C’est un film caractéristique de la fameuse tradition française du « réalisme psychologique » dont Clément était le plus brillant représentant durant les années 50.

christine christine02

          747052130_L

42_24642056

christine_2

christine_5

christine_6

christine_1958_reference

christine_1

Micheline Presle et Alain Delon

18889336

              faibles_femmes

42_24642136

le_chemin_des_ecoliers02 le_chemin_des_ecoliers

        40097652489208595073

42_24642400

le_chemin

       le_chemin2

   chemin_des_ecoliers_1959_04_g

   chemin_des_ecoliers_3_1_g

   

       le_chemin3

_BQqMiwg_Wk___KGrHgoOKisEjlLl7pG_BJ6FLzuduw___12

plein_soleilalain_delon_film_60

plein_soleil03Plein_20soleil_20_B_

42_24338149

42_24338105

     79429

plein_soleil_1959_reference

plein2

plein23

Il se révèle pleinement l’année suivante avec « ROCCO ET SES FRERES » (Rocco e sui fratelli) (1960) de Luchino Visconti. Cette saga familiale est une âpre peinture du déracinement des immigrés de Mezzogiorno. Rocco a été maintes fois comparé à  « L’Idiot » de Dostoievski, dont il a la bonté absolue, proche de la sainteté ; mais il est d’abord l’incarnation d’un passé révolu, celui des vieilles solidarités de clan, et porte la responsabilité de la déchéance et de la mort de Nadia, la prostituée interprétée par Annie Girardot, tout à fait extraordinaire. Delon joue le rôle avec une conviction et un dépouillement impressionnants. Ce n’est pas, manifestement, une simple composition d’acteur, et sans doute le personnage de Rocco fait-il naître en lui certains échos secrets… Les autres interprètes du film sont Renato Salvatori, Katina Paxinou , Roger Hanin, Paolo Stoppa, Suzy Delair et Claudia Cardinale. Le film remporta le Prix spécial du jury « Le Lion de Saint-Marc », en argent, au Festival de Venise.

Delon fut le principal acteur de l’unique comédie tourné par René Clément, « QUELLE JOIE DE VIVRE » (1961) aux côtés de Gino Cervi (plus connu sous le nom de Peppone dans les Don Camillo avec Fernandel).Cette comédie semblable aux  grandes oeuvres de la comédie italienne auxquelles elle s'apparente, elle traite de sujets graves et que l'ombre du tragique plane sur elle. André Farwagi, dans son étude consacrée au cinéaste, la considère comme le second volet d'un triptyque - commencé avec  « Jeux interdits » et achevé par « Le jour et l’heure » -ayant pour sujet l'expérience, l'ouverture à la réalité, l'explosion à la vie, vécue à des âges différents. Pour René Clément, c'est le récit d'une initiation à la liberté.

Après une excursion dans un film à sketches, tourné par Michel Boisrond aux côtés de Brigitte Bardot, il apparaît ensuite dans « L’ECLIPSE » (1962) de Michelangelo Antonioni. Ce film forme en quelque sorte le troisième volet d'une trilogie comprenant déjà "L'avventura" (1960) et "La notte" (1961), films où l'on retrouve Monica Vitti. Il reprend le thème, cher à Antonioni, de la fragilité des sentiments, de l'ennui des couples aisés, de l'incommunicabilité, ce que Jean-Louis Bory appelait "les à-peu-près du cœur". C'est le monde du désenchantement, de l'instabilité, de la capitulation devant les "mécanismes castrateurs" de notre époque. Techniquement, cela se traduit par une mise en scène dépouillée, glaciale, qui cadre les personnages et leurs conflits avec un morne détachement . Le film avait obtenu le Prix spécial du jury au Festival de Cannes en 1962.

rocco_et_ses_freres

a33247592_p

rocco

rocco_et_ses_freres_9

rocco_et_ses

rocco_et_ses_freres_7

rocco_et_ses_freres_13

0000382898_006

42_24080166

rocco_et_ses_freres_rocco_e_i_suoi_fratelli_1960_reference

Annie Girardot - Alain Delon - Luchino Visconti

rocco_et_ses_freres_rocco_e_i_suoi_fratelli_1

rocco_et_ses_freres_5

rocco_et_ses_freres_12

42_24080081

rocco_et_ses_freres_2

rocco_et_ses_freres11

53c3bce66e43be4f209556518c2fcb54

amours_celebres_03_11_1961_2_g

amours_celebres_03_11_1961_5_g

42_21862745

quelle_joie_de_vivre

quelle_joie2

quelle_joiequelle_joie3

Eclipse_20_l__

l_eclipse_l_eclisse9

l_eclipse_l_eclisse_2

l_eclipse_l_eclisse_3

l_eclipse_l_eclisse_4

l_eclipse_l_eclisse_7

l_eclipse_l_eclisse_8

l_eclipse_l_eclisse_10

l_eclipse_l_eclisse_1961_reference

Delon participe au tournage  du"Diable et les dix commandements" (1962) de Julien Duvivier, il donne la réplique à Danielle Darrieux, dans le sketch "L'inceste" -mère-fils-Une pléiade d'aceurs font partie de la distribution : Michel Simon, Micheline Presle, Danielle Darrieux, Fernandel, Alain Delon, Lino Ventura, Charles Aznavour, Louis de Funès, Jean-Claude Brialy...

En 1963, il retrouve Visconti pour "LE GUEPARD", il s'agit de l'adaptation assez fidèle d'un roman "écrit  en 1957 par Giuseppe Tomasi de Lampedusa qui, tout comme le cinéaste, descend d'une famille noble. Mais Visconti, en tant que marxiste, fait de son récit une médiation sur le "sens de l'Histoire", tout en respectant ses origines. La reconstitution historique a été particulièrement soignée (le film coûta plus de trois millards de lire). Delon interprète le séduisant Tancrède, jeune aristocrate lancé dans les batailles du Risorgimento, un rôle un peu à l'image du film lui-même.

Delon semble à l'orée d'une grande carrière vouée aux interprétations prestigieuses.Deux pièces ("Dommage qu'elle soit une Putain", "Les Yeux Crevés") et des dizaines de films conduiront le mauvais élève de Bourg-la-Reine à l'une des premières places parmi les vedettes contemporaines. Alain Delon tourne en Angleterre, en Espagne et à Hollywood où il fait plusieurs séjours. Il a pour partenaires les plus grandes vedettes : de Brigitte Bardot à Jane Fonda, de Jean Gabin à Burt Lancaster. L'ex-combattant d'Indochine est devenu une vedette internationale très sollicitée. Mais l'ambition d'Alain Delon n'est pas seulement d'interpréter de grands rôles, c'est aussi de participer à la création d'une œuvre. En 1964, avec Georges Beaume, il avait déjà fondé une société de production. "Delbeau Productions", qui produisit "L'INSOUMIS" (1964), d'Alain Cavalier dont le sujet (la fin de la guerre d'Algérie, l'O.A.S. rappelle parfois parfois bizarrement celui du "Petit soldat" de Jean-Luc Godard. Cavalier avait tout d'abord pensé l'intituler " Lettre à ma mère ", puis " La mort du loup". Sorti à Paris le 29 septembre 1964, "L'INSOUMIS", co-produit par Alain Delon, fut interdit en février 1965 à la suite de la plainte déposée par une avocate, Maître Mireille Glaymann, qui avait été enlevée par l'O.A.S. en janvier 1962 à Alger tout comme l'héroïne du film. Maître Matarasso, avocat de la plaignante, avait fait valoir que la seconde partie de l'œuvre pouvait porter atteinte à la vie privée de sa cliente. " L'INSOUMIS" a subi 25 minutes de coupes à la demande du tribunal, Il était complètement déséquilibré. Alors je J'ai mutilé jusqu'au bout en coupant la fin. Il est ressorti (au cours de l'hiver 67-68) dans quelques salles où il y avait trois spectateurs. Mais je suis heureux parce qu'il y a quelques jours j'ai découvert une copie intacte " (A. Cavalier, in Positif N' 240, Mars 1981).

Il revient au film policier avec ,"MELODIE EN SOUS-SOL" (1963) qui fut un grand succès commercial – plus de 500 000 entrées en exclusivité parisienne – fut aussi la première collaboration à l'écran d'Alain Delon et Jean Gabin, qui se retrouvèrent quelques années plus tard dans "LE CLAN DES SICILIENS" (1969) – toujours sous la direction d'Henri Verneuil – qui rassembla plus de 800 000 spectateurs devant les écrans de Paris-périphérie. C'est une oeuvre agréable, solidement construite.

le_diable_et_les_10_commandements

le_diable_et_les

755608850_L

Guepard_20_le__20_D_visconti122

guepard

le_guepard_il_gattopardo_1962_reference

le_guepard_il_gattopardo_1

18861344

le_guepard

Pendant le tournage avec Luchino Visconti

18829046

18829069

     39927357096208422669

       melodie_en_sous_sol_3

42_24657609

42_24657611

melodie_en_sous_sol_4

melodie_en_sous_sol6

melodie_en_sous_sol_6

melodie_en_sous_sol_1962_reference

        00791150

        38903687582874461800

          42_24657845

l_insoumis2

l_insoumis_1

l_insoumis_196

l_insoumis_190

l_insoumis

l_insoumis_6

l_insoumis_1964_r

l_insoumis_1964_reference

Curieusement, il fit une apparition à la fin du film de Marcel Bluwal, sur un scénario de Pierre Tchernia "Carambolages" aux côtés de son ami Jean-Claude Brialy. Il enchaîne avec "LA TULIPE NOIRE) (1964) réalisé par Christian-Jaque, aux côtés de Delon, Francis Blanche, Virna Lisi, Dawn Adams, Robert Manuel et Akim Tamiroff .Tourné en Espagne, à Trujillo, à Madrid et en Estramadure, par 40° à l'ombre. - réserva quelques cascades de choix à Alain Delon, qui profita des conseils du maître d'armes, Claude Carliez, et insista pour être doublé au minimum.

A33245859_p

la_tulipe_noire la_tulipe_noire01

la_tulipe_noire_1963_reference

42_24080268

       la_tulipe2

42_24080127

la_tulipe

la_tulipe_noire_1963_reference

Période Américaine

Dans "LES FELINS" (1964) Delon donna la réplique à Jane Fonda, sous la direction de René Clément (Certaines critiques américaine ne furent pas tendre avec l'actrice). Puis une tentative Hollywoodienne, parait-il peu convaincante, ce qui n'est pas mon avis personnel, on peut citer. "LA ROLLS ROYCE JAUNE"(The Yellow Rolls Royce) (1964), d'Anthony Asquith, . Alain Delon a 30 ans lorsqu'on lui propose un contrat avec la MGM. Il espérait  tourner, sous la direction de Sam Peckinpah, un western inspiré de "L'Homme à cheval" de Drieu La Rochelle. Le projet n'aboutissant pas, c'est Ralph Nelson, un jeune réalisateur alors considéré comme l'un des espoirs d'Hollywood, qui le dirigea dans "LES TUEURS DE SAN FRANCISCO" (1965) avec Ann-Margret, Van Heflin et Jack Palance ; Et enfin "LES CENTURIONS" (1965) de Mark Robson avec Michèle Morgan, Anthony Quinn, Maurice Ronet, George Segal. lL'année suivante, un western parodique, "TEXAS, NOUS VOILÀ" de Michael Gordon avec Dean Martin. Déçu par sa carrière à Hollywood, il n'apparaîtra plus que dans deux autres productions américaines : "SCORPIO "de Michael Winner (1973) aux côtés de Burt Lancaster et "AIRPORT 80 CONCORDE" de David Lowell Rich (1979).

        les_felins

       les_20felins_20a_20d

les_felins

les_felins2

A33440333_p

Carambolages (1963) de Marcel Bluwal et Pierre Tchernia (apparition à la fin du film d'Alain Delon)

carambolages

Les Tueurs de San-Francisco (1964) de Ralph Nelson

           38209735371330512309

les_tueurs_de

les_tueurs_de2

     39433598080841761989

    Rolls_20Royce_20jaune_20_la__20_A_

A33502930_p

      affiche_Centurions_1966_1

338720258_L

42_23389140

centurions_1966_07_g

centurions_1966_06_g

images2vd1

Texas nous voilà ! (1965) de Michael Gordon avec Dean Martin

9338 texas_nous_voila_texas_across_the_river_1966_reference

Scorpio (1973) de Michael Winner

Scorpio

scorpio_1972_reference

scorpio_1

scorpio_4

Entre temps, Delon participa au colossal tournage de "PARIS BRULE T-IL ?" (1966), avec le concours du cinéaste René Clement. Une distribution prestigieuse enrôbe cette magnifique oeuvre : Kirk Douglas, Alain Delon, Jean-Paul Belmondo, Orson Welles, Jean-Pierre Cassel, Charles Boyer, Leslie Caron, Glenn Ford, Bruno Cremer, Simone Signoret, Daniel Gélin, Michel Piccoli, Jean-Louis Trintignant, Anthony Perlins, Michel Piccoli, Claude Rich....Film tourné selon le principe américain du grand spectacle : une foule de comédiens célèbres jouent de petits rôles et des acteurs de nationalité correspondant à leur personnage s'expriment dans leur langue originelle. La production bénéficia du soutien actif du gouvernement français qui permit ainsi de filmer Paris désert (le tournage avait lieu tous les matins à partir de cinq heures).

Le film a pour base le best-seller international de Dominique Lapierre et Larry Collins, deux journalistes (l'un français, l'autre américain) qui unirent leurs efforts pour écrire ensemble l'histoire de la libération de Paris après avoir retrouvé tous les témoins célèbres et encore vivants de l'événement. Il faut remarquer que le scénario fut écrit avec la collaboration de Francis Ford Coppola, le futur réalisateur du "PARRAIN". Le film nécessita cent quatre-vingts lieux de tournage.

Avec "LES AVENTURIERS" (1966), Delon toujours excellent quand il a un partenaire à sa mesure, y forme avec Ventura un duo très convaincant. Robert Enrico emprunta à José Giovanni le sujet de son nouveau film, mais ne garda que certains épisodes du roman. De plus, il supprima un personnage masculin pour le remplacer par une femme. Il pensa tout d'abord confier le rôle à Bibi Andersson mais finalement le donne à une jeune actrice canadienne, Joanna Shimkus.Le film fut tourné à Djerba, en Lozère et au Fort Boyard, au large de La Rochelle. Huit ans après "Le chemin des écoliers", Lino Ventura retrouve Alain Delon dans ce film d'aventures qui fonctionna à merveille.

paris_brule_t_il01paris_brule_t_il_is_paris_burning_1966_reference

paris_brule_t_il_is_paris_burning_1

paris_brule_t_il_is_paris_burning_01

paris_brule_t_il_is_paris_burning_11e

paris_brule_t_il_is_paris_burning_1966_reference

paris

les_aventuriers

0000275669_003

les_aventuriers

18824910

18824918

0000275669_008

18897780

Il faudra attendre 1967 pour voir Delon opérer un grand retour en force avec "LE SAMOURAI" du cinéaste Jean-Pierre Melville. Retrospéctivement, le film apparaît surtout comme un remarquable exercice de style. L'intrigue est, à dessein, tout à fait linéaire et le climat un peu "film noir" made in Hollywood. ce fut une réussite totale y comprus la musique exceptionnelle de François de Roubaix (Le vieux fusil, les Aventuriers...). (Les dix premières minutes du film se passent sans qu'un mot ne soit prononcé) et l'interprétation de Delon, qui confère au personnage de Jeff Costello, une présence presque minérale, assurent au "Samourai" un impact qu'il a encore aujourd'hui. C'est un rôle qui marque l'entrée de Delon dans sa "légende"...

En exergue figure cette phrase soit-disant extraite du "Bushido", le livre des Samouraïs : "II n'y a pas de plus profonde solitude que celle du samourai; si ce n'est celle du tigre dans la jungle, peut-être..." donne le ton d'un film français digne des grands films noirs américains. "Le film est sorti au Japon avec cette phrase d'ouverture que je dis extraite du "Bushindo". Seulement, ils ignorent que c'est moi qui l'ai inventée ! Le film a gardé son titre au Japon.
Le 29 juin 1967, en plein tournage, le studio fut ravagé par un incendie. Il fallut reconstruire certains décors sur un autre plateau. Le bouvreuil auquel, dans le flm, Jef est très attaché, périt dans le sinistre. Alain Delon a épousé Nathalie Delon - sa partenaire dans "Le Samourai"- avec qui, ils divorceront quelques temps plus tard. Leur fils, Anthony, est né à Hollywood le 30 septembre 1964. Alain Delon est un adepte de tous les sports : le rugby, la boxe, le ski et l'équitation. Il est collectionneur d'armes et de tableaux.

      37607584816923083847

2677085014_a577f948a1

863045557_L

42_22778621

le_samourai_1

863045645_L

42_22778611

le_samourai_2

le_samourai_196

863045734_L

Delon fut le dernier acteur a tourné dans un film de Julien Duviver dans "DIABOLIQUEMENT VOTRE" (1967), d'après le roman "Manie de la persécution "de Louis C. Thomas.Julien Duvivier n'avait pas tourné depuis quatre ans, lorsque, le 21 août 1967, il donne le premier tour de manivelle de DIABOLIQUEMENT VÔTRE. En dépit de sa fatigue — il a 71 ans — le cinéaste termine le film à la date prévue, le 27 septembre. Le 29 octobre, Duvivier rentre en voiture, chez lui, à Rueil-Malmaison. A hauteur du Ranelagh, il est frappé d'une crise cardiaque : son véhicule, à la dérive, heurte celui du ministre Maurice Schumann qui arrivait en sens inverse et percute un arbre. Julien Duvivier était mort avant le choc.
Le film est sorti le 22 décembre 1967.

Dès lors, la plupart de ses films seront plus ou moins des policiers. Delon tourne dans le deuxième long métrage de Jean Herman "ADIEU L'AMI" (1967)  aux côtés de Charles Bronson, qu'il retrouver en 1972 dans "SOLEIL ROUGE" de Terence Young sur une musique de Maurice Jarre, avec Toshiro Mifune et Ursula Andress. Quant à Delon, il fonda sa maison de production "Adel Productions", la maison qui produira ensuite la plupart de ses films. C'est ainsi que Jean Herman tourna en 1969 "JEFF" sur une musique de François de Roubaix avec Mireille Darc aux côtés de Delon, et le cinéaste Georges Rouquier dans le rôle de "JEFF".

Diaboliquement_20votre_20_B_

A33248433_p

A33248411_p

A33502865_p

diaboliquement2

diaboliquement

Fille_20a_20la_20motocyclette_20_la_

42_18404191

adieu_l_ami01

42_24338150

42_24338078

adieu_l_ami_4

adieu_l_ami_1adieu_l_ami_6

adieu_l_ami_2

jeff

42_24337921

1971

soleil_rougesoleil

soleil_rouge_red_sun_1971_reference

soleil_rouge_red_sun_1

soleil_rouge_red_sun_3

soleil_rouge_red_sun_2

soleil_rouge_red_sun_4

soleil_rouge_red_sun_1971_diaporama_portrait

Premier des neuf films tournés par Jacques Deray avec Alain Delon et le seul non produit par l'acteur, "LA PISCINE" constitua pour ce dernier d'émouvantes retrouvailles avec Romy Schneider, avec qui il avait, à la ville comme à l'écran, formé un des couples modernes les plus célèbres. Le film fut tourné dans la continuité du scénario, du 15 août au 30 octobre 1968. Le film réunit à nouveau Alain Delon et Maurice Ronet, le premier tuant le second tout comme dans "PLEIN SOLEIL" de René Clément (1960).

"LE CLAN DES SICILIENS" fut une superproduction à "l'américaine". Avec 829 580 entrées en première exclusivité sur Paris-périphérique, le film sorti le 5 décembre 1969 fut un immense succès populaire. Comment aurait-il pu en être autrement avec, à l'affiche, le trio Gabin-Ventura-Delon. Le film sera d'ailleurs l'une des vedettes de la 25ème Nuit du Cinéma qui se déroula le 18 décembre 1970. Henri Verneuil, pour la réalisation, et Lino Ventura, pour l'interprétation, y recevront chacun un "triomphe" des mains de Denise Fabre.

Avec "BORSALINO" (1970) de Jacques Deray,Alain Delon producteur, fournit 700 millions sur les 2 milliards que coûta le film. La rencontre entre Delon et Belmondo était bien sûr l'évènement majeur d'un film dont les aventures étaient inspirées de celles de deux gangsters marseillais: Carbone et Spirito, rois de la pègre des années 30. Durant le tournage du film, certaines rumeurs s'étaient fait jour quant à une polémique entre Alain Delon et Jean-Paul Belmondo, rumeurs démenties par les deux acteurs. Toujours est-il que, le personnage incarné par ce dernier étant mort, Alain Delon se retrouva seul en tête d'affiche de cette suite, toujours réalisée par Deray, cinéaste fétiche de l'acteur-producteur .
Ce fut "BORSALINO AND CO" (1974), avec à nouveau Alain Delon –  Catherine Rouvel,  Daniel Ivernel et Riccardo Cucciola furent les autres interprètes de ce deuxième volet.

la_piscinela_piscine01

18875178

la_piscine_2

Piscine1Grd

la_piscine_1968_reference

Piscine2Grd

Piscine3Grd

Piscine4Grd

18875167

01dvd600

la_piscine

18875275

18875301

18875255

f13d_1

le_clan_des_siciliensle_clan_des_siciliens01

le_clan_des_siciliens_1

18839857

clan_des_siciliens_1969_28_g

18839864

18839867_w434_h_q80

Pendant le tournage du "Clan des siciliens"

18839863

18839861

Avec Henri Verneuil

18839855

borsalinoborsalino02

borsalino01

18907427

borsalino_1

borsalino_00

borsalino_2

borsalino_3

18829688

borsalino_and_coborsalino_and_co_1974_06_g

borsalino_and_co_1974_05_g

alain_delon_borsalino_co74

borsalino_and_co_1974_06_g

borsalino_and_co

"LE CERCLE ROUGE" (1970) de Jean-Pierre Melville porte en exergue une phrase de Bouddha : "Cakyamuni, dit le Bouddha, se saisit d'un morceau de craie rouge et, traçant un cercle, déclara : "Quand des hommes même s'ils s'ignorent, doivent se retrouver un jour, tout peut arriver à chacun d'entre eux, et ils peuvent suivre des chemins divergents, au jour dit, inexorablement, ils seront réunis dans le cercle rouge. " "Ce film, déclara Melville, est de loin le plus difficile de ceux que j'ai tournés parce que j'en ai écrit toutes les péripéties et que je ne me suis pas fait de cadeaux en l'écrivant... et je suis arrivé à tourner ce que j'avais écrit." Pour interpréter cette histoire d'un casse, histoire sans rôle féminin, Jean-Pierre Melville avait initialement prévu une distribution différente : Lino Ventura (Matteï), Paul Meurisse (Jansen), Jean-Paul Belmondo (Vogel). Ce fut Bourvil, Alain Delon, Yves Montand, François Périer et Gian-Maria Vonté.

Producteur depuis peu, Alain Delon confia la réalisation du film "DOUCEMENT LES BASSES" (1971) à Jacques Deray, avec qui il venait de tourner coup sur coup "La piscine" et "Borsalino. Son épouse Nathalie Delon avait déjà été une première fois sa partenaire dans "LE SAMOURAÏ". Paul Meurisse faisait partie de la distribution.

32796388_p18839743

2fr

le_cercle_rouge_1970_reference

18839741

5354615_42b67b6d23

5354609_cd6ac46689

42_24337835

5354603_7485331691

18839746

le_cercle_rouge_10

5354644_41064a9a95

18839749

18839745

5354660_29f41c6861

42_21069030

doucement_les_basses

En 1971, Delon donna la réplique à l'immense actrice qu'était Simone Signoret dans le rôle de "LA VEUVE COUDERC" du réalisateur Pierre Granier-Deferre, d'après le roman de Georges Simenon. Ce film qui restera l'un des meilleurs interprétés par Delon et Signoret restera l'un des fleurons du cinéma français des années 70. Cette alchimie entre le cinéaste Pierre Granier-Deferre, Pascal Jardin, la musique de Philippe Sarde, le jeu d'acteurs de Signoret-Delon, le paysage, l'histoire, la réalisation impeccable en ont fait un véritable chef d'oeuvre. A découvrir pour les plus jeunes...! Ce fut le dernier film de Jean Tissier.

-C'est autour d'un duel d'acteurs que le cinéaste construit "LA VEUVE COUDERC", cette fois-ci c'est Alain Delon, alors au sommet de sa gloire, qu'il désire opposer à Simone Signoret dans une histoire d'amour étrange entre une paysanne veuve et un jeune évadé du bagne. L'action se situe en 1934, dans une France hénophobe et antisémite -ou tout le monde préconise le repli sur soi. -A sa sortie, en 1971, le film obtint un gros succès public et remporta le Grand Prix du Cinéma français.

Avec Joseph Losey, Delon incarne de façon stupéfiante un tueur fanatique, replié sur lui-même dans "L'ASSASSINAT DE TROTSKY" (1972)  avec également, Richard Burton et Romy Schneider. Le producteur J. Shaftel avait d'abord proposé le film au cinéaste Costa-Gavras qui refusa. Puis Delon, déjà prévu pour le rôle de Jackson, demanda à Losey de reprendre le projet. Le cinéaste hésita avant de confier le rôle de Trotsky à Richard Burton; il avait en effet songé à Dirk Bogarde. De même, Simone Signoret avait été pressentie pour incarner Natalia avant que le co-producieur italien n'impose Valentina Cortese.

31591074_p31591104_p

widow_20courdec_20PDVD_005

la_veuve_couderc_11

42_24642292

la_veuve_couderc_10

alain_delon

la_veuve_couderc_17

widow_20courdec_20PDVD_002

42_24642343

021

31591647_p

la_veuve_couderc_15

la_veuve_couderc_8

31591634_p

veuve_couderc_1971_01_g

42_24642293

01

42_24642294

la_veuve_couderc_2

la_veuve_couderc_7

la_veuve_couderc_14

18885327

la_veuve_couderc_3

la_veuve_couderc_9widow_20courdec_20PDVD_004VEUVE

l_assassinat_de_trotskyl_assassinat_de_trotsky001

l_assassinat_de_trotsky_7l_assassinat_de_trotsky_3

l_assassinat_de_trotsky_4

l_assassinat_de_trotsky_6l_assassinat_de_trotsky_5l_assassinat_de_trotsky_111l_assassinat_de_trotsky_10

"UN FLIC" (1972) Melville, déclarait Alain Delon, m'avait donné à choisir entre le rôle du policier et le rôle du gangster. Finalement, j'ai choisi le policier car cela me permettait de changer d'emploi. Je crois que dans ce  film Jean-Pierre Melville est allé très loin dans l'analyse des rapports entre justicier et coupable, ainsi que dans l'étude du renouveau psychologique des méthodes policières. C'est ce qui m'a séduit, mais on est toujours séduit ou étonné par Melville " (Alain Delon). Ce fut le dernier film du cinéaste, puisqu'il mourut le 2 août 1973.

Delon s'est également lancé dans des tentatives plus ambitieuses : "LE PROFESSEUR" (La prima notte di quiete), très belle et très lente évocation de la solitude et de la déchéance. Furieux de la version française du film, "LE PROFESSEUR" (1972) de Valério Zurlini, distribuée sans son accord et alors qu’il était hospitalisé, le réalisateur publia une lettre dans le “Corriere della Sera” du 27 janvier 1973 reprise dans “Positif” (n° 148, mars 1973) et dans laquelle il rendait responsable Alain Delon, co-producteur du film par l’intermédiaire de sa société Adel Productions. « Environ vingt minutes coupées, de nombreuses scènes fondamentales supprimées, le personnage-clé interprété par Lea Massari incompréhensible et réduit au rôle de comparse, le renversement du sens de la fin, toutes les implications spirituelles du film totalement rayées, vraiment, je ne comprends pas – écrivait-il – ce que le public français a pu voir et comprendre de mon travail de deux ans ». Il essaya même de faire suspendre les projections...

833502368_L

un_flic_1972_reference

un_flic_5

un_flic_3

un_flic_1

un_flic

A0008898

prof06

prof07

32575831_p

Alain Jessua eut l'idée de réaliser "TRAITEMENT DE CHOC" (1973)  grâce à une expérience personnelle : "Je me suis trouvé dans la situation d'Annie Girardot. J'ai pris quelques vacances dans une maison de repos en Bretagne. Au bout de quatre jours, j'en avais assez. J'ai laissé aller mon imagination et je me suis dit que ce serait marrant de tourner un film dans un institut de ce genre."

Le cinéaste juge "TRAITEMENT DE CHOC" comme "un film d'angoisse, de suspense, où l'humour trouve sa place de temps en temps, alors que tout devient de plus en plus angoissant". Pourtant, Alain Jessua n'a pas voulu faire un film délibérément noir : "C'est un film optimiste, grâce à l'action du personnage joué par Annie Girardot.".
Le film est resté célèbre pour les scènes dans lesquelles les deux acteurs principaux apparaissent entièrement nus. Les extérieurs ont été tournés à Belle-Ile-en-Mer. Les deux autres interprètes du films sont Michel Duchaussoy et Robert Hirsh.

Alain Delon fut co-producteur du film "BIG GUNS" (Les grands fusils) (1973) tourné par Duccio Tessari avec qui Delon tournera deux ans plus tard "ZORRO" (1975) avec Moustache en Sergent Garcia et Stanley Baker.

Deux ans après "La veuve Couderc" de Pierre Granier-Deferre. Alain Delon et Simone Signoret étaient à nouveau réunis dans un film de Jean Chapot, "LES GRANGES BRULEES" (1973), de nombreux acteurs partagés l'affiche : Paul Crauchet, Catherine Allégret, Bernard Le Coq, Miou-Miou, Renato Salvatori, Fernand Ledoux, Jean Bouise et Christian Barbier.

Traitement_20de_20choc

Traitementdechoc3Grd

Traitementdechoc2Grd

Traitementdechoc4Grd

traitement2

traitement

                7941

         big_guns

big_guns2

309116597_L

les_granges

granges_brulees_1973_08_g

les_granges2

Pour son septième film comme réalisateur, José Giovanni renoua avec ses préoccupations d'ancien détenu et de romancier proche des réalités carcérales "Le trou". Ce plaidoyer contre la peine de mort, dans la lignée de "Nous sommes tous des assassins" d'André Cayatte fut la huitième production d'Alain Delon avec "DEUX HOMMES DANS LA VILLE" (1973). Celui-ci, qui convainquit Jean Gabin de différer une partie de son cachet, déclarait - "Le système judiciaire et pénitentiaire est déplorable (...). Sur la peine de mort il n'y a pas matière à un film, mais à quinze." Ce fut la troisième et dernière réunion à l'écran d'Alain Delon et Jean Gabin après les deux films d'Henri Verneuil "Mélodie en sous-sol (1963) et "Le clan des siciliens" (l969), Ce film constitua un tremplin pour deux futures vedettes, Bernard Giraudeau,Victor Lanoux et Gérard Depardieu dont ce fut le seul face à face avec Delon, il fallut attendre "Astérix" en 2007 pour voir ces deux grands acteurs réunis à nouveau sur une même affiche.

1974, Delon et Jeanne Moreau sont à l'affiche de "LA RACE DES SEIGNEURS" de Pierre Granier-Deferre, d'après le roman "Creezy" de Felicien Marteau, aux côtés de Delon-Moreau : Sydne Rome, Claude Rich, Jean-Marc Bory, Louis Seigner et Madeleine Ozeray.

"LES SEINS DE GLACE"  (1974)  d'après le roman de Richard Matheson, est un film mi-policier, mi-dramatique. Le cinéaste Georges Lautner s'est orienté vers un registre dramatique  en utilisant le couple Alain Delon-Mireille Darc, un couple aussi célèbre à la ville qu'à l'écran. Lautner définit son personnage comme " brûlante à l'intérieur mais froide comme un glaçon à l'extérieur. D'où le titre du film". Lautner, qui dirigera à nouveau Delon et Darc dans "MORT D'UN POURRI" (1977), autre polar dramatique, a signé seul l'adaptation, transposée sur la Côte d'Azur.

deux_hommes_dans_la_ville

42_24642225

42_24642258

42_24642257

18844156

18844154

La Race des Seigneurs (1974) de Pierre Granier-Deferre

la_race_des_seigneurs_5

la_race_des

la_race_des_seigneurs_1

la_race_des_seigneurs_8

la_race_des3

814573907_L

les_seins_de

18879541

En 1975, ce fut la sortie du film "FLIC STORY" de Jacques Deray, aux côtés de Delon, Jean-Louis Trintignant, Renato Salvatori, Claudine Auger, Marco Perrin, André Pousse, Paul Crauchet, Henri Guybert, Mario David et Maurice Biraud (un nombre impréssionnant de seconds rôles du cinéma français. Delon acquis les droits du récit autobiographique de Roger Borniche, et devait initialement interpréter le rôle d'Émile Buisson, préféra tenir celui du policier de la Sûreté Nationale.

Cette même année, Delon (co-producteur et acteur du film)  et le cinéaste José Giovanni donnent naissance à leur film réciproque : "LE GITAN", En adaptant son roman "Histoire de fou", paru, dans la série noire, José Giovanni la nettement transformé : le héros, Pierre Loutrel, alias Pierrot le fini, disparaît et se mue en Gitan, devenu truand par révolte hors de toute mythologie gangstériste.  On pourra constater, à nouveau la présence d'un nombre importants de comédiens : Paul Meurisse, Annie Girardot, Marcel Bozzuffi, Renato Salvatori, Bernard Giraudeau, Maurice Biraud, Jacques Rispal et Mario David.

          flic

     42_24642139

     flic_story_19

flic_story_191

flic_story

flic_story_1975_reference

flic_story_014

Gitan_20_le_Gitan_20_le__20_B_

42_24656631

le_gitan

le_gitan2

1976, une date importante, la sortie du 25ème film de Joseph Losey", "MONSIEUR KLEIN"  restera l'un de ses meilleurs films avec "Le messager", "L'accident" et "Modesty Blaise". Cette histoire (qui) devrait avoir le pouvoir de fascination d'un labyrinthe de Borges ". C'est le second qu'il tourne avec Alain Delon, producteur, après L'ASSASSINAT DE TROTSKY (1972). Delon campe un profiteur de guerre indifférent, victime d'une machination (on le fait passer pour juif) qu'il finit par assumer. Le rôle est très riche et plein de nuances, et la performance de Delon n'est pas négligeable.
Losey a précisé qu'on y trouve six ou sept tunnels qui traduisent cette descente progressive aux enfers... (dont) deux terribles, celui du début où la femme juive retrouve son mari et celui de la fin, tout noir, antichambre de la mort quand les juifs gagnent le train qui les conduit à Auschwitz".

Des organisations juives fournirent des milliers de figurants pour la séquence de la rafle du Vel d'Hiv. Un certain nombre d'entre eux, les plus âgés, ne supportèrent pas de revivre ces moments et vinrent dire à Losey : "Nous ne voulons pas être payés et nous vous rendons nos étoiles jaunes car nous ne pouvons supporter de les porter pendant trois jours..."

00797432

monsieur_klein_10

monsieur_klein_4

monsieur_klein

monsieur_klein_1

42_24657660

monsieur_klein_1975

           Toubib_20_le_

           rocco_et_ses_freres_1960_02_g

_________A SUIVRE_______________