L'AUBERGE ROUGE

Coup de Coeur *****

de Claude Autant-Lara          1951

18771029auberge04auberge_rouge5l_auberge_rouge01849247630_L

18836

Le Moine
Fernandel
Marie Martin
Françoise Rosay
Martin
Julien Carette
Mathilde
Marie-Claire Olivia
Jeannou
Didier d'Yd
Rodolphe
Jacques Charon
Barboeuf
Grégoire Aslan
Dauvin
Jean-Roger Caussimon
Elisa
Denise Peronne
La religieuse
Nane Germon
Réalisateur CLAUDE AUTANT-LARA
Scénariste JEAN AURENCHE

D'après le roman de

Adaptation et dialogues

Jean Aurenche-Pierre Bost

Directeur de la photo ANDRE BAC
Costumes JACQUES COTTIN
Compositeur

RENE CLOEREC

Décors MAX DOUY
Producteur Memnon Films
Producteur délégué

Distributeur                       

Date de sortie : /1951

Durée et synopsis :
95mn  - FRANCE -Comédie
___________________

18824215

En 1883, sur un plateau d'Ardèche. Le père et la mère Martin tiennent une auberge à Peyrebeille. Par cupidité, ils assassinent les malheureux voyageurs fourvoyés dans la nuit d'hiver. Un domestique noir, Fétiche, aide ses patrons dans leurs sinistres besognes et la fille des Martin, l'adorable Mathilde, semble ne se douter de rien. Un jour, un moine et un jeune novice, Jeannou, frappent à la porte de l'auberge auprès de laquelle monte la garde un grand bonhomme de neige. Des scrupules tourmentent l'aubergiste. Elle exige que le moine entende sa confession. Se saisissant d'un gril à châtaignes derrière lequel elle parle, elle avoue "tout" au moine épouvanté : cent trois cadavres dont quelques-uns ont servi de nourriture aux cochons.

Peu après, le moine trouve son compagnon dans le plus doux tête-à-tête avec Mathilde, et cette dernière, très amoureuse de son Jeannou, refuse d'écouter les avis de ses parents et les conseils du religieux. Il faut les marier sur-le-cchamp, en présence de témoins choisis parmi les voyageurs somnolents.

Le moine, tenu par le secret de la confession, a réussi à convaincre les voyageurs, qu'il sait menacés de mort, de reprendre la route, mais le bonhomme de neige, mal placé, empêche le départ de la diligence; on le crible de boules de neige, il se craquelle et en s'effondrant découvre, gelé, le cadavre du colporteur.

Le couple infernal et Fétiche prennent la direction de Privas, à pied, entre les deux gendarmes à cheval. Mathilde et Jeannou suivent de loin. La diligence repart; le pont où s'était engagée la voiture se rompt. Les desseins de la Providence sont insondables...

1882419418824221lkh188241971238__jar_112215_359x230_e188242007684edszsq18824214188362411238__jar_112242_196x240_e188362401238__jar_112249_359x216_e1238__jar_112250_359x230_e

Julien Carette et Françoise Rosay

18824223uite1238__jar_112252_341x240_e18824201456188362421238__jar_112241_359x233_eesxytrd

454357_35153260630_L257879380_L488907411_Laubergesanglante701741730_L720567630_L420725930_L19575636_p

Il s'agit d'un des 1000 films que j'ai le plus aimé _

AVIS/ Personnellement, cela devient usant de lire toutes ces critiques à l'égard de Claude Autant-Lara du fait d'avoir été trop proche de l'extrême droite, en adhérant aux thèses de ce partie en déroute... Franchement, quand je lis l'article de l'Humanité, rédigé par la plume d'un certain Michel Guilloux, je suis choqué de constater, qu'au moment de l'éloge funèbre, les premières lignes de son premier paragraphe ne concerne que la poltique, mais aucunement l'oeuvre du cinéaste. Et pourtant, de nombreux chef d'oeuvres ont été répertoriés dans la carrière cinématographique d'Autant-Lara...

L'histoire de "L'Auberge rouge" est inspirée d'un authentique et horrible fait divers survenu en Ardèche dans les années 1830 : Pierre et Marie Martin, deux anciens fermiers devenus propriétaires de l'Auberge de Peyrebeille, sont reconnus coupables d'avoir assassiné et détroussé des voyageurs ayant eu le malheur de venir frapper à leur porte. Ils seront guillotinés dans la cour même de leur établissement, devant une foulede près de 30 000 personnes.

Avant d'inspirer les cinéastes Claude Autant-Lara (L'Auberge rouge (1951) et  Gérard Krawczyk (L'Auberge rouge ) (2007), "l'affaire de l'auberge rouge" fournit à Honoré de Balzac la matière d'un roman publié en 1831 dans La Revue de Paris. Ce roman fut lui-même à l'origine d'un film muet réalisé par Jean Epstein en 1923 (L'Auberge rouge).

Pour ma part, j'ai pu voir ce film, à de nombreuses reprises, et je ne m'ennuie jamais de le revoir, il y a quelques scènes d'anthologie, que l'on ne retrouve pas dans la nouvelle version de Gérard Krawczyk avec Josiane Balasko, Gérard Jugnot et Christian Clavier

auberge_rouge_7auberge_rouge_2007auberge_rouge_1951_2auberge_rouge_4auberge_rouge_2

________________________________________________________